États-Unis : Bernie Sanders poursuit sa « révolution politique »

Malgré ses 75 ans, Bernie Sanders séduit de très nombreux jeunes. Sa campagne et les idées qu’elle porte ont amené une fraîcheur dans le débat politique, ainsi qu’une grande créativité au niveau visuel. (Photo Eli Christman / Flickr)
Malgré ses 75 ans, Bernie Sanders séduit de très nombreux jeunes. Sa campagne et les idées qu’elle porte ont amené une fraîcheur dans le débat politique, ainsi qu’une grande créativité au niveau visuel. (Photo Eli Christman / Flickr)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Bernie est malheureusement un simulacre de démocratie. C'est la guerrière sioniste Hillary qui passera. On parie ?
Il laissera des traces et des repères s'il n'est pas élu, ce qui est à craindre, mais, sait-on jamais ? Ce qui est intéressant, c'est qu'il soulève l'opinion d'une partie de l'Amérique qui est peu connue et qu'il redistribue les priorités d'une vraie démocratie. Il pose les jalons d'une société plus juste avec des propositions réalistes et réalisables. Il ne faut pas oublier qu'il intéresse la génération qui a été mobilisée pour la guerre en Irak et en Afghanistan, que ces gens ont été recrutés sur des mensonges d'Etat et des promesses non tenues, aussi bien concernant la durée de la mobilisation que les motifs invoqués. Ces conscrits étaient recrutés essentiellement parmi la population immigrée avec promesse de régularisation au niveau de la nationalité pour eux et leurs familles (s'ils revenaient vivants). Ont été recrutés ensuite des étudiants en fin de parcours qui partaient pour un contrat d'un an. Sur place, ils se sont trouvés face à une réalité à laquelle ils ne s'attendaient pas : l'offensive était majoritairement confiée à des miliciens au service de sociétés privées. Ces sociétés avaient aménagé des baraques en dur, la clim, etc. Des soldats bien nourris, bien aguerris qui avaient résisté à la guerre du Vietnam (non ils ne sont pas tous dans des institutions psychiatriques, certains y ont pris goût ou bien sont arrivés à un stade où ils ne savent plus faire que ça) et autres missions engagées par les US. Les recrues qui sont arrivés là se sont trouvées complètement livrées à elles-mêmes, sans infrastructures, sans eau, ayant peu la pratique des armes, au milieu d'un véritable massacre et ont pu découvrir que sur le terrain, il y avait 2 poids, 2 mesures. Les blessés étaient envoyés dans les hôpitaux allemands et remis au combat directement sitôt considérés comme guéris. Des mères se sont révoltées, ont dénoncé l'injustice de cette guerre pour leurs enfants mais aussi par rapport à la réalité à laquelle ils assistaient. Ces gens-là (qui ont maintenant entre 40 et ± 50 ans) ont eu le temps d'expliquer cela à leurs enfants et de leur donner d'autres réponses. Politiquement, ils ont d'autres objectifs de justice et de paix et d'autres projets de société. C'est une guerre qui marque encore les esprits aux Etats-Unis. Les propositions de Bernie rejoignent leurs aspirations. C'est bien qu'un candidat puisse parler et proposer et tenir aussi longtemps une campagne là-bas.
L'article est très intéressant et clairvoyant, car avec la campagne menée par Sanders, ce sont des dizaines de milliers de militants politiques, dont beaucoup de jeunes, qui se mobilisent et débattent sur des thèmes sociétaux fondamentaux. Ils n'ont plus peur de remettre en cause les outrances du système néo-libéral, l'establishment (y compris à la tête du Parti Démocrate) et la toute puissance de Wall Street. Qu'une telle dynamique progressiste à grande échelle se développe aux Etats-Unis est tout à fait exceptionnel. D'autant plus que les activités de campagne sont auto-financées par les militants et les sympathisants, sans dépendre des groupes financiers. Je ne sais pas si l'on peut déjà rêver d'une révolution politique aux Etats-Unis, mais en tout cas, au-delà de l'issue des élections, il s'agit bien de l'amorce d'une révolution culturelle. Il est grand temps d'établir de nouvelles synergies entre les progressistes de tous les pays, car l'unique manière de construire un système sociétal équitable et durable au niveau mondial est d' internationaliser les luttes. Si on ne comprend pas ça, eh bien,, à moyen terme, on est foutus ! Ce sera le chaos social (y compris dans nos régions privilégiées), la détérioration accélérée de la planète et...la guerre

L’énergie nucléaire n’est pas une alternative à l’énergie fossile, bien au contraire. Et il faut en sortir au plus vite vu sa dangerosité. Les vieilles centrales nucléaires doivent immédiatement être fermées, comme Tihange 2 qui comporte 3 000 fissures ou Doel 3, qui en a plus de 13 000. C’est pourquoi le 25 juin prochain, 10 000 personnes formeront une chaîne humaine allant des Pays-Bas à Tihange en passant par l’Allemagne.

Voici un aperçu du contenu du numéro de juin. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis.

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.