Publipart, Publifin, Telenet : comment mettre fin à la cupidité dans le monde politique

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Stéphane Moreau: «Ce que j’ai vécu est d’une violence inouïe» Le pauvre, il a « tout sacrifié ». Parallèlement, il laisse toutefois entendre que son pas de côté précipité par les récents événements pourrait bien se révéler « salutaire », même si l’avouer est « encore un peu difficile » « Je gagne 593.000 euros brut par an de rémunérations fixes comme indépendant et j’ai également un bonus éventuel en fonction de la réalisation ou non des objectifs de la société. (…) Cela correspond à une charge de salarié de 440.000 euros annuels brut. C’est une rémunération qui est similaire à ce qui se pratique dans d’autres entreprises publiques plus petites que la nôtre », précise-t-il au passage. S’il était discret médiatiquement, notamment dans son costume non-politique, c’est que « cette sphère professionnelle, je considérais qu’elle n’exigeait pas de me mettre en avant dans ce rôle-là », justifie-t-il. « J’ai sans doute eu tort de me dérober à ce point. » Quelle tristesse monsieur Moreau, vous gagniez un peu plus d'UN MILLION d'euros par an, ce n'est sans doute pas assez pour vous. Pensez-vous que les travailleurs, travailleuses glandouillent toute la journée !!!! pour ne gagner que 1600 à 1800 €. Savez-vous que des pensionnés ont parfois moins de 1.000 € par mois. Avez-vous la tête sur les épaules ? Votre salaire annuel correspond à 1.000 mois d'un retraité !!!! SOIT PLUS DE 83 ANS. PENSEZ-VOUS QUE VOTRE SALAIRE N'EST PAS D'UNE VIOLENCE INOUÏE ????? RIEN NE PEUX JUSTIFIER UN TEL SALAIRE, RIEN, ABSOLUMENT RIEN. C'est un scandale de plus, mais avec le P.S. on s'étonne plus de rien.
c'est leurs principes pour se remplir les poches, les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, ils continuent à tondre un mouton tondu , vivement les urnes de 2019.
Voici les différentes élections à venir. Dès 2018 vous pourrez déjà vous exprimez via les urnes. Élections provinciales et Élections communales. Ces élections seront un indicateur des tendances pour celles de 2019 SI les votes des citoyens vont dans le même sens et ce n'est pas gagné d'avance. Avec toutes les affaires scandaleuses qui secouent le pays, si la tendance se confirme, les partis dis "traditionnelles" pourraient prendre une raclée mais les gens oublient vite...... Élections européennes Tous les 5 ans, nous votons pour élire des députés européens qui seront les représentants belges du Parlement européen. Les prochaines élections européennes auront lieu en 2019. Élections législatives (ou fédérales) Tous les 5 ans (tous les 4 ans avant 2014), nous votons pour le niveau fédéral. Nous élisons tous les députés qui composent la Chambre des représentants et une partie des sénateurs qui composent le Sénat. Les prochaines élections législatives auront lieu en 2019. Élections régionales et communautaires Tous les 5 ans, nous votons pour élire les représentants des parlements régionaux et communautaires. Les prochaines élections auront lieu en 2019. Élections provinciales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des 10 conseils provinciaux du pays. Les prochaines élections provinciales se dérouleront en 2018. Élections communales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des différents conseils communaux de Belgique. Les prochaines élections communales se dérouleront en 2018.
Publipart, Publifin, Telenet , ils se remplissent bien les poches et aprés cela on fait la chasse aux malades. Mais eux sont pas malades , bien grassement payé à faire craquer leurs sieges , c'est normal parfois ils s'endorment. à la chambre mais cela porte bien le nom , une chambre c'est fait pour dormir , allé peuple esclave , vous etes la pour travailler, nous pour diriger et se remplir les poches,,,COURAGE.. tout va bien..,,,pour nous,
Ne pourrait-on pas Instaurer une structure d’information et de contrôle pilotée par un organisme expert indépendant comme celle mise en place dans l’enseignement supérieur, de permettre aux citoyens de donner son avis en temps réel sur les décisions politiques à venir et de trouver sur internet, un historique des décisions prises et des conséquences analysées. Merci pour votre attention
Dans l'affaire Publifin, une conséquence des rémunérations exorbitantes à laquelle je n'avais pas pensé, c'est le financement des partis eux-mêmes. Par exemple Claude Emonts dit qu'il versait 10% à son parti, plus 5% à la fédération liègeoise. Considérant les montants, et le nombre de membres que ces partis placent un peu partout, sans oublier les cumuls de mandats, ça fait quand même un sacré pactole. Avec la composition de la commission, évidemment celle-ci se concentre sur le manque d'éthique à titre personnel, mais j'espère que M. Gillot aura l'occasion d'attirer l'attention sur ce fait.
Belle comédie ! Chers représentants du "peuple" vous croyez que nos concitoyens vont croire à toutes vos simagrées de tribunal sous le couvert d'une dite commission où les petits amis maffieux sont interrogés par leurs " immaculés" comparses ? Personne ne peux croire qu'il en sortira quelque chose de positif après ce pseudo "grand déballage" LES LOUPS NE SE MANGENT PAS ENTRE EUX . Pour conclure : rappelons nous du passé et des "autres " affaires , en attendant les suivantes.....On avait aussi juré les grands dieux que cela n'arriverait plus ,hélas vœux pieux on remet le couvert et c'est reparti ! Ne dit-on pas que "les chiens perdent leurs poils mais jamais leurs habitudes" Alors chers représentants du peuple il y a une solution "dégagés" et le pays et la région ne s'en porteront que mieux. Ne croyez surtout pas que vous soyez irremplaçables .

Ils étaient 4.000 dans les rues de Düsseldorf ce 20 juin pour crier leur colère et parfois leur désespoir devant le Parlement régional où se réunissaient les ministres de la Santé des Länder allemands. Le groupe de base « soins de santé » du PTB Liège était présent.

Et si au lieu de crier après Eden, Cristiano ou Lionel, nous encouragions Helen, Nadia ou Rose ? Durant quelques années, des ouvrières britanniques ont défié la domination masculine. Retour sur cette (trop) brève période.

Entretien avec Josef Wöss, le président de la Chambre du travail de Vienne et spécialiste des pensions, à propos des pensions autrichiennes – parmi les meilleures d'Europe –, des gouvernements de droite et de la pension de pauvreté en Allemagne.

Trèves, la ville où Karl Marx est né en 1818 et où il passé sa jeunesse, présente deux grandes expositions, 300 événements et plusieurs guides pour des promenades Marx. L’époque de Marx, sa famille, son environnement, la situation des villes où il a séjourné, les révolutions qu’il a vécues..., tout y est évoqué de manière remarquable.

La CGSP Cheminots a déposé un préavis de grève les 29 et 30 juin. Un coup de tonnerre dans un ciel bleu ? Pas vraiment. Hausse de productivité, carrières rallongées, austérité... les mesures de la direction et du gouvernement détériorent les conditions de travail. Sans compter les carrières rallongées pour des pensions plus basses. La grève annoncée est un mouvement pour la sécurité des usagers et pour des trains à l'heure.
Le Vice-Premier ministre libéral Alexander De Croo évoque une privatisation des entreprises publiques, en particulier de la SNCB. « Alors que les défis de mobilité et de climat n’ont jamais été aussi urgents, le ministre De Croo lance la plus mauvaise piste qui soit pour les résoudre », réagit Michael Verbauwhede, spécialiste chemins de fer du PTB. Qui plaide pour plus de participation des usagers, pas du privé.

Si le mensonge et la tromperie étaient punissables, plusieurs parlementaires ou ministres libéraux auraient bien des problèmes avec la justice. La présidente des libéraux flamands de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, serait certainement même en prison. « Personne ne perdra rien de sa pension », avait-elle affirmé fin 2017 dans la presse. Et même : « Celui qui travaillera plus longtemps touchera plus de pension. » Rien n'est moins vrai.

Le 25 mai dernier, une nouvelle réglementation européenne concernant la protection de la vie privée entrait en vigueur. La « General Data Protection Regulation » - mieux connue sous son sigle, GDPR - est une loi européenne qui, officiellement, octroie plus de droits aux citoyens. Une bonne nouvelle ?
« Enfin ! » C’était le sentiment de nombreux Espagnols quand le Parlement a voté la destitution du Premier ministre Mariano Rajoy. Les livres d’histoire se rappelleront des années Rajoy comme celles de l’austérité sauvage. L’allié de toujours de Merkel et de la Commission européenne. Mais où va l’Espagne maintenant ?
Le 6 juin, les fonctionnaires des ministères fédéraux (gardiens de prisons, agents du fisc, etc.) seront en grève pour dénoncer les nouvelles attaques attaques du gouvernement contre toute une série de leurs droits rassemblés dans ce qu’on appelle « le statut ». Mais cette politique n’est pas une spécialité belge. Il s’agit d’une stratégie de l’Union européenne pour casser les services publics et les droits des salariés du secteurs publics.