Espagne : la « Loi bâillon » contre les mouvements sociaux

(Photo Adolfo Lujan, DISO Press / Flickr)
(Photo Adolfo Lujan, DISO Press / Flickr)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Ca c'est de l'article, félicitation. Quelques petites ajouts de certains faits afin d'exemplifier concrètement ce qui se passe en Espagne. Au sein du petit village de Quentar (1000 habitants), situés à une vingtaine de Km de Grenade en Andalousie, s'est créé une plateforme indépendante de citoyen. Une "agroupation électorale". La PIQ (nom du groupement) c'était déjà présentée aux élections communales de la précédente législature et se représentera aux suivantes de ce moi de mai. Le PSOE lorsqu'il était encore au pouvoir central avait voté une loi dite de la transparence qui permettait aux conseille communaux de filmé les conseils communaux. Les membres de la PIQ ont donc sauté sur l'occasion pour en filmer un il y a un an et demi. Les conséquences furent les suivantes : procès engagé par le Bourgmestre du PP et gagné, la PIQ fut condamné à une amende de 1200 euros. Pourquoi? Vice dans la procédure... Il aurai d'abord fallut engager un recours à la région avant de pouvoir filmer, du coup le Juge a décidé que la PIQ avait agit dans l'illégalité. Autre exemple: Carlos et Carmen, deux citoyens qui avaient participé aux manifestations du 15-M (indignados) ont été condamnés à 3 ans et 1 jour de prison ferme pour avoir organisé un piquet de grève. Le pique t de grève étant fortement répréhensible car c'est une atteinte à un droit fondamental: le droit du travail. Le "et 1 jour à son importance" car jusqu'à 3 ans de prisons il est possible de communier la peine en travaux d'intérêts généraux et ainsi évité la grève. Il est à noter que le Juge a été plus sévère que ce qui était requis par le service public... Un peu de zèle... Pourquoi pas? Autre exemple: travaux de réaménagement de routes rurale entre les champs et les différentes fermes du village: 150 000 euros ont été alloués à ces travaux. Ils n'ont jamais été réalisés. La part du gâteau s'est répartie entre le bourgmestre et l'entreprise en charge. Lorsque nous avons fait appel à la région (PSOE) afin de réclamé un éclaircissement de la situation ils nous répondent que pour eux les travaux sont fait et qu'il n'y a rien à redire. (Pourtant de nombreuses preuves ont été apportée afin de démontré que non... L'affaire suit son court mais la PIQ ne peut se permettre d'engager des procès aux couts faramineux... Se ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres. Donc, la lutte continue ! Merci de relayer ce genre d'infos en Belgique car le regard international sur ce qui se passe en Espagne a de l'importance. A plus

Notre facture d’électricité est une des plus chère d’Europe. En plus, les citoyens de Flandre se sont vu imposer une taxe supplémentaire de 100 euros sur l’électricité. Le PTB est parti en guerre contre cette « Turteltaxe » et a porté l’affaire devant la Cour constitutionnelle. Le procès a débuté. Explications.

Le 15 mars, les Néerlandais ont voté, et ils ont chamboulé le paysage politique. Le PVV d’extrême droite de Geert Wilders a progressé, mais il n’a pas effectué la grande percée prédite par les sondages. Le parti libéral du Premier ministre Rutte a perdu pas mal de plumes mais, là aussi, moins que prévu.

Semaine agitée socialement pour le géant de l’agroalimentaire Mondelēz. Les travailleurs de la multinationale mènent des actions au niveau mondial pour dénoncer la pression au travail pendant que les actionnaires font sans cesse des bénéfices. En Belgique, les trois sites (Namur, Herentals et Malines) étaient à l’arrêt pour 24 h jusqu’à 6h ce matin.

Alors que le CEO du constructeur de bus Van Hool envoie des signaux contradictoires dans la presse, le PTB a analysé la situation, qui a de quoi inquiéter. L’emploi pourrait bien diminuer drastiquement dans l’entreprise. C’est pourquoi le parti de gauche informe les travailleurs, avec un plan alternatif.

Les 23 avril et 7 mai prochains, les Français éliront en deux tours leur nouveau Président. Une élection présidentielle marquée par la menace de l’extrême droite. Mais qui donc reflète le mieux les aspirations des travailleurs français, seul moyen de battre le Front national ?

À Rome, le champagne a coulé à flots ce 25 mars pour fêter l’anniversaire du Traité de Rome, signé voici exactement soixante ans et qui marquait le début de l’intégration européenne. Mais partout, la résistance contre ce qu’est réellement devenue l’Europe ne cesse de s’amplifier.

Cela fait plus de dix ans que des groupes citoyens luttent pour une ville respirable et une meilleure mobilité autour d’Anvers. Aujourd’hui, c’est leur vision du ring d’Anvers qui a été acceptée dans un nouveau compromis.

Le couvent des Carmes, à Gand, accueille pour la deuxième fois en un an une exposition privée du magnat du port d’Anvers Fernand Huts, grand apôtre de la cupidité et de l’élitisme. La section culturelle de l’ACOD (CGSP néerlandophone) et le centre artistique Croxhapox ont organisé la riposte.

L’International Women’s Strike (Grève internationale des femmes) s’est traduite par plus de 600 manifestations, suite à l’élection de Donald Trump. L’initiative s’est muée en une vague mondiale de protestation. Ici aussi, une grève des femmes a eu lieu ce 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Explications de Sarah Scheepers, co-organisatrice de la grève.  

Dans le monde entier, le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, les organisations féministes ont appelé à la « Grève internationale des femmes » pour défendre les droits des femmes. En Belgique également, des centaines de femmes ont mené des actions.