Naissons-nous racistes ?

Ramzi Mohammad Kaddouri © Facebook
Ramzi Mohammad Kaddouri © Facebook
Thema's
Racisme

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

On a beaucoup dénoncé l'avalanche de commentaires racistes. C'est légitime. Mais on oublie presque systématiquement de dénoncer en même temps le caractère odieux et raciste de la question "Est-ce cela le Flamand type d'aujourd'hui?" qui fait suite à beaucoup d'autres déclarations du même type (les Flamands sont travailleurs et les Wallons paresseux...). Le crime raciste vient des politiques, du traitement médiatique de l'actualité et du manque d'éducation.
Il aurait fallu être beaucoup plus fermes et circonspects. Comment n'a-t-on pas réussi à interdire l'accès aux gouvernements et à la sphère politique à ces personnes qui prêchent le rejet et la haine, d'une manière aussi virulente et avouée ? Je me le demande aussi et je suis très choquée et en colère de ce à quoi nous devons assister. Que les parents de Ramzi puissent faire leur deuil en paix. C'est déjà tellement douloureux la perte d'un enfant. On est nombreux à s'interroger face aux attaques non dissimulées et à l'hypocrisie de ce gouvernement. Ne lâchons rien, il en va de notre sécurité à tous et de celle de nos enfants. Tous unis contre la haine ou bien, c'est le mal qui détruira les fondements de notre société !
Je me permets de vous donner mon avis , sommes nous racistes vis à vis de Boualem Sansal, frère Rachid, Salem Ben Ammar , Hamed Abd el Samad , etc etc etc...non n'est ce pas? donc ce n'est pas une question de race , mais plutôt une question de civilisation et de religions...je m'explique ,ce n'est pas la couleur de peau où l'origine géographique d' une personne où d'un groupe de personne qui posent problèmes ,mais bien leurs comportements et valeurs ,ce qu'ils importent avec eux , et veulent imposer dans le pays d'accueil . Où est le degré de tolérance par exemple quand une religion au nom de la liberté religieuse ,dans nos démocratie ,veut imposer le voile ,l'égorgement en pleine conscience des animaux, l’excision, le mariage avec de très jeunes filles , dans des pays civilisés qui se sont battus depuis très longtemps pour abolir ce genre de barbarie et sexisme ...cela ne s'appelle pas du racisme ,mais une confrontation de civilisation . Devons nous accepter de régresser dans nos pays ? Non n'est ce pas , la liberté religieuse à des limites , et pour ma part je trouve que nous les avons bien franchies les limites ...
Si on regarde en arrière, disons depuis l'ère chrétienne histoire de baliser un peu (tant pis pour le double sens) : de tous les sentiments humains, c'est probablement la haine qui est la plus "bankable". Depuis toujours le Pouvoir exècre et redoute l'empathie, il faut à tout prix éviter de la susciter sinon la combattre : comment motiver des troupes pour la boucherie si vos fantassins éprouvaient la moindre pitié envers leurs congénères du camp opposé ? La seule manière de galvaniser efficacement les belligérants c'est encore et toujours de dévaloriser les autres, qui sont forcément nos adversaires, moins humains et plus barbares que nous, fourbes et animés de mauvaises intentions tandis que les nôtres sont évidemment pures ; d'ailleurs, on ne part jamais au combat sans la bénédiction divine, c'est bien la preuve ! Le Pouvoir a toujours (eu) besoin d'un (ou plusieurs) ennemi(s), qu'il soit réel, supposé ou simplement créé de toutes pièces peu importe. De ce fait, l'année 1989 fut une tragédie pour les grands armuriers occidentaux avec la chute du Mur qui précipita la fin de l'union soviétique et de facto la Guerre froide. Quand il n'y a plus d'ennemis disponibles il suffit d'en désigner arbitrairement pour attiser la vindicte populaire, quoi de plus facile ; qu'ils soient de l'intérieur (chômeurs, allocataires sociaux, étrangers, gens de couleur, musulmans etc. que dire de ceux qui cumulent), de l'extérieur (tous les autres, c'est bien simple) ou les deux en même temps pour faire bonne mesure... Pousser les gens à s'aimer, les éduquer à s'apprécier ou à tout le moins se respecter mutuellement suivant l'adage : "ne pas faire aux autres ce qu'on ne voudrait pas qu'ils nous fassent" quelle aberration, il ne pourrait en résulter qu'une catastrophe économique de grande ampleur qui déstabiliserait profondément le système en place, ah non alors ! "Détestez-vous les uns les autres", même si ce n'est pas tout à fait biblique c'est essentiel pour la Compétitivité et donc salutaire pour la Croissance (c.à.d. la prospérité du plus petit nombre). D'où qu'il soit, le bon peuple doit absolument ignorer que son véritable ennemi juré/craché est justement celui qu'il a élu "démocratiquement" pour le diriger, en continuant à penser que celui-ci le représente loyalement et agit de son mieux dans l'intérêt général ; l'idée selon laquelle les gentils dirigeants n'hésitent jamais à sacrifier leurs populations pour l'esclavage économique ou les conquêtes sanguinaires ne peut en aucun cas effleurer les bonnes gens, ça tombe sur le sens, ils risqueraient de se soulever. Existe-t-il pour le Pouvoir un pire concept que la Paix et tout ce qui va avec, du genre non-violence, solidarité fraternité entraide enfin respect de l'altérité, ah l'altérité c'est visiblement tout ce que le Pouvoir abomine...

Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis.

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Le gouvernement Michel entend s’« impliquer » en Afrique centrale. Pourtant, il y a tout juste 20 ans, un des précieux alliés du monde occidental, le dictateur congolais Joseph Mobutu, était renversé. Retour sur « l’implication » de la Belgique au Congo après le 30 juin 1960, aux côtés d’une dictature qui a si longtemps servi certains intérêts belges. 

Le député fédéral PTB Marco Van Hees dénonce le projet de service minimum du ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) : « Le service minimum pour les usagers, c’est déjà 365 jours par an. En quoi ce projet va améliorer le quotidien des usagers, qui est la priorité ? Avec son projet, le gouvernement veut casser la force du collectif des travailleurs. »