« Le système a une lourde responsabilité dans la prise en charge de la toxicomanie »

Tonny Van Montfoort est un ancien toxicomane : « J’aimerais demander aux gens d’être ouverts et de défendre les plus faibles, dont font partie les gens souffrant d’une addiction. » (Photo Solidaire, Mara De Belder)
Tonny Van Montfoort est un ancien toxicomane : « J’aimerais demander aux gens d’être ouverts et de défendre les plus faibles, dont font partie les gens souffrant d’une addiction. » (Photo Solidaire, Mara De Belder)
Thema's
Santé

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

j ai participé comme soignante au projet tadam, il est grand temps de reagir!!! et s occuper de vrais problemes
Merci pour le témoignage de ce monsieur et aussi pour sa juste analyse de la situation et des remèdes à mettre en place. Dans l'entourage de mes fils, j'ai vu tellement d'enfants qui n'ont même pas eu le temps de vivre et qui, soit sont morts d'overdose, soit sont handicapés à vie, soit sont décédés en prison par manque de soins et de traitement appropriés. D'autant plus que dans ce milieu, cela se passe même parfois au détriment du jeune lui-même (fille ou garçon) qui sort une fois par semaine, en boite ou avec des copains et qui se retrouve dans un état bizarre après avoir bu une bière ! Le cas s'est déjà présenté. Un gosse de 13 à 14 ans qui commence à se tourner un peu plus vers l'extérieur et à chercher à comprendre certaines choses est une proie facile pour un dealer. La plupart du temps, eux-mêmes ne savent pas ce qu'il y a dans la camelote qu'ils proposent, mais s'ils réussissent à fidéliser un gosse, il ont un "bonus". Le gamin qui sort de l'école et se fait offrir un joint par un gars qui pourrait avoir l'âge de son grand frère, pour lui, c'est un pote. S'il n'a pas reçu une solide information ou bien qu'il se trouve dans une phase critique (familiale, psychologique, scolaire, sociale), ça fait un peu diversion dans sa vie, une telle rencontre sympa. Qui sont ces dealers ? Comment sont-ils recrutés ? Il y en beaucoup qui sont eux-mêmes contraints dans des cités, des milieux défavorisés, le fait aussi de ne pas pouvoir se situer dans la société et de ne pas entrevoir d'avenir, par des plus âgés endurcis qui ont déjà tâté de la prison pour des délits et à qui des mafieux plus endurcis encore ont proposé ce genre de solution. Des gars qui débarquent ici pour un avenir meilleur et qui se font pincer par d'autres trafiquants d'êtres humains, sur place. Passeport confisqué, un revolver sur la tempe et des sévices et chantages de toute sorte. Je suis entièrement d'accord avec Tonny, la prévention dans les écoles et l'éducation à la parentalité devraient être systématiquement mises en place avec une équipe pluridisciplinaire par établissement. Cela devrait faire partie de la médecine scolaire au même titre que le contrôle sanitaire (vue, poids, etc.) Des contrôles préventifs devraient être effectués au moins tous les deux mois avec prise en charge des parents. La vie familiale devient très tôt invivable et l'enfant ingérable dans ce genre de situation. Les parents se trouvent devant un problème qui les désorientent complètement. L'école les informe sur le sida, les drogues font partie de la même dangerosité. Il y a des psychologues et des psychiatres dont il m'a été donné d'écouter des conférences ou de lire des articles. L'un d'eux a retenu particulièrement mon attention : il expliquait la chose la plus simple et évidente du monde : un ado, tiraillé par sa croissance et les transformations qui s'opèrent physiquement et biologiquement, en bloc pour ses examens, anxieux, ou en tous cas, un peu inquiet quand même avec une certaine pression des parents et des relations qui dégénèrent en conflit trouve finalement un réconfort en fumant un joint, puis deux pour s'endormir, puis trois avant d'aller à l'école, ce qui n'améliore pas du tout les relations familiales ni les résultats scolaires. Ce pédo-psychiatre dont j'ai malheureusement oublié le nom apaisait les parents et prenait en entretien l'enfant en lui expliquant qu'il était normal d'être saturé en période de bloc et lui recommandait d'aller voir un ostéopathe et de revenir le voir, seul, en consultation. Il disait que 8 fois sur 10, le jeune revenait enchanté disant qu'il n'aurait jamais pensé à ça et le remerciait. S'il voulait revenir pour des conseils, il se sentait désormais en confiance. Le médecin recevait les parents à part pour les rassurer et prendre en charge le stress en cas d'anxiété de leur part. Mais, pour le jeune, la solution était acquise et cet homme avait la sagesse d'apaiser les parents et de s'en occuper. Je pense que ce genre d'attitude est la bonne. C'est dans ce sens que je préconise un contrôle de santé très suivi dans les écoles. Il est indispensable à notre époque que les parents soient bénéficiaires d'une aide constante à la parentalité aussi bien concernant ce problème que celui de l'accès aux réseaux sociaux et à l'utilisation du net. Pour ce qui est des mesures à mettre en place quand les personnes sont devenues addictives et que l'on n'a pas pu prendre le problème dès le départ, il me semble évident que leur place n'est surtout pas en prison mais dans des cliniques spécialisées et entourées d'un personnel soignant costaud psychologiquement capable dans un premier temps d'amorcer une phase de désintoxication aiguë avec en projet d'avenir pour les patients le transfert vers des centres de soins moins contraignants et formés à remotiver l'intérêt pour des activités qui les "branchent". L'idéal, ce sont des lieux en pleine campagne, avec dès le départ, la possibilité de reprendre contact avec la nature dans un milieu sain et bienveillant. Excusez-moi pour ce long laïus mais c'est un sujet qui me tient à cœur depuis très longtemps. J'ai vu trop de drames et de jeunes basculer dans la schizophrénie, finir dans la rue, mourir d'overdose ou même mourir ou rester handicapé dès la première expérience et des familles impuissantes pour qui l'enfant devient une menace et une souffrance constante et qui finisse par porter plainte contre leur enfant à défaut de pouvoir trouver une solution. Merci de m'avoir lue. Et félicitations pour la belle intelligence de Tonny.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, adressait une lettre à la Fédération sioniste dans laquelle il accordait le soutien de son gouvernement à la création d’un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est à l’origine de la colonisation de la Palestine, qui se poursuit aujourd’hui.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.

La crise entre les dirigeants espagnols et catalans ne s’apaise pas. Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, refuse tout dialogue et menace de prendre le contrôle direct sur la région. Les dirigeants européens soutiennent tacitement la répression. Le dirigeant catalan Puigdemont, de son côté, a organisé un référendum très discutable. Dans un jeu tactique, il a fait une déclaration d’indépendance, qu’il a de suite suspendue. Faut-il choisir entre l’autoritarisme de l’État espagnol et de l’Europe et l’indépendantisme ?

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo