Des maisons de repos sans soins ?

Photo Geralt / Pixabay
Photo Geralt / Pixabay
 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

le rendement actuel fait que l'on ne soigne plus les personnes agées, c'est un scandale, le fric tj le fric,,,
Les maisons de repos actuelles sont les nouvelles mines d'or de notre" westernland" Beaucoup pour les actionnaires ( souvent des sociétés étrangères, professions libérales,...)et très peu pour le personnel et les résidents . Il y a trop peu de contrôles efficaces et neutres dans ces institutions . Dans le passé nous avons eu des ministres de la SANTE qui se sont penché sur le problème sans jamais avoir apporter de solutions (les lobbys du secteur ayant fait leur travail de pression!) . bon amuse pour celui qui s'y attaquera dans le futur .
Il y a un home de jolimont à saint vaast ou le personnel a été chronometré et il a juste 6 minutes pour faire une toilette compléte , car il faut du rendement , moins de personnel et plus de profiit et tout le monde se tait . Inacceptable et honteux.
Suite du message précédent : le PTB ne pourrait-il pas s'emparer de cette question pour demander qu'on légifère dans ce domaine ? Il existe un ministère de l'éducation dans chacune des Régions; pourquoi ne créerait-on pas un ministère des personnes âgées dont beaucoup sont dans un état de déréliction inacceptable. Ce ministère serait chargé de restructurer complètement le secteur des maisons de repos qui devraient être soustraites à l'appétit des multinationales, notamment et devraient obtenir le statut d'asbl et devraient présenter des comptes conformes à ce statut.
En toile de fond de cette situation, il y a surtout le fait que les maisons de repos sont à but lucratif et qu'elles font l'objet d'une politique de rachat à grande échelle par des entreprises multinationales, françaises et hollandaises, notamment. Les maisons de repos devraient être des institutions publiques, ou au moins des asbl. Au lieu que dans la situation actuelle, les personnes âgées sont souvent rançonnées pour recevoir des prestations totalement insuffisantes, tant du point de vue des soins que du point de vue de l'humanité élémentaire et de la vie sociale à préserver, ce qui fait littéralement de certaines maisons de repos des mouroirs.
Bonjour, Je suis psychologue et j'ai eu l'occasion de travailler dans différentes maisons de repos. La fonction de psychologue n'est pas obligatoire en maison de repos en Belgique. Un comble, alors que la plupart des résidents sont en souffrance, en deuil, gèrent des pertes multiples (leur domicile, leur conjoint, leur autonomie, leurs objets familiers...)! J'ai travaillé comme psychologue et on m'a très peu écoutée. Ce qui compte est davantage la "vitrine" que le bien-être. Un simple exemple, un ancêtre préférera un sapin multicolore et une jolie crèche avec des santons. On leur "fourgue" un sapin décoré monochrome et une crèche moderne. Ils me demandaient tous "Quand va-t-on accrocher les boules et les guirlandes????". Et bien non, mes chers amis, le fait que le sapin soit décoré avec 10 boules turquoises et une guirlande lumineuse relève de la conception minimaliste de la directrice. (celle-ci ne s'étant pas privée de me suggérer de décorer "horriblement" mon domicile puisque j'étais tellement adepte du kitschissime!). Non, je n'aime pas le kitsch mais j'apprécie le respect des goûts de NOS résidents car il s'agit de LEUR maison. Par-ci, on me considérait comme un atout afin de signaler aux familles "nous sommes soucieux du bien-être de vos proches" alors qu'en réalité, quoi que je dise... Par-là, je n'avais même pas de bureau. Je ne parle pas d'un endroit glorieux et prétentieux dans lequel satisfaire mon égo, mais d'un simple lieu de rencontre où l'intimité des résidents et des familles aurait été préservée. On a été jusqu'à me proposer la salle-à-manger du personnel (sic). Annoncer une fin de vie parmi les collègues qui mangent leur dago... Qui dit mieux? Il y a tellement de beau travail et de soutien à proposer à nos résidents! Il suffit pour cela d'être empathique et de placer le souhait de leur bonheur AVANT le paraître.
Je peu vous dire que vous avez entierremnt raison vous ete parfois meme en dessous de la vérité meme la nourriture est franchement dégeulasse nous ne somme que des numéros de compe pour les gens de la direction qui ne que des finacié

L’Assemblée nationale, élue le 11 mars, réunie à La Havane va élire le futur Conseil d’État et le nouveau président. Il y a dix ans, Raul Castro avait annoncé qu’il quitterait le pouvoir en 2018.

Nouvelle journée d’action contre les plans du président Emmanuel Macron et de l’Union européenne. Cheminots, fonctionnaires, étudiants, infirmières et bien d’autres ont repris la rue. Parfois accompagnés de travailleurs et étudiants belges… Reportage à Lille et Paris.

Le rendez-vous est pris. Les organisation syndicales appellent à descendre massivement dans les rues de Bruxelles le 16 mai prochain. Objectif ? Défendre nos pensions contre les attaques du gouvernement. Cet appel à la mobilisation est la deuxième étape d'un plan qui a démarré par la distribution de plus d’un million de gazettes de sensibilisation.

Depuis le putsch de 2016, la démocratie brésilienne s'est tout à fait dégradée. C'est dans ce contexte que s'inscrit la condamnation à une peine de prison de l'ex-président progressiste Lula. Le journal L'Humanité a interrogé Maud Chirio, historienne et spécialiste du Brésil, sur la situation dans ce pays. Nous publions ici cette interview.

Cheminots, éboueurs, pilotes d’Air France, électriciens, étudiants… Chaque semaine, un nouveau secteur semble se joindre à un mouvement social grandissant… Il se passe quelque chose chez nos voisins, qui concerne tous les travailleurs européens.

Les assemblées étudiantes et les blocages se multiplient dans les universités en France. Les étudiants s’opposent à la mise en place de la sélection à l’entrée des universités visant à en réduire l’accès. Une lutte qui, dans le cadre du mouvement plus large pour la défense des services publics mené par les cheminots, peut faire tache d’huile.

ls étaient très nombreux ce vendredi 13 avril à soutenir Bruno Verlaeckt et Tom Devoght, deux syndicalistes anversois qui risquent une peine de prison de cinq à dix ans pour avoir participé à un piquet de grève.La salle d'audience était pleine à craquer, et pour cause : ce serait un dangereux précédent.

Cela fait des années qu’Asian Dub Foundation lutte contre l’injustice et l’oppression.

Le site d’infos alternatif français Le Vent se lève s’est penché sur le PTB : « Dans un système politique complexe de coalition et à l’approche des élections communales et fédérales en 2018 et 2019, le PTB inquiète les partis traditionnels en bouleversant de vieux équilibres. Nous avons pu nous entretenir avec David Pestieau, vice-président du parti ». Nous reprenons des extraits de cette interview. 

Cela ne fait pas les titres des journaux mais, chaque année, des dizaines de délégués syndicaux sont licenciés. Des travailleurs qui sont élus par leurs collègues au conseil d’entreprise ou au comité pour la prévention et la protection au travail. Jan Buelens, avocat à Progress Lawyers Network, explique la situation.