« Saisir le terrain et les équipements de Caterpillar pour obliger la multinationale à revenir sur sa décision »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

J'ai vu l'émission hier. Très bonne propos tenus par les interviewés. Dans la Libre, Kris Peeters trouve "le débat contre les multis en Belgique n'est pas très intelligent. On a en a besoin pour l'emploi. Les débats sur les intérêts notionnels sont dangereux". Il dit aussi qu'il faut miser sur "des produits spécifiques à haute valeur ajoutée. L'exemple à suivre est celui d'Audi qui a décidé de produire ses voitures électriques à Forest." Gosselies aussi est une usine avec un produit de pointe et à super haute valeur ajoutée. Chez tous les deux, la mise est sur des produits innovants dont la réussite n'est pas confirmé voitures électriques, normes CO2, Tier4). Cela ressemble plutôt à ce qu'on lance des produits à risque en Belgique parce que c'est un secret de polichinelle que chez nous le gouvernement est un paradis d'entreprises fermées au nom de l'emploi... Je souhaite courage et constance à mes potes de Caterpillar.
les politiques en Belgique se sont des manipulateurs, menteurs, ils dilapident les bas revenus pour offrir aux riches et se protéger leurs avoirs personnels. IL SERAI GRAND TEMPS DE LES FAIRE VIVRE SOUS LES 1700 EUROS (1600) suis seule avec loyer, taxes, mazout (chauffage),foncier (1100euros pourtant maison simple) fuel voiture+CT+REPARATION VOITURE+ENTRETIEN etc;taxe tv, bientôt cette taxe inventée (pour nous voler 50 euros par an si problème à la vieillesse:c'est deux pains mensuels en moins sur mon unique repas(je mange rarement un repas complet)or si on se prive pour payer notre maison c'est pour justement y arriver à la pension. DONC c'est UN VOL MASQUE DONT LES 50 EUROS DE TOUS AVEC INTERÊTS VIENDRONT PALLIER A LEURS MAUVAISES GESTIONS ET OU EVITER QU'ON PONTE SUR LEURS AVOIRS ET RICHESSES¨PERSONNELLES (faut pas prendre les crédules pour des incrédules . un bon point vous leurs dites fini vos cumuls, vous allez être mis au défit (celui de vivre sous le seuil des 2000 euros net par mois) (minimum 1 an) et vous paierez tout sans avantages (plus de chauffeurs , plus de bonus sur le fuel, plus aucune faveur )ni restos, ni entrées gratis, fini les avantages quelconques)NE DIT ON PAS : "FAUT LE VIVRE POUR LE COMPRENDRE" bien qu ' eux hypocrites car se préservent leurs avoirs et spolient les bas salaires pour s'engranger comme les multi nationales des avoirs colossaux= politique asociale . SUPPRIMER LE VOTE , plus aucun petit ne s'y rendra ; leurs discours c'est du mensonge en puissance et nous petits , des victimes impuissantes!!!!!!
vous avez dit vrais s et tous a fait juste ,que l on les face vivre avec 1400e par mois il vont voir alors s il peuve toujours se payer des chauffeur etc etc ,pour moi les politicar son des voleur
Je suis un travaileur qui travailee pour une multinacional americen ( Tenneco automotive Monroe) Gijon Espain. Sé l'histoire de 216 travaileur qui a obliga a no fermee la fabrique, annee 2013.
l'Union sacrée quelle supercherie camarades, tout est déjà décidé , c'est une fatalité le combat et tomber aux oubliettes !!! Le où les gouvernement , ON déjà en vue la soit disant reconversion d'une partie de travailleurs et pour les autres les sous traitant !? Le gouvernement MR NVA , voudrais montré qu'il compati avec les travailleurs, mais je pense avant tout qu'ils veulent ce faire de la bonne publicité pour les prochaines élections qu'il approche à grands pas ! Ils ne faudrait surtout pas oublier les attaques de ce gouvernement à l'encontre des travailleurs et allocataires sociaux !!! De la mascarade est de la comédie !!!

La crise entre les dirigeants espagnols et catalans ne s’apaise pas. Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, refuse tout dialogue et menace de prendre le contrôle direct sur la région. Les dirigeants européens soutiennent tacitement la répression. Le dirigeant catalan Puigdemont, de son côté, a organisé un référendum très discutable. Dans un jeu tactique, il a fait une déclaration d’indépendance, qu’il a de suite suspendue. Faut-il choisir entre l’autoritarisme de l’État espagnol et de l’Europe et l’indépendantisme ?

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo

Ce qui a débuté par l’annulation de six vols en Italie et en Espagne a abouti à la suppression, fin octobre, de 40 à 50 vols par jour. Des vacances bien méritées s’envolent donc en fumée pour de nombreuses personnes. Mais le personnel lui aussi subit la politique de Ryanair.

Face aux menaces de privatisations, aux coupes budgétaires, au détricotage du statut et des pensions, les travailleurs des services publics se mobilisent. Ils étaient des centaines devant le Parlement wallon et le Parlement flamand. Une première étape dans la résistance sociale avant la grève nationale du 10 octobre.

A quelques jours d’une grève, une victoire en justice de syndicalistes a une résonance particulière. Après l’interdiction des piquets, le syndicat n’a pas baissé les bras et a attaqué Infrabel en justice. 

Les images sont fortes. Au matin du 20 septembre, 14 hauts fonctionnaires de l'administration catalane ont été arrêtés par la Garde civile espagnole. L'objectif du gouvernement espagnol est d'éviter l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, programmé pour le 1 octobre.

Une délégation soudanaise est invitée par le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) pour venir identifier et ramener les réfugiés soudanais arrêtés dans le parc Maximilien et aux alentours de la gare du Nord à Bruxelles. Après les rafles policières des dernières semaines, la politique de #nettoyage de Francken prend une dimension supplémentaire.