Énergie nucléaire | Un héritage radioactif pour au moins 10 000 générations

Le lobby de l’énergie nucléaire essaie de convaincre les gens que rien n’est plus sûr qu’une centrale nucléaire… « alors que rien ne menace plus la sécurité que l’énergie nucléaire », selon Marc Alexander, militant écologiste. (Photo Solidaire, Karina Brys)
Le lobby de l’énergie nucléaire essaie de convaincre les gens que rien n’est plus sûr qu’une centrale nucléaire… « alors que rien ne menace plus la sécurité que l’énergie nucléaire », selon Marc Alexander, militant écologiste. (Photo Solidaire, Karina Brys)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

La Belgique face à un manque de place pour stocker ses déchets nucléaires Arnaud Lefebvre - Express.be - lundi 27 juin 2016 Etant donné la prolongation de l’activité de trois réacteurs nucléaires, la Belgique devra trouver une solution pour le stockage de ses déchets nucléaires, a répondu Marie-Christine Marghem, Ministre fédérale de l'Energie, à une question de Kristof Calvo, député Groen, rapporte le journal De Standaard. Par an, les centrales nucléaires belges utilisent 120 tonnes d'uranium. Suite à la prolongation de la durée de vie de deux réacteurs à Doel et d'une unité à Tihange pour une période de 10 ans, ce volume s´élèverait à 370 tonnes mais la capacité actuelle de stockage des centrales ne suffit pas, a confirmé la ministre. Cette hausse de la capacité de stockage n’a pas été calculée. A Doel et à Tihange sont stockées environ 3.260 tonnes de déchets nucléaires. La gestion de ces déchets est sous la responsabilité de la filiale d'Electrabel Synatom, qui n'a cependant pas encore pris de décision quant à la destination finale de ces stocks restants. Moratoire En attendant cette décision, l'uranium est conservé sur le site des centrales nucléaires. La ministre Marghem confirme que la capacité existante de stockage des centrales ne suffira pas étant donné la prolongation des activités des centrales et qu'une nouvelle solution doit être élaborée. La construction de nouvelles installations pour les déchets supplémentaires est évoquée. Ces infrastructures devraient pouvoir déjà être utilisées au début de la prochaine décennie. Ce stockage ne représente cependant qu’une solution provisoire. Le ministre souligne que la Belgique doit encore déterminer sa stratégie pour le stockage définitif de déchets hautement radioactifs et d'une longue durée de vie. En dernière instance, les déchets pourraient être enfouis dans des couches souterraines d'argile ou bien on pourrait opter pour un recyclage des déchets dans le but d’une réutilisation. Cependant, il existe en Belgique depuis plus de 20 ans un moratoire sur le retraitement du combustible nucléaire.
Plusieurs radiomètres en panne à Tihange: Electrabel réprimandé pour infractions en matière de sécurité L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a réprimandé pour la deuxième fois en un an Electrabel pour des problèmes de sécurité à Tihange 3, rapporte De Morgen samedi. Deux incidents, survenus les 26 et 30 mai, ont révélé des infractions en matière de sécurité, ont constaté des agents de l'AFCN. Dans les deux cas, il s'agit de négligences de la part du personnel. Le 26 mai, un système de mesure de la pression dans le circuit de refroidissement du réacteur n'était pas disponible. Cet incident a été classé niveau 1, soit une "anomalie". Le 30 mai, il est apparu qu'un instrument de mesure de la salle de contrôle était en mode "test" depuis plusieurs jours, ce qui l'empêchait de fonctionner. "En raison de la succession des incidents, à seulement quelques jours d'intervalle, nous nous sommes sentis obligés de rédiger un pro justitia", explique la porte-parole de l'AFCN. Dans le pire des cas, celui-ci entraînera une amende. http://www.rtl.be/info/plusieurs-radiometres-en-panne-a-tihange-electrabel-reprimande-pour-infractions-en-matiere-de-securite-831547.aspx Comment peut-on parler de négligences au niveau nucléaire ? Ce sont des infractions très très grave. En Belgique, nos hommes politique pensent.....,mais ils n'agissent pas ou à l'encontre de toutes logiques. Faut-il une catastrophe ? Les leçons de Tchernobyl et Fukushima n'ont pas suffit !!!! Cela s'est passé loin de chez nous mais les retombées nous ont affectés et nous affectent toujours pour des centaines d'année.

Ce sont des jours de tension pour le Venezuela et son projet de société à caractère social, la révolution bolivarienne. Le dimanche 30 juillet auront lieu des élections pour une assemblée constituante. L’opposition de droite les boycotte et mise sur la violence des rues contre le gouvernement de Maduro. Trump, la CIA, mais aussi la Commission européenne, s’en mêlent. Qui en sortira gagnant ? 

À chaque session d’examens, RedFox organise les Boostdays, ces journées de révision et d’étude collective qui permettent aux jeunes du secondaire de venir travailler dans un cadre studieux. Et solidaire.

Les élections approchant, la N-VA réveille la lutte identitaire. Elle veut que des compétences comme la mobilité et la justice reviennent entièrement à la Flandre. Mais l’emprise nationaliste flamande se veut aussi beaucoup plus forte sur le secteur artistique et culturel.

À la fin de cette année, la SNCB appliquera une nouvelle grille horaire. Les navetteurs et riverains de la gare de Gentbrugge, dans la périphérie de Gand, l’attendent de pied ferme. En effet, en 2014, la SNCB avait supprimé la plupart des trains dans leur petite gare. Mais, après plus de deux années d’actions constantes, ils ont réussi à obtenir que les trains s’arrêtent à nouveau chez eux.

Captain SKA cartonne actuellement dans les hit-parades britanniques avec sa chanson contre la Première ministre Theresa May. Le succès de Liar Liar GE2017 leur a valu d’être invités dans nombre de festivals d’été, mais le groupe préfère jouer dans les festivals dont ils se sentent proches. Et ManiFiesta en fait assurément partie.

C’était le 31 mai 2017, à l’entrée de la VRT à Bruxelles. Plutôt qu’une caisse de vin ou un pot d’adieu, un piquet était le cadeau de remerciement de l’équipe de la CGSP à son président, Luk Vandenhoeck. Retour sur 45 ans d’engagement syndical et politique.

Le 7 juillet 2017, 122 pays ont signé un traité interdisant les armes nucléaires. Il ne s’agit pas d’un simple morceau de papier symbolique, mais d’un traité contraignant, que l’on peut vraiment qualifier d’historique. La Belgique n’est absolument pas au rendez-vous, bien au contraire.

Des études scientifiques prouvent que, si l’humanité continue à rejeter du dioxyde de carbone à ce rythme, la température sur terre va continuer à grimper. De ce fait, le niveau de la mer va lui aussi monter, nous aurons de plus en plus de tempêtes et de périodes de sécheresse qui se traduiront par des pénuries alimentaires catastrophiques, etc. Malgré cette unanimité scientifique, Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris. Pour quels dangers ?

« Travailler moins, aimer plus » : c’est sous ce titre que le Conseil des femmes a organisé une journée d’étude ce 2 juin à Bruxelles. Un des invités était Patrick Helgerson, conseiller communal du parti de gauche Vänsterpartiet à Göteborg, en Suède. Son parti a été, avec d’autres, à la base de l’expérience de la semaine de 30 heures dans une maison de repos et de soins de cette ville.

En 1917, il y a cent ans, deux révolutions se succèdent en Russie : une en février, l’autre en octobre. La première mène à l’abdication du tsar, monarque absolu, à la séparation de l’Église et de l’État et au suffrage universel. La deuxième, portée par le peuple au son du slogan « du pain, la paix et la terre », conduit à la prise de pouvoir par les communistes (qu’on appelle les bolcheviks). Elle est portée par la volonté de renverser l’ordre établi, capitaliste – et en Russie encore largement féodal, incapable de sortir la population de la misère et de la guerre –, et par le but de construire une autre société. C’est le début d’une première tentative dans le monde de construire le socialisme, faite de réalisations mais aussi de sérieuses erreurs, qui va marquer l’histoire du 20e siècle. Dans quel contexte a pris place cette révolution ? Est-elle un phénomène russe ou international ? Comment s’est-elle déroulée ? Quelle a été son influence chez nous et dans le reste du monde ? Survol de ce processus qui fit trembler le monde sur ses fondations.