Le gouvernement grec plie, mais l’Union européenne en aura-t-elle jamais assez ?

Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia
Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Nous avons pour devoir de continuer à soutenir Syriza, parce que nous avons pour devoir de soutenir le peuple Grec. Mais dès le début cela n'était-il pas voué à l'échec, non pas parce que la demande du peuple Grec était trop élevée, mais parce que Syriza est plus proche de la sociale démocratie (même si dans son cas c'est plutôt l'aile gauche de celle-ci), que d'un parti foncièrement anti-capitaliste ? Nous avons pour devoir de soutenir le peuple Grec, mais le soutien à Syriza à ses limites. Soutenir une capitulation larvée, c'est laisser la place à d'autres, s'il y a implosion de ce parti !! D'autres qui seront probablement bien loin de la sociale démocratie et de la gauche !!
Le pire serait que le peuple grec retire sa confiance à Syriza car il est d'évidence que ce serait la meilleure solution pour les dirigeants européens les plus insensibles et tenant d'un libéralisme de "l'Ouest". D'autant plus qu'une sortie de l'euro pour la Grèce signifierait que des accords extérieurs leur sont favorables. D'autant plus que ce coup de force servirait d'exemple pour utiliser sans scrupules des méthodes musclées vis-à-vis d'autres tentatives de peuples européens de s'opposer à l'austérité. Il ne faut surtout pas relâcher notre solidarité.
Vous oubliez qu'il existe une alternative encore pour le peuple grec qui fera encore moins plaisir à l'Europe mais à nous aussi. Le fameux parti d'extrême droite fasciste "l'Aube dorée". Non seulement on s'éloignerait d'une gauche mais en plus, je pense qu'ils seraient encore moins conscilliant que Syriza. Non seulement ce serait une perte pour la démocratie en Grèce et peut-être aussi pour l'UE qui y reverrait pas son argent.

Il y a quelques jours, une équipe de CNN a sorti une vidéo terrifiante. Des migrants étaient vendus comme esclave pour une somme allant de 300 à 500 dollars dans une ville à proximité de Tripoli, la capitale Libyenne. Les images ont choqué de nombreuses personnes qui voient réapparaître le fantôme de l’esclavage qui a si longtemps détruit les populations africaines.

Victime d’un viol, Norine raconte son parcourt pour nous permettre de comprendre les barrières à surmonter pour les victimes. Un témoignage qui montre aussi que la justice dans notre pays n’est pas au service des victimes.

Deux chauffeurs Uber viennent de gagner en appel contre la plateforme.

La principale confédération syndicale portugaise appelait à une manifestation nationale, samedi dernier, pour une augmentation du pouvoir d’achat. Elle réclame une meilleure redistribution des richesses, fruit de la timide reprise économique.

Membre du bureau du Parlement catalan, le communiste Joan Josep Nuet est lui aussi poursuivi pour « sédition ». Son dossier, bâclé, illustre l’offensive antidémocratique de Rajoy.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, adressait une lettre à la Fédération sioniste dans laquelle il accordait le soutien de son gouvernement à la création d’un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est à l’origine de la colonisation de la Palestine, qui se poursuit aujourd’hui.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.