Il y a 50 ans, la grève des femmes de la FN Herstal : « Nous, les femmes, on a refusé »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Il faut se souvenir que les femmes-machines ont voulu lancer la grève l'année précédente. Refus de soutien de la part des organisations syndicales constituées essentiellement d'hommes. En '66, elles décident quand même de partir sans appui syndical. Risées, moquerie des hommes, mais après quelques jours de grève, les hommes ne reçoivent plus les pièces usinées par les Femmes - chômage technique - qui dure un peu trop - enfin reconnaissance de la situation, compréhension et appui syndical.
juste , je l'ai faite cette grève . j'avais 22 an .
Bonjour. J'ai commencer à la FN le 12/09/1966 juste après la grève. J'ai connu au travail ces femmes courageuses qui travaillaient imbibées d'huile de machine seulement protégées par des torchons. J'ai moi même connu cette situation dégradante. J'avais 17 ans et certaines de ces femmes étaient comme des secondes mère. Sachez messieurs que l'usine avançait grâce à elles aussi,dans une industrie,tous le monde apporte sa contribution au progrès si modeste soit elle. Seulement voilà,le respect et la juste récompense n'est pas l'apanage des patrons.

Hier 14 décembre, le régulateur des télécoms des États-Unis a voté la fin de la neutralité du Net. Qu’est ce que cela signifie pour les citoyens de ce pays ? Et pour nous, en Europe ?

Ce dimanche 10 décembre, la SNCB a lancé son nouveau plan de transport. Un plan « avec plus de trains et plus de correspondances », qui « élargira l’offre ferroviaire de 5,1% » si on en croit la SNCB. Qu’en est-il en réalité ?

Un accès super rapide à Facebook, Netflix, Buzzfeed… et la file d’attente pour tout le reste du contenu d’Internet ? Selon toute vraisemblance, la FCC, organisme américain de régulation des télécommunications, votera le 14 décembre la fin de la neutralité du Net. Mais une forte opposition se fait entendre de plus en plus...

Le 13 décembre, la coalition « Justice migratoire », qui regroupe associations citoyennes, syndicats, ONG, appelle à une grande manifestation à Bruxelles. « L’objectif est de rassembler plusieurs milliers de personnes, afin que l’Europe change de cap », selon David Mendez, l’un des organisateurs.

Vous connaissez probablement les conseillers emploi du Forem. Vous connaissez moins les éclusiers, gardes forestiers, responsables des pistes des aéroports, ou le personnel d’entretien des routes, mais ils sont là pour vous. Mais le gouvernement wallon, lui, n’est pas là pour eux. Ce jeudi 30 novembre, les services publics de Wallonie seront en grève pour demander le respect de ses engagements.

Il y a quelques jours, une équipe de CNN a sorti une vidéo terrifiante. Des migrants étaient vendus comme esclave pour une somme allant de 300 à 500 dollars dans une ville à proximité de Tripoli, la capitale Libyenne. Les images ont choqué de nombreuses personnes qui voient réapparaître le fantôme de l’esclavage qui a si longtemps détruit les populations africaines.

Victime d’un viol, Norine raconte son parcourt pour nous permettre de comprendre les barrières à surmonter pour les victimes. Un témoignage qui montre aussi que la justice dans notre pays n’est pas au service des victimes.

Deux chauffeurs Uber viennent de gagner en appel contre la plateforme.

La principale confédération syndicale portugaise appelait à une manifestation nationale, samedi dernier, pour une augmentation du pouvoir d’achat. Elle réclame une meilleure redistribution des richesses, fruit de la timide reprise économique.

Membre du bureau du Parlement catalan, le communiste Joan Josep Nuet est lui aussi poursuivi pour « sédition ». Son dossier, bâclé, illustre l’offensive antidémocratique de Rajoy.