Les 60 ans du Traité de Rome : ce que nous concocte l’establishment européen

Photo : deredactie.be
Photo : deredactie.be

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Tout d’abord, j’espère que mon « com » sera publié même si celui-ci m’est au jour la « Fantastique destinée de tous les Européens » que nous réservent tous les mandataires de cette Union Européenne. Aujourd'hui, je viens d'être confortée dans ma décision d'avoir choisi le PTB pour défendre mes droits. Mais au vu des élections qui se profilent parmi les pays dont les peuples et leurs (futurs) gouvernants sont MENOTTES et BALLONNES par l'UE, je continue à me poser beaucoup de questions. Celles-ci nourrissent un certain pessimisme et beaucoup de scepticisme quand au bien fondé des partis politiques et de leurs représentants sur le devenir et leur pouvoir de décision de/dans cette UE. Je viens de « tomber » sur un article très intéressant voir même très interpellant ! Bien que publié en France, cette réforme émane de chez nous – BRUXELLES : Réformes économiques et sociales : Découvrez à quelle sauce veut nous manger la Commission Européenne en 2016-2017 (31/ 12/2017 !) en 9 points… (Art. du 28/03/2017) : 1. Réduire les dépenses publiques (donc inévitablement les dépenses de sécurité sociale - santé, chômage, retraite) 2. Conduire et maintenir le coût du travail au plus bas (Salaire minimum en Bulgarie 200 euros par mois !), 3. Réformer le droit du travail, 4. Réformer le système d’assurance-chômage, 5. Eliminer les obstacles à l’activité dans le secteur des services (« ouvrir » l’accès aux professions réglementées), 6. Réduire les impôts sur la production et réduire le taux nominal de l’impôt sur les sociétés, 7. Elargir l’imposition sur la consommation (et là on parle bien de la TVA !) 8. Supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (Dès lors, nous ne devons pas espérer un impôt sur les fortunés de notre pays !), 9. Adopter la réforme concernant la retenue à la source de l’impôt sur le revenu des personnes physiques. En conclusion, quelque soit le parti, le candidat lors des futures élections qui dit faire opposition et preuve d’aucune soumission face aux traités, réformes, à la Commission Européenne, qui vont à l’encontre des valeurs qu’il défend pour/par le peuple… ne pourra rien changer ! Car, tout ce qui étaient recommandations deviendront obligations afin d’atteindre les objectifs économiques et financiers que l’UE et la Commission Européenne se sont fixées. Et nous peuple européen connaissons déjà la manière de sanctionner les états membres. Cette Europe n’est qu’une machine infernale qui presse le peuple qu’elle abrite et détruira tout. Pour retrouver la démocratie et nous sortir de cette gigantesque prison où nous sommes maintenus (depuis trop longtemps), il n’y a qu’une seule solution, Belgique …EXIT. Vive le Brexit, à quand le FREXIT ? Bonne m… aux Français car pour les Hollandais c’est foutu, il reste au bagne !
Bonjour, Très bien expliqué, si j'ai bien compris et s' il n'y a pas de soulèvement "réveil des peuples" pour être politiquement correct, faces à ce fléau, que restera t'il pour la génération future. J'ai tendance à penser que "les grands perdants de la guerre" ont beaucoup prié à Rome.... Donc si rien ne bouge ce sera ; travail, bouffe un peu mais surtout de la merde les fameux "ersatz " comme par hasard çà vient aussi d'Allemagne...et puis à l'avenir plus de terrain pour nous enterrer et nous partirons en fumée. J'oubliai, bientôt nous aurons la puce c'est moins couteux qu'un tatouage "durable et pratique " et ce sera drôlement similaire à une structure élaborée pendant la guerre, cela aussi sous le couvert des prélats de "Rome". Ah nostalgie quand tu nous tiens. La tendance future de la mode sera donc entre le marron et le noir et une forte tendance aux motifs rayés. Une autre, Belle Époque, et la terre sera rebaptisée " METROPOLIS " . Superbe perspective n'est ce pas.
Voici un aperçu du contenu du numéro de juin. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis.

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Le gouvernement Michel entend s’« impliquer » en Afrique centrale. Pourtant, il y a tout juste 20 ans, un des précieux alliés du monde occidental, le dictateur congolais Joseph Mobutu, était renversé. Retour sur « l’implication » de la Belgique au Congo après le 30 juin 1960, aux côtés d’une dictature qui a si longtemps servi certains intérêts belges.