La ligne dure de l'Europe torpille la négociation avec la Grèce

Précédent
Suivant

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Non à l austerité, contrôle fiscal renforcé pour les grandes fortunes et entreprises, ...
je prône pour une Europe sociale pour le peuple européen. Stop aux dérives!
La Grèce est le berceau d'un peuple en souffrance, et nous ne l'aidons pas. C'est aussi le berceau orné des joyaux culturels et environnementaux de notre civilisation, et nous le laissons en proie à de vulgaires financiers prêts à en acheter tous ses trésors pour les rentabiliser au prix, le plus souvent, de destructions majeures. Quoi qu'il en soit, est-il normal que la grande fratrie européenne abandonne lâchement cette petite soeur en lui reprochant quelques péchés de jeunesse? L'allemagne ne se souvient-elle pas de l'aide reçue pour sa réunification? Les pays européens ne veulent-ils pas reconnaître les avantages acquis par la formation d'une Europe unie? Les Européens sont-ils suffisamment naïfs pour ne pas comprendre qu'il s'agit peut-être du début d'un détricottage de l'Europe, qui espérons le deviendra quand même bien un jour, au-delà d'un simple outil économique, un gage de paix bien sûr, mais également d'égalité sociale, salariale, de protection environnementale et des droits humains et d'autonomie énergétique? Sont-ils assez bêtes pour ne pas comprendre que les USA n'attendent que notre dégringolade? Alors, Angela et les autres, vos intérêts politiques, votre phobie de la gauche, valent-ils bien la peine de risquer l'éclatement de ce grand espoir européen? Même si cette aide à la Grèce constitue un précédent que d'autre pays européens affaiblis ne manqueront pas de saisir comme une aubaine - et pourquoi pas? -, TINA que de dire "OUI" à la Grèce. W.DESERT
Les Grecs , ont raison , l'Islande a fait la même , le ministère de finance grecs est encore trop bon , la BCE il n'y a que des criminels , financiers , responsable de toute les crises, qui se passe au sein de l'union européenne , en plus ils sont a la solde de multi national , banque Anglaise et certaines Américains, Il faut arrêter , et le seul moyen , est que la BCE emprunter directement au états membres , a du 0, 75 % De deux ,aucun ministre de aucun pays , ne peu siégé dans aucune assemble de banques quelque soit le pays, ni avoir des action dans ces Banques , c est le seul moyen pour que l'Europe avoir un avenir , et que surtout les ouvriers , et employé puisse continuer de vivre , aussi non qu'on le veuille ou non , la guerre sera au rendez - vous , tôt ou tard , les salaires du nord au sud doivent être les mêmes , pour éviter que certains personne vient pour moins cher , et que certaines firmes , mettent leurs société dans les pays moins taxer , unifié harmoniser , , merci de lire.
Cet argument de Merkel qui donne un profil figé applicable à tous les gouvernements grecs qui auraient la même stratégie, les mêmes comportements et soi-disant l'art de noyer le poisson pour embobiner leurs partenaires est un raisonnement odieux qui en dit long sur le mépris de Merkel vis-à-vis du peuple grec et l'espoir qu'elle nourrit que sur ce postulat, l'Europe la suivra. Ce que ne dément aucune des institutions européennes concernées. Que les détenteurs de fortunes acquises sur le dos du peuple grec soient convoqués, jugés et sommés de rembourser l'Etat grec, ce serait déjà une garantie d'amorce du redressement financier de l'île. Je soutiens sur toutes ses propositions l'alternative proposée par le nouveau gouvernement.
Les élus du peuple grec ont osé affronter la politique de l'Europe. Bravo ! Je les trouve courageux. Je suis tout à fait d'accord sur le fait que "ce qui se passe aujourd'hui n'est pas une question grecque mais une question européenne, qui concerne tous les peuples d'Europe qui s'opposent aux plans d'austérité et aux réformes anti-sociales"
Connaissons-nous encore le mot solidarité en Europe? Nous n'avons plus qu'un Dieu: l'argent

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.

« "Lorsqu’elle a été élue bourgmestre de Barcelone, Ada Colau a immédiatement diminué son salaire de manière drastique", ai-je expliqué lors d’une interview ce dimanche à la radio. Siegfried Bracke en a avalé son café de travers et tweeté son mécontentement. Alors que des villes comme Anvers et Bruxelles ont beaucoup à apprendre de comment Barcelone révolutionne la ville », écrit Peter Mertens, le président du PTB, dans une opinion parue sur LeVif.be.

Dans un rapport résultant de quatre ans de recherche internationale, plus de 400 scientifiques ont tiré des conclusions catégoriques : l’agriculture industrielle est nocive pour le climat, la santé, l’économie, le développement et l’environnement, et l’avenir, c’est l’agro-écologie. Même si, d’ici 2050, il faudra nourrir neuf milliards de gens. 

Jeremy Corbyn, le dirigeant du Labour, est le surprenant gagnant des élections législatives britanniques. Avec son résultat, il prive le Parti conservateur de sa majorité absolue. Les médias, l’establishment et même son propre parti ont pourtant tout fait pour saboter Corbyn. Mais son discours de gauche authentique a fait mouche. Tout comme Mélenchon en France et Sanders aux États-Unis, Corbyn a avant tout rallié les voix des jeunes et des travailleurs. 63% des jeunes ont voté Labour. Ce succès peut désormais donner l’impulsion à un large mouvement social.