Les 60 ans du Traité de Rome : ce que nous concocte l’establishment européen

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tout d’abord, j’espère que mon « com » sera publié même si celui-ci m’est au jour la « Fantastique destinée de tous les Européens » que nous réservent tous les mandataires de cette Union Européenne. Aujourd'hui, je viens d'être confortée dans ma décision d'avoir choisi le PTB pour défendre mes droits. Mais au vu des élections qui se profilent parmi les pays dont les peuples et leurs (futurs) gouvernants sont MENOTTES et BALLONNES par l'UE, je continue à me poser beaucoup de questions. Celles-ci nourrissent un certain pessimisme et beaucoup de scepticisme quand au bien fondé des partis politiques et de leurs représentants sur le devenir et leur pouvoir de décision de/dans cette UE. Je viens de « tomber » sur un article très intéressant voir même très interpellant ! Bien que publié en France, cette réforme émane de chez nous – BRUXELLES : Réformes économiques et sociales : Découvrez à quelle sauce veut nous manger la Commission Européenne en 2016-2017 (31/ 12/2017 !) en 9 points… (Art. du 28/03/2017) : 1. Réduire les dépenses publiques (donc inévitablement les dépenses de sécurité sociale - santé, chômage, retraite) 2. Conduire et maintenir le coût du travail au plus bas (Salaire minimum en Bulgarie 200 euros par mois !), 3. Réformer le droit du travail, 4. Réformer le système d’assurance-chômage, 5. Eliminer les obstacles à l’activité dans le secteur des services (« ouvrir » l’accès aux professions réglementées), 6. Réduire les impôts sur la production et réduire le taux nominal de l’impôt sur les sociétés, 7. Elargir l’imposition sur la consommation (et là on parle bien de la TVA !) 8. Supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (Dès lors, nous ne devons pas espérer un impôt sur les fortunés de notre pays !), 9. Adopter la réforme concernant la retenue à la source de l’impôt sur le revenu des personnes physiques. En conclusion, quelque soit le parti, le candidat lors des futures élections qui dit faire opposition et preuve d’aucune soumission face aux traités, réformes, à la Commission Européenne, qui vont à l’encontre des valeurs qu’il défend pour/par le peuple… ne pourra rien changer ! Car, tout ce qui étaient recommandations deviendront obligations afin d’atteindre les objectifs économiques et financiers que l’UE et la Commission Européenne se sont fixées. Et nous peuple européen connaissons déjà la manière de sanctionner les états membres. Cette Europe n’est qu’une machine infernale qui presse le peuple qu’elle abrite et détruira tout. Pour retrouver la démocratie et nous sortir de cette gigantesque prison où nous sommes maintenus (depuis trop longtemps), il n’y a qu’une seule solution, Belgique …EXIT. Vive le Brexit, à quand le FREXIT ? Bonne m… aux Français car pour les Hollandais c’est foutu, il reste au bagne !
Bonjour, Très bien expliqué, si j'ai bien compris et s' il n'y a pas de soulèvement "réveil des peuples" pour être politiquement correct, faces à ce fléau, que restera t'il pour la génération future. J'ai tendance à penser que "les grands perdants de la guerre" ont beaucoup prié à Rome.... Donc si rien ne bouge ce sera ; travail, bouffe un peu mais surtout de la merde les fameux "ersatz " comme par hasard çà vient aussi d'Allemagne...et puis à l'avenir plus de terrain pour nous enterrer et nous partirons en fumée. J'oubliai, bientôt nous aurons la puce c'est moins couteux qu'un tatouage "durable et pratique " et ce sera drôlement similaire à une structure élaborée pendant la guerre, cela aussi sous le couvert des prélats de "Rome". Ah nostalgie quand tu nous tiens. La tendance future de la mode sera donc entre le marron et le noir et une forte tendance aux motifs rayés. Une autre, Belle Époque, et la terre sera rebaptisée " METROPOLIS " . Superbe perspective n'est ce pas.

Il y a quelques jours, une équipe de CNN a sorti une vidéo terrifiante. Des migrants étaient vendus comme esclave pour une somme allant de 300 à 500 dollars dans une ville à proximité de Tripoli, la capitale Libyenne. Les images ont choqué de nombreuses personnes qui voient réapparaître le fantôme de l’esclavage qui a si longtemps détruit les populations africaines.

Victime d’un viol, Norine raconte son parcourt pour nous permettre de comprendre les barrières à surmonter pour les victimes. Un témoignage qui montre aussi que la justice dans notre pays n’est pas au service des victimes.

Deux chauffeurs Uber viennent de gagner en appel contre la plateforme.

La principale confédération syndicale portugaise appelait à une manifestation nationale, samedi dernier, pour une augmentation du pouvoir d’achat. Elle réclame une meilleure redistribution des richesses, fruit de la timide reprise économique.

Membre du bureau du Parlement catalan, le communiste Joan Josep Nuet est lui aussi poursuivi pour « sédition ». Son dossier, bâclé, illustre l’offensive antidémocratique de Rajoy.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, adressait une lettre à la Fédération sioniste dans laquelle il accordait le soutien de son gouvernement à la création d’un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est à l’origine de la colonisation de la Palestine, qui se poursuit aujourd’hui.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.