« Quel plan la gauche a-t-elle pour l’Europe ? »

De gauche à droite : Pierre Laurent (PCF), Zoe Konstantopoulou (ex-présidente du Parlement grec), Peter Mertens (PTB) et Ismael Gonzalez (IU). (Photo : Dieter Boone)
De gauche à droite : Pierre Laurent (PCF), Zoe Konstantopoulou (ex-présidente du Parlement grec), Peter Mertens (PTB) et Ismael Gonzalez (IU). (Photo : Dieter Boone)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

C'EST vrais que cette Europe et aux services dû grand capital et rend les travailleurs à la Mercie de multinationales avide d'argent et pour y arriver n'hésitent pas à mettre la pression sur les travailleurs est également lès états membres, pour elles être le maître absolu ! Une autre Europe deviendra inévitable, car si cela continue dans cette voie d'austérité européenne et antidémocratique, antisocial.., les populations vont finir par se révolter contre ce système capitaliste, qui tue peut à peut les populations !
Les citoyens en ont à juste titre assez des privilèges que s'arrogent les politiques. Alors ils se tournent vers des voix neuves, quitte à ne pas vraiment examiner les programmes et se focaliser sur des déclarations tonitruantes de tribuns populaires. Ainsi le Flamand a plébiscité la NVA qui promet l'indépendance d'une Flandre riche plombée par ces fainéants de Wallons, le PTB promet monts et merveilles à ses électeurs souvent précarisés. Hedebouw dit qu'il gagne 1700 euros par mois mais il ment puisqu'il touche le même salaire que tous les parlementaires... Néanmoins, on veut le croire parce qu'il nous ressemble. Même schéma dans beaucoup de pays européens... L'exemple Trump montre aussi que, une fois aux affaires, il est difficile de tenir les promesses choc qu'on a faites... Ce sera pareil ici, sauf à tomber dans des extrêmes de gauche ou de droite dont l'histoire montre qu'elles n'apportent que malheur et déception... Ce que j'attends, plutôt que ces remèdes de cheval qui risquent bien de tuer la bête, c'est un homme d'Etat, quelqu'un de fondamentalement honnête qui moralise la vie politique et garde ce qu'il y a de meilleur dans notre démocratie. Est-ce si difficile de se contenter d'un mandat, de ne pas engager famille et amis dans les affaires qu'on dirige, de se comporter en se souciant du citoyen et non de sa carrière ? Winston Churchill est mort sans fortune, de Gaulle aussi. A quand la réapparition de tels politiques et la disparition des nababs du parti ?

Depuis octobre 2016, les manifestations se succèdent au Maroc. D’abord confiné dans le Nord du pays, le Rif, le mouvement s’est étendu à tout le pays, avec des dizaines de milliers de manifestants à Casablanca, Rabah et des dizaines d’autres villes. Rencontre avec Mohamed Aadel, un des animateurs du mouvement en Belgique.

Voici un aperçu du contenu du numéro de juillet. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Après l’approbation par la Commission européenne du compromis à la Belge sur la loi « Major », le parti des libéraux flamands Open Vld lance une nouvelle offensive : faire passer une nouvelle loi organisant le travail portuaire, une loi taillée sur mesure pour Fernand Huts.

Après trois années d’incertitude totale, les travailleurs portuaires belges sont enfin soulagés. La Commission européenne met un terme à la procédure contre leur statut, la Loi Major. C’est une victoire dans la lutte pour la reconnaissance de la profession et pour la protection sociale dans les ports.

Dans les années 1990, l’Anversois Tobias Schiff (1925-1999) a écrit un livre extraordinaire sur la manière dont il a survécu pendant plus d’un demi-siècle à l’univers d’Auschwitz, où il fut déporté avec sa famille. Les éditions EPO rééditent cet ouvrage.

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.