Grèves du 19 octobre : un profond rejet des politiques du gouvernement

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Y aurait-il moyen de réfléchir un peu sur ce qui se passe pour le moment ? Le PTB ne devrait-il pas nous ouvrir les yeux sur la stratégie syndicale actuelle ? Je pense que pour la FGTB, gangrénée à son sommet par le PS, ce qu'il faut c'est fatiguer et décourager ses militants les plus actifs en les laissant se jeter, divisés, dans des actions éparpillées, décousues et non préparées, parce qu'ils savent (au PS) qu'un mouvement qui durerait c'est un PTB qui se renforcerait mais aussi qu'un gouvernement qui reculerait serait synonyme d'un PS sans argument pour les prochaines élections (le "sans nous c'est pire" ne ferait plus recette...). Pour la CSC, forte au Nord et donc au gouvernement, ils ont moins de mal avec leurs militants radicaux et ils espèrent récupérer les affiliers exaspérés par une FGTB brouillonne et finalement impuissante. NE parlons pas du syndicat libéral... Alors, SVP, montrez-nous les coulisses, ne laissez pas les militants sincères et dévoués s’asphyxier. Il faut que des coups de pieds au cul se distribuent en haut de la structure syndicale et qu'un véritable plan d'action en front commun soit mis sur pied pour sincèrement lutter contre cette politique asociale digne de temps que l'on croyait révolus !!! Camarades, pas de triomphalisme déplacé, conscientisons, nettoyons et sortons nos "armes" pour de bon !!!! [ oupsss..; "armes" dans le sens : front commun, communication, organisation, actions et grèves GENERALES]
Entièrement d'accord avec le camarade : Stratégie de rupture et action en front commun dans la durée et dans l'intensité. Assez de compromis et de concertations en arrière-cour !!!
De qui se moque t on , il a clamé haut et fort , jobs jobs jobs , et son clan veut faire supprimer 7000 emplois a la sncb , ne remplacer qu 'un fonctionnaire sur 5 qui part a la retraite ,ect ect,,,,,,,,,,,,,,,,,, En fait il est l'avocat des riches et du patronat, halte la , il n'est pas encore trop tard mais ca devient tres lourd.
Peut-on encore appeler cela une grève ou revendication de droits sociaux à partir du moment où des dérapages ont lieu ? Cette dernière grève n'a fait que renforcer la haine de citoyens vis-à-vis de ce type de mouvement lorsqu'il se trouve pris au piège dans une grève soi-disant provincial et qui finalement bloque tout ! Ce jour-là, j'en faisais partie, travaillant en tant qu'indépendant et dans le domaine paramédical, je n'ai pu assuré mon service. Les syndicats prennent à chaque fois en otage leurs égaux (c-à-d les travailleurs) et non les responsables : patrons, actionnaires et organismes qui renforcent le pouvoir antisocial mené dans notre pays. Ceux-ci et le gouvernement se fichent pas mal des mouvements de grève qui ne les feront pas changer d'un iota la gouvernance où il n'y a plus que la finance qui DOIT compter. Qu'importe la misère et les drames humains et sociaux qu'engendrent au sein des familles belges, cette politique basée sur le fric. ILS S'EN FOUTENT ÉPERDUMENT CAR CELA NE LES ATTEINT PAS,
Un des problème c'est la solidarité. Si les citoyens se tenait les coudes et essayait de comprendre le pourquoi du ras-le-bol, les grèves seraient plus suivies, moins nombreuses car elles apporterait directement des résultats. Maintenant il ne faut pas confondre, "blocage" et "grève"... Une grève générale va forcément toucher le gouvernement et la finance puisque ça touchera au fric et à la production. Seulement pour qu'elle soit efficace il faut que tout le monde participe et pas comme actuellement où 90% des gens laissent les 10% faire grève A LEUR PLACE car il s'agit de leur intérêt également... Cet égoïsme du cour terme (le salaire du jour) amène un ras-le-bol des 10% qui finissent par en arriver aux "blocages"... Alors soyons solidaire et stop aux arguments débiles du style "prise d'otage"... Il faut un peu réfléchir sur le moyen et long terme svp. Quand aux syndicats... Ce n'est qu'une somme de travailleurs organisés qui ont par le passé mainte fois montre leur utilité (congés payés, sécu, etc...). Vous voulez quoi ? un retour à Germinal ?
Redouane Ahrouch, conseiller communal à Molenbeek, a été licencié par la STIB. Fondateur du parti Islam, il avait défendu la séparation des entrées des hommes et des femmes dans les transports en commun. Lors de son passage à RTL, il avait refusé de regarder une chroniqueuse dans les yeux. Il en a ensuite fait de même face à la secrétaire d’État N-VA, Zuhal Demir sur le plateau de l'émission « De Afspraak ». Le comportement d’Ahrouch a choqué. Mais comment combattre ses idées ? Et à qui profite réellement la polémique ?
Ce dimanche 20 mai, avec 68 % des votes exprimés en sa faveur, Nicolás Maduro a remporté l'élection présidentielle vénézuélienne. L'opposition locale, les États-Unis et leurs partisans ne reconnaissent pas le résultat. Une décision prise avant que l'élection n'ait lieu...
Pour la première fois depuis dix ans, tous les syndicats de la Fonction publique, qui compte 5,4 millions de salariés en France, étaient dans la rue ce mardi. Rejoints par de nombreux secteurs, ils luttent contre la volonté du président Macron de supprimer 120 000 emplois, casser leur statut, ouvrir la porte aux contrats précaires... Reportage au milieu du cortège parisien.
Depuis deux mois, les travailleurs français sont en lutte contre les plans du président Emmanuel Macron et les politiques libérales de l'Union européenne. Dans ce combat, les cheminots sont la locomotive. Décryptage avec un des conducteurs de cette locomotive, le Secrétaire général de la CGT Cheminots.

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. En guerre, le nouveau film de Stéphane Brizé (La Loi du marché), avec Vincent Lindon, est saisissant de réalisme. Un récit puissant, un film qui questionne.

Après avoir gagné l'Eurovision et accueilli le départ du Giro, Israël célèbre ce 14 mai les 70 ans de sa fondation et accueille la nouvelle ambassade des USA à Jérusalem. De leur côté,  les Palestiniens prévoient ce 15 mai une marche avec jusqu'à un million de manifestants à Gaza, en clôture du cycle de protestations de la « Grande Marche du Retour » et pour commémorer les 70 ans de la Nakba, la « catastrophe » de la création d'Israël en 1948, qui a forcé 750 000 Palestiniens à quitter leurs villages. Entretien avec Hamdan Al Damiri, coordinateur de la communauté palestinienne en Belgique.

Theo Francken utilise une nouvelle fois la situation au parc Maximilien pour déshumaniser les personnes dont le seul crime est de fuir la guerre, la persécutions et la misère. Le nombre de migrants n’a pourtant pas augmenté ces derniers mois. S'ils doivent dormir dehors, c’est uniquement parce que le centre d’accueil où ils dormaient cet hiver a fermé ses portes.
Campus universitaires bloqués, assemblées générales et manifestations : le mouvement social qui traverse l'hexagone touche également les étudiants français. Rencontre avec Charlotte Dumont, responsable à Comac (mouvement étudiant du PTB), qui s’est rendue une semaine en France au cœur du mouvement étudiant.

Ce 15 mai sera commémoré le 70e anniversaire de la Nakba (« catastrophe »). Le terme désigne les conséquences pour les Palestiniens de la défaite des armées arabes face aux troupes sionistes en 1948. La plus importante de ces conséquences est l’expulsion de près de 750 000 personnes des territoires conquis par Israël.

Comac, le mouvement étudiant du PTB, et ManiFiesta, la Fête de la Solidarité, ont lancé hier le festival « Stand Up To Racism » à la VUB à Bruxelles. Une journée complète de slam, hip-hop, stands associatifs, concerts contre la peur et la haine de l’autre.