Entretien entre Peter Mertens et Owen Jones | « La gauche doit apprendre à communiquer autrement »

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tout à fait d'accord avec Monsieur Jones. Il parle exactement des mêmes sujets dont nous discutons dans nos réunions de mouvements citoyens et ong's et privés entres personnes qui luttent pour un autre Europe cad: - La vision de la population sur la gauche. D'une part, il y a la gauche traditionnelle qui n'est plus vraiment à gauche et qui décréditent la gauche. De l'autre côté il y a 'l'extrême gauche' qui est décrédibilisé par les médias et la droite. C'est devenu presque un tabou, on n'ose même plus parler de l'extrême gauche, qui n'a dans ses idées rien d'extrême dans mon opinion. Le néolibéralisme qui lui par contre, est extrême, est considéré comme 'normal', l'opinion publique a tellement été forgé à accepter petit à petit les idées extrême du néo-libéralisme, qu'il ne réagit plus avec indignation aux différents mesures de plus graves, qui sont prises. - Il y a aussi un fatalisme dans la masse de la population qui s'est installé, sans doute aussi pour une grande partie manipulé par les médias. On ne sait rien faire, ils sont trop grands, trop puissants. - Puis il y a le jeux et le pain des temps modernes et l'épuisement par le stress du travail qui endorment et immobilisent une grande partie de la population. La peur aussi de perdre son job, si on va à contre courant du mouvement néo-libérale. Ils savent que quelque chose ne va pas, mais ne sont plus capable de réagir et trop hypnotisés par la société de consommation. - Je crains qu'une partie qui se dit de gauche et d'extrême gauche a moins de chance de gagner le faveur de la population, qu'une partie avec exactement les mêmes idées, mais qui ne veut pas soi-même se qualifier de gauche. Les gens sont devenus allergique aux mots 'gauche' et 'droite', ils veulent un changement mais ne croient plus dans les parties traditionnelles. - les médias alternatives font un très bon travail et conscientisent et mobilisent une belle partie de la population (je dirais une 10 à 20%), mais ne joignent pas les autres 80% qui suivent les médias traditionnels qui n'informent pas ou désinforment. Voilà pourquoi nous trouvons que c'est très important de faire des actions médiatiques vers les médias traditionnels. Nous sommes en train d'y réfléchir et essayons de préparer des choses. Déjà à plusieurs reprises nous avons abordé les journalistes, en les 'engueulant' gentiment pour leur dire qu'on aimerait qu'ils parlent des choses importantes, avec parfois des petits résultats mais bien insuffisantes. - Nous devons nous organiser bien mieux, échanger entre citoyens, ong's et politiques pour ensemble mobiliser un grand front commun au niveau européen pour justement mettre la droite néolibérale à sa place. - Pour cela il est indispensable d'amener les 80% de la population avec nous. Cela veut dire que nous devons aborder monsieur et madame Lambda avec un discours, là où ça les touche, nous devons trouver les arguments pour leur donner l'espoir que cela peut changer, parce que si nous nous y mettons tous, cela peut changer. D'ailleurs, les choses commencent à changer doucement, mais il y a encore un long chemin vers le point où tout cela va basculer. Et ce moment là, je l'espère et je le visualise peut avoir un effet boule de neige dans le sens positif! - Merci pour cet article bien intéressante!
Pour gagner la bataille des idées, il faut d'abord gagner le coeur des gens. On peut y arriver par le rire. Mais tant que les humoristes véhiculent des propos sexistes, les plus engagés d'entr'eux rateront la marche du socialisme. Continuez le combat messieurs, mais pensez que la moitié de la population humaine sont des femmes. Pensez à leur demander leur avis et surtout laissez nous prendre nos décisions à égalité avec vous. Caroline
Le service d’étude du PTB a réalisé une étude sur l’évolution des tarifs de la STIB (Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles) entre 1993 et 2016. Le résultat est sans appel : les tarifs ont évolués bien plus vite que l’indice des prix à la consommation.

Ce 10 juin, dans les rues de Bruxelles, ils étaient à peu près 2 000 travailleurs des soins de santé à protester contre le nouveau système de financement dans le secteur en Flandre. 

Le ministre de l’Emploi Peeters aime apparemment profiter de l’été pour lancer des réformes. Après celle de la semaine de travail de 38 heures dévoilée il y a quelques jours, Kris Peeters veut maintenant chipoter dans la loi qui régit nos salaires : ils resteront bloqués les prochaines années.

Une partie de l'armée turque a tenté de manière impressionnante de s'emparer du pouvoir. Le coup d'État a finalement échoué. Ses auteurs n'avaient aucune légitimité et ont été fermement condamnés par toutes les forces politiques turques. Les condamnations par les capitales occidentales ont toutefois été exprimées tardivement. Le président Recep Tayyip Erdogan promet une sanction sévère à l'encontre de la structure parallèle qu'il tient pour responsable du coup d'État. Il est donc fortement à craindre qu'Erdogan en profite pour concentrer davantage encore le pouvoir entre ses mains.

Le PTB a pris connaissance de l’avant-projet de loi Peeters sur le « travail faisable ». Ce projet va transformer la semaine des 38 heures en une coquille vide.

Le ministre des pensions Bacquelaine (MR) a chargé les employeurs et les syndicats de se mettre d’accord sur les critères des métiers lourds pour le 19 juillet. Les positions des deux parties divergent beaucoup. Les négociations viennent d’être reportées. Explications de Kim De Witte, spécialiste des pensions du PTB.

Cela fait des années qu’Asian Dub Foundation lutte contre l’injustice et l’oppression. Mais c’est en plus un pilier de la musique alternative britannique, qui est en tête d’affiche du samedi 17 septembre à ManiFiesta. Nous nous sommes entretenus avec Steve Chandra Savale, fondateur, guitariste et front man du groupe, à propos de musique, du Brexit et de politique.

Le secrétaire d’État à la Protection de la vie privée, Philippe De Backer (Open Vld), veut pouvoir vendre les données santé des citoyens au secteur pharmaceutique. Accepter cela, c’est accepter que des entreprises exploitent les patients à des fins commerciales. 

Une société qui donne une place à chacun, ça passe notamment par l'accès au travail des personnes handicapées. Or, à Bruxelles par exemple, seule une personne handicapée active sur trois a un emploi. Des quotas existent dans la fonction publique, mais sans garantie d'application. Le PTB veut changer cela.

Dorénavant,  les soins sociaux, dont les soins aux SDF, sont livrés au marché à Anvers. Des entreprises commerciales pourront donc également organiser ces soins. Et, donc, faire du profit.