Catalogne : ce que la crise nous apprend sur l’indépendantisme, l’État espagnol et la construction européenne

Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)
Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

L'Allemagne n'est pas mieux loti que les autres pays Européens. Il y a une grande différence entre un Allemand du Nord et un du Sud. Elle ne tient que grâce aux Länder très fédéralisés. J"espère qu'a terme on va vers une Europe des régions, cela diminuera la main mise de certains grand pays et créera des liens entre certains régions avec une histoire commune.
Vous devriez signaler que notre premier ministre Mr Michel est pro Catalan sur l'influence de son chef Le dictateur d'Anvers qui dirige le gouvernement et coulisse, et il faut aussi dénoncer que les catalans extremistes reçoivent des financements de la nva et vlaams belang pourquoi ne le dite vous pas .Car Mr Michel agit de manière que si la catalogne devient indépendante se sera la flandre et les autres régions qui le deviendrons aussi et cela vera des politiciens en plus ,IL Y EN A DEJA DE TROP .
je pense que beaucoup de régions qui sont bien plus aisées que d 'autres ne veuillent plus participer à la solidarité du pays regardez la flandre ,la corse.... quel est le point du vue du PTB sur l indépendance de la catalogne?
Merci pour cet éclairage un peu distant de la crise Espagnole. Mais aussi de pousser en avant le fait que ce sont deux partis de DROITE qui se déchirent. L’Europe des nations à peut être vécu, les région prendront'elle le relais?
Merci, Marc Botenga, pour cette excellente contextualisation de la crise entre les dirigeants espagnols et catalans.
Mr Botenga, Votre article est intéressant mais pourquoi ne parlez-vous pas des partis de gauche ERC et CUP, largement impliqués dans le mouvement indépendantiste ? La CUP, Parti anticapitaliste par excellence, défend un modèle de gestion locale et une approche participative citoyenne. Il est aussi l'un des plus engagé dans l'indépendantisme. A priori, les idées de la CUP semblent assez proches de celles du PTB, mais nulle mention. ERC est aussi très marqué à gauche et participe au gouvernement Puigdemont. A l'occasion d'un prochain article, j'aimerais connaître votre opinion. En vous remerciant.
Cette article n'est pas assez objectif, pourquoi ne prenez vous pas contact avec les partis de gauche indépendantistes catalans ( CUP, ESQUERRA REPUBLICA) ?? Ils pourront beaucoup mieux vous expliquer la situation. Il est difficile de comprendre ce qui se passe ici lorsque vous n'y habitez pas et y venez seulement en vacances. Ce n'est pas Podemos qui vous donnera toute l'ampleur du problème. Il y a aussi la préservation de cultures en jeu, chose que vous ne parvenez parfois pas a comprendre, et pourtant, avec le projet européen, nous virons vers l'américanisation et nous pourrons bientôt avoir un seul drapeau européen frappé d'un hamburger symbole de notre unique culture . Ici le gouvernement n'est pas seulement corrompu, demandez aux catalans quel organisme se charge des élections en Espagne ( avec l'appui du p.p. )et vous serez très SURPRIS !!Maintenant il t a des gens en prison pour leurs opinions, il est temps de réagir,je crois. Cordialement. Eric.
QUESTION Devant l'obstacle majeur et blocages permanents en tous genres qui ne datent pas d'aujourd'hui de l'Etat espagnol + ses composantes dominantes merci d'indiquer ce que vous proposez concrètement aujourd'hui 08.11.2017, hors slogans et sur terrain comme alternative à l'exclusion d'un tout ou rien voir d'une attente indéfinie voir passive ? SINON, restant et définissant comme tel qu'il est bien des variantes y compris dans un Puigdemont comme dans toute société, pousser en avant en permanence le mouvement d'émancipation et l'ouverture politique et sociale du débat et de l'acte permanent comme, non point le seul certes, le référendum du 01.10.2017 en était l'ouverture.ET NON la position de rester au balcon voir débattre du sexe des anges comme c'est le sentiment que me donnent les positions d'un Garzon du PCE et d'une Colau auxquels un Mertens et donc le PTB qu'il préside s'est solidarisé, tous me donnant l'image bien réelle d'emboiter "un pas en avant - in fine" - deux pas en arrière" Avec de tel comportement la démarche du zigzag stalinien qui, historiquement a d'ailleurs coûté très cher à la Catalogne dans le passé, cette démarche n'est pas loin. Merci et bien à vous.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, adressait une lettre à la Fédération sioniste dans laquelle il accordait le soutien de son gouvernement à la création d’un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est à l’origine de la colonisation de la Palestine, qui se poursuit aujourd’hui.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo

Ce qui a débuté par l’annulation de six vols en Italie et en Espagne a abouti à la suppression, fin octobre, de 40 à 50 vols par jour. Des vacances bien méritées s’envolent donc en fumée pour de nombreuses personnes. Mais le personnel lui aussi subit la politique de Ryanair.