Entretien entre Peter Mertens et Owen Jones | « La gauche doit apprendre à communiquer autrement »

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tout à fait d'accord avec Monsieur Jones. Il parle exactement des mêmes sujets dont nous discutons dans nos réunions de mouvements citoyens et ong's et privés entres personnes qui luttent pour un autre Europe cad: - La vision de la population sur la gauche. D'une part, il y a la gauche traditionnelle qui n'est plus vraiment à gauche et qui décréditent la gauche. De l'autre côté il y a 'l'extrême gauche' qui est décrédibilisé par les médias et la droite. C'est devenu presque un tabou, on n'ose même plus parler de l'extrême gauche, qui n'a dans ses idées rien d'extrême dans mon opinion. Le néolibéralisme qui lui par contre, est extrême, est considéré comme 'normal', l'opinion publique a tellement été forgé à accepter petit à petit les idées extrême du néo-libéralisme, qu'il ne réagit plus avec indignation aux différents mesures de plus graves, qui sont prises. - Il y a aussi un fatalisme dans la masse de la population qui s'est installé, sans doute aussi pour une grande partie manipulé par les médias. On ne sait rien faire, ils sont trop grands, trop puissants. - Puis il y a le jeux et le pain des temps modernes et l'épuisement par le stress du travail qui endorment et immobilisent une grande partie de la population. La peur aussi de perdre son job, si on va à contre courant du mouvement néo-libérale. Ils savent que quelque chose ne va pas, mais ne sont plus capable de réagir et trop hypnotisés par la société de consommation. - Je crains qu'une partie qui se dit de gauche et d'extrême gauche a moins de chance de gagner le faveur de la population, qu'une partie avec exactement les mêmes idées, mais qui ne veut pas soi-même se qualifier de gauche. Les gens sont devenus allergique aux mots 'gauche' et 'droite', ils veulent un changement mais ne croient plus dans les parties traditionnelles. - les médias alternatives font un très bon travail et conscientisent et mobilisent une belle partie de la population (je dirais une 10 à 20%), mais ne joignent pas les autres 80% qui suivent les médias traditionnels qui n'informent pas ou désinforment. Voilà pourquoi nous trouvons que c'est très important de faire des actions médiatiques vers les médias traditionnels. Nous sommes en train d'y réfléchir et essayons de préparer des choses. Déjà à plusieurs reprises nous avons abordé les journalistes, en les 'engueulant' gentiment pour leur dire qu'on aimerait qu'ils parlent des choses importantes, avec parfois des petits résultats mais bien insuffisantes. - Nous devons nous organiser bien mieux, échanger entre citoyens, ong's et politiques pour ensemble mobiliser un grand front commun au niveau européen pour justement mettre la droite néolibérale à sa place. - Pour cela il est indispensable d'amener les 80% de la population avec nous. Cela veut dire que nous devons aborder monsieur et madame Lambda avec un discours, là où ça les touche, nous devons trouver les arguments pour leur donner l'espoir que cela peut changer, parce que si nous nous y mettons tous, cela peut changer. D'ailleurs, les choses commencent à changer doucement, mais il y a encore un long chemin vers le point où tout cela va basculer. Et ce moment là, je l'espère et je le visualise peut avoir un effet boule de neige dans le sens positif! - Merci pour cet article bien intéressante!
Pour gagner la bataille des idées, il faut d'abord gagner le coeur des gens. On peut y arriver par le rire. Mais tant que les humoristes véhiculent des propos sexistes, les plus engagés d'entr'eux rateront la marche du socialisme. Continuez le combat messieurs, mais pensez que la moitié de la population humaine sont des femmes. Pensez à leur demander leur avis et surtout laissez nous prendre nos décisions à égalité avec vous. Caroline

« C’est près d’Ostende ? Ah, génial ! Je n’ai jamais vu la côte belge ! » Lorsqu’Audrey Vernon apprend où ManiFiesta est organisé, celle qui viendra y jouer son one-woman-show Comment épouser un milliardaire est enthousiaste. Lorsqu’elle évoque la situation politique en France ou la répartition des richesses dans le monde, elle l’est beaucoup moins… 

« Nous avons gagné la plus belle des batailles, celle de la paix en Colombie. La lutte armée est terminée, la lutte des idées a commencé. » C'est par ces mots qu'Ivan Marquez, chef de négociation de la délégation des FARC à La Havane, a commenté ce 24 août en soirée la finalisation des accords de paix avec le gouvernement colombien.

Voici un aperçu du contenu du numéro de septembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

250 personnes ont perdu la vie suite au tremblement de terre qui a secoué l’Italie ce mercredi 24 août. Ce n’est pas la première fois que le pays connaît une telle catastrophe. Pour Romano Camassi, sismologue à l’Institut national de géophysique et vulcanologie italien, « ce ne sont pas des miracles qu'il faudrait, mais des ressources. Là où l'on s'attache à la prévention, les dommages sont limités. »

Au départ, il était question de revoir des niches fiscales comme les intérêts notionnels, qui profitent aux multinationales. Mais, aujourd'hui, le gouvernement travaille sur une réforme de l'impôt des sociétés dont l'objectif est totalement inverse : offrir un nouveau cadeau – impayable – au grand capital.

Après Paris et Bruxelles, des attentats ont frappé cet été Nice, Ansbach, Charleroi et Saint-Étienne-du-Rouvray. En réaction, le gouvernement s’enfonce dans une logique polarisante, inefficace et liberticide. Gagnerons-nous la lutte contre Daech de cette façon ? Un débat s’impose.

Bhaskar Sunkara (1989) est le fondateur du média américain d’inspiration marxiste Jacobin, composé d’un site internet et d’une revue trimestrielle, et devenu une référence pour la gauche critique anglophone. Nous avons rencontré Bhaskar Sunkara pour évoquer la portée de Bernie Sanders et les défis de la gauche aux États-Unis.

Si l’on s’en prend à la pollution, les entreprises vont-elles fermer ? L’emploi est-il compatible avec le développement durable ? On en parle à ManiFiesta, avec des experts de la question.

bpost veut engager des réfugiés comme facteurs. Il faut dire que manque de personnel chez bpost est criant, et cause des problèmes aux travailleurs. Cependant, cette proposition vise davantage à pratiquer le dumping social pour éviter d'améliorer les salaires et conditions de travail des postiers.

Rien de plus agréable qu’une journée à la mer en famille ou avec des amis. Les enfants qui jouent dans les dunes, un pique-nique sur la plage, une balade le long de l’eau… Avec ManiFiesta, on peut combiner cela avec une belle offre d’activités pour tous les âges.