Nouvelles récentes

Rachida Lamrabet a écrit un livre, Zwijg allochtoon ! (« Silence l’immigré ! »), suite à son licenciement d’Unia. Licenciement provoqué par la secrétaire d’État à l’Égalité des chances, Zuhal Demir (N-VA), qui a fait pression sur Unia pour que la juriste soit renvoyée du centre de lutte contre le racisme. « Certaines catégories de personnes ont beaucoup moins de marge pour utiliser leur droit fondamental à la parole et à l’expression artistique », explique Rachida dans ce livre qui revient sur cet épisode et sur ce qu’il dit de notre société.

« Ensemble, protégeons ceux qui comptent vraiment. » C’est par ce slogan que le site internet AG Insurance vante une gamme de nouveaux produits, très simples à souscrire en ligne pour le cas où votre enfant serait malade pendant une longue période, pour avoir un revenu garanti si l’on se retrouvait au chômage ou pour des femmes qui voudraient un soutien financier en cas de cancer du sein. Certes, nous voulons tous être rassurés. Mais, tout compte fait : en cas de maladie, de chômage, n’y a-t-il pas déjà une protection qui s’appelle la sécurité sociale ? N’est-ce pas celle-ci qui est censée nous rassurer ? Avec le délégué syndical Karel Meganck (SETCa), nous avons évoqué la manière dont les assurances privées mordent de plus en plus sur le terrain de la sécurité sociale.

Que la direction fasse passer la vitesse de ligne de 73 à 71 secondes par voiture a été la goutte de trop pour les travailleurs de Volvo Car à Gand. A cause de cette augmentation de rythme, 60 intérimaires perdent leur travail et ce chiffre pourrait monter à 250 si la vitesse de ligne augmentait à 67 secondes par voiture.

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.

La crise entre les dirigeants espagnols et catalans ne s’apaise pas. Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, refuse tout dialogue et menace de prendre le contrôle direct sur la région. Les dirigeants européens soutiennent tacitement la répression. Le dirigeant catalan Puigdemont, de son côté, a organisé un référendum très discutable. Dans un jeu tactique, il a fait une déclaration d’indépendance, qu’il a de suite suspendue. Faut-il choisir entre l’autoritarisme de l’État espagnol et de l’Europe et l’indépendantisme ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l’avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas, aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours inscrit au code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo

Ce qui a débuté par l’annulation de six vols en Italie et en Espagne a abouti à la suppression, fin octobre, de 40 à 50 vols par jour. Des vacances bien méritées s’envolent donc en fumée pour de nombreuses personnes. Mais le personnel lui aussi subit la politique de Ryanair.

Face aux menaces de privatisations, aux coupes budgétaires, au détricotage du statut et des pensions, les travailleurs des services publics se mobilisent. Ils étaient des centaines devant le Parlement wallon et le Parlement flamand. Une première étape dans la résistance sociale avant la grève nationale du 10 octobre.

Pages