Liquider l’inspection sociale : l’invitation à la fraude et au dumping social

 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

C'est pour qu'ils (les charles, didiers, ...) puissent aussi engager des travailleurs sous payé pour leurs maisons, appartements, etc. En même temps, nos ouvriers en bâtiment fraichement diplômé devront se sacrifier s'ils veulent travailler. Et comme se sera un nouveau barème salarial d'ici quelques années, les futurs travailleurs seront directement payé à se barème. Capito raoulito.
et attendez vous avez pas encore tous vus , gare aux 10 milliard d économie pour 2017 et s et sur tous la donc pas sorti d l auberge on sera encore plus pauvre , SVP NE VOTER PLUS JAMAIS MR PLUS JAMAIS
L'Europe du business a été construite avant l’Europe sociale. Dans le secteur du transport routier, c'est une hécatombe pour les chauffeurs belges. Les montages de société à l'étranger et plus particulièrement dans les (ex) pays de l'est sont nombreux. A l'entrée de certains bâtiments il n'est pas rare de trouver dix, vingt boîtes aux lettres, cela en dit long. Ces sociétés sont souvent en pleine ville donc pas de possibilité de parquer des camions. Les chauffeurs belges qui faisaient de l'international ne font plus que " le tour de l'église ", ils n'ont presque plus de travail et beaucoup de chômage économique pendant que les chauffeurs engagés par une même société mais venant de ces pays (ex est) ont du travail. Evidemment, les salaires et les lois sociales sont différents. Il n'y a pas que dans le secteur du transport. Chez BASF à Anvers, ce sont des polonais qui exécutent les travaux de tondes et d'entretient des espaces verts. Dans la construction, ce n'est pas triste non plus. Je n'en veut pas à ces " étrangers " j'en veut à l'Europe et à la politique ( si l'on peut appeler ça de la politique ) en vigueur chez nous. Comment peut-on faire tout à l'envers ? Où veulent-ils en venir ? Ils sont occupés à détricoter les institutions, pourquoi ? Agir comme cela, c'est ouvrir la porte toute grande à toutes ces inégalités, c'est encourager toutes ces sociétés à la fraude sociale et fiscale. Les recettes seront moindres et ils vont encore frapper sur les mêmes clous, travailleurs, chômeurs, malades etc....
Messieurs les hommes grands, vous n'êtes vraiment sur terre que pour traquer les pauvres et les mettre en terre. Il vous est plus facile d'éradiquer votr' peuple plutôt que lui donner pour pouvoir se nourrir. Il vous est plus facile d'accepter les arrivants qui viennent travailler à notre détriment. Messieurs les hommes grands, vous êtes vraiment sur terre pour traquer les habitants tout en les dépouillant. Messieurs les hommes grands, continuez à faire, du pays de vos enfants, le chaos et la misère. Alors, messieurs les hommes grands, tout ce qu'il vous restera à faire, lorsqu'il se réveilleront et iront sur vos terres, c'est de foutre le camp, car grande sera leur colère.
Aucun poste n'est prévu pour nous à l'ONEm, très peu au CLS et l'INAMI-INASTI, le plus grand nombre des agents est prévu pour l'ONSS. Le HIC est que nous ne POUVONS PAS travailler sous la tutelle d'un comité de gestion paritaire. Il faudra introduire des recours devant le Conseil d'Etat. Un inspecteur social à Liège.
Nous allons vers un "royaume bananier" à la vitesse de la lumière . Moins de policiers, moins d'inspecteurs , moins de contrôleurs c'est leur "crédo" . N'est-ce pas ce qu'il faut à la "pègre" pour agir à sa guise ,et s'infiltrer comme des métastases dans les hautes sphères politiques dirigeantes du pays, pour y faire voter des lois léonines . Pour conclure : moins de fonctionnaires ,moins de magistrats, moins d'enseignants , "TOUJOURS MOINS" c'est leur devise à ces pleutres. Résultat : TOUJOURS PLUS de délinquance de tout types et déliquescence du rôle de l'état
Encore une mesure pour les Nantis.Si le peuple fraude c'est parce qu'il essaye de s'en sortir. Avec ce gouvernement, nous sommes davantage en train de subir la dictature capitaliste. Mais quand allons-nous immobiliser le pays un mois ou deux mois si il le faut pour mettre ce gouvernement à genou.
Nous commençons à payer les abus ( absence maladie , glandeur et par dessus le marché ... profiteur ) Nous devosn réagir et montrer du doigt les inégalités dans le secteur du travail ... Non à la fraude , mais les requins ne se magent pas entre eux !!!! Y EN A MARRE de payer pour les autres
oui comme vous dite immobiliser le pays un ou deux moi , seulement il en aura toujours qui vont mettre des battons dans les roue , ou du style les gréviste fond chier ou autre il a des gens qui comprenne pas , mais le jour qui seront dans la merde( excuser de l expression) il seront bien content pour ce qu on fait , autre chose le probleme se son les huissier ( = voleur ) qui eux vont se faire une joies de mettre des astreinte on a déjà vu avec les routier et gardien de prison et de faire sauter les gréviste ou autre donc il faut un moyen de pression plus fort et qui fait mal au gouvernement mais faut pas céder alors au pression des huissier et force de l ordre car si sa continue comme sa dans 2 ans on aura plus rien ,plus soins sante , plus de chomage , plus cpas , et pourrons aller voir sur votre compte se qui et déjà le cas donc messieur il et temps d agir et vite

L’Assemblée nationale, élue le 11 mars, réunie à La Havane va élire le futur Conseil d’État et le nouveau président. Il y a dix ans, Raul Castro avait annoncé qu’il quitterait le pouvoir en 2018.

Nouvelle journée d’action contre les plans du président Emmanuel Macron et de l’Union européenne. Cheminots, fonctionnaires, étudiants, infirmières et bien d’autres ont repris la rue. Parfois accompagnés de travailleurs et étudiants belges… Reportage à Lille et Paris.

Le rendez-vous est pris. Les organisation syndicales appellent à descendre massivement dans les rues de Bruxelles le 16 mai prochain. Objectif ? Défendre nos pensions contre les attaques du gouvernement. Cet appel à la mobilisation est la deuxième étape d'un plan qui a démarré par la distribution de plus d’un million de gazettes de sensibilisation.

Depuis le putsch de 2016, la démocratie brésilienne s'est tout à fait dégradée. C'est dans ce contexte que s'inscrit la condamnation à une peine de prison de l'ex-président progressiste Lula. Le journal L'Humanité a interrogé Maud Chirio, historienne et spécialiste du Brésil, sur la situation dans ce pays. Nous publions ici cette interview.

Cheminots, éboueurs, pilotes d’Air France, électriciens, étudiants… Chaque semaine, un nouveau secteur semble se joindre à un mouvement social grandissant… Il se passe quelque chose chez nos voisins, qui concerne tous les travailleurs européens.

Les assemblées étudiantes et les blocages se multiplient dans les universités en France. Les étudiants s’opposent à la mise en place de la sélection à l’entrée des universités visant à en réduire l’accès. Une lutte qui, dans le cadre du mouvement plus large pour la défense des services publics mené par les cheminots, peut faire tache d’huile.

ls étaient très nombreux ce vendredi 13 avril à soutenir Bruno Verlaeckt et Tom Devoght, deux syndicalistes anversois qui risquent une peine de prison de cinq à dix ans pour avoir participé à un piquet de grève.La salle d'audience était pleine à craquer, et pour cause : ce serait un dangereux précédent.

Cela fait des années qu’Asian Dub Foundation lutte contre l’injustice et l’oppression.

Le site d’infos alternatif français Le Vent se lève s’est penché sur le PTB : « Dans un système politique complexe de coalition et à l’approche des élections communales et fédérales en 2018 et 2019, le PTB inquiète les partis traditionnels en bouleversant de vieux équilibres. Nous avons pu nous entretenir avec David Pestieau, vice-président du parti ». Nous reprenons des extraits de cette interview. 

Cela ne fait pas les titres des journaux mais, chaque année, des dizaines de délégués syndicaux sont licenciés. Des travailleurs qui sont élus par leurs collègues au conseil d’entreprise ou au comité pour la prévention et la protection au travail. Jan Buelens, avocat à Progress Lawyers Network, explique la situation.