Charles Michel couvre Francken pour rester au pouvoir et continuer l’austérité

Photo Belga
Photo Belga

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Un premier ministre au service de Mr Dewever. Et ce depuis 2014 ou le MR à atteint le sommet de l'Hypocrisie.Et depuis lors destruction de la sécurité sociale,augmentation de l'énergie,propos raciste et j'en passe.Honte,honte,honte....Ce que l'on retiendra de son gouvernerment victoire de la Flandre au détriment de la Wallonie. Comme on dit en wallon UN BOYAU.
Evidemment ! A quoi d'autre pouvions-nous nous attendre de la part de cette "lavette" qu'est Charles Michel ! Il a beau être premier ministre, c'est un tout petit, tout petit homme!!!
Quand j'étais plus jeune et que je voyais des films sur la guerre, je m'identifiais aux "bons" , aux résistants, à tous ceux qui s'opposaient aux nazis. . Me voilà aujourd'hui,comme tous les belges, placée dans la peau d'une ignoble collabo qui participe par son silence complice à la torture d'êtres humains. Comme les voisins des camps de concentration. Merci tout petit petit Charles pour cette honte cuisante qui restera imprimée sur nos fronts. Tu parlais d'image de la belgique? Avec toi, elle a perdu sa majuscule..... Et merci, merci merci à tous ceux qui informent et qui luttent. Au final, c'est à nous qu'ils rendent un peu de la dignité perdue
ben fallait s en douter les loups se mange pas entre eux , et comme charlot 1er et la marionette de la NVA , soit disant oui je n écouter pas se que siffle la NVA , et mon oeil quoi il bien trop peur que le gouvernement saute et pour pouvoir continuer l austériter sur nous pauvre pensionner , chomeur , et autre ,
sale type et se gouvernement l'ai tout autant !!!

« Qu’attendons-nous (فاش-نستناو) ? » C’est le nom de la campagne lancée en Tunisie ce début janvier pour contester le projet de loi de finances 2018 et ses mesures d’austérité. Sept ans après le soulèvement qui a fait chuter la dictature de Ben Ali, la contestation sociale grandit. En quelques jours, elle s’est généralisée à plusieurs villes du pays.

La violence sexuelle n’est pas seulement le problème du monde du cinéma et des médias. Cela se produit partout. Selon une enquête de la CSC Alimentation et Services, dont les résultats ont été annoncés en juin dernier, les techniciennes de surface sont des cibles très vulnérables. Myreine Kint, responsable du genre chez CSC Alimentation et Services, a été étroitement impliquée dans l’enquête et a commencé à travailler sur les résultats.

Une centaine de femmes, dont Catherine Deneuve, défendent la « liberté [des hommes] d’importuner [les femmes] », dans  une tribune parue dans le Monde. « Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste », selon elles. Une claque aux femmes qui subissent les violences et le sexisme au quotidien, explique Françoise De Smedt (du PTB Bruxelles) sur Facebook.

Le dernier livre de Peter Mertens, président du PTB, est sorti en français. « Au pays des profiteurs » dresse le constat d’une société malade. Mais le livre apporte surtout des pistes pour en sortir.

Les coursiers de Deliveroo passent à l’action pour dénoncer leurs conditions de travail. Ce lundi 8 janvier, une délégation a rencontré la direction à Bruxelles. Après le refus de celle-ci d’accepter leurs revendications, une trentaine de coursiers ont manifesté et d’autres ont refusé de prendre les commandes. Avant sans doute de nouvelles actions. Quelles sont les raisons de leur colère ?

Le 17 décembre, lors du second tour de l’élection présidentielle, Sebastian Piñera, homme d’affaires et conservateur, l’a emporté devant le journaliste de centre gauche Alejandro Guillier. La résistance sociale qui s’est développée au cours des dernières années se trouve confrontée à un nouveau défi.

Voici un aperçu du contenu du numéro de janvier. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Danny a travaillé pendant des années dans un call-center en Belgique. Jusqu’au moment où, en 2013, le propriétaire américain a transféré toutes ses activités vers les Pays-Bas. Danny a commencé à y travailler. Ce qu’il a vu fait peur…

38 ans, une formation supérieure, bourré d’énergie et d’envie de travailler... mais jamais pu décrocher le moindre contrat stable. Aux Pays-Bas, cela n’a rien d’une exception. Les jeunes passent d’un contrat flexible à un autre. Mais ils contre-attaquent.

93 % des postiers trouvent qu’il n’est pas normal de travailler jusque 67 ans. C’est ce qui ressort d’une enquête que le PTB a menée auprès d’une centaine de postiers. Témoignages de futurs pensionnés qui comptent bien ne pas se laisser faire.