Les sept contours sombres du gouvernement fédéral de droite

Photo Karina Brys
Photo Karina Brys

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Bande de lâches, je me rappelle avoir entendu le MR crier "Non à l'assistanat " mais ils font tout le contraire mais seulement pour les grandes entreprises mais pas pour les petites personnes. Il faut quand même pas oublier que ce sont les personnes qu'ils attaquent qui créer la richesse, c'est le monde du travail qui a le devoir de retrouver la confiance en lui pour mener la fronde et faire plier ces gens à la botte de la commission européenne et qui participent au traité transatlantique je pense à M.De Gucht (Open VLD) qui dirige le transalantic policy network qui est charger de faire le pont entre l'UE et les États-Unis et de mettre en œuvre le traité !
Les contours programmatiques de cette coalition sont inacceptables. Les options choisies par un gouvernement de centre gauche auraient probablement été les mêmes (à quelques variables près). Nos politiciens se comportent purement et simplement en ennemis de la patrie! Les partis traditionnels sont complètement soumis aux instances supranationales et oligarchiques. Nos politiques ont cessé depuis longtemps de servir les intérêts de la communauté citoyenne. On les paye assez cher pour qu'ils ne s'encombrent d'aucune considérations morales... Une fois de plus, le travailleur, perdant éternel, verra ses conditions existentielles et matérielles se dégrader au nom du remboursement d'une dette dont plus personne ne comprend les articulations ! J'invite les lecteurs de ce commentaire (pour autant qu'il soit publié) à lire ou voir "le discours sur la dette" tenu pas Thomas Sankara (à Adis Abeba en 1987), seul homme d'Etat véritablement conséquent à avoir compris la perversité des mécanismes de la dette...

Depuis quelques semaines, des manifestations, parfois violentes, ont lieu quotidiennement dans ce pays d’Amérique du Sud riche en pétrole. A l’intérieur comme à l’extérieur du pays, certains se réjouissent de ce climat délétère.

Des semaines de 45 heures, 5 fois 9 heures de travail par jour dans une usine de production à la chaîne. C’est le projet de la direction d’Audi qui souhaite imposer temporairement ce régime aux 2 600 travailleurs de l’entreprise forestoise. Une mesure qui aurait aussi un impact sur les 4 000 travailleurs des sous-traitants.

Jeudi 20 avril, plusieurs centaines d’homosexuels, transsexuels et sympathisants venus de tout le pays se sont rassemblés devant la Bourse à Bruxelles à propos de la récente vague de persécution homophobe en Tchétchénie. Mix*, le groupe LGBT+ (lesbiennes, gays, bi, transgenre…) du PTB, y était.

Le week-end des 16 et 17 septembre, ManiFiesta, le festival de la solidarité, se tiendra à nouveau à Bredene, à la côte. Cette année, ManiFiesta présentera encore une fois un programme alléchant, sur un terrain entièrement réaménagé pour accueillir encore plus de gens. Une interview croisée de l’ancien et du nouveau directeur du festival sur ce qu’on doit attendre de cette nouvelle édition.

La fédération patronale du secteur des entreprises chimiques et pharmaceutiques vient de faire connaître ses chiffres annuels. « Une année particulièrement bonne », semble-t-il. Du coup, les patrons veulent poursuivre sur leur lancée et proposent d’augmenter la flexibilité tout en compressant les salaires. La journée d’action du 18 avril dernier a pu leur donner une idée de ce qu’en pensent les travailleurs…

Lire un rapport de la Commission européenne sur la Belgique n’est pas facile. D’une part, la Commission applaudit des mesures qui font payer les travailleurs, en critiquant souvent que celles-ci n’aillent pas suffisamment loin. D’autre part, elle est parfois obligée de souligner les échecs de certaines politiques libérales.

Avec 51 % des voix, en plein état d’urgence, modifier la Constitution ? L’évolution de la Turquiea de quoi inquiéter. Mais une trop grande part des critiques occidentales concernant le coup de force du président Erdogan sont hypocrites. L’interminable petit jeu autour de l’adhésion à l’Union européenne, le très critiquable accord sur les réfugiés et l’utilisation de la Turquie pour déstabiliser la Syrie ne contribuent pas à faire évoluer positivement le pays. Il est urgent que l’Europe change d’attitude.

Lina est Belge et a travaillé pendant sept ans comme volontaire pour la Croix-Rouge syrienne. Elle est rentrée en Belgique mais continue à suivre de très près la situation en Syrie.

La violence dans le couple existe aussi chez les ados, révèle une étude. « Les cours d’éducation sexuelle parlent de contraception, de maladies sexuellement transmissibles, des organes... Mais pas des sentiments, de son propre plaisir ou du fait de poser ses limites », déplore Mara De Belder, du mouvement RedFox.  

Frontex, l'agence européenne des garde-frontières et garde-côtes européens, laisse délibérément les réfugiés se noyer. C'est ce que nous apprennent des documents internes ayant « fuité ». Depuis le début de l’année, 7 personnes meurent chaque jour en tentant la traversée de la Méditerranée…