« Oui, Monsieur Theo Francken, je suis émotive »

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Bonjour, L'émotion face aux conditions d'arrivée des immigrants est certes compréhensible. Mais elle ne suffit pas à appréhender l'ensemble de la problématique de l'immigration massive à laquelle doivent s'attendre les pays européens si, en amont, les gouvernements de ceux-ci ne se concertent pas avec les gouvernements d'Afrique et du Moyen-Orient, avec la ferme intention d'équilibrer la répartition des richesses entre le Nord et le Sud, d'une façon générale. Il apparaît que la Belgique fait actuellement ce qu'elle peut pour accueillir les immigrants mais il faut avoir la lucidité et le courage de dire que les moyens ne sont pas extensibles à l'infini et que la cohabitation des autochtones et des immigrés, à un certain seuil (qui le définira ? sinon la population, dans son ensemble), deviendra de plus en plus difficile. Ceci n'est pas un avis mais le résultat d'une observation objective de la situation. Une difficulté à laquelle on se heurte, c'est qu'il n'existe aucun canal officiel de l'expression souveraine de la population concernant un enjeu aussi crucial de l'avenir du pays (à quand une réforme de la Constitution qui inclurait l'expression des citoyens par voie de referendum à propos d'enjeux nationaux ?). L'évidence du multi-culturalisme que nos pseudo-élites ont fait accroire aux citoyens de ce pays, ces quarante dernières années, se révèle fausse et inopérante et d'un angélisme béat. Il va falloir se poser beaucoup de questions à propos de la coexistence, ces temps prochains, pour ne pas être débordés par les réactions d'humeur d'une population dont on ne peut pas ne pas tenir compte de l'avis et pour mettre en place une politique cohérente de l'immigration. Cette politique devra donc mentionner des limites claires et précises à ne pas dépasser pour ce qui est du nombre de personnes à accueillir et à faire respecter rigoureusement ces limites. Ceci implique encore que cette question soit traitée et résolue à l'échelle de l'Etat-nation et non plus à l'échelle de l'Union Européenne qui est une dictature soft, avec le résultat, dans ce domaine comme dans d'autres, d'émettre des directives suivies d'une cacophonie générale : il n'y aura jamais de consensus à l'échelle européenne en matière d'immigration. Dès lors, à ce propos comme sur d'autre sujet, retrouver la souveraineté nationale devient un enjeu essentiel, sinon le principal pour les Etats européens, et ceci, au détriment d'un internationalisme rêvé qui fait beau jeu et les beaux jours du projet criminel du capitalisme, allié « naturel » à celui du Nouvel Ordre Mondial.
je suis d accord avec certaine de vos idée ,mais je crois que vous pensé que la belgique est le nombril du monde est tout le monde peut venir chez nous ,j ai lu un passage d un texte qui disait que trop ( comme maintenant ) d immigration tue le social est c est normale ou trouver l argent pour les nourrir et loger ,habit,école ect ect en plus des patrons qui jouent a la concurrence vers le bas, est ce que le ptb avec le gouvernement prend en charge ces gens avec leurs argents et non les denier public car les gens du pays on difficiles a vivre a ce soigner ect ect retombé les pieds sur terre, du bon sens quant il y aura trop de misère chez nous qui viendra nous aidé ( voir le peuple grecs )
Je suis aussi émotive Madame. Je suis jours et nuits, boulversée par ce drame des migrants, vécu en direct et en continu (tout en sachant très bien qu'il a toujours existé). C'est un sujet de discussion récurrent en famille. Mais que faire ? Depuis des années je paie 5€ par mois à Médecins du Monde. Et je ne cherche pas à laver ma conscience ! Je suis une famille monoparentale avec deux enfants aux études et je me bats chaque jour pour garder la tête hors de l'eau. Je n'ai pas le temps d'être bénévole pour aider ces personnes. J'achète des produits belges ou locaux issus d'une agriculture raisonnée et responsable ou bio. Pour les produits étrangers, j'achète fairtrade. Je trie mes déchêts scrupuleusement et je porte régulièrement à OXFAM. Je n'arrose pas mon jardin avec de l'eau du robinet. Ce drame dépasse complètement le citoyen que je suis : il est évident que c'est une période trouble, de transition vers je ne sais pas quoi. Il est évident que les "équilibres" Nord Sud volent en éclats. Une Europe de droite, un gouvernement belge de droite : le citoyen n'est pas un idiot, il comprend bien des choses. Alors que peut-il faire le citoyen ?
personnellement je ne suis pas totalement d'accord avec cet article, car cet article ne montre que une face du problème, le drame incontestable de cette immigration de masse ,en causes les guerres et les dictature religieuses et autres dans ces pays...Et même si à la base l’occident et surtout les Etat- Unis sont responsable en partie de ce qu'il se passe . Pouvons nous encore accueillir plus de personne alors que nous ne sommes pas dans un bonne situation économique , que nous laissons mourir nos sans abris dans les rues, que nous avons déjà une très forte population immigrée ,que le chômage et les problèmes sociaux sont bien là ...Tans que le pouvoir de l'argent prévaut sur la vie et la morale,nous continuerons de glisser vers l'enfer...La création de richesse ,n'a jamais été aussi grande ,ni jamais aussi mal réparti...la crise qui s'installe, la dégradation de la nature ,la pauvreté ,le chômage ,montre les danger et les limites de ce système. Et,nous pauvres personnes simples déjà dans la tourmente,que pouvons nous y faire?
Je vous approuve de tout mon cœur. Quel beau courage et quelle juste plaidoirie. On s'étonne toujours de voir arriver ceux dont nos gouvernants ont envahi le pays. En matière de remède, il est maintenant question de s'établir et de "gérer" dans ces mêmes pays des camps de réfugiés "protégés" par les bons offices de nos représentants et de procéder sur place à un"tri" quant à ceux qui mériteront d'être hébergés par l'Europe et ceux qui n'auront pas la chance de plaire. Comment rester dupes de ce marché ignoble ?
Pour la première fois depuis dix ans, tous les syndicats de la Fonction publique, qui compte 5,4 millions de salariés en France, étaient dans la rue ce mardi. Rejoints par de nombreux secteurs, ils luttent contre la volonté du président Macron de supprimer 120 000 emplois, casser leur statut, ouvrir la porte aux contrats précaires... Reportage au milieu du cortège parisien.
Depuis deux mois, les travailleurs français sont en lutte contre les plans du président Emmanuel Macron et les politiques libérales de l'Union européenne. Dans ce combat, les cheminots sont la locomotive. Décryptage avec un des conducteurs de cette locomotive, le Secrétaire général de la CGT Cheminots.

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. En guerre, le nouveau film de Stéphane Brizé (La Loi du marché), avec Vincent Lindon, est saisissant de réalisme. Un récit puissant, un film qui questionne.

Après avoir gagné l'Eurovision et accueilli le départ du Giro, Israël célèbre ce 14 mai les 70 ans de sa fondation et accueille la nouvelle ambassade des USA à Jérusalem. De leur côté,  les Palestiniens prévoient ce 15 mai une marche avec jusqu'à un million de manifestants à Gaza, en clôture du cycle de protestations de la « Grande Marche du Retour » et pour commémorer les 70 ans de la Nakba, la « catastrophe » de la création d'Israël en 1948, qui a forcé 750 000 Palestiniens à quitter leurs villages. Entretien avec Hamdan Al Damiri, coordinateur de la communauté palestinienne en Belgique.

Theo Francken utilise une nouvelle fois la situation au parc Maximilien pour déshumaniser les personnes dont le seul crime est de fuir la guerre, la persécutions et la misère. Le nombre de migrants n’a pourtant pas augmenté ces derniers mois. S'ils doivent dormir dehors, c’est uniquement parce que le centre d’accueil où ils dormaient cet hiver a fermé ses portes.
Campus universitaires bloqués, assemblées générales et manifestations : le mouvement social qui traverse l'hexagone touche également les étudiants français. Rencontre avec Charlotte Dumont, responsable à Comac (mouvement étudiant du PTB), qui s’est rendue une semaine en France au cœur du mouvement étudiant.

Ce 15 mai sera commémoré le 70e anniversaire de la Nakba (« catastrophe »). Le terme désigne les conséquences pour les Palestiniens de la défaite des armées arabes face aux troupes sionistes en 1948. La plus importante de ces conséquences est l’expulsion de près de 750 000 personnes des territoires conquis par Israël.

Comac, le mouvement étudiant du PTB, et ManiFiesta, la Fête de la Solidarité, ont lancé hier le festival « Stand Up To Racism » à la VUB à Bruxelles. Une journée complète de slam, hip-hop, stands associatifs, concerts contre la peur et la haine de l’autre.

Cette année, le 1er mai du PTB à Liège a été marqué par la présence de cheminots français en lutte. Rencontre avec Matthieu Bolle-Reddat, conducteur de train et Secrétaire général de la CGT Cheminots Versailles.

Le tour d’Italie (« Giro ») a débuté en Israël. Grâce à un richissime homme d’affaires qui assume la quasi-totalité des coûts. Ce qui provoque des tensions chez les coureurs, mais aussi une consternation internationale. Ceux qui organisent quelque chose en Israël ne peuvent ignorer le contexte politique du pays.