Élection en France : qui incarne les aspirations « anti-système » des travailleurs ?

Le 5 février dernier, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, soutenu par le Parti communiste, tenait deux meetings en même temps : l'un à Lyon et l'autre à Paris, en hologramme (photo). (Capture d'écran Youtube, Jean-Luc Mélenchon)
Le 5 février dernier, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, soutenu par le Parti communiste, tenait deux meetings en même temps : l'un à Lyon et l'autre à Paris, en hologramme (photo). (Capture d'écran Youtube, Jean-Luc Mélenchon)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Très belle synthèse de la politique française et de l'orientation politique des différents candidats se revendiquant de gauche.
Celui qui incarne la vraie gauche c'est sans conteste J.L. Mélenchon ,mais il a comme adversaire la presse française à la botte de quelques milliardaires et leurs suppôts . C'est le seul dans la campagne pour la présidentielle à avoir un programme d'avenir détaillé. C'est un tribun de haut vol il suffit de voir l'audience qu'il suscite pour ses passages à la TV et dans ses réunions (les salles archi combles). Pour ce qui est des sondages commandés par les groupes de presse le plus souvent de droite peut-on encore leur faire confiance ? C'est un homme intègre ,adversaire des combines et toutes compromissions avec le grand capital c'est pour cela qu'il a été un des premiers à quitter "la gôche" (P.S.de la rue de Solferino) Il est le seul à avoir un plan de relance industriel et écologique dirigé vers la mer
Moi ce que je ne comprends pas, c'est que pendant les réunions du PTB, on m'a bien fait comprendre que Mélenchon (je cite) "n'avait personne derrière lui". Aujourd'hui, il semblerait qu'après avoir de nouveau les grâces (et encore, ça me semble toujours un petit peu compliqué en interne) du PCF, le PTB voit de nouveau en lui un homme providentiel. Pourtant, ses idées n'ont pas changé....
Ce qui m'inquiète le plus (hormis les votes à droite ou extrême-droite, s'entend), c'est qu'il y a des comportements récurrents des populations face à des situations frustrantes. En France, le problème le plus nocif, c'est que depuis 30 ans, le désistement des électeurs au premier tour amène ceux qui veulent dur comme fer le changement que propose l'extrême-droite (les Le Pen) à porter leur candidat au second tour. Second tour qui sort de leurs bouderies les opposants à l'extrême-droite afin de lui barrer la route du pouvoir. C'est, je vais dire, "entré dans les mœurs". Tous ceux qui ont tenté d'endiguer ce phénomène ont échoué. Les Français, dans leur ensemble, ont mis en place, sans se concerter cette stratégie de vote qui n'en est pas une. Maintenant, qui peut dire comment se comporteront les adeptes du programme de Mélenchon au moment de voter, c'est une autre affaire. Je voulais quand même signaler que ce ne sont pas 66 millions de Français qui sont censés se rendre aux urnes. Les SDF pour la plupart obtiennent difficilement une carte d'électeurs car ils n'ont pas d'adresse postale. Les personnes condamnées à de la prison sont déchues à vie de leur droit de vote, et il y a aussi ceux qui s'y sont pris trop tard pour faire la demande d'une carte d'électeur, etc. Merci pour ce bel article bien détaillé.
Merci beaucoup pour ce résumé de la politique française. C ' est une brillante analyse.
La question n'est pas de savaoir qui a le meilleur programme mais de déterminer quelle stratégie il faut élaborer pour éviter que l'alternance souhaitée apparemment par les Français ne vire à droite. Or, il y a dans le programme d'Hamon et de Mélenchon de réelles propositions neuves d'avancées sociales, politiques, qui pourraient constituer enfin une alternative progressiste crédible face à une droite de plus en plus droitière, tant sur le plan économique que sur le plan sociétal. Le temps est venu de se rassembler autour d'un projet qui redonne du sens à la vie de nombreux citoyens qui souffrent de la crise.
Dans votre article je lis : "Pendant les mobilisations contre la loi Travail, les « frondeurs », ces députés socialistes qu’incarne aujourd’hui Hamon, avaient sans cesse privilégié les débats parlementaires au détriment du développement de l’énorme mouvement populaire. Et alors, la France est encore en démocratie à ce que je sache, il est tout à fait normal d'en discuter au parlement avant tout !!! De plus, sa compagne est la secrétaire générale du groupe de luxe LVMH (Bernard Arnault), ce qui pose question sur le train de vie réel du couple.. Et alors, c'est la jalousie qui vous fait parler, je ne vois vraiment pas où est le mal si cette femme a fait des études, est compétente et gagne bien sa vie. Il faudrait pour vous qu'elle aille au turbin comme ouvrière et gagner le SMIG ! Merde alors. Si vous continuez à sortir des conneries pareilles, les gens réfléchis, il n'y en a malheureusement pas beaucoup, vont se désolidariser du PTB . De toute façon, Mélenchon ne passera pas le 1er tour, car trop à gauche; de plus, il est trop imbus de sa personne.que pour s'allier avec Hamon.
Voici un aperçu du contenu du numéro de juin. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis.

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Le gouvernement Michel entend s’« impliquer » en Afrique centrale. Pourtant, il y a tout juste 20 ans, un des précieux alliés du monde occidental, le dictateur congolais Joseph Mobutu, était renversé. Retour sur « l’implication » de la Belgique au Congo après le 30 juin 1960, aux côtés d’une dictature qui a si longtemps servi certains intérêts belges.