Entretien entre Peter Mertens et Owen Jones | « La gauche doit apprendre à communiquer autrement »

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tout à fait d'accord avec Monsieur Jones. Il parle exactement des mêmes sujets dont nous discutons dans nos réunions de mouvements citoyens et ong's et privés entres personnes qui luttent pour un autre Europe cad: - La vision de la population sur la gauche. D'une part, il y a la gauche traditionnelle qui n'est plus vraiment à gauche et qui décréditent la gauche. De l'autre côté il y a 'l'extrême gauche' qui est décrédibilisé par les médias et la droite. C'est devenu presque un tabou, on n'ose même plus parler de l'extrême gauche, qui n'a dans ses idées rien d'extrême dans mon opinion. Le néolibéralisme qui lui par contre, est extrême, est considéré comme 'normal', l'opinion publique a tellement été forgé à accepter petit à petit les idées extrême du néo-libéralisme, qu'il ne réagit plus avec indignation aux différents mesures de plus graves, qui sont prises. - Il y a aussi un fatalisme dans la masse de la population qui s'est installé, sans doute aussi pour une grande partie manipulé par les médias. On ne sait rien faire, ils sont trop grands, trop puissants. - Puis il y a le jeux et le pain des temps modernes et l'épuisement par le stress du travail qui endorment et immobilisent une grande partie de la population. La peur aussi de perdre son job, si on va à contre courant du mouvement néo-libérale. Ils savent que quelque chose ne va pas, mais ne sont plus capable de réagir et trop hypnotisés par la société de consommation. - Je crains qu'une partie qui se dit de gauche et d'extrême gauche a moins de chance de gagner le faveur de la population, qu'une partie avec exactement les mêmes idées, mais qui ne veut pas soi-même se qualifier de gauche. Les gens sont devenus allergique aux mots 'gauche' et 'droite', ils veulent un changement mais ne croient plus dans les parties traditionnelles. - les médias alternatives font un très bon travail et conscientisent et mobilisent une belle partie de la population (je dirais une 10 à 20%), mais ne joignent pas les autres 80% qui suivent les médias traditionnels qui n'informent pas ou désinforment. Voilà pourquoi nous trouvons que c'est très important de faire des actions médiatiques vers les médias traditionnels. Nous sommes en train d'y réfléchir et essayons de préparer des choses. Déjà à plusieurs reprises nous avons abordé les journalistes, en les 'engueulant' gentiment pour leur dire qu'on aimerait qu'ils parlent des choses importantes, avec parfois des petits résultats mais bien insuffisantes. - Nous devons nous organiser bien mieux, échanger entre citoyens, ong's et politiques pour ensemble mobiliser un grand front commun au niveau européen pour justement mettre la droite néolibérale à sa place. - Pour cela il est indispensable d'amener les 80% de la population avec nous. Cela veut dire que nous devons aborder monsieur et madame Lambda avec un discours, là où ça les touche, nous devons trouver les arguments pour leur donner l'espoir que cela peut changer, parce que si nous nous y mettons tous, cela peut changer. D'ailleurs, les choses commencent à changer doucement, mais il y a encore un long chemin vers le point où tout cela va basculer. Et ce moment là, je l'espère et je le visualise peut avoir un effet boule de neige dans le sens positif! - Merci pour cet article bien intéressante!
Pour gagner la bataille des idées, il faut d'abord gagner le coeur des gens. On peut y arriver par le rire. Mais tant que les humoristes véhiculent des propos sexistes, les plus engagés d'entr'eux rateront la marche du socialisme. Continuez le combat messieurs, mais pensez que la moitié de la population humaine sont des femmes. Pensez à leur demander leur avis et surtout laissez nous prendre nos décisions à égalité avec vous. Caroline

Lors des rassemblements de la Marche des Femmes, des artistes célèbres comme Madonna, Scarlett Johansson, Alicia Keys, Ashley Judd, ont pris la parole, ainsi que des représentant(e)s de mouvements sociaux comme Bernie Sanders, Angela Davis, Michael Moore ou Naomi Klein. Voici le discours de Bernie Sanders.

À Washington, le 21 janvier, lors de la Marche des Femmes contre Donald Trump,  l’icône du féminisme, de l’antiracisme et de la résistance sociale qu’est Angela Davis a été très largement applaudie. Voici son discours.

Avec entre 2 et 3 millions de manifestant(e)s, la Marche des Femmes qui a secoué les États-Unis le 21 janvier dernier a lancé la résistance à la politique du président Donald Trump, avec un fort sentiment d’unité et beaucoup de détermination. « Et à ceux qui affirment que cette marche n’aboutira à rien… Fuck you ! » Dixit… Madonna.

Dans une maison de repos de Boitsfort, Tine Verelst attend le moment où elle s’endormira pour toujours. Elle a 91 ans et est aveugle depuis sept ans. Elle ne veut plus vivre sans voir et en déclinant de plus en plus. Elle fait ses adieux à la vie en femme heureuse. « J’ai eu une vie bien remplie. »

Le scandale Publifin n’est pas un accident, c’est la faillite d’un système. Publifin est le résultat d’une façon de faire de la politique qui mélange une absence totale d’éthique et une vision libérale de la gestion des intercommunales qui permet à quelques individus de s’enrichir honteusement sur le dos de la collectivité. Pour le PTB, le dossier doit aboutir à une refonte des intercommunales, de leurs principes et de leurs règles.

Les salaires belges pourront augmenter de maximum 1,1 % sur deux ans en plus de l'index et des augmentations barémiques. Ce 11 janvier, patrons et syndicats ont conclu ce qu'on appelle un « projet d'accord interprofessionnel ». Mais ces négociations n'étaient pas libres. Le gouvernement a imposé un cadre strict. Le projet d'accord va maintenant être soumis à la base des organisations syndicales.

L’élection de Donald Trump aura peut-être un résultat positif. Lors du sommet climatique de Marrakech, les négociateurs ont été tellement effrayés de sa victoire qu’ils ont voulu exécuter plus rapidement les accords qu’ils avaient scellés plus tôt. 

Anne-Marie Mineur est députée européenne néerlandaise (SP), membre du groupe Gauche unitaire européenne (GUE/NGL). Elle a suivi les négociations sur le CETA, le traité de libre-échange entre l’UE et le Canada. « Je n’ai pas le sentiment qu’au Parlement européen, il y ait assez de gens intègres qui défendent nos intérêts, constate-t-elle. D’où notre slogan “Non à cette Europe-là”. » 

L’œuvre de Sven ’t Jolle est une critique humoristique et passionnée du capitalisme. L’exposition que lui consacre le centre d’art Wiels à Bruxelles présente des sculptures, des installations et des œuvres sur papier, offrant une riche vue d’ensemble de sa récente activité.

Des arrêts et des lignes supprimés, des tickets plus chers... Les transports en commun posent bien des problèmes. Mais là où il y a des problèmes, les sections du PTB s’activent à trouver des solutions, et à défendre leurs trams et bus.