Kris Peeters profite des vacances pour tenter de faire de la semaine de 38 heures une coquille vide

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Il faut vraiment penser aux gens courageux, qui veulent avoir des conditions normales de travail et pour ceux qui n'ont pas la chance de travailler, leur donner l'envie de le faire.
Ils profite de ce drame en France et les vacances pour faire passer sont projet d'un autre temps en douce , quelle honte ce gouvernement MR NVA !!! Jamais connu ça en Belgique !!! Bien vite les élections 2019 ; pour permetter moi, leurs donnés un bon coup de pied au cul !!!!
laissez de la place aux jeunes ,ils n'ont plus d'avenir .Soyez de vrais responsables pour un futur au lieu de penser le moment présent
A la place de son projet pour la flexibilité et tuer les travailleurs, qu'il planche pour un projet pour la pénibilité le travail de nuit les boulots lourds .....
c'est purement crapuleux d'obliger les citoyens a travailler plus pour le même salaire c'est une honte qu'il dégage du gouvernement ainsi que Charles Michel et tout les autres.
c'est purement crapuleux d'obliger les citoyens à travailler plus pour le même salaire c'est une honte qu'il dégage du gouvernement ainsi que Charles Michel et tout les autres et ce n'est certainement pas ça qui va donner du travail en plus, bien au contraire les patrons vont faire n'importe quoi avec cette loi débile il y aura encore plus de citoyens en burnaut
Pour bien faire comprendre ce Projet 'Peeters' , ne serait-il pas éclairant de montrer schématiquement, la ressemblance, ou le parallélisme avec le récent projet français 'El-Khomri' ? : peut-être synthétiser la comparaison en deux colonnes : les points de similarité, d'une part, et les points de non-ressemblance, d'autre part ?! Toute une analyse politique est possible à partir de là. Merci.
C'est carrément un retour aux moyens âge, pour surtout favorisé les entreprises, pour qu'elle fasse de plus grand bénéfice à leurs convenances personnelles, mais au détriment des travailleurs ! C'est une honte, les travailleurs ne sont pas des machines ni les esclaves du patronat , car ici avec ce projet, c'est bien le cas ! Je n'aurais jamais pensé voir cela en 2016 ......, mais avec un gouvernement telle que nous avons, c'est pas étonnant !
Bravo pour votre démarche.
on a ras-le-bol de toujours payer payer payer pourquoi les riches ne paye pas ils savent pas que c'est de travailler la Belgique devient de plus en plus pauvres
les travailleurs réveillez-vous travailleurs votez pour PTB votez
Non merci
Non un grand non à cette folie libérale. Honte d être belge.
France: la controversée loi travail définitivement adoptée Belga - jeudi 21 juillet 2016 La réforme du droit du travail en France, à l'origine de plusieurs mois de manifestations, a été considérée jeudi comme officiellement adoptée, aucune motion de censure n'ayant été déposée à l'Assemblée nationale contre le gouvernement, a annoncé le président de l'Assemblée Claude Bartolone. Le Premier ministre socialiste Manuel Valls a salué "un grand pas pour la réforme de notre pays: plus de droits pour les salariés, plus de visibilité pour nos PME, plus d'emplois". Mais l'opposition de droite ainsi que l'extrême gauche ont annoncé leur intention de saisir le Conseil constitutionnel sur la validité de cette loi. De leur côté, des syndicats ont promis de reprendre la mobilisation le 15 septembre. Le gouvernement a eu recours mercredi, pour la troisième fois, à l'arme constitutionnelle de la question de confiance pour permettre l'adoption, sans vote, du dernier grand projet du quinquennat de François Hollande avant l'élection présidentielle en 2017. Dans un hémicycle quasi désert, M. Bartolone a constaté jeudi après-midi qu'aucune motion de censure n'avait été déposée et que le texte était considéré comme définitivement adopté. La loi travail est censée fluidifier le marché de l'emploi dans un pays où le chômage culmine à 10%. Mais ses détracteurs la jugent trop favorable aux employeurs au détriment des salariés. Le projet a rencontré une forte opposition à gauche. Plusieurs manifestations, dont certaines entachées de violences, ont été organisées par des syndicats contestataires depuis mars. Au coeur de la contestation, une disposition accorde la priorité aux accords d'entreprises sur ceux conclus au niveau des branches professionnelles. Le patronat avait quant à lui applaudi la première version du texte début mars, avant de critiquer ses évolutions sous la pression des syndicats réformistes. C'est la deuxième fois sous un gouvernement piloté par Manuel Valls qu'un texte est adopté via cette procédure, après une loi portant sur la libéralisation de certains secteurs d'activité. Un groupe de députés socialites frondeurs avait aussi annoncé son intention de refuser de voter la loi Travail. A deux voix près, ces frondeurs auront échoué, par deux fois, à déposer une motion de censure inédite contre leur gouvernement.
pourquoi le syndic quand les se faire ,il faudrait une bonne révolution

Une étude allemande relevée le 8 août par le PTB montre comment le gouvernement et l’Afsca ont tenté de minimiser l’importance du scandale du Fipronil. Une affaire qui révèle à la fois le cynisme d’un gouvernement qui fait passer le dogme néolibéral avant la santé publique et les dérives d’une agro-industrie qui cherche le profit maximum en se moquant des règles sanitaires.

Les personnes à la tête des réseaux mafieux de passeurs, qui font venir des réfugiés en Europe en échange de plusieurs milliers de dollars, sont connues. C’est que révèle un rapport d’experts des Nations Unies. Mais l'Union Européenne les laisse agir en toute impunité. Le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) a également fait savoir qu'il ne comptait pas s'en prendre à elles.

Ahmad Wali Ahmad Yar, d’origine afghane et diplômé d’un master en sciences politiques à l’ULB, est actif dans le groupe Amitiés sans frontières. Il réagit à l’attentat particulièrement meurtrier du
31 mai à Kaboul.

Ce sont des jours de tension pour le Venezuela et son projet de société à caractère social, la révolution bolivarienne. Le dimanche 30 juillet auront lieu des élections pour une assemblée constituante. L’opposition de droite les boycotte et mise sur la violence des rues contre le gouvernement de Maduro. Trump, la CIA, mais aussi la Commission européenne, s’en mêlent. Qui en sortira gagnant ? 

À chaque session d’examens, RedFox organise les Boostdays, ces journées de révision et d’étude collective qui permettent aux jeunes du secondaire de venir travailler dans un cadre studieux. Et solidaire.

Les élections approchant, la N-VA réveille la lutte identitaire. Elle veut que des compétences comme la mobilité et la justice reviennent entièrement à la Flandre. Mais l’emprise nationaliste flamande se veut aussi beaucoup plus forte sur le secteur artistique et culturel.

À la fin de cette année, la SNCB appliquera une nouvelle grille horaire. Les navetteurs et riverains de la gare de Gentbrugge, dans la périphérie de Gand, l’attendent de pied ferme. En effet, en 2014, la SNCB avait supprimé la plupart des trains dans leur petite gare. Mais, après plus de deux années d’actions constantes, ils ont réussi à obtenir que les trains s’arrêtent à nouveau chez eux.

Captain SKA cartonne actuellement dans les hit-parades britanniques avec sa chanson contre la Première ministre Theresa May. Le succès de Liar Liar GE2017 leur a valu d’être invités dans nombre de festivals d’été, mais le groupe préfère jouer dans les festivals dont ils se sentent proches. Et ManiFiesta en fait assurément partie.

C’était le 31 mai 2017, à l’entrée de la VRT à Bruxelles. Plutôt qu’une caisse de vin ou un pot d’adieu, un piquet était le cadeau de remerciement de l’équipe de la CGSP à son président, Luk Vandenhoeck. Retour sur 45 ans d’engagement syndical et politique.

Le 7 juillet 2017, 122 pays ont signé un traité interdisant les armes nucléaires. Il ne s’agit pas d’un simple morceau de papier symbolique, mais d’un traité contraignant, que l’on peut vraiment qualifier d’historique. La Belgique n’est absolument pas au rendez-vous, bien au contraire.