La double morale : notre armée est à Bruxelles et Anvers, nos armes en Arabie saoudite

Anvers, 18 janvier 2015. (Photo Solidaire, Dirk Holvoet)
Anvers, 18 janvier 2015. (Photo Solidaire, Dirk Holvoet)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

quand un belge de Syrie reviendra avec un FN dans ses bagages, achetés par les saoudiens et fournis par eux aux assassins islamistes, qu'il y aura un bain de sang (vu que les FN, c'est pas des armes de schtroumpfs), que dira le gouvernement ? et l'armée ? et les familles des victimes ? le peuple est-il stupide ou fait-il dans la "dissonance cognitive" ?
Ce que je trouve abérrrant, c'est qu'en fait, , sous couvert de peur du terrorisme, on fasse appel à l'armée parceque la police est en tel sous effectif qu'elle ne peut plus maintenir les missions qui sonty les siennes. C'est la résultante de "dégraissage des services publics bouffis" depuis des années. Et maintenant que l'on à besoin de la police, . . ; y'a plus. alors on va chercher l'armée. et demain ??? Le spf finances (les impôts) ne fonctionne plus ? l'argent ne rentre plus dans les caisses ? On privatise ! ! ! La sécurité sociale coute trop cher ??? soignez vous tout seul !
J'ai voté PTB, et je crois que j'ai fait le bon choix, concernant votre politique national, mais concernant votre politique international, j'ai des doutes. Vous félicètez la gréce pour avoir voté extrême gauche, mais vous ne faites pas de commentaire, pour leur alliance avec l'extrême droite. Vous condamner Israel ( a juste titre) pour ce qu'il font en Palestine, mais vous ne dites rien, lorsque que les palestiniens applaudissent les attentats et brûle le drapeaux Français Vous condamner les USA pour tout ce qui se passe dans le monde, à vous entendre ce serais de leur faute, pour les attentats, alors que se sont des fanatiques religieux qui font les attentats. Pas de commentaires ou très peu sur les massacres des chrétiens par des fanatiques musulmans en Syrie et en Irak, très peu de commentaires également sur les décapitations Pas de commentaire sur le dictateur Poutine, qui envahit un pays et tuent des milliers de gens, même si l'Ukraine est dominée par l'extrême droite, rien ne lui donne le droit d'envahir un pays Je sais que beaucoup de personnes pensent comme moi, n'oubliez pas que des personnes de toutes confessions et de race votent pour vous, je crois que vous devriez condamner avec force toute les atrocités faites aux musulmans, juifs, ou autres populations, merci de me lire, et continuer de vous battre pour notre bien à tous.
Bonjour, Attention de ne pas confondre salafisme et takfirisme. Si l'Arabie Saoudite est bien le berceau et le centre du salafisme, ce pays est victime du takfirisme qui a commis de nombreux attentats en Arabie Saoudite. Pour rappel, l'Arabie Saoudite fait partie de la coalition qui se bat contre l'autoproclamé "État Islamique". Les salafistes sont pacifistes, tandis que les takfiristes attaquent tout le monde, y-compris les salafistes. Le PTB a sans doute de très bonnes idées concernant la politique belge, mais ses points de vue sur l'international sont parfois très approximatifs. Je ne peux que vous conseiller d'aller visiter la Grande mosquée de Bruxelles, dans le Parc du Cinquantenaire, occupée et dirigée par l'Arabie Saoudite, et demander aux responsables leur opinion sur les terroristes et l'EI. C'est à deux pas de la station Schuman. Il fut un temps où les communistes représentaient le grand méchant loup, aujourd'hui ce sont les salafistes, pourtant paisibles, et c'est tout aussi injuste. Bien à vous
Une analyse très éclairante, et qui va au fond des choses. Merci pour cette contribution à la compréhension et à la réflexion.
Le 13 novembre, mon fils aurait pu figurer parmi les victimes. Il se trouvait à Paris et a été averti de justesse par la femme d'un ami avec qui il se trouvait dans un autre quartier qu'ils ne devaient pas rentrer au domicile de ce dernier. Je passe les arguments dont toute la planète a été informée et que maintenant tout le monde connaît. Et j'ai été soulagée, j'ai pu me rassurer. J'ai pu laisser aller des larmes salutaires. Et je me suis rendu compte que je pleurais pour les milliers d'enfants, de mères, de pères qui depuis si longtemps meurent sous les bombes et la torture et fuient, laissent tout derrière eux. Pleurent de honte et de désolation d'avoir été obligés à ça. Je me suis demandé où étaient les travailleuses qui avaient tissé de leurs mains les fils d'or qui sillonnent sur la nappe que nous sortons à Noël. Je me suis aussi demandé où étaient les morts de la manifestation de Charonne, ceux dont on a jamais parlé. Je ne suis qu'une simple citoyenne témoin de notre histoire à tous. J'aurais souhaité que chacun pleure des souffrances et de la censure européenne opposée aux mouvements de résistance dans ces pays qui était déjà stigmatisée comme terroriste. Voilà, c'est tout. Ce n'est pas très rationnel ni matérialiste comme analyse, mais j'ai du mal à croire que, parce que nos gouvernements sont lourdement armés et qu'ils ont développé ce secteur au détriment de bien des autres, nos vies soient plus précieuses car elles se sont passées près de chez nous.

Après l’approbation par la Commission européenne du compromis à la Belge sur la loi « Major », le parti des libéraux flamands Open Vld lance une nouvelle offensive : faire passer une nouvelle loi organisant le travail portuaire, une loi taillée sur mesure pour Fernand Huts.

Après trois années d’incertitude totale, les travailleurs portuaires belges sont enfin soulagés. La Commission européenne met un terme à la procédure contre leur statut, la Loi Major. C’est une victoire dans la lutte pour la reconnaissance de la profession et pour la protection sociale dans les ports.

Dans les années 1990, l’Anversois Tobias Schiff (1925-1999) a écrit un livre extraordinaire sur la manière dont il a survécu pendant plus d’un demi-siècle à l’univers d’Auschwitz, où il fut déporté avec sa famille. Les éditions EPO rééditent cet ouvrage.

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.