John Beugnies, tête de liste à Mons : Des maisons de quartier pour casser l'isolement social

Fin 2017, un sans-abri est mort dans la rue. Des associations ont organisé une manifestation pour pointer la responsabilité des décideurs politiques et exiger que cela n’arrive plus. (Photo David Taquin, Vanessa Cicero)
Fin 2017, un sans-abri est mort dans la rue. Des associations ont organisé une manifestation pour pointer la responsabilité des décideurs politiques et exiger que cela n’arrive plus. (Photo David Taquin, Vanessa Cicero)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Housing first a un taux de 80 ´de réussite. Depuis que ce système est en route, il probablement reloger 1 à 2 % de la population des sdf. L'objectif déclaré est de "commencer" par les personnes les plus problématiques (alcool, drogue, mental...). L'objectif réel pour lequel les villes l'adoptent, c'est pour éviter que les passants voient ces personnes dans les rues. Un pour cent de réussite, et une publicité du tonnerre. Housing first est pas mal, mais de grâce, il faut surtout augmenter le nombre de travailleurs de rue spécialisés et mettre en oeuvre les mesure de "comment prévenir le sans abrisme" prôné par le SPP intégration sociale sociale : https://www.lastrada.brussels/portail/images/PDF/20180628_GT_Prevention-sans-abrisme.pdf
Le mardi 22 septembre 1998, il y a tout juste 20 ans. Semira Adamu, une jeune fille nigérienne de 20 ans, meurt, étouffée par des gendarmes au moment de son rapatriement forcé.

Ali Guissé a été porte-parole des travailleurs sans-papiers, éducateur, animateur radio, conducteur de bus à la STIB. Et il se présente à Bruxelles sur la liste du PTB. Une constante dans son parcours ? « Là où il n’y a pas de lutte, il n’y a pas de progrès. »

Rosa Terranova travaille comme femme de ménage et est tête de liste à Saint--Nicolas. C’est la première fois que le PTB présente une liste dans cette commune liégeoise. Un véritable défi. Mais la responsable est prête à faire entendre une autre voix au conseil communal. Portrait.

En 2015, la ministre de la Santé publique Maggie De Block concluait un pacte avec l’industrie pharmaceutique. Celui-ci devait permettre au patient l’accès aux thérapies les plus innovantes. Trois ans plus tard, on voit comment la politique de De Block accorde à l’industrie pharmaceutique toute licence pour piller la sécurité sociale.

Beaucoup sont en colère contre la politique des partis traditionnels. Le PP, le Parti Populaire, prétend défendre les intérêts du peuple. Pourtant, en regardant de plus près son programme et les votes au Parlement, on constate : le PP nous trompe sur sa vraie nature. 7 faits qu'il faut absolument savoir sur le PP.

Quelques jours après les fêtes de Wallonie, le gouvernement wallon se réveillera avec la gueule de bois. La FGTB sera présente dans les rues de Namur le 20 septembre pour contester la réforme que ce gouvernement veut imposer à tout un secteur.

Consulter le médecin gratuitement ? Ce devrait être le cas partout, estime le PTB. Les maisons médicales constituent le modèle de l'avenir. Le PTB en veut une dans chaque commune du pays.

Les jeunes aux Pays-Bas, les métallos en Allemagne, les cheminots en France et le personnel d'une compagnie aérienne low-cost : tous mènent une lutte sociale acharnée. Souvent couronnée de succès. À ManiFiesta, des représentants syndicaux se sont rencontrés pour partager leurs expériences et renforcer la solidarité internationale.
Plus d’une vingtaine de membres de l’organisation Schild & Vrienden assument des fonctions importantes au sein de la N-VA ou se présentent sur les listes du parti lors des prochaines élections. La direction du parti nationaliste a dit qu'elle n'était pas au courant. C'est faux.
Voici un aperçu du contenu du numéro de septembre et octobre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.