L’édito en images | Pays inondé, printemps pourri, planète qui se réchauffe

Photo Solidaire, han Soete
Photo Solidaire, han Soete

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tafta : l’Union européenne préfère le commerce au climat MAXIME COMBES ET AMÉLIE CANONNE 13/07/2016 En dépit de la crise politique qui bouleverse l’Union européenne (UE) depuis le référendum britannique du 23 juin, les négociations du Tafta, l’accord de libre-échange en discussion entre l’UE et les Etats-Unis, se poursuivent cette semaine à Bruxelles. La Commission entend bien aboutir à un accord fin 2016 et cherche à s’en donner les moyens : elle a présenté une série de nouvelles propositions, dont un volet sur l’énergie et les matières premières, fuité lundi 11 juillet dans plusieurs pays d’Europe (le document est disponible ici). L’UE se dit préoccupée par sa sécurité énergétique depuis le milieu des années 2000. Elle importe 53 % de l’énergie consommée sur le territoire européen, ce qui en fait le premier importateur d’énergie au monde. Une perspective qui devrait s’aggraver dans les années à venir en raison de l’épuisement progressif des ressources domestiques conventionnelles (gaz et pétrole de Mer du Nord, gaz du Danemark et des Pays-Bas, etc.). Plusieurs pays d’Europe de l’Est et de la région baltique souhaitent également trouver des sources d’approvisionnement alternatives au gaz russe pour échapper à la dépendance et aux pressions de Moscou. La Russie fournit en effet plus de 40 % du gaz consommé dans les pays de l’UE et la moitié de ce gaz transite par l’Ukraine. Cela suffit pour inquiéter l’UE, dont la Commission pense qu’elle renforcera sa sécurité énergétique en accroissant « sa capacité à peser sur les marchés mondiaux de l’énergie », notamment « grâce à l’inclusion de dispositions relatives à l’énergie dans les accords commerciaux avec ses partenaires »1. L’inclusion d’un chapitre « Énergie et matières premières » au traité transatlantique s’inscrit dans ce contexte, et vise tout particulièrement la libéralisation de l’accès au gaz américain, dont la production a connu un essor historique avec la “révolution” des gaz de schistes. S’il devait être accepté par les Etats-Unis, un tel chapitre réduirait à néant les velléités d’interdiction de l’importation des gaz de schiste récemment évoquée par Ségolène Royal. Au contraire, il encouragerait l’exploitation et le commerce transatlantique des énergiques fossiles, tout particulièrement les ressources non conventionnelles, sans considération des implications écologiques (pollutions hydriques et atmosphériques, surconsommation d’eau, etc.). En contradiction avec la COP 21 Cette incitation entre en contradiction avec les engagements pris lors de la COP21 et consignés dans l’Accord de Paris, qui nécessitent une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre responsables des dérèglements climatiques : contenir le réchauffement climatique en deçà de 2 °C implique, selon les études, de geler deux tiers à quatre cinquièmes des réserves prouvées d’énergies fossiles existantes. L’argument selon lequel le gaz pourrait être une énergie de transition vers des économies « décarbonées » est d’ailleurs aujourd’hui doublement mis à mal : le pouvoir de réchauffement du méthane a été réévalué très à la hausse par le dernier rapport du Giec et la prise en compte des émissions fugitives tout au long du cycle d’exploitation du gaz de schiste le rend presque aussi émetteur que le charbon (voir l’analyse de Benjamin Dessus). Par ailleurs, le développement massif de l’exploitation et du commerce international des hydrocarbures de schiste nécessite des investissements massifs qui verrouilleront la dépendance aux énergies fossiles des systèmes énergétiques pour de trop longues années au regard de l’urgence climatique. Autres dangers Les dangers des propositions de la Commission européenne ne s’arrêtent pas là. L’application d’un tel texte remettra également en cause un certain nombre de dispositifs de soutien à la production d’énergies propres, tels que les engagements nationaux de rachat d’électricité verte, ou encore la discrimination positive en faveur des producteurs locaux ou communautaires d’énergies renouvelables. Il légitimera également la préférence progressive aux dispositifs d’auto-réglementation des entreprises dans le domaine de l’efficacité énergétique et des matières premières : adieu les audits énergétiques imposés aux entreprises et au bâti, les mécanismes obligatoires d’étiquetage, ou encore l’interdiction formelle de commercialiser des appareils trop énergivores. Enfin, le texte ne propose aucun mécanisme de sauvegarde ou de protection du climat et de l’environnement qui permettrait aux signataires du Tafta de faire-valoir l’impératif écologique et climatique pour s’abstraire des règles contraignantes de libéralisation du secteur. Au contraire le mécanisme de règlement des différends Investisseur-Etat risque de s’appliquer à toutes les dispositions incluses dans ce texte. L’enjeu est de taille : les poursuites déclenchées par des multinationales dans des affaires liées à l’énergie et à l’extraction minière représentent près du tiers du total des plaintes en arbitrage déposées auprès du Centre international de règlement des différends liés à l’investissement. Double croyance La Commission européenne et les Etats-membres justifient leur approche par une double croyance, forgée à l’OCDE. D’une part, la libéralisation du commerce des biens et des services énergétiques (incitation à la compétitivité, suppression des droits de douane, assouplissement des contraintes réglementaires, convergence des standards…) profiterait à l’environnement en réduisant les coûts et l’accès aux technologies vertes. D’autre part, la protection de l’environnement et du climat susciterait l’innovation, qui stimule la compétitivité. Au nom de cette croyance, une vingtaine de pays sont d’ailleurs engagés, par-delà le Tafta, dans la négociation plurilatérale d’un accord « sur les biens et services environnementaux ». Pourtant, cette approche, qui sert de matrice conceptuelle à la Commission européenne et aux Etats-membres de l’UE, se révèle infondée sur le plan théorique et invalidée par les faits (voir cette précédente tribune dans AlterEcoPlus) François Hollande, qui avait déclaré lors de la dernière conférence environnementale qu’il serait « très vigilant pour que les accords commerciaux ne remettent pas en cause, de manière subreptice, les avancées qui ont été décidées lors de la COP21 », dispose donc d’une occasion unique, s’il se décidait à mettre fin aux négociations du Tafta au nom de l’impératif climatique, pour proposer de rénover les règles du commerce international à l’aune des objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour que « la révolution climatique » promise lors de la COP21 ne reste pas qu’un mot. Pour aller plus loin : notre analyse complète du document fuité est disponible ici. Amélie Canonne, présidente de l’Aitec. Maxime Combes, économiste et membre d’Attac France. 1. Citations tirées du Paquet « Union de l’énergie », Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen, au comité des régions et à la Banque européenne d’investissement (COM2015), Cadre stratégique pour une Union de l’énergie résiliente, dotée d’une politique clairvoyante en matière de changement climatique, 25 février 2015 http://eur-lex.europa.eu/resource.html?uri=cellar:1bd46c90-bdd4-11e4-bbe1-01aa75ed71a1.0003.03/DOC_1&format=PDF

Ce sont des jours de tension pour le Venezuela et son projet de société à caractère social, la révolution bolivarienne. Le dimanche 30 juillet auront lieu des élections pour une assemblée constituante. L’opposition de droite les boycotte et mise sur la violence des rues contre le gouvernement de Maduro. Trump, la CIA, mais aussi la Commission européenne, s’en mêlent. Qui en sortira gagnant ? 

À chaque session d’examens, RedFox organise les Boostdays, ces journées de révision et d’étude collective qui permettent aux jeunes du secondaire de venir travailler dans un cadre studieux. Et solidaire.

Les élections approchant, la N-VA réveille la lutte identitaire. Elle veut que des compétences comme la mobilité et la justice reviennent entièrement à la Flandre. Mais l’emprise nationaliste flamande se veut aussi beaucoup plus forte sur le secteur artistique et culturel.

À la fin de cette année, la SNCB appliquera une nouvelle grille horaire. Les navetteurs et riverains de la gare de Gentbrugge, dans la périphérie de Gand, l’attendent de pied ferme. En effet, en 2014, la SNCB avait supprimé la plupart des trains dans leur petite gare. Mais, après plus de deux années d’actions constantes, ils ont réussi à obtenir que les trains s’arrêtent à nouveau chez eux.

Captain SKA cartonne actuellement dans les hit-parades britanniques avec sa chanson contre la Première ministre Theresa May. Le succès de Liar Liar GE2017 leur a valu d’être invités dans nombre de festivals d’été, mais le groupe préfère jouer dans les festivals dont ils se sentent proches. Et ManiFiesta en fait assurément partie.

C’était le 31 mai 2017, à l’entrée de la VRT à Bruxelles. Plutôt qu’une caisse de vin ou un pot d’adieu, un piquet était le cadeau de remerciement de l’équipe de la CGSP à son président, Luk Vandenhoeck. Retour sur 45 ans d’engagement syndical et politique.

Le 7 juillet 2017, 122 pays ont signé un traité interdisant les armes nucléaires. Il ne s’agit pas d’un simple morceau de papier symbolique, mais d’un traité contraignant, que l’on peut vraiment qualifier d’historique. La Belgique n’est absolument pas au rendez-vous, bien au contraire.

Des études scientifiques prouvent que, si l’humanité continue à rejeter du dioxyde de carbone à ce rythme, la température sur terre va continuer à grimper. De ce fait, le niveau de la mer va lui aussi monter, nous aurons de plus en plus de tempêtes et de périodes de sécheresse qui se traduiront par des pénuries alimentaires catastrophiques, etc. Malgré cette unanimité scientifique, Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris. Pour quels dangers ?

« Travailler moins, aimer plus » : c’est sous ce titre que le Conseil des femmes a organisé une journée d’étude ce 2 juin à Bruxelles. Un des invités était Patrick Helgerson, conseiller communal du parti de gauche Vänsterpartiet à Göteborg, en Suède. Son parti a été, avec d’autres, à la base de l’expérience de la semaine de 30 heures dans une maison de repos et de soins de cette ville.

En 1917, il y a cent ans, deux révolutions se succèdent en Russie : une en février, l’autre en octobre. La première mène à l’abdication du tsar, monarque absolu, à la séparation de l’Église et de l’État et au suffrage universel. La deuxième, portée par le peuple au son du slogan « du pain, la paix et la terre », conduit à la prise de pouvoir par les communistes (qu’on appelle les bolcheviks). Elle est portée par la volonté de renverser l’ordre établi, capitaliste – et en Russie encore largement féodal, incapable de sortir la population de la misère et de la guerre –, et par le but de construire une autre société. C’est le début d’une première tentative dans le monde de construire le socialisme, faite de réalisations mais aussi de sérieuses erreurs, qui va marquer l’histoire du 20e siècle. Dans quel contexte a pris place cette révolution ? Est-elle un phénomène russe ou international ? Comment s’est-elle déroulée ? Quelle a été son influence chez nous et dans le reste du monde ? Survol de ce processus qui fit trembler le monde sur ses fondations.