« La pénurie sur le marché du travail est une fable »

Photo : maxpixel.net
Photo : maxpixel.net
 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

oui vous avait raison , mais les patron eux recherche des travailleur mais aux bout de quelque semaine hop a la porte , se son des emplois précaire maintemant se gouvernement fait tous pour pousser vers la misére s et a dire retour dans le passer , s et dire 25 ans en arrieére se qui veut dire tous se que l on a eu ben on vas tous perdre quoi, maintenant moi je dit pour les plus 55 ans laisser les gens tranquille , pourquoi aller les enmerder il on fait leur job avec coeur , bien sur il peuve encore travailler mais offront leur avant une préretraite digne avec ceux qui veule encore travailler un complement pour ce qu il travaille comme sa ben il pourrons arriver au meme miveaux de salaire qu il avait avant , il a temps de personne qui cherche un emplois , offront leur un bon salaire et de bonne condition de travaille s et déjà bien , mais mon se gouvernement pousse tous le monde dans la précariter et la misère mais sa il s en fout ,pour eux s et argent dans leur poche , regarder combien on a du déjà rembousser de milliard d euro ou et cette argent je me pose cette question , j en conclus que pour moi ben il on prit cette argent et l on mi dans leur poche , heim charle michel et bart dewever ou avait vous mi cette argent ????? LA VOUS REPONDER JAMAIS A CETTE QUESTION , quand les gens von comprendre qu il faut désendre dans la rue pour faire tomber ce gouvernement de voleur et d escro
Tout à fait d'accord ! A - t- on demandé l'avis des chômeurs ? On aurait une autre version que ce que les entreprises racontent !!!
En gros, si on veut trouver un emploi actuellement, on doit soit être diplômée soit accepter une aumône en guise de salaire. Quel scandal! Cela fait bientôt 30 ans que cela dure, et maintenant que cela touche la classe moyenne, cela vous fait enfin tiquer? Réveillez-vous s'il vous plaît, et surtout défendez le prolétariat. Par les temps qui courent, ce n'est pas du luxe, mais une nécessité pour notre survie. Caroline
Les nouveaux esclavagises sont bel et bien à l’œuvre, plus nous avançons et pire cela devient pour le travailleur ... jusqu'où tout ceci va t il nous mener ??? La Flandre est riche, ah oui, pour le patronat seulement et certains nantis, mais tous les autres, les gagnent petit, il y en a quand même beaucoup beaucoup beaucoup plus, comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils sont exploités jusqu'à la moelle. Comment peuvent-ils continuer de se laisser "lessiver" le cerveau par tous les politicards de tous bords qui ne leur racontent que des bobards ??? Pauvre Flandre, malgré ta soi-disant richesse, ce ne sont pas les "petits" qui gagnent bien leur vie, mais ce sont "toutes les petites mains des petites gens" qui permettent à tous les riches de continuer de "vivre à tes crochets" tout en prétendant le contraire et surtout de toujours cracher sur les travailleurs ... Une réflexion qui vaut ce qu'elle vaut : "mettez un billet de 200,- euros sur la table, si moi, petit travailleur je ne le prends pas pour faire le travail, demandez à votre fameux billet de 200,- euros de le faire et vous verrez si ce travail se fait" !!! Ou alors, il faudra que vous le fassiez vous-même, mais ça, c'est une autre paire de manche ... les riches ne sont vraiment pas courageux pour le "vrai" travail, parader, parler pour ne rien dire, boire jusqu'à plus soif et manger à en crever et vivre aux crochets des autres par le travail de ces personnes, ça les riches savent faire, mais vraiment "travailler", ça c'est un mot qui n'existe pas dans leur vocabulaire. Ils ont un "carnet d'adresse" bien fourni, et bien, moi, j'ai le bottin, et lui aussi il est bien fourni !!! Petites gens réveillez-vous avant que cela ne soit trop tard ... Personne ne bouge, parce que malheureusement trop de gens sont endettés et vivent bien trop à crédit, il faut tout et tout de suite, et personne ne se rend compte que le patronat les tient bel et bien par les cou... trop tard pour faire marche arrière. Les patrons et le gouvernement ont gagné, les travailleurs eux sont fichus !!! Je crains que pour le réveil, il ne soit bel et bien bien trop tard !!!
Le 12 août, l'économiste franco-égyptien Samir Amin est décédé à l'âge de 86 ans. Il était un des plus grands penseurs marxistes de notre temps. Son travail a apporté un éclairage marquant sur les mécanismes de la mondialisation capitaliste et les défis du tiers-monde pour se libérer de ceux-ci. Samir Amin laisse un héritage impressionnant.
« Parfois, un travailleur demande à une collègue plus jeune pourquoi elle n'a rien mangé de toute la journée. C’est parce que les nouveaux doivent tout payer de leur propre poche et que leur salaire fixe est bien plus bas. » Le syndicaliste Yves Lambot explique la grève chez Ryanair.
Ce jeudi 9 août, le Sénat argentin a la légalisation de l’avortement, malgré la mobilisation de nombreuses organisations progressistes. En Argentine, les avortements clandestins tuent au moins une femme par semaine. Réaction de Nora García Nieves, coordinatrice du mouvement de femmes du parti de gauche Izquierda Unida.
Peu avant la libération de la jeune combattante de la résistance, Ahed Tamimi (17 ans), Red Fox et Comac, les mouvements de jeunesse du PTB, étaient en voyage de solidarité en Palestine. Ils ont rencontré son père, Bassem Tamimi, dans le village de Nabi Saleh.
Notre pays est touché par une des vagues de chaleur les plus longues et les plus chaudes de l'histoire de la Belgique. Ces phénomènes extrêmes se reproduisent de plus en plus souvent en raison du réchauffement climatique. Alors que nos décideurs politiques tentent de minimiser un accord climatique, le mouvement belge pour le climat, Climate Express, prévoit une importante mobilisation à Bruxelles, le 2 décembre.
Alors que le personnel de la compagnie low-cost venait de mener deux jours de grève, la direction lui a envoyé une lettre menaçante. Face à cette attaque frontale du droit de grève, les pilotes ripostent en déposant un nouveau préavis pour le 10 août prochain.
Les patrons en rêvaient. Le gouvernement l'a mis en place cet été : un nouveau plan pour s'attaquer à nouveau à nos salaires, à nos conditions de travail, à la mise en concurrence des travailleurs. Comment y est-il arrivé ? En créant le mythe des métiers en pénurie. Décryptage d'une stratégie bien orchestrée.

Notre pays traverse une période de canicule, et ce genre de phénomène survient de plus en plus souvent et de manière plus intense. Que faire en cas de vague de chaleur ? Bien sûr, se rafraîchir, s'hydrater. Mais, de manière plus générale, il faut lutter contre le réchauffement climatique, à la base des conditions météorologiques extrêmes de plus en plus fréquentes.

La Grèce est en feu. Jeudi 26 juillet, le bilan officiel était de plus de 80 morts. Et 47 personnes sont toujours portées disparues. Le pays est en deuil, mais aussi en colère. En colère contre le gouvernement grec et la Commission européenne. Les plans d'austérité imposés aux Grecs depuis 2012 ont supprimé au moins 27 % du budget des pompiers.
Quand Michael O’Leary, le grand patron de Ryanair, a brisé une grève de son personnel au Portugal, le personnel de cabine n'a pas hésité et s'est lancé dans une grève à l'échelle européenne.