Marco Van Hees, député PTB : « Il faut sortir d'un système de privilèges, donc d'un système de monarchie »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Perd pas ton temps à ça. Ils sont symboliques depuis longtemps. Mais vu que cette une longue histoire la monarchie avec leur relationS nous rapport QdM des marchés qui rapportent Donc on les rémunère en fonction de se qu'ils font gagnés au peuple. OK....Luc de Huy
Cher PTB, Je ne vous comprends plus. Je suis outrée par votre soutien à ce serment de la NVA d’abolir la royauté dans notre pays. Le Roi est le seul lien unificateur et réunificateur dans ce pays. Pourquoi parler d’Albert, qui en a choqué plus d’un, pour avoir revendiqué le droit de toucher autant que lorsqu’il assurait son rôle de roi ? Comment peut-on se focaliser sur les revenus du Roi Philippe, déjà raboté. Philippe, le mal aimé. Pourquoi ne vous focalisez vous pas sur les salaires indécents de ceux qui exercent la fonction de Ministre, Parlementaire et toute la clique de subalternes qui sont « travaillent » sous leurs protections et qui coûtent énormément à la société. Vous vous plaignez vous les gouvernants, mais c’est nous qui payons ! Et ce n’est pas le retrait de la royauté qui fera diminuer tout ce que l’on ponctionne sur les revenus du travailleur, du pensionné, la fin des exclus du chômage, le manque d’emploi et j’en passe. Ne voyez-vous rien non plus ? Etes-vous également aveuglé par le libéralisme et le séparatisme qu’exhorte le gouvernement actuel. Ne trouvez vous pas que notre pays vit déjà dans un certain chaos ? Nous vivons dans la dictature. Roi ou pas, tout est créé et continuera à être « créer » pour contrôler, emmurer au maximum notre vie, notre travail, nos loisirs et supprimer nos droits. Que le Roi assure son rôle diplomatique de Roi et soit rémunéré à l’avenant des tâches qu’il preste, nous le comprenons parfaitement. Mais commencez par revoir le salaire de tous ceux qui revendiquent la fin de la royauté. Vous ordonnancez notre pays et son peuple comme d’un jeu d’échec. Les citoyens ne sont déjà plus que des pions aux yeux de ce gouvernement. Et pour le Roi, quel rôle allez-vous laisser à l’opposition le droit de lui octroyer ?
Je suis contre les pouvoirs de la monarchie et contre leurs familles qui touchent une dotation CPAS DE LUXE. Mais ou trouvons l'argent pour les payer et je voudrais savoir si on fait une enquête comme pour un ménage en Belgique.
La monarchie et la dote royale sont des faux problèmes. C'est l'oligarchie régnante sans complexe et aux yeux de tous qu'il faut exterminer. Mais comment? N'avons nous pas trop attendu pour réagir? Je crains que même l'opposition fait partie de ce petit monde...

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo

Ce qui a débuté par l’annulation de six vols en Italie et en Espagne a abouti à la suppression, fin octobre, de 40 à 50 vols par jour. Des vacances bien méritées s’envolent donc en fumée pour de nombreuses personnes. Mais le personnel lui aussi subit la politique de Ryanair.

Face aux menaces de privatisations, aux coupes budgétaires, au détricotage du statut et des pensions, les travailleurs des services publics se mobilisent. Ils étaient des centaines devant le Parlement wallon et le Parlement flamand. Une première étape dans la résistance sociale avant la grève nationale du 10 octobre.

A quelques jours d’une grève, une victoire en justice de syndicalistes a une résonance particulière. Après l’interdiction des piquets, le syndicat n’a pas baissé les bras et a attaqué Infrabel en justice. 

Les images sont fortes. Au matin du 20 septembre, 14 hauts fonctionnaires de l'administration catalane ont été arrêtés par la Garde civile espagnole. L'objectif du gouvernement espagnol est d'éviter l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, programmé pour le 1 octobre.

Une délégation soudanaise est invitée par le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) pour venir identifier et ramener les réfugiés soudanais arrêtés dans le parc Maximilien et aux alentours de la gare du Nord à Bruxelles. Après les rafles policières des dernières semaines, la politique de #nettoyage de Francken prend une dimension supplémentaire.

Les négociations pour une nouvelle convention collective de travail (CCT) à Oleon ont échoué après le « non » de la direction aux propositions des travailleurs et de leurs syndicats. Les délégués des trois syndicats ont informé leur base et les travailleurs ont arrêté le travail. Ce 19 septembre au matin, le PTB s’est rendu aux portes de l’entreprise afin de témoigner son soutien.