Glyphosate : la Commission européenne au service de Monsanto

Photo Chafer Machinery / Flickr
Photo Chafer Machinery / Flickr

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

La commission européenne préfère prolonger le glyphosate pour favoriser la multinationales Monsanto, c'est une honte !!! Elle donne le feu vert pour empoisonné les populations, pour que là multinationales s'enrichit aux détriment de la planète et surtout des êtres humains ! À quand une Europe pour les gens !?
SAINT MONSANTO Le glyphosate est une substance active autorisée en Europe et très largement utilisée en France, en tant qu’herbicide, à la fois par les professionnels (tonnage annuel compris entre 5157 tonnes et un peu plus de 7421 tonnes entre 2008 et 2014), mais aussi par les jardiniers amateurs (tonnage annuel compris entre 1264 et 2055 tonnes entre 2008 et 2014) Monsanto propose une gamme de désherbants à base de glyphosate contenant de moins en moins de tallow-amines 08/04/2016 Dans son avis du 9 février 2016, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire) précisait son intention d’étudier les co-formulants présents dans les produits phytosanitaires, en particulier ceux de la famille des tallow-amines présents dans les désherbants à base de glyphosate. Nous comprenons que l’ANSES va nous envoyer une lettre d'intention concernant ces désherbants contenant des tallow-amines. Compte tenu du débat politique qui se déroule en Europe sur la ré-homologation de la substance active glyphosate, cette lettre d'intention de l’ANSES ne nous surprendra pas. Pour des raisons commerciales et techniques, nous nous sommes déjà préparés à faire évoluer rapidement l’ensemble de notre portefeuille de désherbants à base de glyphosate vers des produits qui ne contiennent pas cette famille de co-formulant.  Fait important, les produits contenant des tallow-amines ne présentent pas un risque imminent pour la santé humaine lorsqu'ils sont utilisés conformément aux recommandations d’emploi. Lors d’une revue des données toxicologiques sur les tallow-amines en 2009, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) n’a pas identifié de preuves que les tallow-amines sont neurotoxiques, mutagènes ou clastogènes.  Dans les prochaines semaines, nous éclaircirons les préoccupations et les intentions de l'ANSES et nous fournirons les compléments d’information scientifique nécessaires, si besoin est. D’ici là, nous allons continuer la transition de notre portefeuille de désherbants déjà en cours et nous nous conformerons à la décision finale de l'agence. Nous sommes convaincus que nous disposons d’une large gamme de produits qui continuera à répondre aux besoins de tous nos clients en France.   Des co-formulants, tels que les tallow-amines, sont des substances savonneuses qui aident à réduire la tension à la surface de l'eau. Ces co-formulants, aussi appelés tensio-actifs, sont présents dans de nombreux produits de consommation courante tels que le dentifrice, les déodorants, les shampoings, les détergents et de nombreux autres produits de nettoyage. Un tensio-actif améliore l’action d’un désherbant sur les mauvaises herbes ciblées en lui permettant d’adhérer aux feuilles au lieu de s’écouler sur le sol. Questions et réponses  Q1. Qu’implique cette possible décision pour votre entreprise et votre activité en France ? L’activité glyphosate en France est dynamique. Nous proposons une large gamme de produits pour répondre aux besoins de nos clients. Nous sommes très confiants quant à notre capacité à continuer à répondre à ces besoins dans l’avenir. Q2. Que sont les agents tensio-actifs utilisés dans les désherbants ? Les tensio-actifs sont des substances savonneuses qui aident à réduire les tensions superficielles de l’eau. Les tensio-actifs sont présents dans de nombreux produits du quotidien comme le dentifrice, les déodorants, les shampooings, les détergents et de nombreux autres produits de nettoyage. Les savons et détergents associent eau et tensio-actifs (avec d’autres ingrédients) pour nettoyer nos cheveux, notre vaisselle, nos mains ou encore nos vêtements. Par exemple, les tensio-actifs présents dans les shampooings réduisent la tension de surface de l’eau pour lui permettre de se répartir sur l’ensemble de la chevelure et éliminer la couche de sébum sur les cheveux. Un tensio-actif améliore l’action d’un désherbant sur les mauvaises herbes ciblées en lui permettant d’adhérer aux feuilles au lieu de s’écouler sur le sol. Q3. Les tallow-amines posent-elles un risque pour la santé ou l’environnement ? Les tensio-actifs à base de tallow-amines sont utilisés sans risque depuis de nombreuses années. Tous nos désherbants, qu’ils contiennent ou non des tallow-amines, aux propriétés tensio-actives, ont été évalués par les autorités réglementaires compétentes qui ont jugé que ces produits ne présentent pas de risques inacceptables pour l’homme ou l’environnement lorsqu’ils sont utilisés conformément aux recommandations d’emploi. Q4. L’utilisation de produits à base de tallow-amines pose-t-elle un risque immédiat pour la santé humaine ? Les produits à base de tallow-amines ne présentent pas de risque imminent pour la santé humaine lorsqu’ils sont utilisés conformément aux recommandations d’emploi. Lors d’une revue des données toxicologiques sur les tallow-amines en 2009, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) n’a pas prouvé que les tallow-amines sont neurotoxiques, mutagènes ou clastogènes.   Q5. Vos produits à base de glyphosate ont-ils été évalués quant à leur sûreté ? Oui. Tous nos produits désherbants à base de glyphosate, qu’ils contiennent ou non des tallow-amines, aux propriétés tensio-actives, ont été évalués par les autorités réglementaires compétentes. Il a été déterminé qu’ils ne présentent aucun risque inacceptable pour la santé humaine ou l’environnement s’ils sont utilisés conformément aux Recommandations d’emploi. Q6. Est-ce un nouveau rebondissement dans le processus de réhomologation du glyphosate en Europe ? Non. Dans le cadre du processus réhomologation du glyphosate, il y a eu une discussion plus large sur l’utilisation des co-formulants dans les désherbants. Compte tenu du débat politique en court, cette lettre d’intention de l’ANSES n’est pas une surprise. Q7. Anticipez-vous de nouvelles restrictions sur les co-formulants et les tension-actifs à l’avenir ? Nous continuons à communiquer régulièrement avec les autorités réglementaires européennes et françaises. Nous souhaitons que les décisions sur les sujets réglementaires soient prises sur une base scientifique, plutôt que sur une base émotionnelle http://www.monsanto.com/global/fr/actualites/pages/monsanto-transitions-loin-de-tallowamine-dans-les-produits.aspx
Le premier argument de vente dû glyphosate ,c'est l'enrichissement de multinationales aux détriment des êtres vivants !!! Part contre le boycotte de ce poison très controversé , aux niveaux européens peut paraître utopique , mais si cela se mettrait en place dans le cas ici de Monsanto , alors là cette multinationales devrait tenir compte d'une demande d'un produit sans risque pour les êtres humains ,est c'est tout à fait légitime !!!
Nous appauvrir en nous détroussant (taxes en tous genres, taux zéro, spéculations sur les produits de 1ère nécessités, ...) ne suffit pas à apaiser cette soif d'argent de ceux qui nous dominent, il faut aussi (les laisser) nous empoisonner à petit feu... Le déficit de la sécu explose à nouveau, la faute a qui ? En laissant ces puissances produirent n'importe quoi et n'importe comment, il n'est pas étonnant que l'on développe une multitude de pathologies (cancers, Parkinson, etc.). L'humain ne demande pas à être malade, on le rend malade. Cette Europe est vermoulue dans toutes ses institutions. Elle ne défend d'aucune manière ceux qu'elle héberge . Elle n'est qu'une puissance face à ses honnêtes citoyens et s'écrase comme une m..., face aux escrocs.
Bien parlé, rien à rajouter !!!!
Bonsoir, l'argent n'a pas d'odeur. (pas comme ces infâmes produits chimiques...) D'un côté, l'on fait des efforts (le désherbage par le feu par exemple) anéantis par d'autres...

De nombreux membres du PTB et de ses mouvements de jeunes étaient présents aujourd’hui à Bruxelles, parmi les plus de 10 000 personnes qui ont défilé en solidarité avec tous les migrants et contre la criminalisation des citoyens et du monde associatif qui organisent la solidarité là où l’État n’est plus présent.

Attentat néonazi, corruption, mafia… Sur fond d’une crise inouïe, l’Italie s’approche des élections parlementaires du 4 mars prochain. Alors que la social-démocratie assume son virage ultra-libéral, la droite recycle Berlusconi et s’en prend aux étrangers. À gauche, un nouvel acteur essaie de remettre les pendules à l’heure : ce sont les partis traditionnels, et non les migrants, qui sont responsables du chômage et de la précarité.

Pour beaucoup de travailleurs du public, le projet de loi sur les métiers pénibles est un coup de canif dans leur droit à la pension. C’est pourquoi la CGSP entre en action le 27 février prochain. D'autres secteurs pourraient suivre. Mais qu'est-ce qui fâche autant ces travailleurs ?

Ce n'est pas parce que le travail à la chaîne ne ressemble plus tout à fait aux " Temps modernes " de Charlie Chaplin que les travailleurs ne le vivent pas comme épuisant.

Aux élections, ils ont perdu près de 14 % des voix et, pourtant, le social-démocrate Martin Schulz (SPD) et Angela Merkel (CDU) entrent dans une nouvelle « grande coalition » (« GroKo »). Pour tenter d'apaiser la base du SPD, en colère, Martin Schulz a démissionné de la présidence du parti.

Vendredi soir 9 février. Des policiers débarquent en force dans le centre culturel Globe Aroma à Bruxelles dans le cadre d'un contrôle multidisciplinaire. Sept personnes qui ne peuvent pas présenter de titre de séjour valide sont arrêtées. L'indignation est très forte dans le secteur culturel qui estime qu'ici, une limite a été franchie et que tout le milieu associatif est menacé.

Mounir vit et travaille depuis 12 ans en Belgique. Il y a aussi développé un engagement fort en faveur de l'égalité des droits pour tous les travailleurs. Mais il est jugé « illégal » par l’État, et se trouve aujourd'hui dans un centre fermé. « Nous voulons pouvoir contribuer à la sécurité sociale, mais le gouvernement nous traite comme des criminels. »

Depuis le début de l’an dernier, les malades de longue durée sous soumis à la réintégration au marché de l’emploi. « Avec quel résultat ? Dans sept cas sur dix, les employeurs prétendent qu’aucun travail adapté ou autre n’est disponible chez eux et les malades sont alors licenciés sans la moindre indemnité », écrit Peter Mertens.

Le gouvernement et le ministre des Pensions voulaient aller vite. Avant la Noël, déposer un premier texte de sa fameuse « pension à points » - alias la « pension tombola ». Et avancer dans la suppression de tous les régimes de pension ou prépension permettant de s’arrêter de travailler à 55 ou 58 ans. La mobilisation sociale de novembre et décembre l’a poussé à temporiser. Mais temporiser n’est pas abandonner.

En décembre dernier, 40 000 travailleurs, du nord comme du sud du pays, du secteur public comme du secteur privé, s'étaient mobilisés pour la défense de leur pension. Ce 1er février, ce sont les enseignants de toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui ont arrêté le travail pour dénoncer les mesures du gouvernement en matière de pensions. Ils ont mené plusieurs actions. Exemple à La Louvière qui, en cette saison des carnavals, a vu défiler un cortège de vieillards : des profs maintenus au travail jusqu'à 67 ans.