« Les Grecs sont les Tijl Uilenspiegel d’aujourd’hui »

Photo Flickr / spyrospapaspyropoulos, mai 2013
Photo Flickr / spyrospapaspyropoulos, mai 2013

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Mon épouse et moi, sommes amoureux de la Grèce et sommes très attachés au peuple grec. Nous y avons déjà effectué 20 séjours, nous connaissons bien le pays et nous pouvons témoigner des diverses raisons qui font que la Grèce soit en déficit. Il a bien entendu, les profiteurs qui ne payent pas les impôts qu'ils devraient payer, mais ils sont bien plus nombreux ceux qui souffrent dans un pays où vu la configuration du terrain, toutes les infrastructures nécessaires pour permettre aux gens de se déplacer coûtent chers, où amener l'électricité et le téléphone dans les montagnes ou sur des côtes presque inaccessible demande beaucoup d'investissement, où permettre aux habitants des îles de se déplacer à des prix abordables est une nécessité pour eux. Ces dernières années, quand j'arrive en Grèce, j'ai envie de pleurer. Les Grecs qui aiment faire la fête n'en ont plus les moyens. Que Merkel rembourse l'argent volé à la Grèce par les allemands pendant la guerre 40, cela ira déjà mieux pour les Grecs.
Un nouveau Till l'Éspiègle, pourquoi pas ? Dans une Europe qui n'est pas unie du tout, quand en entends les menaces réactionnaires de la chancelière Merkel, pour exclure la Grèce de l'U.E.Il n'y pas de logique sur les propos du chef de gouvernement fédéral allemand, il y beaucoup de pays qui sont membres de l'Union Européenne et il ne sont pas dans la zone Euro. Les grecs on bien raison de voter la ZYRYZA et je je suis sur que c'est la seule alternative pour ce pays mit à sac par les banques, la bourse et les vautours de la finance. Je souhaite à Alexis Tsipras qui emporte les éléctions du 25 janvier, pour donner l'exemple à l'Europe et qu'on à marre de l'austérité, qui menace au plus démunis.
MERCI pour cet article car dans les îles cela est un terrifiant pour l'avoir vu des bidons ville des personnes malades sans soins des taxes des dessous de main une désorganisation totale Et des touristes sans respect qui oui passent des vacances mais sans un regard sur l'arrière du bel hôtel Et tourne la tête ou critique la misère des grecs
Je ne peux que marquer personnellement mon accord sur l'ensemble de l'article de P.Mertens , Et en plus,je l'en remercie. Il me semble qu'il serait important de continuer de montrer , mais sous une forme synthétique , plus schématique et abrégée, les quelques points essentiels qui font bien apparaitre à la fois le VIDE rationnel et humaniste qui sous-tend les positions socio-économiques actuelles du Gouvernement allemand, et aussi la désolante vacuité politique de son projet sous-jacent de refondation de l'Europe.!! Cette forme plus concise du 'réquisitoire anti-CDU' faciliterait, je crois, la DIFFUSION EFFECTIVE de cette analyse du problème par le PTB auprès du citoyen lambda, car dans nos médias belgo-francophones, p.ex. ça va trop dans tous les sens, ils saucissonnent continuellement et affreusement l'info, et ils noient beaucoup le poisson..., Merci.
Je pense que tous les électeurs européens doivent s' unir pour former un groupe suffisant pour mettre en minorité ce PPE ,et, tourner la page de l' austérité imbécile,qui nous conduit tous à l' appauvrissement généralisé . Jetons Junker ,le voleur à la porte ,et que Merkel quitte l' euro pour son DM . Et tout va repartir . B.Bragard
Exelent. juste pourquoi "la dette" Pourquoi ne pas préciser: la dette aux banque privées, la dette aux actionnaire, la dette aux responsable de cette crise; cette crise du capital....... Dany
Magnifique article, enfin une analyse pertinente,bien étayée, complète de la situation actuelle de la Grèce et du quotidien d'une grand partie de sa population. Cette prise de position tranche si manifestement par rapport non seulement à celle diffusée par la Troïka, ses émules et ses coryphées mais à celle d'une bonne partie de la presse et de l'opinion occidentale qu'elle en est d'autant plus méritoire. Merci à vous .
Excellent article.
Je te soutiens Peter dans le mouvement et la sollidarité en Grèce. C'est tout à fait vrai qu'on est au balcon pour voir ce qui se passera et comment avec le Tijl Uilenspiegel d'aujourd'hui. Eh oui laissons peut-être Merkel trembler ensemble avec les banques et l'euro qui disparaît de la Grèce. Après tout ne l'auraient-ils pas mérité eux aussi après les années de misère que chaque Grec et d'autre avec eux vivent ou peuvent vivre dans l'avenir. Ne serait-il pas mieux pour eux de suivre la course de l'Islande qui s'en sorte sans l'Europe et sans l'euro, pour combien de temps est une question mais autre question si c'est en tenant compte de l'Europe au détriment de qui???? Chacun cherche et trouve solution pour son problème, chaque pays, chaque nation est aussi et encore (?) souveraine, ou est-ce qu'on se trompe...? Va-t-on se laisser "bouffer", étouffer, étrangler pour un idéal appelé l'euro ou l'europe parce que le reste risque de s'écrouler? N'a-t-on donc jamais prévu que telle chose pourrait arriver dans l'Europe? Foutaises que tout ça, continuez à nous prendre pour des "cons" afin que les grosses fortunes puissent continuer à bourgeonner. Si le danger est tellement réel, touchez à vos bourses, messieurs les milliardaires... c'est ça ou votre perte!! Au travail Peter, appelle-nous au soutien réel avec l'ultimatum des étranglés. Merci. Myriam

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Le gouvernement Michel entend s’« impliquer » en Afrique centrale. Pourtant, il y a tout juste 20 ans, un des précieux alliés du monde occidental, le dictateur congolais Joseph Mobutu, était renversé. Retour sur « l’implication » de la Belgique au Congo après le 30 juin 1960, aux côtés d’une dictature qui a si longtemps servi certains intérêts belges. 

Le député fédéral PTB Marco Van Hees dénonce le projet de service minimum du ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) : « Le service minimum pour les usagers, c’est déjà 365 jours par an. En quoi ce projet va améliorer le quotidien des usagers, qui est la priorité ? Avec son projet, le gouvernement veut casser la force du collectif des travailleurs. »

C’est officiel : l’« Obamacare » est enterré. La Chambre des représentants des Etats-Unis a voté l’abrogation du très modeste système d’assurance de soins de santé introduit par Barack Obama. Quelle est l’alternative de Trump ? Et pourquoi celui-ci s’est-il si fortement opposé à l’Obamacare ?