« Dans des maisons de repos, on met parfois nos aînés au lit à 16 heures »

Photo Joao_trindade / Flickr
Photo Joao_trindade / Flickr

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Je croyais que la Flande était un pays riche et que la misère n'existait pas si on croit les com....des dirigeants de Flandre ? mais ils pas capables de soigner les personnes convenablement dans les homes ,pardon les maisons de repos ??w,
deux chiffres m'interpellent dans cet article . euros par jour pour se nourrir ? Donc 90 euros par mois....et on cite 1.500 à 1.600 euros comme coût de l'hébergement ?? 1 Qu'est-ce qu'on mange pour 3 euros par jour...quand on n'est pas bête à manger du foin ? Et surtout combien de pensionnés (en pourcentage) bénéficient-ils d'une pension de 1.500 à 1.600 euros ??? qu'est-ce qu'on fait des séniors qui n'ont pas ce revenu ?? Ne plus les nourrir du tout ? Ca ne sert à rien puisque ça ne fait que 90 euros ? Y aurait-il en Belgique des "mouroirs" dans des bâtiments désafectés où on entasse ces gens ?? Je suis vraiment perplexe car, si certains peuvent recevoir une aide de leur famille, vu la situation financière de la majorité des ménages, ça ne comble sûrement pas le manque !! Alors, QU'EST-CE QU'ON FAIT de ces gens ???? Quelqu'un peut-il m'éclairer....car ce sera bientôt mon tour !!
Un membre de la famille s'est occupé de sa belle mère placée dans un home de la région du Centre, en lui rendant visite quotidiennement, s'occupant de son linge, en veillant à ce qu'elle ne manque de rien, il a été amené à réclamer le nettoyage de la chambre, le changement des draps, des toilettes complètes (bain) plus régulièrement etc ..... résultat, la résidente concernée a du quitter le home en-déans le mois. . Moi-même, je rends visite régulièrement à des personnes en home, je suis choquée à chaque fois de voir que beaucoup de résidents sont simplement parqués à gauche et à droite, que beaucoup appellent, réclament de l'attention et que le personnel quand il est visible est soit sourd, soit aveugle. Bien sur il y en a qui ne sont plus "normaux" mais ils sont mélangés aux autres et énervent ceux qui voudraient rester au calme. J'ai vraiment peur de me retrouver dans un tel endroit plus tard, malgré que l'on paie des prix élevés, le service est loin d'être assuré Il faut dire aussi que en dehors du personnel malade, il y a aussi le personnel en congé (qui n'est pas remplacé) Pourtant les résidents paient pour chaque jour de l'année.Il y aurait tellement de choses à améliorer pour le confort de nos ainés. Je ne remets pas en cause la pénibilité du travail ni le manque de personnel, de temps, mais un jour, nous ce sera peut-être notre tour d'entrer dans un home .........
Pour avoir terminé ma carrière dans ce secteur je confirme vos écrits pour les avoir vécus au quotidien. Des couches des 1600 et pire encore. Je faisais des nuits de 12h. 19 h 00 à 7h00 7 nuits/ 7 nuits de congé. Une capacité de 120 résidents et seule. Deux tournées d'incontinents, répondre au sonnettes, préparer les petits déjeuner et les médicaments du matin sur l'assiette....et assurer les urgences, malaises, décès etc..
J ai porté plainte à infor homes mais ils ne m ont jamais répondu. La seconde chute, maman a eu son nez cassé. Lundi 29 août 2016, dans la Capitale, j ai fait la une de ce journal page 7. Je serai à la manifestation. Merci de me préciser le lieu et l heure svp. Merci
Bonjour, maman est dans un foyer depuis 5 ans,elle est bien soignée mais il manque cruellement de personnel. En plus elle ne voit plus,ce qui fait qu'elle se s'en écartée des autres résidents. J'essaie d'y aller régulièrement afin de lui tenir compagnie. Ce que je reproche aux maisons de retraite en général c'est le manque de PERSONNEL et surtout comme dans le foyer de maman qui est dans un étage sécurisé,un changement de personnel tous les jours,maman ne voit plus donc elle est tous les jours perdue de savoir quelle infirmière ou aide soignante est là.En ce qui concerne le coucher à 17h c'est vrai mais parfois c'est la résidente elle-même qui le demande. Bien à vous, Marie
J'ai regardé l'autre jour à la télé une émission qui montrait un peuple (soi-disant)non évolué. Je suis restée scotchée dans mon fauteuil en voyant ces gens qui demandaient à ceux qui les filmaient, ce qu'ils faisaient de leurs parents. Et ces gens étaient sidérés de voir que nos parents étaient dans des maisons de repos et souvent mal soignés . Pour eux, les anciens sont leurs modèles, leurs confidents , ceux à qui nous devons respect et vénération. Chez nous, disent-ils, nos parents restent avec nous jusqu'à la mort. Ils nous ont tout donné, leur savoir faire, leur sagesse, leur amour etc. Nous leur devons tout et c'est une honte que de les abandonnés à leurs tristes sorts . Qui sommes nous pour croire que nous sommes "évolués" et croire que nous apportons à ces gens la culture et le savoir? Je souhaite lorsque je serai réincarnée , vivre parmi ces gens qui respectent leurs parents, leur culture, la nature, l'entraide et la simplicité de vivre sans se retourner pour voir qui est plus riche ou plus pauvre. Là sont les véritables valeurs. Dommage que je ne sache plus dans quelle région du monde se trouvait se peuple mais en tout cas RESPECT !
J'ai travaillé comme AS dans des maisons de repos. Ce qui est dit dans l'article est malheureusement une réalité. Je ne peux citer mes ex-employeurs (les contrats avaient une clause de confidentialité m'empêchant de divulguer les pratiques sous peine de poursuite judiciaire). Toutefois, je peux citer ce que j'ai vu sans citer les employeurs (publics ou privés). J'ai assisté - à des mauvais traitements (insultes, bousculades, coups..). Pourquoi ? Parce que les aides soignants ne disposent que de 15 à 20 min pour effectuer une toilette. C à d: lever le résident, le déshabiller, l'installer sur les WC afin de faire "ses commissions" pendant la toilette, l'habiller et le conduire au réfectoire ou au salon. - à l'oubli volontaire du changement de protection. Toujours pris par le temps, l'aide soignant devant amener le résident de sa chambre au réfectoire n'avait pas "le temps" de le changer. Le résident "marinait" donc "dans son jus" pendant tout le repas. - à la pression de certaines directions sur les pensionnaires. Si ceux-ci ne voulaient pas assister à des repas festifs (anniversaire d'un pensionnaire, repas de noël etc...), ils devaient fournir un certificat médical. Honoraires du médecin à la charge du résident évidement. - à des situations mettant en danger le pensionnaire. Pour une question de "rendement", des aides soignants mettaient un senior (bien souvent à mobilité réduite) devant l'évier en lui disant de laver ce qu'il pouvait pendant qu'eux même allaient effectuer une toilette ailleurs. Le résident laissé seul pouvait à tout moment faire une chute ou un malaise sans qu'il y aie qui que ce soit pour prévenir ce genre d'accident pouvant être fatal. Ayant refusé d'appliquer ces pratiques, je dépassai le temps imparti pour les toilettes. Un de mes contrats n'a pas été renouvelé pour cette raison. - au niveau du personnel, on est toujours sur la brèche. On commence théoriquement à 07h00 mais on doit être présent à 06h30. Et on finit bien souvent 1/2 heure voire une heure après l'heure de fin de prestation prévue. Ces heures ne sont pas prises en comptes pour le salaire ou des récupérations. Elles sont perdues. Bien souvent, on a pas le temps non plus de prendre une pause. - En théorie, en tant qu'aide soignant de plus de 45 ans, on a droit à un jour de congé en plus par mois. Je ne l'ai jamais eu. Ni sous forme de congé, ni sous forme de paiement. - La plupart du temps, les contrats des aides soignants sont des mi-temps de 19 h/semaine. On pouvait travailler jusqu'à 50 heures semaine alors que les avenants ne comptabilisaient au total que 30 heures/semaine. Autrement dit, 20 heures de bénévolat... - Manque de matériel pour manipuler les seniors para/tétraplégique. Pas de lève personne ou matériel HS. Résultat, je me suis abîmé le dos chez un employeur. Ca fait plus de six mois que je souffre de douleurs lombaires due à une déformation de disque intervertébral. Trop long pour la mutuelle qui voudrait me remettre au travail. Le fait que la reprise du travail risquerait d'aggraver l' état de mon dos semble ne pas être la priorité de l'inami. Les caisses de l'inami étant vides, il faut faire des économies en me remettant au travail. Il y aurait d'autres choses à dire mais ça serait trop long à expliquer. Je n'ai pas l'intention d'écrire un roman fleuve...
Bonjour,je suis aide soignante depuis 26 ans et le confirme que la situation dans les Mrs est devenue insupportable par le manque évident de personnel ,la charge de travail bien trop lourde,les paperasses que les inspecteurs de la régions wallonnes nous imposent,comme si on avait que ça a' faire ,en cas d'inspections les dossiers bien remplis sont plus important qu'un résident bien soigné, qu'ils viennent eux travailler ne fusse que une journée en maison de repos.c'est a avoir peur de devenir vieux Avant on avait le temps de parler avec les résidents maintenant on ne fait plus que de courire dans tous les sens et chercher des solution pour gagner du temps car si on inscrit des heures supplémentaire cela ne plait pas aux dirigeants du CPAS. Évidement que l'on aimerait manifester mais on ne peut pas les laisser sans soins,. Alors on compte un peu sur vous pour faire comme si on était tous là car discuter avec la direction c'est discuter avec un mur Merci pour votre soutien a' ce secteur,on en a tous assez de se manque de respect vis-a-vis de la personne âgée de la part des grattes papier et où est passer le social?????

Il y a quelques jours, une équipe de CNN a sorti une vidéo terrifiante. Des migrants étaient vendus comme esclave pour une somme allant de 300 à 500 dollars dans une ville à proximité de Tripoli, la capitale Libyenne. Les images ont choqué de nombreuses personnes qui voient réapparaître le fantôme de l’esclavage qui a si longtemps détruit les populations africaines.

Victime d’un viol, Norine raconte son parcourt pour nous permettre de comprendre les barrières à surmonter pour les victimes. Un témoignage qui montre aussi que la justice dans notre pays n’est pas au service des victimes.

Deux chauffeurs Uber viennent de gagner en appel contre la plateforme.

La principale confédération syndicale portugaise appelait à une manifestation nationale, samedi dernier, pour une augmentation du pouvoir d’achat. Elle réclame une meilleure redistribution des richesses, fruit de la timide reprise économique.

Membre du bureau du Parlement catalan, le communiste Joan Josep Nuet est lui aussi poursuivi pour « sédition ». Son dossier, bâclé, illustre l’offensive antidémocratique de Rajoy.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, adressait une lettre à la Fédération sioniste dans laquelle il accordait le soutien de son gouvernement à la création d’un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est à l’origine de la colonisation de la Palestine, qui se poursuit aujourd’hui.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.