Fin de la semaine des 38 heures : la mobilisation syndicale a démarré…

Paris, 09/04/2016. Manifestation contre la réforme du travail en France. (Photo Flickr, copivolta)
Paris, 09/04/2016. Manifestation contre la réforme du travail en France. (Photo Flickr, copivolta)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Je suis de votre avis à 100%, je suis pensionné depuis deux ans et demis, mai reste attentif aux sociale dans notre pays et le monde et compte bien mener des actions avec la CSC , FGTB. Je lutte également pour l'écologie qui no'us garenti une vie seine. Je suis satisfe de la d'émotion de Jacline Galland mai cela ne me sufi pas ces tout ce gouvernement qui doit demitioner. Pour les pensions qu'il prennes garde. J'ens et mar ils disent qu'il ni a plus d'argent, il ont menti, il y a des milliard caché.. Nous ne somme pas des pigons.
Mon dieu, mais dieu peut il nous aider dans cette régression sociale voulue par l'Europe et le marché libéral...? Encore une fois, ces politique ne voient que le profit des plus riches au détriment des plus pauvres, bien sûr, travaillons plus pour gagner plus,mais c'est pas nous qui gagnons plus, c'est ces politiques, ces grosses légumes, ces industriels, ces c...bip... Le pire de l'histoire, c'est que c'est nous qui votons "démocratiquement" pour ces gens, alors citoyens wallons, arrêter de vivre dans l’opulence éphémère de vos biens, arrêter de vous dire si je bouge, je perds tout, mais vous avez déjà tout perdu, on régresse, sauf bien sûr de votre belle auto, de votre beau salon ikéa et de votre maison aseptisée...réveillez vous, non de dieu! Pourquoi augmenter le travail jusqu'à 67 ans, alors que plein de jeunes se font exclure du chômage et deviennent marginaux, pourquoi, augmenter le temps de travail alors qu'il y a temps de chômeur qui ne demande que de travailler? Pourquoi faire tout l'inverse de ce qui crève les yeux... Politiques, êtes vous vraiment parmi nous, rendez vous compte de la réalité, ou dites vous que dans que vous êtes au pouvoir, vous profitez du peu qui nous reste, mais quand il ne nous restera plus rien...que ferez vous? et le pire c'est que vous n'irez même pas chercher le flouze ou il y en a... Bon, je parle je parle, mais...je me réveille Wallons Wallonnes...nous ne sommes pas seuls...
Ce projet de loi est une honte et un sérieux recul en arrière! jusqu'où ira la récession sociale?! Mobilisons nous jusqu'au finish! Défendons l'Homme! Ne laissons pas ces nouvelles chaînes ce forger contre nous! CAMARADE DE TOUTE LES ORIGINES, UNISSONS NOUS!!!
Bonjour. Voici mon avis sur le problème du régime des 38 heures pour les personnes qui ont encore la chance d'avoir un emploi. Il serait normal que l'on pense à une nouvelle manière de répartir le temps du travail car les 38 heures sur 5 jours est un système dépassé. Le principe n'est pas de pénaliser le travailleur mais le rendre plus disponible . C'est le citoyen qui subi les problèmes du système actuel je suis toujours pour les 38 heures mais les règles doivent changer. Il faut que toutes administrations et les services à la population servent mieux le citoyen EXEMPLE : 1 semaine du lundi au vendredi et une semaine du mardi au samedi.
Je trouve assez scandaleux cette manière dont Peeters cdnv justifie cette nouvelle grille de travail.c'est l'exploitation des travailleurs au bénéfice du patron. On revient 50 ans en arrière. Battons nous pour faire capoter cette mesure.
Les membres de ce gouvernement sont des fous dangereux. Tous aussi fanatiques les uns que les autres. Ne cédons pas. J'ai lu ce matin une interview de M. Peeters qui ose prétendre dans un message public que nous vivons tous au-dessus de nos moyens (sic), les travailleurs, les chômeurs. Ce gars-là est cinglé ! Résistons de toutes nos forces et mettons-les à profit pour convaincre les gens qui se révoltent ou qui craquent qu'ils ont raison de le faire.
Super tout ces commentaires mais tant que les travailleurs ( parce que cette note est invivable ) et les chômeurs ( parce qu'il veulent Bosser) ne sortiront pas dans la rue manifester leur mécontentement leur dégoût et leur rage au lieu de rester fataliste et de se dire que c'est comme ça et qu'il n'y a rien à faire !!! Alors rien ne changera !!!Si nos grand parents et arrière grand parent avait penser comme ça nous n'aurions jamais connu la semaine des 38h les congés payer la sécurité sociale etc... Alors bougeons nous aujourd'hui pour nos enfants et arrière petit enfants de demain..... Ensemble on est plus fort
Sans une grève au finish, nous n’accéderons a rien. Nous l'avons vu, C'est la seule et unique option...
Je travaille comme aide-familiale ,j'aurai 60ans cette année, il m'est arrivé de travailler dans le passé des journées de9heures et j'ai dû demander à mon assistante sociale dea diminuer mon nombre d'heures de travail car je rentrais extenuée de ma journée de labeur,car il est sûr et certain que nous faisonsun boulot fort pénible. Je ne pense pas pouvoir assumer des semaines de 45h ,je ne pense pas que le ministre qui assis est toute la journée ne se rende compte de la réalité du terrain et que la seule chose qui compte pour lui c'est de faire plaisir aux patrons

Nouvelle journée d’action contre les plans du président Emmanuel Macron et de l’Union européenne. Cheminots, fonctionnaires, étudiants, infirmières et bien d’autres ont repris la rue. Parfois accompagnés de travailleurs et étudiants belges… Reportage à Lille et Paris.

Le rendez-vous est pris. Les organisation syndicales appellent à descendre massivement dans les rues de Bruxelles le 16 mai prochain. Objectif ? Défendre nos pensions contre les attaques du gouvernement. Cet appel à la mobilisation est la deuxième étape d'un plan qui a démarré par la distribution de plus d’un million de gazettes de sensibilisation.

Depuis le putsch de 2016, la démocratie brésilienne s'est tout à fait dégradée. C'est dans ce contexte que s'inscrit la condamnation à une peine de prison de l'ex-président progressiste Lula. Le journal L'Humanité a interrogé Maud Chirio, historienne et spécialiste du Brésil, sur la situation dans ce pays. Nous publions ici cette interview.

Cheminots, éboueurs, pilotes d’Air France, électriciens, étudiants… Chaque semaine, un nouveau secteur semble se joindre à un mouvement social grandissant… Il se passe quelque chose chez nos voisins, qui concerne tous les travailleurs européens.

Les assemblées étudiantes et les blocages se multiplient dans les universités en France. Les étudiants s’opposent à la mise en place de la sélection à l’entrée des universités visant à en réduire l’accès. Une lutte qui, dans le cadre du mouvement plus large pour la défense des services publics mené par les cheminots, peut faire tache d’huile.

ls étaient très nombreux ce vendredi 13 avril à soutenir Bruno Verlaeckt et Tom Devoght, deux syndicalistes anversois qui risquent une peine de prison de cinq à dix ans pour avoir participé à un piquet de grève.La salle d'audience était pleine à craquer, et pour cause : ce serait un dangereux précédent.

Cela fait des années qu’Asian Dub Foundation lutte contre l’injustice et l’oppression.

Le site d’infos alternatif français Le Vent se lève s’est penché sur le PTB : « Dans un système politique complexe de coalition et à l’approche des élections communales et fédérales en 2018 et 2019, le PTB inquiète les partis traditionnels en bouleversant de vieux équilibres. Nous avons pu nous entretenir avec David Pestieau, vice-président du parti ». Nous reprenons des extraits de cette interview. 

Cela ne fait pas les titres des journaux mais, chaque année, des dizaines de délégués syndicaux sont licenciés. Des travailleurs qui sont élus par leurs collègues au conseil d’entreprise ou au comité pour la prévention et la protection au travail. Jan Buelens, avocat à Progress Lawyers Network, explique la situation.

Le 20 juin dernier, la déléguée BBTK (le SETCa flamand) Melissa Cowpe recevait un pli recommandé de la Croix-Rouge : licenciement pour faute grave. Un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Melissa conteste son licenciement au tribunal. Ce dernier lui donne deux fois gain de cause. Toutefois, la Croix-Rouge maintient le licenciement. Mais Melissa ne s’avoue pas vaincue.