« La pénurie sur le marché du travail est une fable »

Photo : maxpixel.net
Photo : maxpixel.net
 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

oui vous avait raison , mais les patron eux recherche des travailleur mais aux bout de quelque semaine hop a la porte , se son des emplois précaire maintemant se gouvernement fait tous pour pousser vers la misére s et a dire retour dans le passer , s et dire 25 ans en arrieére se qui veut dire tous se que l on a eu ben on vas tous perdre quoi, maintenant moi je dit pour les plus 55 ans laisser les gens tranquille , pourquoi aller les enmerder il on fait leur job avec coeur , bien sur il peuve encore travailler mais offront leur avant une préretraite digne avec ceux qui veule encore travailler un complement pour ce qu il travaille comme sa ben il pourrons arriver au meme miveaux de salaire qu il avait avant , il a temps de personne qui cherche un emplois , offront leur un bon salaire et de bonne condition de travaille s et déjà bien , mais mon se gouvernement pousse tous le monde dans la précariter et la misère mais sa il s en fout ,pour eux s et argent dans leur poche , regarder combien on a du déjà rembousser de milliard d euro ou et cette argent je me pose cette question , j en conclus que pour moi ben il on prit cette argent et l on mi dans leur poche , heim charle michel et bart dewever ou avait vous mi cette argent ????? LA VOUS REPONDER JAMAIS A CETTE QUESTION , quand les gens von comprendre qu il faut désendre dans la rue pour faire tomber ce gouvernement de voleur et d escro
Tout à fait d'accord ! A - t- on demandé l'avis des chômeurs ? On aurait une autre version que ce que les entreprises racontent !!!
En gros, si on veut trouver un emploi actuellement, on doit soit être diplômée soit accepter une aumône en guise de salaire. Quel scandal! Cela fait bientôt 30 ans que cela dure, et maintenant que cela touche la classe moyenne, cela vous fait enfin tiquer? Réveillez-vous s'il vous plaît, et surtout défendez le prolétariat. Par les temps qui courent, ce n'est pas du luxe, mais une nécessité pour notre survie. Caroline
Les nouveaux esclavagises sont bel et bien à l’œuvre, plus nous avançons et pire cela devient pour le travailleur ... jusqu'où tout ceci va t il nous mener ??? La Flandre est riche, ah oui, pour le patronat seulement et certains nantis, mais tous les autres, les gagnent petit, il y en a quand même beaucoup beaucoup beaucoup plus, comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils sont exploités jusqu'à la moelle. Comment peuvent-ils continuer de se laisser "lessiver" le cerveau par tous les politicards de tous bords qui ne leur racontent que des bobards ??? Pauvre Flandre, malgré ta soi-disant richesse, ce ne sont pas les "petits" qui gagnent bien leur vie, mais ce sont "toutes les petites mains des petites gens" qui permettent à tous les riches de continuer de "vivre à tes crochets" tout en prétendant le contraire et surtout de toujours cracher sur les travailleurs ... Une réflexion qui vaut ce qu'elle vaut : "mettez un billet de 200,- euros sur la table, si moi, petit travailleur je ne le prends pas pour faire le travail, demandez à votre fameux billet de 200,- euros de le faire et vous verrez si ce travail se fait" !!! Ou alors, il faudra que vous le fassiez vous-même, mais ça, c'est une autre paire de manche ... les riches ne sont vraiment pas courageux pour le "vrai" travail, parader, parler pour ne rien dire, boire jusqu'à plus soif et manger à en crever et vivre aux crochets des autres par le travail de ces personnes, ça les riches savent faire, mais vraiment "travailler", ça c'est un mot qui n'existe pas dans leur vocabulaire. Ils ont un "carnet d'adresse" bien fourni, et bien, moi, j'ai le bottin, et lui aussi il est bien fourni !!! Petites gens réveillez-vous avant que cela ne soit trop tard ... Personne ne bouge, parce que malheureusement trop de gens sont endettés et vivent bien trop à crédit, il faut tout et tout de suite, et personne ne se rend compte que le patronat les tient bel et bien par les cou... trop tard pour faire marche arrière. Les patrons et le gouvernement ont gagné, les travailleurs eux sont fichus !!! Je crains que pour le réveil, il ne soit bel et bien bien trop tard !!!
Yuksel Kalaz travaille depuis 25 ans à IVAGO, intercommunale gantoise de déchets. Dans le numéro de Mai dernier, Solidaire l’avait longuement interviewé. Rencontre avec un délégué syndical qui va faire son entrée au conseil communal de Gand.

Le reportage de l'émission Pano de la VRT sur Schild & Vrienden a secoué la Belgique. Dans ce long article, nous tentons d'expliquer l'origine du phénomène Schild & Vrienden, depuis ses liens avec l'alt-right américaine jusqu'aux traditions de la droite nationaliste du mouvement flamand.

Le festival de films « Alimenterre » de l’ong SOS Faim fête ses dix ans. Du 10 au 25 octobre, d’Arlon à Bruxelles, en passant par Liège ou Namur, des documentaires sur « les luttes paysannes, accaparement de terres, élevage et environnement, industrie du lait et de la tomate » sont au programme.

En octobre, Walter Joos (49 ans), collaborateur logistique et délégué syndical à Agfa Gevaert, renforcera la liste du PTB à Duffel : « Les élections, c’est une bataille d’idées, une bataille à mener chaque jour. »

Yves Lambot, secrétaire permanent du syndicat des employés CNE à Charleroi, s’engage depuis des années pour le personnel de Ryanair. Nous l’avons rencontré le 9 août, la veille d’une grève qui allait secouer l’entreprise dans toute l’Europe pour la deuxième fois cet été. Il aurait dû être en vacances… « Mais c’est un combat si important ! »

Le mardi 22 septembre 1998, il y a tout juste 20 ans. Semira Adamu, une jeune fille nigérienne de 20 ans, meurt, étouffée par des gendarmes au moment de son rapatriement forcé.

Ali Guissé a été porte-parole des travailleurs sans-papiers, éducateur, animateur radio, conducteur de bus à la STIB. Et il se présente à Bruxelles sur la liste du PTB. Une constante dans son parcours ? « Là où il n’y a pas de lutte, il n’y a pas de progrès. »

Rosa Terranova travaille comme femme de ménage et est tête de liste à Saint--Nicolas. C’est la première fois que le PTB présente une liste dans cette commune liégeoise. Un véritable défi. Mais la responsable est prête à faire entendre une autre voix au conseil communal. Portrait.

En 2015, la ministre de la Santé publique Maggie De Block concluait un pacte avec l’industrie pharmaceutique. Celui-ci devait permettre au patient l’accès aux thérapies les plus innovantes. Trois ans plus tard, on voit comment la politique de De Block accorde à l’industrie pharmaceutique toute licence pour piller la sécurité sociale.

Beaucoup sont en colère contre la politique des partis traditionnels. Le PP, le Parti Populaire, prétend défendre les intérêts du peuple. Pourtant, en regardant de plus près son programme et les votes au Parlement, on constate : le PP nous trompe sur sa vraie nature. 7 faits qu'il faut absolument savoir sur le PP.