Mon bus, ma bataille

Le PTB Anvers a protesté contre la généralisation de l’horaire d’été sur les lignes de tram. (Photo Solidaire, Paul Lever)
Le PTB Anvers a protesté contre la généralisation de l’horaire d’été sur les lignes de tram. (Photo Solidaire, Paul Lever)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Quelle naïveté de croire à une victoire sur le TEC-Namur ! Le quartier en question était desservi du lundi au samedi à la fréquence de 30 minutes et le dimanche à la fréquence de 60 minutes. La nouvelle ligne 54 comporte du lundi au vendredi six parcours dans chaque sens uniquement en heure semi-creuse, le samedi trois parcours dans chaque sens uniquement le matin et RIEN le dimanche. Dans quelques mois (deux ans au grand maximum), le TEC publiera des statistiques de fréquentation pour justifier la suppression de la ligne : c'est une technique éprouvée de cette société de pondre des horaires calamiteux ne satisfaisant pas grand monde pour pouvoir supprimer plus tard, et cela en donnant hypocritement l'impression d'avoir fait des efforts pour tenir compte des usagers. Pendant ce temps, ils peaufinent déjà leurs attaques contre d'autres quartiers (Jambes et Flawinne) : en septembre, ce sera au tour des lignes 8 et 9 de passer à la casserole. On se prend parfois à souhaiter la privatisation des transports en commun wallons, dont les dirigeants sont des autocrates, encartés des partis traditionnels, s'abritant derrière la "responsabilité" de conseils d'administration fantoches composés de politiciens des mêmes partis qui viennent approuver n'importe quoi juste pour percevoir leurs jetons de présence.

Alors que le CEO du constructeur de bus Van Hool envoie des signaux contradictoires dans la presse, le PTB a analysé la situation, qui a de quoi inquiéter. L’emploi pourrait bien diminuer drastiquement dans l’entreprise. C’est pourquoi le parti de gauche informe les travailleurs, avec un plan alternatif.

Les 23 avril et 7 mai prochains, les Français éliront en deux tours leur nouveau Président. Une élection présidentielle marquée par la menace de l’extrême droite. Mais qui donc reflète le mieux les aspirations des travailleurs français, seul moyen de battre le Front national ?

Cela fait plus de dix ans que des groupes citoyens luttent pour une ville respirable et une meilleure mobilité autour d’Anvers. Aujourd’hui, c’est leur vision du ring d’Anvers qui a été acceptée dans un nouveau compromis.

Le couvent des Carmes, à Gand, accueille pour la deuxième fois en un an une exposition privée du magnat du port d’Anvers Fernand Huts, grand apôtre de la cupidité et de l’élitisme. La section culturelle de l’ACOD (CGSP néerlandophone) et le centre artistique Croxhapox ont organisé la riposte.

L’International Women’s Strike (Grève internationale des femmes) s’est traduite par plus de 600 manifestations, suite à l’élection de Donald Trump. L’initiative s’est muée en une vague mondiale de protestation. Ici aussi, une grève des femmes a eu lieu ce 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Explications de Sarah Scheepers, co-organisatrice de la grève.  

Dans le monde entier, le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, les organisations féministes ont appelé à la « Grève internationale des femmes » pour défendre les droits des femmes. En Belgique également, des centaines de femmes ont mené des actions.

Le chanteur, qui fut contraint à l’exil sous la dictature de Pinochet, est mort, le 11 mars dernier, à Paris, à l’âge de 73 ans, des suites d’un cancer.

Alors que l’Union européenne fête ce week-end les 60 ans du Traité de Rome, plus de 1 000 manifestants se sont rassemblés ce 24 mars à l’appel de la FGTB devant le Parlement européen à Bruxelles pour réclamer des mesures efficaces contre le dumping social.

Voici un aperçu du contenu du numéro d'avril. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Ce 21 mars, infirmier.ère.s, aides-soignant.e.s, travailleurs sociaux et d’autres du secteur non-marchand descendaient dans la rue pour de meilleures conditions de travail et contre les économies dans leur secteur. Mais les Belges ne sont pas seuls. Dans d’autres pays européens aussi, les soins de santé sont sous pression, au détriment du personnel et des patients. Et la résistance y est également active.