À 80 000 pour lancer le mouvement contre la loi Peeters

Photo Solidaire, Christoph Van Dyck
Photo Solidaire, Christoph Van Dyck

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

j'en ai marre de ne pas pouvoir vivre
La prochaine fois, bloquons le port d'Anvers! !!!!
s et pas avec cela que le gouvernement vas plier , charlo la bien dit s et nous qui décide pas le peuple ben alors il une chose a faire ,s et de se mobiliser tous dans la rue y compris le peuple petit comme et grand jeunes comme vieux ,si on fait rien on vas tous perdre ,et croyer moi sa vas faire mal ,déjà que il vont voter des lois pendent que les gens son en vacance au mois de juillet et aout ,comme sa quand il vont revenir sa sera fait et vous aurez rien a dire ,s et maintemant qui faut faire quelque chose et pas dans 2 mois se gouernement doit tomber au plus vite
c'est pas bon pour les travailleurs juste pour les patrons injustes
Nous ne devons pas nous sentir fort car nous le sommes. En début de législature, ce gouvernement avait vacillé, prêt à s’écrouler. A ce moment, et sans doute par crainte des nationalistes, le monde syndical a pris peur. Préférant la négociation en courbant l’échine, dans l’attente probablement des élections suivantes. On a palabré longuement autour de la table sur le poids des chaînes que nous devrions porter. Camarades, ne soyons pas les victimes contemplatives des assauts d’une droite délurée, excessive et arrogante. Le temps n’est plus à la défense de nos acquis mais à la conquête de nouveaux : réduction du temps de travail, justice fiscale, redistribution de la richesse, investissements dans l’économie réelle et des énergies moins nocives,… Nous devons changé de paradigmes ! Le monde change mais les gouvernements et l’Europe n’appliquent que des politiques d’un autre temps, désuètes et néfastes. L’Europe n’est qu’une machine complexe et inhumaine. Elle gagnera sa légitimité et sa souveraineté que lorsque qu’elle ne se limitera plus à une Europe économique. Il nous faut construire une Europe Economique Politique et Sociale. Nous ne pouvons pas laisser nos devenirs à des technocrates, à quelques privilégiés avides de pouvoirs et de richesses. Nos aïeux ont construit une Europe du capitale, des Banques et de la finance ; il nous appartient de construire une Europe Sociale. Notre saurien de Premier ministre ne peut s’émouvoir de la détresse et de la souffrance du peuple. Animal à sang froid, il est l’inquisiteur du libéralisme de papa, arcbouté sur des dogmes du temps jadis. Il ne faut pas confondre le monde du marché et le monde politique. L’électeur n’est pas un consommateur: celui qui achète un biens, vote d’une certaine manière pour une entreprise, un fabricant, un produit… et l’électeur vote pour un programme, des idées. La différence entre l’électeur et le consommateur, c’est que l’un ne dispose que d’une voix alors que le pouvoir d’influence du second sera fonction de son pouvoir d’achat. Excès de confiance, auto complaisance, confirmation d’hypothèse, ancrage mentale, sélection et mise en avant de certains aspects d’une situation au détriment d’autres, voilà ce qui définit le mieux le gouvernement Michel-DeWever. Il veut moins d’administration (le sous financement : c’est réduire les Services Publics) mais se tourne vers elle à chaque crise ( policiers, pompiers, militaires dans les prisons, militaires dans les rues de Bruxelles,…). L’Etat avec moins de Fonction publique, c’est un paquebot avec un moteur hors-bord. Camarade, il est temps de se lever et de rejoindre la Gauche véritable.
Je suis bien tout va bien, telle est la devise de notre gouvernement de droite. Obnubilé par le nombrilisme absurde de C. Michel et de son mentor De Weever dans des réformes aussi absurdes qu'imbéciles il continue les provocations envers le monde du travail. Est-il sourd au bruit du tonnerre qui gronde dans la rue? Dans la fonction publique, il n'y a pas une catégorie de fonctionnaires qui soit épargnée, gardiens de prisons, magistrats, policiers, armée,... Tous crient STOP! On en peut plus, on ne sait même plus faire ce pourquoi on est qualifié et "trop" payé. Nos lieux de travail tombent en ruines, nous sommes équipé d'ordinateurs de plus de ans, si on a besoin d'un crayon il l'acheter nous-même. Rien n'y fait, le programme de la NVA qui est l'accord du MR en compensation d'avoir le poste de premier ministre sera respecté. Le pays se décompose, mais nous MR on garde le cap. Le MR a-t-il conscience que sans une fonction publique forte et unie notre pays s'appellera-t-il encore BELGIQUE dans un avenir proche?

La direction avait prévu de faire un gros chiffre d'affaire pendant ce premier week-end des vacances de Pâques. Ce ne sera pas le cas : il y aura des piquets de grève devant les plus gros magasins de la chaîne. C’est que, quand l’entreprise fait plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaire, les licenciements, pertes de salaires et autres mesures d’ultraflexibilité passent mal.

Le gouvernement fédéral est en place depuis octobre 2014. Il s'est distingué par des attaques particulièrement dures contre le monde du travail, tandis qu'il offrait des milliards d'euros au patronat avec des mesures comme le saut d'index ou les baisses de cotisations sociales du tax-shift. Quel est le bilan après un peu plus de deux ans ?

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a fait voter le mercredi 29 mars l’instauration d’un examen d’entrée dès l’année prochaine pour les études de médecine afin de limiter le nombre d’étudiants. « Instaurer un examen d’entrée est un recul inacceptable, réagit Charlie Le Paige, le président de Comac, l’organisation étudiante du PTB. Cela ne résout en rien les pénuries ou les problèmes pour les étudiants, et impose en outre un filtre social renforcé. »

On parle beaucoup, à raison, des sommes insensées que touchent certains administrateurs de Publifin/Nethys. Moins des organisations syndicales qui se battent au jour le jour pour les travailleurs de ces structures. Elles ont pourtant beaucoup de choses à dire…

Notre facture d’électricité est une des plus chère d’Europe. En plus, les citoyens de Flandre se sont vu imposer une taxe supplémentaire de 100 euros sur l’électricité. Le PTB est parti en guerre contre cette « Turteltaxe » et a porté l’affaire devant la Cour constitutionnelle. Le procès a débuté. Explications.

Le 15 mars, les Néerlandais ont voté, et ils ont chamboulé le paysage politique. Le PVV d’extrême droite de Geert Wilders a progressé, mais il n’a pas effectué la grande percée prédite par les sondages. Le parti libéral du Premier ministre Rutte a perdu pas mal de plumes mais, là aussi, moins que prévu.

Semaine agitée socialement pour le géant de l’agroalimentaire Mondelēz. Les travailleurs de la multinationale mènent des actions au niveau mondial pour dénoncer la pression au travail pendant que les actionnaires font sans cesse des bénéfices. En Belgique, les trois sites (Namur, Herentals et Malines) étaient à l’arrêt pour 24 h jusqu’à 6h ce matin.

Alors que le CEO du constructeur de bus Van Hool envoie des signaux contradictoires dans la presse, le PTB a analysé la situation, qui a de quoi inquiéter. L’emploi pourrait bien diminuer drastiquement dans l’entreprise. C’est pourquoi le parti de gauche informe les travailleurs, avec un plan alternatif.

Les 23 avril et 7 mai prochains, les Français éliront en deux tours leur nouveau Président. Une élection présidentielle marquée par la menace de l’extrême droite. Mais qui donc reflète le mieux les aspirations des travailleurs français, seul moyen de battre le Front national ?

À Rome, le champagne a coulé à flots ce 25 mars pour fêter l’anniversaire du Traité de Rome, signé voici exactement soixante ans et qui marquait le début de l’intégration européenne. Mais partout, la résistance contre ce qu’est réellement devenue l’Europe ne cesse de s’amplifier.