Entretien entre Peter Mertens et Owen Jones | « La gauche doit apprendre à communiquer autrement »

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tout à fait d'accord avec Monsieur Jones. Il parle exactement des mêmes sujets dont nous discutons dans nos réunions de mouvements citoyens et ong's et privés entres personnes qui luttent pour un autre Europe cad: - La vision de la population sur la gauche. D'une part, il y a la gauche traditionnelle qui n'est plus vraiment à gauche et qui décréditent la gauche. De l'autre côté il y a 'l'extrême gauche' qui est décrédibilisé par les médias et la droite. C'est devenu presque un tabou, on n'ose même plus parler de l'extrême gauche, qui n'a dans ses idées rien d'extrême dans mon opinion. Le néolibéralisme qui lui par contre, est extrême, est considéré comme 'normal', l'opinion publique a tellement été forgé à accepter petit à petit les idées extrême du néo-libéralisme, qu'il ne réagit plus avec indignation aux différents mesures de plus graves, qui sont prises. - Il y a aussi un fatalisme dans la masse de la population qui s'est installé, sans doute aussi pour une grande partie manipulé par les médias. On ne sait rien faire, ils sont trop grands, trop puissants. - Puis il y a le jeux et le pain des temps modernes et l'épuisement par le stress du travail qui endorment et immobilisent une grande partie de la population. La peur aussi de perdre son job, si on va à contre courant du mouvement néo-libérale. Ils savent que quelque chose ne va pas, mais ne sont plus capable de réagir et trop hypnotisés par la société de consommation. - Je crains qu'une partie qui se dit de gauche et d'extrême gauche a moins de chance de gagner le faveur de la population, qu'une partie avec exactement les mêmes idées, mais qui ne veut pas soi-même se qualifier de gauche. Les gens sont devenus allergique aux mots 'gauche' et 'droite', ils veulent un changement mais ne croient plus dans les parties traditionnelles. - les médias alternatives font un très bon travail et conscientisent et mobilisent une belle partie de la population (je dirais une 10 à 20%), mais ne joignent pas les autres 80% qui suivent les médias traditionnels qui n'informent pas ou désinforment. Voilà pourquoi nous trouvons que c'est très important de faire des actions médiatiques vers les médias traditionnels. Nous sommes en train d'y réfléchir et essayons de préparer des choses. Déjà à plusieurs reprises nous avons abordé les journalistes, en les 'engueulant' gentiment pour leur dire qu'on aimerait qu'ils parlent des choses importantes, avec parfois des petits résultats mais bien insuffisantes. - Nous devons nous organiser bien mieux, échanger entre citoyens, ong's et politiques pour ensemble mobiliser un grand front commun au niveau européen pour justement mettre la droite néolibérale à sa place. - Pour cela il est indispensable d'amener les 80% de la population avec nous. Cela veut dire que nous devons aborder monsieur et madame Lambda avec un discours, là où ça les touche, nous devons trouver les arguments pour leur donner l'espoir que cela peut changer, parce que si nous nous y mettons tous, cela peut changer. D'ailleurs, les choses commencent à changer doucement, mais il y a encore un long chemin vers le point où tout cela va basculer. Et ce moment là, je l'espère et je le visualise peut avoir un effet boule de neige dans le sens positif! - Merci pour cet article bien intéressante!
Pour gagner la bataille des idées, il faut d'abord gagner le coeur des gens. On peut y arriver par le rire. Mais tant que les humoristes véhiculent des propos sexistes, les plus engagés d'entr'eux rateront la marche du socialisme. Continuez le combat messieurs, mais pensez que la moitié de la population humaine sont des femmes. Pensez à leur demander leur avis et surtout laissez nous prendre nos décisions à égalité avec vous. Caroline

« Regarde, papa. » Rik sort un papier de son cartable. Y figurent en grandes lettres : « Trump, dégage ! ». Il explique : avec son copain Taha, ils ont décidé de faire des affiches contre Trump.

Il y a quelques semaines, Maggie De Block a décidé de ne plus rembourser du tout les sprays nasaux à base de corticoïdes. Il y a quelques jours, elle annonçait être partiellement revenue sur sa décision, suite aux pressions de l’ensemble du monde médical. Il faut dire que la mesure est davantage motivée par l’envie de faire plaisir aux firmes pharmaceutiques que par des considérations médicales.

Ce 4 décembre, les Italiens iront aux urnes pour voter lors d’un référendum sur une réforme de la Constitution proposée par le Premier ministre social-démocrate Matteo Renzi. Pour Eleonora Forenza, députée européenne (GUE/NGL) et membre de Rifondazione comunista, il s’agit de voter contre la réforme, pour défendre une Consitution née « de la lutte des partisanes et partisans » face aux attaques de « l’Europe des banques et du capital financier ».

Le Diable rouge Laurent Ciman s’est expatrié à Montréal, où sa fille autiste peut bénéficier d’une bien meilleure prise en charge. En effet, chez nous, la situation des enfants autistes et de leurs parents est consternante. Nous avons interrogé la députée bruxelloise PTB Claire Geraets, qui suit le dossier et compte bien contribuer à le faire avancer.

Un mois après la signature de l’accord belge sur le traité eurocanadien de libre-échange CETA, Charles Michel utilise une petite phrase pour remettre en cause une des « garanties » qui avaient été promises. L’enjeu est clair : gagner du temps et mieux faire passer le traité tel qu’il a toujours été.

bpost vient de faire une nouvelle offre de rachat de l’entreprise postale néerlandaise PostNL. Outre un « meilleur » prix, bpost donne de sérieuses garanties pour limiter le rôle de l'État belge après la fusion des deux entités. De quoi confirmer les craintes des syndicats, qui voyaient dans ces négociations une privatisation déguisée.

Un libéral, un socialiste et un démocrate-chrétien se sont rencontrés au Parlement européen. Ça ressemble au début d’une blague. En fait, il s’agit… d’économiser 26 milliards sur les dépenses militaires, en… dépensant davantage. C’est ce que stipule presque littéralement une résolution du Parlement européen sur une « Union européenne de la défense » votée la semaine précédente. Et ces familles politiques vont faire en sorte que la plaisanterie devienne rapidement une pénible réalité. 

Le 1er décembre est la Journée mondiale de la lutte contre le sida. Cette lutte est certes menée depuis des années, mais l’approche actuelle de la Belgique semble avoir atteint ses limites en termes d’efficacité. Mix, le groupe de travail LGBT et transgenre du PTB, plaide pour une meilleure stratégie préventive.

Salim Lamrani est spécialiste des relations entre Cuba et les États-Unis. Il explique les raisons de l'aura de Fidel Castro et la place du leader de la révolution dans une société en mutation.

Le PTB a sondé les participants à la manifestation du non-marchand du 24 novembre. Ce qui surprend dans les chiffres ci-dessous, c’est l’unanimité constatée sur deux points : l’État doit investir davantage dans les soins et le bien-être et il doit s’en donner les moyens en introduisant une Taxe des millionnaires.