L’éloge de la richesse

On peut constater chaque jour à quel point l’élite économique peut peser et pèse sur les décisions politiques. (Photo Gwenael Piaser/Flickr)
On peut constater chaque jour à quel point l’élite économique peut peser et pèse sur les décisions politiques. (Photo Gwenael Piaser/Flickr)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Les Riches talentueux par leurs merites? MDR, si ce n'etait jaune. Les sociologues en sus de piketty et des economistes ont deja montrés que la "richesse" des nantis, des riches ou oligarques, peut importe comment on les nommes, etaient dû avant tout a une reproduction de classe, non a leurs mérites. Leurs richesses provient avant tout de leviers socio-economique. C'est la seule classe pour qui, il n'y a pas separation de pouvoir d'ailleurs (banquier, juge et industriels pouvant diner ensemble et discuter entres "bonnes gens"). Les riches le devenant par le travail, en commencant a partir de rien? selon les Etudes, ils forment a peine 4% des hautes strates sociales, tout pays confondus. Le problème c'est que cette caste n'as ni volonté patriotique, et de fait, leurs argents est souvent déjà ailleurs. Même si demain, vous devenez un "nouveau riche" de part Euromillion ou autres, la problématique sociale restera la même: c'est eux qui vous invitent parmis eux, pas le contraire. De fait, le portefeuille social de cette caste, contrairement aux classes populaires, les rend infiniment plus prompt a se concerter massivement pour contrer toute velleités, alors que dans le même temps, ils ont detruit le tissus social populaire et ont mis dans la tête des classes moyennes qu'ils faisaient deja partie des classes bourgeoise, ce que ces derniers vivent très mal quand ils se rendent compte que non, et qu'ils chutent vers la classe inferieure: celles des classes populaires ou paupérisée. Si déjà les classes moyennes commençaient a arreter de se prendre pour des petits bourgeois et acceptaient qu'ils sont de la classe populaire, il serait deja plus simple de leurs faire comprendre la realité economique et sociale dans laquelle ils vivent. A la place, ils s'aveuglent et adhèrent totalement aux idées de ceux qui les ecrasent. J'en ai d'ailleurs quelques specimens dans ma classe, assez affolant.

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Le gouvernement Michel entend s’« impliquer » en Afrique centrale. Pourtant, il y a tout juste 20 ans, un des précieux alliés du monde occidental, le dictateur congolais Joseph Mobutu, était renversé. Retour sur « l’implication » de la Belgique au Congo après le 30 juin 1960, aux côtés d’une dictature qui a si longtemps servi certains intérêts belges. 

Le député fédéral PTB Marco Van Hees dénonce le projet de service minimum du ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) : « Le service minimum pour les usagers, c’est déjà 365 jours par an. En quoi ce projet va améliorer le quotidien des usagers, qui est la priorité ? Avec son projet, le gouvernement veut casser la force du collectif des travailleurs. »

C’est officiel : l’« Obamacare » est enterré. La Chambre des représentants des Etats-Unis a voté l’abrogation du très modeste système d’assurance de soins de santé introduit par Barack Obama. Quelle est l’alternative de Trump ? Et pourquoi celui-ci s’est-il si fortement opposé à l’Obamacare ?