Charleroi | 1500 manifestants contre la mise en disponibilité des prépensionnés

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Quel respect le monde politique a des travailleurs après une carrière de 41 ans de travaille je fut licencie de carsid pour cause de fermeture et pour terminer l'entreprise me proposa la prépension ayant plus de 38 années de carrière je reçus des documents de l 'onem a signer pour ne plus être repris comme demandeur d'emplois jusque 65 ans et suite a ca je ne pu bénéficier de la prime Renault 21000 € car carsid estimait que je n y avait pas droit car j'était prépensionné je suis furieux comment voulez vous que les jeunes trouvent un emploi alors que on remet des prépensionnés de plus de 60 ans sur le marché du travaille j espère que des parlementaires feront modifier cette mesure A QUI DEVONT NOUS ENCORE FAIRE CONFIANCE MEME L'ETAT NE RESPECTE PLUS UN CONTRAT SIGNE PAUVRE BELGIQUE QUE NOS PARENT ONT MIS EN VALEUR PAR LA FORCE DE LEUR TRAVAILLE BS
je suis prépensionné depuis l année passé je vais sur mes 59 ans et j ai 43 ans année de travail a mon actif moi je vois leurs bute au gouvernement c est de diminué l allocation de l onem pour ensuite pour notre pension la raboté encore plus que l on aille fouiller dans leurs poches au gouvernement et les multinational c est la que l argent est présent sans compté toute ces magouille qu il y a eu avec les banque et j en passe a croire leurs slogan maintenant ( c est marche ou crève )
bonjour c est deguelasse de faire et defaire les loi a leur guise sans penser que la vie des gens peuve se retrouver a la rue avec toute c est connerie moi la prepention je l ai pas demander on me la imposer ils veulent nous metre sdf c est salopar ne nous laissont pas faire surtout vive le ptb
curieusement, étant prépensionné à 56ans/40 ans de travail depuis avril 2014, et membre de la FGTB, comme beaucoup d'autres, je n'ai même pas été informé de la moindre manifestation prévue concernant les prépensionnés. Je comprend maintenant le nombre ridicule de participants lors de cette manif, concernant un nombre bien plus importants de travailleurs victimes, quand je vois le manque de publicités et d'informations. Cela est d'autant plus incompréhensible, quand on sait sans aucun doute, que les syndicats disposent du listing total des coordonnées des prépensionnés qu'ils indemnisent !!!
c'est a peine croyable !!!! aujourd'hui 24 février 2015,de nouveau une manifestation à Charleroi, concernant les prépensionnés, et une fois de plus, aucune publicité, ni mobilisation importante, qui sont les incompétents organisateurs cette fois ?????? Aucune infos sur internet, aucune invitation, ni convocation reçue, je suis prépensionné et les syndicats sont incapable, de diffusé la moindre information de mobilisation vers leurs propres affiliés. Ce n'est pas avec ce comportement laxiste et amateur, que les syndicats changeront les choses pour les prépensions
En effet personne est au courant des manifs il y a la un réel problème de coordination
C'est très facile a comprendre, les prépensionnées ont un complément en dehors de leurs chômage complet , que l'employeur ou la société paie , donc quand vous êtes oblige de travailler , avec un autre contrat , ( oblige car refus on retire chômage ) et bien le complément n'est plus donné non plus , donc de nouveau bénéfice pour la société ou autre , super non , si on donne la prépension , se n'est plus pour être sur le marche un point c'est tout , et il faut se battre pour cela , a moins que certains , aime de retourner travailler , je propose que tout ces secrétaire d'état, ministères , commence a travailler physiquement , ou lieu de se masturbé, le cerveau , pour chercher comment faire travailler le plus longtemps possible , les travailleurs , pour qu'ils ne puissent pas toucher la prépension ni surtout pension , il faut qu'ils crèvent avant ,comme cela eux pourrons bénéficier du leurs grosse pension tout en continuant a travailler , , Super , taxer les grosses fortunes , et faites payé le double des fraudeurs de ses grosses fortunes , qui ne déclare le minimum , et il n'y aura plus de problème de la dette public , tout se qui a été fait ces dernières années en fonctions des grosses sociétés , na servi qu'a les rendre plus riche encore que avant , avec comme mot d'ordre la compétitivité , avec tout les avantages en tout genre , avec comme résultat ,moi d'entre ,mais les dépenses reste les mêmes , donc servi a rien, sauf enrichir encore plus , et ils sont malin , vive le bilderberg
Nous sommes tous nous pré pensionnés des dindons de la farce après pour ma part 41ans de service dans la même entreprise sans jamais avoir connu de chômage 33ans de nuit et donc métier lourd j ai eux l opportunité de laisser la place aux jeunes ce que j ai fait étant fatigué après toutes ces années et la on me dit de rechercher du boulot c est scandaleux ceci été bien stipuler que l on été plus conserner et exant de se retrouver sur des liste comme demandeur d emplois et d un coup on balaye tout ça je sait que nous sommes des milliers dans cette situation et je demande a vous tous une grande manif contre cette injustice ,cette tromperie d un gouvernement qui ne respecte rien du tout ce qui a été convenu pour les préretraites doit rester d actualité qui va prendre notre defence face a cet holdup social sans précédent j en appel a tous pour se lever tous ensemble contre ces terroristes social

Après l’approbation par la Commission européenne du compromis à la Belge sur la loi « Major », le parti des libéraux flamands Open Vld lance une nouvelle offensive : faire passer une nouvelle loi organisant le travail portuaire, une loi taillée sur mesure pour Fernand Huts.

Après trois années d’incertitude totale, les travailleurs portuaires belges sont enfin soulagés. La Commission européenne met un terme à la procédure contre leur statut, la Loi Major. C’est une victoire dans la lutte pour la reconnaissance de la profession et pour la protection sociale dans les ports.

Dans les années 1990, l’Anversois Tobias Schiff (1925-1999) a écrit un livre extraordinaire sur la manière dont il a survécu pendant plus d’un demi-siècle à l’univers d’Auschwitz, où il fut déporté avec sa famille. Les éditions EPO rééditent cet ouvrage.

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.