La politique « flops, flops, flops » du gouvernement

L’oxygène dont ont besoin les travailleurs, nous voulons aller le chercher chez les super-riches, avec une taxe des millionnaires. (Photo Solidaire, Dieter Boone)
L’oxygène dont ont besoin les travailleurs, nous voulons aller le chercher chez les super-riches, avec une taxe des millionnaires. (Photo Solidaire, Dieter Boone)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

de toute façon se gouvernement vas ruiner le payer s il continue ( enfin il le ruine déjà) , mais se charles michel n ' écoute pas les gens il fait politique de l autruche et continue a scie la branche ou il et , Il préfere donner des cadeaux au entreprise . Et quand il on reçu le cadeaux ben voila se qui se passe s et pas job job job s et bey bey au revoir la belgique , il et temps que sa change voir rapidement je ne sait pas s il et déjà pas trop tard on et enfonce jusque au coup , attention s et pas fini vous allez voir se qui vas arriver pour trouver les milliards ,il et capable de tous pour y arriver .
A propos de la création d'emplois, le supplément "Références" (Le Soir, 17 septembre 2016) cite les chiffres de la Banque nationale; "Le nombre de personnes au travail en Belgique a augmenté de 1,02 % au cours des deux dernières années, passant de 4.537.600 au premier trimestre 2014 à 4.628.500 au deuxième trimestre 2016 soit la création nette de 90.900 postes de travail." Mais qu'est-ce qu'un "poste de travail'? A combien d'heures correspond-il? De quelle durée est le contrat? Si Caterpillar réussit à détruire 2200 postes de travail industriels et qu'on invente 4400 postes intérimaires, temporaires, à temps réduit, avec un salaire de misère ... aura-t-on augmenté l'emploi de 100% ?
Le problème c'est que l'ultralibéralisme tue à petits feux les petits travailleurs et les acquis sociaux , que d'autres ce sont battus pour les obtenirs ! Le 21 siècles= le nouveau esclavages dès travailleurs pour enrichir les multinationales capitaliste à n'importe quel prix avec le soutien des partis politiques de droite !!!! Quelle drôle d'époque camarades, ON ce croirait revenir dans le moyens âge !
très juste cela , de toute façon on aura beau faire se gouvernement doit trouver 4,2 milliard sur qui vas t on les trouver , encore sur les petits travailleur , la secu sociale , les malades et handicaper , les chomeurs , etc etc j en suis sur et certain , de toute façon en belgique s et ferme ta gueule et paye , mais a force de payer ben il aura plus rien , attention il son capable de supprimer le chomage et encore plus dans la sécu sociale (se qui et déjà le cas pour certain ) se gouvernement et une ruine pour le pays , et chaque année s et pareil depuis des année ' ( les forts vaincrons et les faible subirons s et la devise de se gouvernement )
Juste, mais si ce fameux gouvernement vois qu'il se forme une forte résistance, alors ils devront faire marche arrière où alors ils risquent de provoquer une révolution , car lès personnes exclue de tout à mon avis n'aurais plus rien à perdre ! Heureusement que dès partis comme le PTB est là pour pointer les inégalités de ce couple MR NVA , d'autres partis de gauche devrait suivre le mouvement contestataires est également avec l'implication des syndicats !! À mon avis , il faut garder espoir tout peut arriver !!!!
Nous avons à faire à une bande d'amateurs. Le problème, c'est qu'ils sont dangereux. En effet, les milliards injectés à tord et travers ne servent qu'à protéger les grosses fortunes. Ils ne servent pas l'économie, ils la détruise, appauvrissent le peuple. Au lieu de créer de l'emploi, ils les suppriment. Pas d'argent, pas de consommation, pas d'économie, pas d'emploi. Ces "superman" n'ont rien compris. Magnette me donne de l'urticaire, Michel me gonfle ce qui provoque des flatulences et que dire de Madame Engie-Electrabel ? Marghem, c'est Galant II. Hautaine, dédaigneuse, il y avait madame Nee et maintenant, il y a madame "J'ai toujours raison". Quelle tristesse, et ces guignoles ne sont pas honteux. En Belgique, il y a deux grands voleurs : les banques et l'état.
Vous avez entièrement raison !!! Mais ils font semblant d'être incompétents, car pour faire des cadeaux aux multinationales capitaliste et bien là, ils ne le sont pas !!!
Ne pas lâcher la pression. Il faut maintenir des actions syndicales fortes et ne pas abandonner les gens. Je pense que si la cadence est plus régulière, les gens suivront. Beaucoup sont déçus par le manque de suivi de la première manifestation. Petit à petit, l'excellent travail d'information du PTB rend la parole et surtout la pensée critique à la population, dans la bonne direction. Les mensonges répétés et le cafouillage au niveau du gouvernement, s'ils servent à masquer les buts non avoués qu'il entretient le desservent quant à l'insécurité et le peu de crédibilité qu'il distille. Le volet de la sécurité est le point fort évidemment qui fait basculer les certitudes. Il était prévisible que le terrorisme et l'exode des pays noyés sous les bombes vers l'Europe allaient alimenter les visées xénophobes de sa propagande. C'est le rappel à son "ordre" que bat Franken avec ses messages répugnants et sa politique : On peut rire et profiter du malheur des gens ! Le passage de l'extrême droite laisse toujours infailliblement les pays exsangues tout autant économiquement qu'au niveau des valeurs humaines.

Après l’approbation par la Commission européenne du compromis à la Belge sur la loi « Major », le parti des libéraux flamands Open Vld lance une nouvelle offensive : faire passer une nouvelle loi organisant le travail portuaire, une loi taillée sur mesure pour Fernand Huts.

Après trois années d’incertitude totale, les travailleurs portuaires belges sont enfin soulagés. La Commission européenne met un terme à la procédure contre leur statut, la Loi Major. C’est une victoire dans la lutte pour la reconnaissance de la profession et pour la protection sociale dans les ports.

Dans les années 1990, l’Anversois Tobias Schiff (1925-1999) a écrit un livre extraordinaire sur la manière dont il a survécu pendant plus d’un demi-siècle à l’univers d’Auschwitz, où il fut déporté avec sa famille. Les éditions EPO rééditent cet ouvrage.

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.