Élection en France : qui incarne les aspirations « anti-système » des travailleurs ?

Le 5 février dernier, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, soutenu par le Parti communiste, tenait deux meetings en même temps : l'un à Lyon et l'autre à Paris, en hologramme (photo). (Capture d'écran Youtube, Jean-Luc Mélenchon)
Le 5 février dernier, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, soutenu par le Parti communiste, tenait deux meetings en même temps : l'un à Lyon et l'autre à Paris, en hologramme (photo). (Capture d'écran Youtube, Jean-Luc Mélenchon)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Très belle synthèse de la politique française et de l'orientation politique des différents candidats se revendiquant de gauche.
Celui qui incarne la vraie gauche c'est sans conteste J.L. Mélenchon ,mais il a comme adversaire la presse française à la botte de quelques milliardaires et leurs suppôts . C'est le seul dans la campagne pour la présidentielle à avoir un programme d'avenir détaillé. C'est un tribun de haut vol il suffit de voir l'audience qu'il suscite pour ses passages à la TV et dans ses réunions (les salles archi combles). Pour ce qui est des sondages commandés par les groupes de presse le plus souvent de droite peut-on encore leur faire confiance ? C'est un homme intègre ,adversaire des combines et toutes compromissions avec le grand capital c'est pour cela qu'il a été un des premiers à quitter "la gôche" (P.S.de la rue de Solferino) Il est le seul à avoir un plan de relance industriel et écologique dirigé vers la mer
Moi ce que je ne comprends pas, c'est que pendant les réunions du PTB, on m'a bien fait comprendre que Mélenchon (je cite) "n'avait personne derrière lui". Aujourd'hui, il semblerait qu'après avoir de nouveau les grâces (et encore, ça me semble toujours un petit peu compliqué en interne) du PCF, le PTB voit de nouveau en lui un homme providentiel. Pourtant, ses idées n'ont pas changé....
Ce qui m'inquiète le plus (hormis les votes à droite ou extrême-droite, s'entend), c'est qu'il y a des comportements récurrents des populations face à des situations frustrantes. En France, le problème le plus nocif, c'est que depuis 30 ans, le désistement des électeurs au premier tour amène ceux qui veulent dur comme fer le changement que propose l'extrême-droite (les Le Pen) à porter leur candidat au second tour. Second tour qui sort de leurs bouderies les opposants à l'extrême-droite afin de lui barrer la route du pouvoir. C'est, je vais dire, "entré dans les mœurs". Tous ceux qui ont tenté d'endiguer ce phénomène ont échoué. Les Français, dans leur ensemble, ont mis en place, sans se concerter cette stratégie de vote qui n'en est pas une. Maintenant, qui peut dire comment se comporteront les adeptes du programme de Mélenchon au moment de voter, c'est une autre affaire. Je voulais quand même signaler que ce ne sont pas 66 millions de Français qui sont censés se rendre aux urnes. Les SDF pour la plupart obtiennent difficilement une carte d'électeurs car ils n'ont pas d'adresse postale. Les personnes condamnées à de la prison sont déchues à vie de leur droit de vote, et il y a aussi ceux qui s'y sont pris trop tard pour faire la demande d'une carte d'électeur, etc. Merci pour ce bel article bien détaillé.
Merci beaucoup pour ce résumé de la politique française. C ' est une brillante analyse.
La question n'est pas de savaoir qui a le meilleur programme mais de déterminer quelle stratégie il faut élaborer pour éviter que l'alternance souhaitée apparemment par les Français ne vire à droite. Or, il y a dans le programme d'Hamon et de Mélenchon de réelles propositions neuves d'avancées sociales, politiques, qui pourraient constituer enfin une alternative progressiste crédible face à une droite de plus en plus droitière, tant sur le plan économique que sur le plan sociétal. Le temps est venu de se rassembler autour d'un projet qui redonne du sens à la vie de nombreux citoyens qui souffrent de la crise.
Dans votre article je lis : "Pendant les mobilisations contre la loi Travail, les « frondeurs », ces députés socialistes qu’incarne aujourd’hui Hamon, avaient sans cesse privilégié les débats parlementaires au détriment du développement de l’énorme mouvement populaire. Et alors, la France est encore en démocratie à ce que je sache, il est tout à fait normal d'en discuter au parlement avant tout !!! De plus, sa compagne est la secrétaire générale du groupe de luxe LVMH (Bernard Arnault), ce qui pose question sur le train de vie réel du couple.. Et alors, c'est la jalousie qui vous fait parler, je ne vois vraiment pas où est le mal si cette femme a fait des études, est compétente et gagne bien sa vie. Il faudrait pour vous qu'elle aille au turbin comme ouvrière et gagner le SMIG ! Merde alors. Si vous continuez à sortir des conneries pareilles, les gens réfléchis, il n'y en a malheureusement pas beaucoup, vont se désolidariser du PTB . De toute façon, Mélenchon ne passera pas le 1er tour, car trop à gauche; de plus, il est trop imbus de sa personne.que pour s'allier avec Hamon.

Le gouvernement fédéral est en place depuis octobre 2014. Il s'est distingué par des attaques particulièrement dures contre le monde du travail, tandis qu'il offrait des milliards d'euros au patronat avec des mesures comme le saut d'index ou les baisses de cotisations sociales du tax-shift. Quel est le bilan après un peu plus de deux ans ?

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a fait voter le mercredi 29 mars l’instauration d’un examen d’entrée dès l’année prochaine pour les études de médecine afin de limiter le nombre d’étudiants. « Instaurer un examen d’entrée est un recul inacceptable, réagit Charlie Le Paige, le président de Comac, l’organisation étudiante du PTB. Cela ne résout en rien les pénuries ou les problèmes pour les étudiants, et impose en outre un filtre social renforcé. »

On parle beaucoup, à raison, des sommes insensées que touchent certains administrateurs de Publifin/Nethys. Moins des organisations syndicales qui se battent au jour le jour pour les travailleurs de ces structures. Elles ont pourtant beaucoup de choses à dire…

Notre facture d’électricité est une des plus chère d’Europe. En plus, les citoyens de Flandre se sont vu imposer une taxe supplémentaire de 100 euros sur l’électricité. Le PTB est parti en guerre contre cette « Turteltaxe » et a porté l’affaire devant la Cour constitutionnelle. Le procès a débuté. Explications.

Le 15 mars, les Néerlandais ont voté, et ils ont chamboulé le paysage politique. Le PVV d’extrême droite de Geert Wilders a progressé, mais il n’a pas effectué la grande percée prédite par les sondages. Le parti libéral du Premier ministre Rutte a perdu pas mal de plumes mais, là aussi, moins que prévu.

Semaine agitée socialement pour le géant de l’agroalimentaire Mondelēz. Les travailleurs de la multinationale mènent des actions au niveau mondial pour dénoncer la pression au travail pendant que les actionnaires font sans cesse des bénéfices. En Belgique, les trois sites (Namur, Herentals et Malines) étaient à l’arrêt pour 24 h jusqu’à 6h ce matin.

Alors que le CEO du constructeur de bus Van Hool envoie des signaux contradictoires dans la presse, le PTB a analysé la situation, qui a de quoi inquiéter. L’emploi pourrait bien diminuer drastiquement dans l’entreprise. C’est pourquoi le parti de gauche informe les travailleurs, avec un plan alternatif.

Les 23 avril et 7 mai prochains, les Français éliront en deux tours leur nouveau Président. Une élection présidentielle marquée par la menace de l’extrême droite. Mais qui donc reflète le mieux les aspirations des travailleurs français, seul moyen de battre le Front national ?

À Rome, le champagne a coulé à flots ce 25 mars pour fêter l’anniversaire du Traité de Rome, signé voici exactement soixante ans et qui marquait le début de l’intégration européenne. Mais partout, la résistance contre ce qu’est réellement devenue l’Europe ne cesse de s’amplifier.

Cela fait plus de dix ans que des groupes citoyens luttent pour une ville respirable et une meilleure mobilité autour d’Anvers. Aujourd’hui, c’est leur vision du ring d’Anvers qui a été acceptée dans un nouveau compromis.