Catalogne : ce que la crise nous apprend sur l’indépendantisme, l’État espagnol et la construction européenne

Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)
Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

L'Allemagne n'est pas mieux loti que les autres pays Européens. Il y a une grande différence entre un Allemand du Nord et un du Sud. Elle ne tient que grâce aux Länder très fédéralisés. J"espère qu'a terme on va vers une Europe des régions, cela diminuera la main mise de certains grand pays et créera des liens entre certains régions avec une histoire commune.
Vous devriez signaler que notre premier ministre Mr Michel est pro Catalan sur l'influence de son chef Le dictateur d'Anvers qui dirige le gouvernement et coulisse, et il faut aussi dénoncer que les catalans extremistes reçoivent des financements de la nva et vlaams belang pourquoi ne le dite vous pas .Car Mr Michel agit de manière que si la catalogne devient indépendante se sera la flandre et les autres régions qui le deviendrons aussi et cela vera des politiciens en plus ,IL Y EN A DEJA DE TROP .
je pense que beaucoup de régions qui sont bien plus aisées que d 'autres ne veuillent plus participer à la solidarité du pays regardez la flandre ,la corse.... quel est le point du vue du PTB sur l indépendance de la catalogne?
Merci pour cet éclairage un peu distant de la crise Espagnole. Mais aussi de pousser en avant le fait que ce sont deux partis de DROITE qui se déchirent. L’Europe des nations à peut être vécu, les région prendront'elle le relais?
Merci, Marc Botenga, pour cette excellente contextualisation de la crise entre les dirigeants espagnols et catalans.
Mr Botenga, Votre article est intéressant mais pourquoi ne parlez-vous pas des partis de gauche ERC et CUP, largement impliqués dans le mouvement indépendantiste ? La CUP, Parti anticapitaliste par excellence, défend un modèle de gestion locale et une approche participative citoyenne. Il est aussi l'un des plus engagé dans l'indépendantisme. A priori, les idées de la CUP semblent assez proches de celles du PTB, mais nulle mention. ERC est aussi très marqué à gauche et participe au gouvernement Puigdemont. A l'occasion d'un prochain article, j'aimerais connaître votre opinion. En vous remerciant.
Cette article n'est pas assez objectif, pourquoi ne prenez vous pas contact avec les partis de gauche indépendantistes catalans ( CUP, ESQUERRA REPUBLICA) ?? Ils pourront beaucoup mieux vous expliquer la situation. Il est difficile de comprendre ce qui se passe ici lorsque vous n'y habitez pas et y venez seulement en vacances. Ce n'est pas Podemos qui vous donnera toute l'ampleur du problème. Il y a aussi la préservation de cultures en jeu, chose que vous ne parvenez parfois pas a comprendre, et pourtant, avec le projet européen, nous virons vers l'américanisation et nous pourrons bientôt avoir un seul drapeau européen frappé d'un hamburger symbole de notre unique culture . Ici le gouvernement n'est pas seulement corrompu, demandez aux catalans quel organisme se charge des élections en Espagne ( avec l'appui du p.p. )et vous serez très SURPRIS !!Maintenant il t a des gens en prison pour leurs opinions, il est temps de réagir,je crois. Cordialement. Eric.
QUESTION Devant l'obstacle majeur et blocages permanents en tous genres qui ne datent pas d'aujourd'hui de l'Etat espagnol + ses composantes dominantes merci d'indiquer ce que vous proposez concrètement aujourd'hui 08.11.2017, hors slogans et sur terrain comme alternative à l'exclusion d'un tout ou rien voir d'une attente indéfinie voir passive ? SINON, restant et définissant comme tel qu'il est bien des variantes y compris dans un Puigdemont comme dans toute société, pousser en avant en permanence le mouvement d'émancipation et l'ouverture politique et sociale du débat et de l'acte permanent comme, non point le seul certes, le référendum du 01.10.2017 en était l'ouverture.ET NON la position de rester au balcon voir débattre du sexe des anges comme c'est le sentiment que me donnent les positions d'un Garzon du PCE et d'une Colau auxquels un Mertens et donc le PTB qu'il préside s'est solidarisé, tous me donnant l'image bien réelle d'emboiter "un pas en avant - in fine" - deux pas en arrière" Avec de tel comportement la démarche du zigzag stalinien qui, historiquement a d'ailleurs coûté très cher à la Catalogne dans le passé, cette démarche n'est pas loin. Merci et bien à vous.

« Qu’attendons-nous (فاش-نستناو) ? » C’est le nom de la campagne lancée en Tunisie ce début janvier pour contester le projet de loi de finances 2018 et ses mesures d’austérité. Sept ans après le soulèvement qui a fait chuter la dictature de Ben Ali, la contestation sociale grandit. En quelques jours, elle s’est généralisée à plusieurs villes du pays.

La violence sexuelle n’est pas seulement le problème du monde du cinéma et des médias. Cela se produit partout. Selon une enquête de la CSC Alimentation et Services, dont les résultats ont été annoncés en juin dernier, les techniciennes de surface sont des cibles très vulnérables. Myreine Kint, responsable du genre chez CSC Alimentation et Services, a été étroitement impliquée dans l’enquête et a commencé à travailler sur les résultats.

Une centaine de femmes, dont Catherine Deneuve, défendent la « liberté [des hommes] d’importuner [les femmes] », dans  une tribune parue dans le Monde. « Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste », selon elles. Une claque aux femmes qui subissent les violences et le sexisme au quotidien, explique Françoise De Smedt (du PTB Bruxelles) sur Facebook.

Les coursiers de Deliveroo passent à l’action pour dénoncer leurs conditions de travail. Ce lundi 8 janvier, une délégation a rencontré la direction à Bruxelles. Après le refus de celle-ci d’accepter leurs revendications, une trentaine de coursiers ont manifesté et d’autres ont refusé de prendre les commandes. Avant sans doute de nouvelles actions. Quelles sont les raisons de leur colère ?

Le 17 décembre, lors du second tour de l’élection présidentielle, Sebastian Piñera, homme d’affaires et conservateur, l’a emporté devant le journaliste de centre gauche Alejandro Guillier. La résistance sociale qui s’est développée au cours des dernières années se trouve confrontée à un nouveau défi.

Malgré les nouvelles révélations selon lesquelles le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken a menti depuis le début dans l’affaire du renvoi de réfugiés vers le Soudan, le Premier ministre a décidé de continuer à le couvrir. Preuve que Charles Michel a besoin de la N-VA pour se maintenir au pouvoir et continuer sa politique d’austérité.

Voici un aperçu du contenu du numéro de janvier. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Danny a travaillé pendant des années dans un call-center en Belgique. Jusqu’au moment où, en 2013, le propriétaire américain a transféré toutes ses activités vers les Pays-Bas. Danny a commencé à y travailler. Ce qu’il a vu fait peur…

38 ans, une formation supérieure, bourré d’énergie et d’envie de travailler... mais jamais pu décrocher le moindre contrat stable. Aux Pays-Bas, cela n’a rien d’une exception. Les jeunes passent d’un contrat flexible à un autre. Mais ils contre-attaquent.

93 % des postiers trouvent qu’il n’est pas normal de travailler jusque 67 ans. C’est ce qui ressort d’une enquête que le PTB a menée auprès d’une centaine de postiers. Témoignages de futurs pensionnés qui comptent bien ne pas se laisser faire.