CETA : Un cheval en bois géant est à nos portes

15 000 personnes ont manifesté à Bruxelles le 20 septembre dernier. (Photo Solidaire, han Soete)
15 000 personnes ont manifesté à Bruxelles le 20 septembre dernier. (Photo Solidaire, han Soete)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Merci au PTB pour s'associer au "NON" avec celui des partis qui ont encore les deux pieds sur terre. Que l'on arrête de dire "oui" à tous et à n'importe quoi à un projet qui une fois de plus basé sur le profit que l'on croit obtenir.. L'UE, la Flandre, les partis de droite se croient suffisamment puissant pour affronter des pays tel que les USA; le Canada, le Japon. Ils se fourvoient. Peut-on rivaliser contre ses puissances, leur imposer nos normes de productions, environnementales, alimentaires,d'hygiènes et autres, protéger nos labels, quand dans l'UE même, de part des inégalités,des discordances, nous avons peine à ne faire qu'un pour faire front et que le peuple est une nouvelle fois considérez comme un objet.
Ils faut surtout ce mobiliser tous contre le système capitaliste et ne pas prendre cela comme une fatalité, car c'est ce qu'ils veulent justement anéantirs les travailleurs, PME...., pour avoir le dernier mot !! Les multinationales capitaliste ce crois tout permis, même essayer de corrompre les états pour eux avoir carte blanche, c'est à dire être lès maître dû monde !
C'est le pouvoirs absolu dès multinationales capitaliste sûr les états signataires et pour leurs profits financiers n'hésiterons pas à prendre les travailleurs pour leurs esclaves , est une concurrence déloyale serait à l'ordre du jour !!! Ils faut si opposer part tout les moyens !!!!
Tout est dît , ils faut encore ce mobiliser pour faire face à ces traité antidémocratique en faveur des multinationales !! Espérons que la région wallonne vas maintenir sont véto contre la ratification de ce traité nauséabond !!!!
TTIP CETA et le reste..... La voix populaire se fait entendre, pendant que dans les salons feutrés on réfléchi...en se goinfrant de notre misère, tout en nous promettant l'avenir meilleurs et çà doit marcher car cela fait un bail que ça dure. Le monde va de plus en plus mal c'est possible, mais pour une certaine classe on se maintien de mieux en mieux. L'homme est matérialiste et les architectes du désespoir l'on parfaitement compris et savent exploiter nos faiblesses. Une petite réflexion, la grande guerre a permis de tester les camps et tout ce qui y est attaché ; médecine, gouvernance des masses, aliénation par le travail, domination par la peur et j'en passe. Mais surtout comment tenir au respect beaucoup de détenus avec en rapport peu de sbire. Regardez le monde libre ce qu'il en est ; tout se paie, se monnaie très cher, ceci pour les besoins élémentaires et regardez comme nous sommes en général devenu serviles et abrutis par des technologies complétements frivoles et inutiles rien ne change "amusez vous du moment que vous crachez au maximum", sauf que les moyens sont plus dévastateur et pervers que par le passé (la belle psychologie et passée par là). Nous sommes matraqués par des médias sous surveillance, la surveillance pour notre bien à mourir de rire et bientôt la puce n'est ce pas là la visions d'un camps à l'échelle mondiale ? Mais, j'ai comme tant d'autres la naïveté et la faiblesse d'espérer en l'humain, mais cette faiblesse use et tue aussi. Que chacun retrouve la vue et la compréhension. En quelque sorte vu les structures démocratique de notre temps.... des portes paroles comme ceux du PTB on un bel avenir je salue leurs courage.
Comment soutenir le gouvernement Wallon dans ce combat du petit doucet contre Goliath ?

« Qu’attendons-nous (فاش-نستناو) ? » C’est le nom de la campagne lancée en Tunisie ce début janvier pour contester le projet de loi de finances 2018 et ses mesures d’austérité. Sept ans après le soulèvement qui a fait chuter la dictature de Ben Ali, la contestation sociale grandit. En quelques jours, elle s’est généralisée à plusieurs villes du pays.

La violence sexuelle n’est pas seulement le problème du monde du cinéma et des médias. Cela se produit partout. Selon une enquête de la CSC Alimentation et Services, dont les résultats ont été annoncés en juin dernier, les techniciennes de surface sont des cibles très vulnérables. Myreine Kint, responsable du genre chez CSC Alimentation et Services, a été étroitement impliquée dans l’enquête et a commencé à travailler sur les résultats.

Une centaine de femmes, dont Catherine Deneuve, défendent la « liberté [des hommes] d’importuner [les femmes] », dans  une tribune parue dans le Monde. « Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste », selon elles. Une claque aux femmes qui subissent les violences et le sexisme au quotidien, explique Françoise De Smedt (du PTB Bruxelles) sur Facebook.

Le dernier livre de Peter Mertens, président du PTB, est sorti en français. « Au pays des profiteurs » dresse le constat d’une société malade. Mais le livre apporte surtout des pistes pour en sortir.

Les coursiers de Deliveroo passent à l’action pour dénoncer leurs conditions de travail. Ce lundi 8 janvier, une délégation a rencontré la direction à Bruxelles. Après le refus de celle-ci d’accepter leurs revendications, une trentaine de coursiers ont manifesté et d’autres ont refusé de prendre les commandes. Avant sans doute de nouvelles actions. Quelles sont les raisons de leur colère ?

Le 17 décembre, lors du second tour de l’élection présidentielle, Sebastian Piñera, homme d’affaires et conservateur, l’a emporté devant le journaliste de centre gauche Alejandro Guillier. La résistance sociale qui s’est développée au cours des dernières années se trouve confrontée à un nouveau défi.

Malgré les nouvelles révélations selon lesquelles le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken a menti depuis le début dans l’affaire du renvoi de réfugiés vers le Soudan, le Premier ministre a décidé de continuer à le couvrir. Preuve que Charles Michel a besoin de la N-VA pour se maintenir au pouvoir et continuer sa politique d’austérité.

Voici un aperçu du contenu du numéro de janvier. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Danny a travaillé pendant des années dans un call-center en Belgique. Jusqu’au moment où, en 2013, le propriétaire américain a transféré toutes ses activités vers les Pays-Bas. Danny a commencé à y travailler. Ce qu’il a vu fait peur…

38 ans, une formation supérieure, bourré d’énergie et d’envie de travailler... mais jamais pu décrocher le moindre contrat stable. Aux Pays-Bas, cela n’a rien d’une exception. Les jeunes passent d’un contrat flexible à un autre. Mais ils contre-attaquent.