Jan Fermon (avocat) sur l’affaire Dutroux : « Oui, c’est une affaire de justice de classe »

L'avocat Jan Fermon au procès de Marc Dutroux, qui s'est terminé en 2004. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)
L'avocat Jan Fermon au procès de Marc Dutroux, qui s'est terminé en 2004. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)
Thema's
Justice

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Ce témoignage confirme si il le fallait encore que ce Dutroux avait des longs bras commen celle de Nihoul d'ailleurs et ainsi on ne connaitra jamais les commanditaires ,et pourquoi ce pourri est si bien logé à la prison et sa femme déjà libérée et loue un appartement à un juge retraité ,aprës y avoir habiter ,la justice ?il est temps que le peuple prends le pouvoir pour enfin connaitre toute la pourriture cachée par ces fumiers qui nous gouvernent .comme on ne sait pas non plus quels sont les réels commanditaires des attentats?ex Nice où les responsables de la sécurité n'ont même pas pris la peine de placer 2 blocs de bétons afin d'éviter le passage d'un camoin qui aurait pu être remplis d'explosifs ,a croire que ces gens là ne regardent pas les infos ,
je partage la majorité de la vision du PTB et apprécie la détermination de M. Hedebouw à faire entendre une voix différente. Mais, cette fois, je dois avouer que la sortie sur l’affaire Dutroux est, pour moi, au moins maladroite. elle donne un fort sentiment de récupération politique sur un sujet extrêmement douloureux pour tous les belges. je pense que cela desservira la cause du combat pour une justice sociale et financière dans notre pays. Plutôt que d’accuser en parlant de "l’échec de l'affaire Dutroux" comme due à une justice de classe sans preuves indéniables (je ne me prononce pas sur oui ou non), il aurait probablement été pus judicieux d'insister sur le fait que, au regard du délabrement toujours plus profond de notre justice sous-financée, ces dysfonctionnements se reproduirons demain. Avec l'envie de servir le combat pour un monde plus humain !
J'apprécie beaucoup Raoul pour la clarté et la sincérité de ses interventions. Néanmoins, je lui donne un gros bémol pointé pour sa sortie relative à "l'affaire Dutroux" qui me semble a minima démagogique et récupératrice d'un événement dont les tenants et aboutissants sont nettement plus complexes qu'une hypothétique "lutte des classes". Pourquoi ne pas plutôt parler des énormes dysfonctionnements de la gendarmerie à l'époque des faits et d'analyser ce qui a pu évoluer (en bien/mal) ces vingt dernières années? Quid de l'accueil des victimes à l'époque actuelle? Pourquoi ne pas évoquer l'attitude arrogante et méprisante du gouvernement Dehaene/Whatelet à l'égard des faits largement minimisés? Et l'évolution de la classe politique dans la compréhension de sujets sensibles? Il y en a eu d'autres ces vingt dernières années. Les faibles moyens, sans cesse rabotés, alloués au fonctionnement de notre justice ne produiraient-ils pas les mêmes effets de nos jours? Ne serait-ce pas vers l'avenir de cette justice sans cesse bradée qu'il faudrait tourner notre combat? cette justice n'est pas seulement composée de hauts magistrats, de hauts fonctionnaires mais aussi de multiples travailleurs qui souffrent de leurs conditions de travail au quotidien.
Pourriez vous me contacter afin d'obtenir des renseignements pour une adhésion svp?il est grand temps que nou changions les règles établies!merci
Devenir membre: https://secure.pvdaptb.be/devenir-membre
J'imagine le calvaire pour les parents , qu'ils ont dû quasiment eux même faire les démarches pour retrouver leurs enfants, est de plus ce battre contre l'indifférence de la justice et autres ! Pour m'a part, dès monstres telle que Dutroux est consorts, ne devrait jamais quitter leurs lieux de résidence, qui est la prison à Vie , sans pouvoir en sortir un jour , est lès faire travailler de force pour qu'ils comprenne le mal qu'il ON fait aux enfants et également aux parents !!! Dès criminels pareils ne changeront pas, car c'est dès prédateurs , est si ON les faits sortirs , ils recommencerons aussi vite !!!
C'est bien qu'au milieu de tout ce gâchis, Me Fermon pointe les agressions faites par les restrictions en matière de Justice qui rendent ce Ministère encore moins accessible à tous qu'il ne l'était déjà avant. C'était il y a des années et chaque fois que l'on évoque cette affaire, je suis toujours parcourue du même frisson d'horreur ! Même à d'autres niveaux, quand on veut porter plainte pour quoi que ce soit, le ton de la police est toujours d'abord culpabilisant ou bien dissuasif. Et c'est vrai que la pratique la plus courante consiste à interroger les motifs du plaignant.
En premier lieu, merci pour l'interview qui remet les pendules à l'heure. En second lieu, il manque l'essentiel: qu'ont fait les progressistes du monde judiciaire pour que cela change ? Ne me dites pas qu'il n'y a que Maître Fermon qui le soit...
Franchement, nous avons d'autres priorités que de déterrer des cadavres. Cet épisode, dramatique, ne doit pas discréditer tout ce qui fut fait à l'époque. Dutroux et sa bande sont sous les verrous ou décédés. Occupez-vous des problèmes actuels, c'est cela qu'on vous demande..... et svp n'en revenez pas aux partis des "Lèyme plôré"..... vous avez mieux à faire..... et c'est bien pour cela qu'on vous aime....
De : Suzy Rosendor <bysuzette@gmail.com> Date : 19 août 2016 à 11:50 Objet : assassinat de Loubna Benaïssa À : forum@lesoir.be Bonjour, N'est- il pas temps de rendre hommage à Loubna, en rappelant les circonstances de son assassinat, à la même époque que celui des autres enfants, ainsi que l'enquête négligée, les retards de mise en accusation, la non nomination d'un juge d'instruction, et last but not least la non inscription de son nom sur l'affiche des enfants assassinées lors de la marche blanche blanche. La douleur de parents Marocains n'est pas moindre que celui de parents Belges. PS: Je suis Belge et j'ai honte de nos médias! Cordialement, Suzanne Rosendor Jan Ferron, Voici le message reçu d'une amie. qui rejoint ton intervieuw. Il est utile, qu,on attire l'attention de l'injustise de notre société Fons
Raisonnement et conclusions exactes ,toute la gendarmerie n'était pas coupable , certains oui à cause de la lutte entre police , question de prestige et d'accès à un grade sup ou promotion . Là dedans c la juge" Doutreuw "( excusez l'orthographe " qui en a payé les pots cassés et le président de la commission qui a gagné une belle promo mais qui ensuite n'a pas changé grand chose .. Salutations
C'est inadmissible dans un pays qui se dit respecter la DEMOCRATIE, je suis de plus en plus ulcérée !
Bien vous ! Voilà mon exposé !! Suite à l'affaire Dutroux on a supprimer la gendarmerie ! OK . Très bien aujourd hui les attentas extrémistes comme on peu aussi comprendre il y a des dis fonctionnement au saint des police puisque l'on apprend que l'on étais au courent de beaucoup de choses et même à la hauteur d'un ministre fédéral et aussi bourguemeste mais rien ne c'est fait alors ici on fait quoi on retir la police et on laisse faire les destructeurs de notre civilisation et notre bonheur ?? Merci de me lire ..

Après l’approbation par la Commission européenne du compromis à la Belge sur la loi « Major », le parti des libéraux flamands Open Vld lance une nouvelle offensive : faire passer une nouvelle loi organisant le travail portuaire, une loi taillée sur mesure pour Fernand Huts.

Après trois années d’incertitude totale, les travailleurs portuaires belges sont enfin soulagés. La Commission européenne met un terme à la procédure contre leur statut, la Loi Major. C’est une victoire dans la lutte pour la reconnaissance de la profession et pour la protection sociale dans les ports.

Dans les années 1990, l’Anversois Tobias Schiff (1925-1999) a écrit un livre extraordinaire sur la manière dont il a survécu pendant plus d’un demi-siècle à l’univers d’Auschwitz, où il fut déporté avec sa famille. Les éditions EPO rééditent cet ouvrage.

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.