Le temps de travail « élastique » : travailler jusqu’à 45, 48, 50 heures par semaine… ?

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Mais qu'attend t-on pour faire tomber ce gouvernement ? qu'ils taxent l'air que nous respirons (ils y viendrons)
Nous sommes les nouveaux "serfs" d'un patronat tout puissant, protégé par le MR et la NVA. Le citoyen lambda fait une marche arrière incroyable, au vu de tout ce que prépare ce gouvernement ultra libéral ... celui-ci ne pense qu'à ses intérêts (s'en mettre plein les poches ...), flatter son égo et surtout asseoir son pouvoir à tout prix, au détriment du peuple, qu'il n'arrête pas de museler autant que faire se peut (regardez ce qui s'est passé pour les camionneurs ... quand on pense que Jambon avait donné sa démission, constatez comme ce dernier est revenu en forme pour "casser" du camionneur et tout qui se mettrait en travers de sa route !). Nous craignons que ce gouvernement-ci, soit le pire que ce pays absurde ait pu connaitre depuis bien des décennies. Lorsque le politique ne respecte plus le peuple, l'insurrection devient un devoir civique !!!
La loi du 16/03/71 prévoit déjà la flexibilité. Je l'explique dans un article que j'ai envoyé à la DH (courrier du lecteur). Il est possible qu'il ne soit pas publié c'est pq. je l'ai aussi envoyé à Thérèse Michels. et je l'envoie aussi au PTB Mons. J'explique aussi une des problématiques de la flexibilité. Et croyez-moi, il y en a beaucoup. Je sais de quoi je parle, cette flexibilité pourtant limitée par cette fameuse loi crée des problèmes énormes dans les familles. L'astuce vicieux des patrons pour mettre le travailleur sous leur coupe est de faire travailler en dessous du maximum horaire hebdomadaire (38 h ). Quand il en a besoin, il ui dit tu viens travailler à son bon vouloir et si le travailleur rechine, il ui dit de toute façon tu mes dois des heures. C'est la dictature dans l'entreprise.
ils sont complètement fous, on ne s'en sort déjà pas ainsi, toujours courir après le temps pour tout faire. on a plus de temps assez pour s'occuper des enfants, ils sont parfois livrés à eux mêmes, après on se pose la question pourquoi tant de difficultés avec les enfants actuellement, normal!!! je trouve que l'on travaille déjà assez, et qu'on ne profitera peut-être pas de la pension car nous mourrons peut-être avant, soit de crise cardiaque, soit d'avc, soit d'un cancer, etc... les maladie du 21e siècle, nous subissons trop de stress, nous sommes revenus vraiment comme à l'époque des serfs et des seigneurs, les nobles, qui ont tous les pouvoirs! nous payons et la fermons!! pourquoi les politiciens ne sont pas payer moins pour faire rentrer l'argent dans les caisses!!!! mais là, pas question de toucher à leur argent, soit disant bien gagné!!!! je regrette la vie des années 60,70 et même 80, les gens étaient moins stressés, plus heureux!! nous allons à la dérive, plus rien ne va et moi pas question que je travaille plus que 38 h par semaines, nos grands parents et arrières grands parents, se sont battus pour notre semaine de 38 heures et le reste.
Avec ce gouvernement antisocial, nous perdons tous les acquis sociaux que nos grands parents et arrières grands parents ont réussi à obtenir en se battant. Ce gouvernement enrichit encore plus les riches, les multinationales et appauvrit encore plus le reste de la population. (nombre des gens qui éprouvent des difficultés à payer leurs factures, qui annulent leurs visites chez les spécialistes mêmes chez les médecins généralistes, qui ne savent même plus se nourrir correctement jusqu'à la fin du mois...) Ce gouvernement trouve toujours une idée diabolique pour mettre le travailleur à genoux et maintenant cette IDEE de temps de travail, encore une pression supplémentaire sur les épaules du travailleur qui sera le jouet du patron. Encore un fois ce gouvernement travaille pour les patrons et les riches. A quand les taxes sur les riches, le retour de l'argent du panama mais non plus facile de faire plaisir aux amis et mettre le peuple à terre. Nous faisons vraiment un fameux bond en arrière. Il est grand temps que l'ensemble du peuple ouvre les yeux et se regroupe ensemble pour faire sauter ce gouvernement de la HONTE.
Pas question de revenir au temps de l'esclavage, que ce gouvernement de fachos saute, de toute façon il est en train de se détricoter, il faut agir agir agir RAPIDEMENT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Fonctionnaire, je suis tenu par une "tournante" d'une semaine - de jour comme de nuit - à prester des heures de garde parfois très récurrentes (parfois 5 à 6 fois sur une nuit) en cas de problèmes, alertes et autres appels dans mon entité, le problème est que contrairement aux pompiers qui s'ils sont de garde ne "travaillent" pas à un "autre métier" alors que nous sommes tenus de travailler de 7h30 à 16 h, même durant cette garde de 1 semaine : du vendredi 13 h au vendredi suivant. Est-ce normal et surtout légal ? Il y a un risque accru d'accidents car réveillés en sursaut, la journée la fatigue se ressent et la nuit nous sommes déphasés par la force des choses et tenus de pointer à l'arrivée et au départ et d'ensuite aller prendre un collègue (la nuit). Il y a des heures de récupération bien entendu, mais celles-ci ne se calculent qu'après le pointage, or des collègues viennent parfois de loin, est-ce encore "normal" ? Je pose cette question "collective" car depuis un certain temps nous décelons des manquements notables et de moins en moins de respect du bien-être au travail. Certains se sont plaints au syndicats intervenants et d'autres sont en burn-out... Merci de me bien vouloir me répondre car rien dans le règlement ne parle de ce cas de figure.
Fonctionnaire, je suis tenu par une "tournante" d'une semaine - de jour comme de nuit - à prester des heures de garde parfois très récurrentes (parfois 5 à 6 fois sur une nuit) en cas de problèmes, alertes et autres appels dans mon entité, le problème est que contrairement aux pompiers qui s'ils sont de garde ne "travaillent" pas à un "autre métier" alors que nous sommes tenus de travailler de 7h30 à 16 h, même durant cette garde de 1 semaine : du vendredi 13 h au vendredi suivant. Est-ce normal et surtout légal ? Il y a un risque accru d'accidents car réveillés en sursaut, la journée la fatigue se ressent et la nuit nous sommes déphasés par la force des choses et tenus de pointer à l'arrivée et au départ et d'ensuite aller prendre un collègue (la nuit). Il y a des heures de récupération bien entendu, mais celles-ci ne se calculent qu'après le pointage, or des collègues viennent parfois de loin, est-ce encore "normal" ? Je pose cette question "collective" car depuis un certain temps nous décelons des manquements notables et de moins en moins de respect du bien-être au travail. Certains se sont plaints au syndicats intervenants et d'autres sont en burn-out... Merci de me bien vouloir me répondre car rien dans le règlement ne parle de ce cas de figure. Anonyme

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo

Ce qui a débuté par l’annulation de six vols en Italie et en Espagne a abouti à la suppression, fin octobre, de 40 à 50 vols par jour. Des vacances bien méritées s’envolent donc en fumée pour de nombreuses personnes. Mais le personnel lui aussi subit la politique de Ryanair.

Face aux menaces de privatisations, aux coupes budgétaires, au détricotage du statut et des pensions, les travailleurs des services publics se mobilisent. Ils étaient des centaines devant le Parlement wallon et le Parlement flamand. Une première étape dans la résistance sociale avant la grève nationale du 10 octobre.

A quelques jours d’une grève, une victoire en justice de syndicalistes a une résonance particulière. Après l’interdiction des piquets, le syndicat n’a pas baissé les bras et a attaqué Infrabel en justice. 

Les images sont fortes. Au matin du 20 septembre, 14 hauts fonctionnaires de l'administration catalane ont été arrêtés par la Garde civile espagnole. L'objectif du gouvernement espagnol est d'éviter l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, programmé pour le 1 octobre.

Une délégation soudanaise est invitée par le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) pour venir identifier et ramener les réfugiés soudanais arrêtés dans le parc Maximilien et aux alentours de la gare du Nord à Bruxelles. Après les rafles policières des dernières semaines, la politique de #nettoyage de Francken prend une dimension supplémentaire.

Les négociations pour une nouvelle convention collective de travail (CCT) à Oleon ont échoué après le « non » de la direction aux propositions des travailleurs et de leurs syndicats. Les délégués des trois syndicats ont informé leur base et les travailleurs ont arrêté le travail. Ce 19 septembre au matin, le PTB s’est rendu aux portes de l’entreprise afin de témoigner son soutien.