Hillary Clinton était la seule à pouvoir perdre contre Donald Trump

Photo Ted Eytan / Flickr.
Photo Ted Eytan / Flickr.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Ceci est une réponse de cette partie du peuple qui renonce à l'ultra-libéralisme destructeur, qui en a marre de cette politique qui manipule les instances juridiques (e-mails d'Hillary - coupable ? Non coupable !), d'un pays où l'on y entre comme on entre dans une église.... d'une immigration massive et/ou incontrôlée qui détruit la qualité de vie de son peuple. Ces politiques qui prônent toutes dérives, poussent le peuple notamment au protectionnisme, devenu le seul garde-fou pour se protéger de la folie financière. Du tout pour l'argent, par l'argent et rien qu'avec l'argent ! Marre de la déprime, marre du burn-out et marre du born-out, marre du chômage, des exclusions, de jouer les bourreaux du travail. Nous sommes au bord de la saturation libérale. Le peuple veut reprendre la place que la finance lui a volée - L'intérêt humain... d'abord ! MR, Open-VLD, N-VA, CD&V, votre politique nous mènent droit dans le mur. Il ne m'est pas difficile d'imaginer votre déception voire votre désarroi face à ce vote. Puissiez-vous un jour prendre la peine d'écouter la voie du peuple, si cela n'est pas trop vous demander ! Trump n'est peut-être pas le meilleur choix. Mais comme dit une pub : ... dans un monde qui change; Oui, nous acceptons d'évoluer de changer mais pas dans le monde que vous nous avez choisi avec l'UE !
Merci à l'auteur anonyme pour sa réaction! Je le rejoins entièrement!
Ce qui est tout aussi inquiétant, c'est la réponse "sécuritaire" que ne vont pas manquer de suggérer les politiciens de l'establishment européen, face à la diabolisation si facile de ce que représente Donald Trump. On l'a immédiatement vu chez nous, ce matin, avec la déclaration de Didier Reynders qui profite du malaise, teinté de panique, suscité par le surgissement du "démon Trump" : l'ouverture sur le monde prônée par la pensée libérale ne sera rien d'autre que l'ouverture maximum des marchés dans le déni de la démocratie (le coup de griffe à la Région wallonne qui a osé imposer de "débattre avec le Canada" est assez explicite!). En résumé, pour Reynders, il faut que "l'Europe s'affirme"... et surtout qu'on "cesse de la critiquer". Autrement dit : les gens en ont ras-le-bol de l'élite financière et politique, mais ce qu'on leur propose comme solution, c'est de renforcer encore les pouvoirs de cette élite! La peur du diable (qu'il s'appelle Trump, Poutine ou Daesch) fera-t-elle avaler au monde toutes ces couleuvres?
Nous risquons d'être envahi ici-même avec des énergumènes comme Donald trump à cause des politiciens qui oublie les plus défavorisés pour favorisé leurs élites ! C'est de la faute des politiques !!
Résultat surprenant et inattendu On peut en tirer de nombreux enseignements: - Ne pas se fier aux sondages. Ceux ci manquent incontestablement de sérieux ... - Les médias se comportent en officines au service du mondialisme, ils avaient choisi leur candidate. Aucune neutralité donc. Ceci montre à quel point nos médias sont en déconnexion complète avec les masses populaires et les sentiments qui animent le peuple . Ca c'était déjà vu sur le Brexit où le "non" devait l'emporter... Pendant quatre semaines , on a souillé Trump sur des considérations de comptoir tandis que Clinton se voyait de plus en plus soutenue par la sphère culturo-mondaine, médiatique et politique ... Mais rien y a fait, ces élections marquent le retour du peuple et le peuple a choisi envers et contre tous. Les tenants du mondialisme et les instances supranationales comme l'Union Européenne peuvent se faire du mouron: le peuple revient !
Excellent article sur Trump , c'est tout à fait ce qui s'est passé, mais le plan B des élites réussira à passer car des événements vont faire en sorte que les 4 ou 8 ans seront terribles à vivre pour les citoyens USA et du monde entier
Vous avez raison, camarades . Sanders était le seul espoir valable pour le Peuple ! Cependant, tout n'est pas négatif : 1.) Trump est contre le TTAP, cette saloperie ne verra donc pas le jour, une bonne nouvelle pour le citoyen européen . 2.) Trump s'entend bien avec la Russie, Clinton, elle, insultait les russes à qui mieux mieux...l'élection de Trump va peut-être nous éviter une 3ème guerre mondiale ! 3.) Trump est contre le mondialisme, il va stopper les délocalisations et rouvrir des usines . Maintenant pour le reste ( soins de santé, lutte contre la pauvreté etc... ), son élection est une catastrophe . Mais enfin, attendons pour voir .
Bien d'accord avec vous.
Belle analyse de la politique américaine...! Dommage que le Parti Démocrate n'ait pas "pousser" B. Sanders..., "on" n'en serait pas là!!! Leur mauvais choix de Clinton me déçoit une fois encore et ne relève pas nom niveau d'estime pour les américains....(??)
Dans le paragraphe : "Il aurait fallu un candidat de gauche anti-establishment comme Bernie Sanders et non une candidate de Wall Street" Vous citez un tas de sondages, or depuis ces élections ainsi que celles du "Brexit" on voit combien les sondeurs sont à côté de la plaque. Est-ce qu'ils ne font pas partie de la manipulation du système ? Je pense qu'il vaudrait mieux ne pas trop les utiliser à l'appui de sa propre opinion sinon on ne vous croira pas !
comme qui dirait me pas vendre la peau de l ours avant de l avoir tue , en voila la preuve maintenant ben il a plus a voir déjà son programme réel et mise en place de son équipe , car lui n et pas un politicien s et business man il a aucune base en politique , car s et bien de crier que je vais faire sa et sa etc etc en campagne présidentiel ou tous les coups son permis , meme si s et un psychopahte et autre il me pourra pas faire se qu il veut , bien sur faut reste très très prudent avec se personnage instable et dire que on vas donner le feu nucléaire a ce type quel horreur , attention il a pas que de mauvaise idée chez lui je ne tien pas avec lui loin de la , mais une chose et sur il avait tous deux des chose a cacher et une opinion différente chacun
CELUI QUI RESTE SOURD PERDRA SON POUVOIR CAR C EST LE PEUPLE QUI ELIE LES REPRESENTANTS COMME AUX USA , BREXIT ? CELUI QUI CLAME L AUSTAURITE SUBIRA L EFFET TRUMP, YES... L EFFET TRUMP ..... POUR LE CHANGEMENT RADICAL.. VIVE LA DEMOCRACIE
Nous devrions avoir aussi un anti establishment pour nettoyer L'Europe de cette bande de guignols , mais avec un parti de gauche ici !!!
Trump ou Clinton sont l'un et l'autre une mauvaise nouvelle pour les travailleurs
Bien que d'accord avec votre ligne politique, je suis déçue de votre cours. Le ptb n'ose même pas mobiliser les gens via son mensuel. À quoi cela sert-il de nous dire comment penser sans proposer des plans d'actions à la portée de tout un chacun? L'interactivité est nulle.
Avec les régimes que nous connaissons actuellement , avec des pourritures comme obama, clinton, hollande, michel, ... faut pas s’étonner que le peuple en a plein le cul de ces merdes , je voudrais même pas essuyer mes chaussures sur leur gueule de peur de les salir ( mes chaussures) . N'oubliez pas que c'est a cause de politiciens qui étouffent les peuples que des fou furieux comme Adolf Hitler ou Mussolini sont arrivés au pouvoir.
sarko casse toi

L’énergie nucléaire n’est pas une alternative à l’énergie fossile, bien au contraire. Et il faut en sortir au plus vite vu sa dangerosité. Les vieilles centrales nucléaires doivent immédiatement être fermées, comme Tihange 2 qui comporte 3 000 fissures ou Doel 3, qui en a plus de 13 000. C’est pourquoi le 25 juin prochain, 10 000 personnes formeront une chaîne humaine allant des Pays-Bas à Tihange en passant par l’Allemagne.

Voici un aperçu du contenu du numéro de juin. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis.

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.