Belfius est à nous, elle ne doit pas être mise en bourse

Photo « Belfius est à nous »
Photo « Belfius est à nous »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Quel sera l'avenir de Belfius? Voici la réponse la plus probable Cette semaine et la semaine prochaine seront décisives pour l’avenir de la banque Belfius. En quoi est-ce que les Belges doivent se sentir concernés par cet avenir? D’abord parce que cette banque leur appartient indirectement. Elle a été sauvée par l’argent du contribuable. Et si ce sauvetage reste une décision encore difficile à avaler pour certains, la banque va très bien aujourd’hui, elle est solide, fait de beaux profits. Ces bénéfices rapportent de l’argent à l’état, en dividendes payés chaque année. Pour vous donner une idée, si vos comptes épargnes ne rapportent qu’entre 0,11 et 1,2%, l’État engrange plus de 6% de rendement sur l’argent investi pour sauver Belfius. Une somme bienvenue pour le budget belge. Et donc oui, les Belges ont de bonnes raisons de s’intéresser de près à ce qu’il va advenir de ce qu’ils peuvent appeler "leur banque". Quels sont les scenarios sur la table ? Il y en a plusieurs, mais ce qui semble le plus probable, c’est qu’il n’y ait pas de proposition radicale, comme la cession de Belfius à une banque étrangère. Le mot clé dans ce dossier reste clairement le mot "partiel". On va soit mettre une partie du capital en bourse, 49%, soit chercher des investisseurs, belges de préférence, pour une partie du capital, soit un mélange de ces deux solutions. C’est en tout cas ce que le management de la banque devrait proposer aujourd’hui. Même si cette solution peut paraître bancale à certains observateurs qui la dénonce déjà, comme le député européen Ecolo Philippe Lambertz hier, elle fonctionne pas mal dans une entreprise comme Proximus, ou encore chez bePost. La Belgique dans cette configuration joue sur les deux tableaux : elle reste majoritaire, conserve une partie des dividendes pour faciliter les efforts budgétaires et récupère quelques milliards pour diminuer sa dette. De toutes les façons, quoi que fasse le gouvernement belge, il sera critiqué. Pourquoi ? Si Belfius est mis en bourse et que le cours flambe, le gouvernement sera accusé d’avoir bradé une partie de son capital. Si le cours recule, les investisseurs vont accuser le gouvernement de les avoir trompés. Si le gouvernement garde la banque publique, les chantres du libéralisme économique vont dire que ce n’est pas la vocation d’un gouvernement de gérer une banque en concurrence avec le privé. Mais si le gouvernement laisse filer Belfius dans des mains étrangères, là, ce qui est sûr, c’est qu’il fera l’unanimité contre lui ! Quoi qu’il en soit, l’important est de protéger l’ancrage belge de Belfius et sa capacité à financer des projets locaux, publics et privés, et surtout avec du financement à long terme. RTL info - mercredi 19 avril 2017

Hier 14 décembre, le régulateur des télécoms des États-Unis a voté la fin de la neutralité du Net. Qu’est ce que cela signifie pour les citoyens de ce pays ? Et pour nous, en Europe ?

Ce dimanche 10 décembre, la SNCB a lancé son nouveau plan de transport. Un plan « avec plus de trains et plus de correspondances », qui « élargira l’offre ferroviaire de 5,1% » si on en croit la SNCB. Qu’en est-il en réalité ?

Un accès super rapide à Facebook, Netflix, Buzzfeed… et la file d’attente pour tout le reste du contenu d’Internet ? Selon toute vraisemblance, la FCC, organisme américain de régulation des télécommunications, votera le 14 décembre la fin de la neutralité du Net. Mais une forte opposition se fait entendre de plus en plus...

Le 13 décembre, la coalition « Justice migratoire », qui regroupe associations citoyennes, syndicats, ONG, appelle à une grande manifestation à Bruxelles. « L’objectif est de rassembler plusieurs milliers de personnes, afin que l’Europe change de cap », selon David Mendez, l’un des organisateurs.

Vous connaissez probablement les conseillers emploi du Forem. Vous connaissez moins les éclusiers, gardes forestiers, responsables des pistes des aéroports, ou le personnel d’entretien des routes, mais ils sont là pour vous. Mais le gouvernement wallon, lui, n’est pas là pour eux. Ce jeudi 30 novembre, les services publics de Wallonie seront en grève pour demander le respect de ses engagements.

Il y a quelques jours, une équipe de CNN a sorti une vidéo terrifiante. Des migrants étaient vendus comme esclave pour une somme allant de 300 à 500 dollars dans une ville à proximité de Tripoli, la capitale Libyenne. Les images ont choqué de nombreuses personnes qui voient réapparaître le fantôme de l’esclavage qui a si longtemps détruit les populations africaines.

Victime d’un viol, Norine raconte son parcourt pour nous permettre de comprendre les barrières à surmonter pour les victimes. Un témoignage qui montre aussi que la justice dans notre pays n’est pas au service des victimes.

Deux chauffeurs Uber viennent de gagner en appel contre la plateforme.

La principale confédération syndicale portugaise appelait à une manifestation nationale, samedi dernier, pour une augmentation du pouvoir d’achat. Elle réclame une meilleure redistribution des richesses, fruit de la timide reprise économique.

Membre du bureau du Parlement catalan, le communiste Joan Josep Nuet est lui aussi poursuivi pour « sédition ». Son dossier, bâclé, illustre l’offensive antidémocratique de Rajoy.