Le Pen dégagée, le combat contre le banquier président Macron commence

Photo radiowood / Flickr
Photo radiowood / Flickr
Thema's
Elections

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Les français ont évité le FN et ont élu le cheval de Troye du PS et de la Finance bonjour les dégâts. Ils leur reste les législatives pour redresser le tir et faire contrepoids aux options libérales de Macron .Il n'y a pas lieu de pavoiser avec le pourcentage des électeurs qui ont adhérer à son programme . De cela il faut aussi décompter les adhésions de la peur venant de tous les horizons politiques (droite du PS , LR, ...... ) .
Effecivement,le combat continue face a ce président capitaliste. Soutenons Mélanchon et ses camarades pour défendre la classe moyenne française.
11 millions de Français se sentant trahis et piétinés, victimes d'un système qui les dépossède ont fait le choix de voter pour le Front National. Les électeurs de ce parti sont principalement des ouvriers et des citoyens de la ruralité. 1) Tous les tenants de l'idéologie de gauche nous y compris, doivent nourrir une réflexion profonde autour de ce phénomène: Pourquoi le monde ouvrier français ne vote plus à gauche ? Pourquoi il ne se reconnait pas dans le projet de Mélenchon ? j'aimerais pouvoir l'expliquer. 2) Une réflexion d'un autre ordre doit être menée: Comment un candidat sorti de l'ombre a pu être propulsé de manière aussi fulgurante au poste de Président ? La réponse est simple mais les médias se bornent à éluder la trivialité des faits: Le storytelling et le programme étaient déjà écrit, il ne manquait qu'aux tenants du système le bon candidat pour le porter. Ce candidat c'est Macron avec sa jeunesse et sa fraîcheur comme arguments massues ... Les tenants du système qui sont-ils ? Ce sont les politiciens institués de gauche et de droite (en situation d'échec) qui l'ont rallié, ce sont les représentants du grand patronat, "les médiacratres", les oligarques, les représentant du CAC 40, les vainqueurs de la mondialisation et "les européistes" . Macron, incarnerait le renouveau c'est surtout du bidon!!! Tout était là pour l'attester. 3) une question tenant à la psychologie des masses doit être posée : Comment les Français peuvent choisir un Président banquier coopté après avoir élu en 2012 un homme qui se présentait comme ennemi de la finance ...? Peut-être que les faits sont bien plus simples : Fillon était le véritable préposé au titre ... Si les affaires ne l'avait pas torpillé, il aurait été élu et ce mouvement "En marche" n'aurait été qu'une anecdote. Le temps nous donnera la pleine mesure d'une élection qui a tout d'un Hold-up ...
il et claire qu il vont payer un lourd tribu avec macron je plaint les français dans la galére qu il se sont mi , comme nous avec le MR s et une galére ( je dirait une plaie ce MR ) le suseur des pauvres pour donner aux riche et multinationale
Comme je l'ai déjà dit dans un autre poste, les français ont très mal votés au premier tour. A mon sens, Mélenchon devait faire partie du duo au second tour. C'est aberrent de devoir voter au deuxième tour pour un programme et une personne avec lesquels nous n'avons aucune affinité. Devoir voté Macron juste pour faire barrage au FN quelle tristesse !!!!! (attention, je ne dit pas qu'il ne fallait pas faire barrage au FN comprenons-nous bien)
Mr. Ducarme pense que : " Le PTB est complice de Marine Le Pen . Les masques tombent : le PTB voit peu d’intérêt à défendre la démocratie. ", ....etc. (article paru dans le journal "Le Soir le 25/04/2017). Si Monsieur Ducarme se trompe de partis, il faut bien lui reconnaître un certain don de claire voyance (relatif le don ; il s'est quand même trompé de partis). " Elio Di Rupo appelle les électeurs français « Amis Français, barrez Le Pen. Pour la France, l’Europe et pour nous, votez @EmmanuelMacron ! Nous pourrons ensuite débattre en toute liberté », a déclaré le président du PS sur son compte". (Le soir 5 mai 2017). Alors oui les masques tombes pour reprendre les mots de Mr. Ducarme, mais ce ne sont pas ceux du P.T.B mais bien ceux du P.S. (qui voudrait selon toute vraisemblance retenter l'expérience de l'orange bleue 10 ans après ; tu parles d'un fruit périmé).
Il ne faut pas oublier non plus qu'avant le premier tour, alors que Mélenchon montait dans les sondages, il a été attaqué de tous bords. C'était devenu lui l'homme à abattre, non plus le FN, cet épouvantail commode mais qui commence à montrer ses limites. Je suis bien certain que l'oligarchie et leurs amis editocrates ne sont pas près de l'oublier, et que leurs campagnes de dénigrement de la vraie gauche vont se poursuivre jusqu'aux législatives.
Avec macron c"est reparti pour 5 ans de hollande 2 , austérité puissance 3, il n'est pas fruit du hasard mais a été concu depuis 3 ans ou plus pour ce poste par les élites de l'ombre qui controle la finance et les banques. Son élection aura une répercution en belgique qui bientot va suivre le modéle macron 49/3 c'est a dire la perte des acquis sociaux , un à la fois , discretement mais surement, Les pigeons qui ont voté pour cela se mordrons les doigts dans un avenir proche. DITE MERCI A LA COMISSION EUROPEENNE QUI EST UNE DICTATURE MAIS QUI NE PORTE PAS CE NOM.
La Françe étant un pays démocratique, il faut accepter le résultat des élections. On peut ne pas être d'accord avec le choix qui a été fait pas les Français, mais c'est ainsi. Pourquoi commencer un article par LE COMBAT CONTRE LE BANQUIER PRÉSIDENT MACRON COMMENCE alors qu'il n'est même pas encore Président ? Et qu'il n'est plus banquier ? Il faut lui laisser sa chance et juger l'homme à ses actes (qu'il n'a pas encore accomplis en tant que Président).
Je n'aime pas la photo avec des autocollants sur les yeux de Macron et quelqu'un qui écrit sur son affiche. Cela vous plairait que quelqu'un fasse de même avec les affiches électorales du PTB ? J'estime qu'il faut avoir un peu de respect avec ses adversaires. Pourtant Raoul Hedebouw en a lors des débats auxquels il participe. C'est même une grande qualité chez lui.
Une chose est certaine : Macron ne sera pas le président des habitants des cités de banlieues, ni celui de la classe ouvrière ! Quand je vois les candidats qu'il propose pour les législatives, j'ai pour lui la même aversion que celle que j'ai éprouvée pour les tirades satiriques de Sarkozy au début de son mandat : il se moque des Français et plaisante ouvertement sur des sujets sérieux (une torera pour le sud de la France, c'est vraiment se moquer du monde). Gouverner le pays n'est pour lui non plus pas la priorité. Sa seule mission consiste à recrédibiliser la banque de France aux yeux de la famille Rothschild. Il est d'ailleurs intéressant à ce niveau de voir Junker faire part de son inquiétude au lieu de se réjouir de l'élection d'un libéral centriste ! D'autant que, dans son programme, Macron affiche sa volonté de vouloir s'engager dans la mise en place d'un "ministère" européen de la défense et, à défaut de proposer de vraies réformes sociales pour la France en initiant cette VIe République que tou(te)s appellent de leurs vœux et dont personne ne veut se charger (à part Mélenchon), propose une réforme de la Constitution européenne en matière de défense, ce qui signifie en clair qu'il compte monter au créneau pour en récupérer la paternité et la maîtrise. On se prépare à des jours "de gloire" en matière de gâchis !

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Le gouvernement Michel entend s’« impliquer » en Afrique centrale. Pourtant, il y a tout juste 20 ans, un des précieux alliés du monde occidental, le dictateur congolais Joseph Mobutu, était renversé. Retour sur « l’implication » de la Belgique au Congo après le 30 juin 1960, aux côtés d’une dictature qui a si longtemps servi certains intérêts belges. 

Le député fédéral PTB Marco Van Hees dénonce le projet de service minimum du ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) : « Le service minimum pour les usagers, c’est déjà 365 jours par an. En quoi ce projet va améliorer le quotidien des usagers, qui est la priorité ? Avec son projet, le gouvernement veut casser la force du collectif des travailleurs. »

C’est officiel : l’« Obamacare » est enterré. La Chambre des représentants des Etats-Unis a voté l’abrogation du très modeste système d’assurance de soins de santé introduit par Barack Obama. Quelle est l’alternative de Trump ? Et pourquoi celui-ci s’est-il si fortement opposé à l’Obamacare ?