La politique « flops, flops, flops » du gouvernement

L’oxygène dont ont besoin les travailleurs, nous voulons aller le chercher chez les super-riches, avec une taxe des millionnaires. (Photo Solidaire, Dieter Boone)
L’oxygène dont ont besoin les travailleurs, nous voulons aller le chercher chez les super-riches, avec une taxe des millionnaires. (Photo Solidaire, Dieter Boone)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

de toute façon se gouvernement vas ruiner le payer s il continue ( enfin il le ruine déjà) , mais se charles michel n ' écoute pas les gens il fait politique de l autruche et continue a scie la branche ou il et , Il préfere donner des cadeaux au entreprise . Et quand il on reçu le cadeaux ben voila se qui se passe s et pas job job job s et bey bey au revoir la belgique , il et temps que sa change voir rapidement je ne sait pas s il et déjà pas trop tard on et enfonce jusque au coup , attention s et pas fini vous allez voir se qui vas arriver pour trouver les milliards ,il et capable de tous pour y arriver .
A propos de la création d'emplois, le supplément "Références" (Le Soir, 17 septembre 2016) cite les chiffres de la Banque nationale; "Le nombre de personnes au travail en Belgique a augmenté de 1,02 % au cours des deux dernières années, passant de 4.537.600 au premier trimestre 2014 à 4.628.500 au deuxième trimestre 2016 soit la création nette de 90.900 postes de travail." Mais qu'est-ce qu'un "poste de travail'? A combien d'heures correspond-il? De quelle durée est le contrat? Si Caterpillar réussit à détruire 2200 postes de travail industriels et qu'on invente 4400 postes intérimaires, temporaires, à temps réduit, avec un salaire de misère ... aura-t-on augmenté l'emploi de 100% ?
Le problème c'est que l'ultralibéralisme tue à petits feux les petits travailleurs et les acquis sociaux , que d'autres ce sont battus pour les obtenirs ! Le 21 siècles= le nouveau esclavages dès travailleurs pour enrichir les multinationales capitaliste à n'importe quel prix avec le soutien des partis politiques de droite !!!! Quelle drôle d'époque camarades, ON ce croirait revenir dans le moyens âge !
très juste cela , de toute façon on aura beau faire se gouvernement doit trouver 4,2 milliard sur qui vas t on les trouver , encore sur les petits travailleur , la secu sociale , les malades et handicaper , les chomeurs , etc etc j en suis sur et certain , de toute façon en belgique s et ferme ta gueule et paye , mais a force de payer ben il aura plus rien , attention il son capable de supprimer le chomage et encore plus dans la sécu sociale (se qui et déjà le cas pour certain ) se gouvernement et une ruine pour le pays , et chaque année s et pareil depuis des année ' ( les forts vaincrons et les faible subirons s et la devise de se gouvernement )
Juste, mais si ce fameux gouvernement vois qu'il se forme une forte résistance, alors ils devront faire marche arrière où alors ils risquent de provoquer une révolution , car lès personnes exclue de tout à mon avis n'aurais plus rien à perdre ! Heureusement que dès partis comme le PTB est là pour pointer les inégalités de ce couple MR NVA , d'autres partis de gauche devrait suivre le mouvement contestataires est également avec l'implication des syndicats !! À mon avis , il faut garder espoir tout peut arriver !!!!
Nous avons à faire à une bande d'amateurs. Le problème, c'est qu'ils sont dangereux. En effet, les milliards injectés à tord et travers ne servent qu'à protéger les grosses fortunes. Ils ne servent pas l'économie, ils la détruise, appauvrissent le peuple. Au lieu de créer de l'emploi, ils les suppriment. Pas d'argent, pas de consommation, pas d'économie, pas d'emploi. Ces "superman" n'ont rien compris. Magnette me donne de l'urticaire, Michel me gonfle ce qui provoque des flatulences et que dire de Madame Engie-Electrabel ? Marghem, c'est Galant II. Hautaine, dédaigneuse, il y avait madame Nee et maintenant, il y a madame "J'ai toujours raison". Quelle tristesse, et ces guignoles ne sont pas honteux. En Belgique, il y a deux grands voleurs : les banques et l'état.
Vous avez entièrement raison !!! Mais ils font semblant d'être incompétents, car pour faire des cadeaux aux multinationales capitaliste et bien là, ils ne le sont pas !!!
Ne pas lâcher la pression. Il faut maintenir des actions syndicales fortes et ne pas abandonner les gens. Je pense que si la cadence est plus régulière, les gens suivront. Beaucoup sont déçus par le manque de suivi de la première manifestation. Petit à petit, l'excellent travail d'information du PTB rend la parole et surtout la pensée critique à la population, dans la bonne direction. Les mensonges répétés et le cafouillage au niveau du gouvernement, s'ils servent à masquer les buts non avoués qu'il entretient le desservent quant à l'insécurité et le peu de crédibilité qu'il distille. Le volet de la sécurité est le point fort évidemment qui fait basculer les certitudes. Il était prévisible que le terrorisme et l'exode des pays noyés sous les bombes vers l'Europe allaient alimenter les visées xénophobes de sa propagande. C'est le rappel à son "ordre" que bat Franken avec ses messages répugnants et sa politique : On peut rire et profiter du malheur des gens ! Le passage de l'extrême droite laisse toujours infailliblement les pays exsangues tout autant économiquement qu'au niveau des valeurs humaines.

Nouvelle journée d’action contre les plans du président Emmanuel Macron et de l’Union européenne. Cheminots, fonctionnaires, étudiants, infirmières et bien d’autres ont repris la rue. Parfois accompagnés de travailleurs et étudiants belges… Reportage à Lille et Paris.

Le rendez-vous est pris. Les organisation syndicales appellent à descendre massivement dans les rues de Bruxelles le 16 mai prochain. Objectif ? Défendre nos pensions contre les attaques du gouvernement. Cet appel à la mobilisation est la deuxième étape d'un plan qui a démarré par la distribution de plus d’un million de gazettes de sensibilisation.

Depuis le putsch de 2016, la démocratie brésilienne s'est tout à fait dégradée. C'est dans ce contexte que s'inscrit la condamnation à une peine de prison de l'ex-président progressiste Lula. Le journal L'Humanité a interrogé Maud Chirio, historienne et spécialiste du Brésil, sur la situation dans ce pays. Nous publions ici cette interview.

Cheminots, éboueurs, pilotes d’Air France, électriciens, étudiants… Chaque semaine, un nouveau secteur semble se joindre à un mouvement social grandissant… Il se passe quelque chose chez nos voisins, qui concerne tous les travailleurs européens.

Les assemblées étudiantes et les blocages se multiplient dans les universités en France. Les étudiants s’opposent à la mise en place de la sélection à l’entrée des universités visant à en réduire l’accès. Une lutte qui, dans le cadre du mouvement plus large pour la défense des services publics mené par les cheminots, peut faire tache d’huile.

ls étaient très nombreux ce vendredi 13 avril à soutenir Bruno Verlaeckt et Tom Devoght, deux syndicalistes anversois qui risquent une peine de prison de cinq à dix ans pour avoir participé à un piquet de grève.La salle d'audience était pleine à craquer, et pour cause : ce serait un dangereux précédent.

Cela fait des années qu’Asian Dub Foundation lutte contre l’injustice et l’oppression.

Le site d’infos alternatif français Le Vent se lève s’est penché sur le PTB : « Dans un système politique complexe de coalition et à l’approche des élections communales et fédérales en 2018 et 2019, le PTB inquiète les partis traditionnels en bouleversant de vieux équilibres. Nous avons pu nous entretenir avec David Pestieau, vice-président du parti ». Nous reprenons des extraits de cette interview. 

Cela ne fait pas les titres des journaux mais, chaque année, des dizaines de délégués syndicaux sont licenciés. Des travailleurs qui sont élus par leurs collègues au conseil d’entreprise ou au comité pour la prévention et la protection au travail. Jan Buelens, avocat à Progress Lawyers Network, explique la situation.

Le 20 juin dernier, la déléguée BBTK (le SETCa flamand) Melissa Cowpe recevait un pli recommandé de la Croix-Rouge : licenciement pour faute grave. Un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Melissa conteste son licenciement au tribunal. Ce dernier lui donne deux fois gain de cause. Toutefois, la Croix-Rouge maintient le licenciement. Mais Melissa ne s’avoue pas vaincue.