Nouveau chapitre dans la lutte grecque contre les économies européennes

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Le diktat européen, parlons-en : quand va-t-on ENFIN lire et entendre remettre en question les SALAIRES et tous les avantages fiscaux et autres des fonctionnaires européens ? Et quand je dis tous les fonctionnaires, cela inclut les "simples" commis de bureau également. Quand ?? Quand ceux qui écrivent la marche du monde économique et imposent toutes ces restrictions qui ne les concernent pas, dans le fond, ceux qui rendent - aujourd'hui - les Grecs exsangues, quand va-t-on contraindre "Bruxelles" à revoir son "système" de fonctionnement et donc à mettre à niveau les salaires des fonctionnaires européens et ceux des nationaux ? J'accuse l'EUROPE qui nous malmène et se joue des hommes et des femmes qui la constituent d'être - notamment - responsable de la hausse inconsidérée des loyers à Bruxelles, des loyers et de bien d'autres "biens" de consommation. Ils sont nombreux chez nous les "nantis salariaux" qui n'ont aucun souci pécuniaire, que ce soit pour payer un loyer inacceptable et avoir un train de vie qui crée de plus en plus une fracture sociale entre eux et la classe dite "moyenne". Qu'on rêve un instant le scénario que je réclame - FINI les salaires différents des nôtres pour les fonctionnaires européens - et on verra très vite s'écrouler des ambitions et des ambitieux ! Tous ceux qui rêvent "d'entrer à l'Europe" rien que pour le salaire qui fait saliver et qui sont parfois aussi médiocres employés que partout ailleurs, et qui, de toute façon, ne font absolument rien de plus ou de mieux comme travail que celui ou celle qui gagne son petit salaire mensuel dans la vie que j'appelle réelle. Je pose donc à nouveau la question : Pour QUAND cette question des salaires sur le tapis ? Et plus généralement encore : pour quand la question de L'ÉQUILIBRE des salaires dans toutes les sociétés ?
Johan Sommers condescend à citer le PAME. C'est bien. Mais il lui accorde une place secondaire dans la mobilisation ce qui n'est pas correct puisque le PAME est à l'avant-garde dans la lutte contre les mesures du gouvernement Tsipras. De plus il qualifie le PAME de "front syndical progressiste". S'il veut dire que le PAME est progressiste par rapport à la fédération syndicale compromise GSEE-ADEDY, je n'ai rien à y redire. Cependant le PAME est plus que "progressiste" : c'est un front syndical militant, de combat, de lutte de classe. Il est affilié à la Fédération Syndicale Mondiale et proche du KKE, le parti Communiste de Grèce. Voici comment ce dernier commente les grèves et manifestations du 04/02/2016 : "La plus grande mobilisation à la grève de ces dernières années a eu lieu le 04/02/2016. Des milliers de personnes, des travailleurs, des agriculteurs, des travailleurs indépendants, des étudiants et des élèves ont afflué dans les rues de toutes les grandes villes du pays, ayant comme revendication centrale le retrait du projet de loi du gouvernement SYRIZA-ANEL concernant le système de Sécurité sociale. Cette loi est considérée comme une « loi-guillotine », car elle réduit les pensions, augmente les cotisations de Sécurité sociale des travailleurs, réduit les dépenses de l'État liées au système public de Santé et de bien-être et augmente l'âge de la retraite. Les manifestations de grève du Front militant de tous les travailleurs (PAME), ainsi que des forces de l'alliance sociale populaire, ont été les plus massives dans tout le pays. Les autres forces de cette alliance sont le «Rassemblement militant de tous les agriculteurs » (PASY), le « Rassemblement national antimonopoliste des travailleurs indépendants et des petits commerçants » (PASEVE), les forces du « Front militant des étudiants » (MAS), la « Fédération des femmes de Grèce » (OGE). Les agriculteurs avec leurs tracteurs ont pris part aux mobilisations à la grève des travailleurs dans de nombreuses villes grecques, symbolisant la lutte commune de la classe ouvrière avec les petits et moyens agriculteurs. Des milliers de travailleurs dans tout le pays ont défendu la grève tôt le matin, devant les usines, les magasins, les services, les ports, etc., contre le mécanisme des employeurs pour briser la grève. La production et les services ont été paralysés dans l'ensemble du pays. La manifestation du PAME à Athènes était énorme. Elle est passée devant le Parlement, et lorsque sa tête a atteint les colonnes du temple de Zeus Olympien, sa queue était encore à place Omonia, remplissant toutes les routes centrales sur une distance de plus de 3 km. C’était une mobilisation populaire de masse, qui selon toutes les estimations était au moins quatre fois la taille de l'autre manifestation organisée par les directions compromises de la fédération GSEE-ADEDY avec des groupes sociaux-démocrates et gauchistes, et des groupes dits «antiautoritaires», qui à la fin se sont engagés dans des incidents à petite échelle avec la police."
Avec la Grèce, et peut-être bientôt l'Espagne, la politique européenne s'est embourbée dans ses propres contradictions. Elle agit comme un bateau ivre, ne sait plus elle-même ce qu'elle doit faire. Alors, elle s'accroche désespérément et stupidement à ses dogmes, pour se rassurer; ses dirigeants souffrent d'une grave crise schizophrénique. J'espère seulement que cela les fera mourir politiquement, et que les mouvements de gauche ne se décourageront pas. Il faudra malheureusement en passer par une lutte internationale, pour rétablir, partout dans le monde, une société enfin humaine et solidaire.

À la fin de cette année, la SNCB appliquera une nouvelle grille horaire. Les navetteurs et riverains de la gare de Gentbrugge, dans la périphérie de Gand, l’attendent de pied ferme. En effet, en 2014, la SNCB avait supprimé la plupart des trains dans leur petite gare. Mais, après plus de deux années d’actions constantes, ils ont réussi à obtenir que les trains s’arrêtent à nouveau chez eux.

Captain SKA cartonne actuellement dans les hit-parades britanniques avec sa chanson contre la Première ministre Theresa May. Le succès de Liar Liar GE2017 leur a valu d’être invités dans nombre de festivals d’été, mais le groupe préfère jouer dans les festivals dont ils se sentent proches. Et ManiFiesta en fait assurément partie.

C’était le 31 mai 2017, à l’entrée de la VRT à Bruxelles. Plutôt qu’une caisse de vin ou un pot d’adieu, un piquet était le cadeau de remerciement de l’équipe de la CGSP à son président, Luk Vandenhoeck. Retour sur 45 ans d’engagement syndical et politique.

Le 7 juillet 2017, 122 pays ont signé un traité interdisant les armes nucléaires. Il ne s’agit pas d’un simple morceau de papier symbolique, mais d’un traité contraignant, que l’on peut vraiment qualifier d’historique. La Belgique n’est absolument pas au rendez-vous, bien au contraire.

Des études scientifiques prouvent que, si l’humanité continue à rejeter du dioxyde de carbone à ce rythme, la température sur terre va continuer à grimper. De ce fait, le niveau de la mer va lui aussi monter, nous aurons de plus en plus de tempêtes et de périodes de sécheresse qui se traduiront par des pénuries alimentaires catastrophiques, etc. Malgré cette unanimité scientifique, Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris. Pour quels dangers ?

« Travailler moins, aimer plus » : c’est sous ce titre que le Conseil des femmes a organisé une journée d’étude ce 2 juin à Bruxelles. Un des invités était Patrick Helgerson, conseiller communal du parti de gauche Vänsterpartiet à Göteborg, en Suède. Son parti a été, avec d’autres, à la base de l’expérience de la semaine de 30 heures dans une maison de repos et de soins de cette ville.

En 1917, il y a cent ans, deux révolutions se succèdent en Russie : une en février, l’autre en octobre. La première mène à l’abdication du tsar, monarque absolu, à la séparation de l’Église et de l’État et au suffrage universel. La deuxième, portée par le peuple au son du slogan « du pain, la paix et la terre », conduit à la prise de pouvoir par les communistes (qu’on appelle les bolcheviks). Elle est portée par la volonté de renverser l’ordre établi, capitaliste – et en Russie encore largement féodal, incapable de sortir la population de la misère et de la guerre –, et par le but de construire une autre société. C’est le début d’une première tentative dans le monde de construire le socialisme, faite de réalisations mais aussi de sérieuses erreurs, qui va marquer l’histoire du 20e siècle. Dans quel contexte a pris place cette révolution ? Est-elle un phénomène russe ou international ? Comment s’est-elle déroulée ? Quelle a été son influence chez nous et dans le reste du monde ? Survol de ce processus qui fit trembler le monde sur ses fondations.

En 1947, trois jeunes artistes belges, Louis Deltour, Edmond Dubrunfaut et Roger Somville, décident d’unir leurs forces pour créer un collectif d’art engagé baptisé Forces murales. ManiFiesta a choisi de leur rendre hommage lors de son édition de 2017 en exposant leurs œuvres qui évoquent la résistance, la révolution et la lutte des classes. Solidaire a rencontré quatre des enfants des artistes, très enthousiastes à l’idée de cette exposition.

« Le féminisme est de retour sans s’être jamais absenté » : c’est la traduction du titre du dernier ouvrage de la féministe et auteure néerlandaise Anja Meulenbelt qui défend un féminisme qui rassemble, qui voit les choses en couleur et joue franc-jeu.

C’est l’histoire de ces 8 personnes qui possèdent ensemble autant de richesse que la moitié de l’humanité, c'est-à-dire 3,5 milliards d’habitants de la planète. Ces 8 personnes ont quelques bons amis, qui se sont retrouvés le week-end dernier à Hambourg. Vingt chefs d’État qui ont discuté pendant deux jours de la meilleure façon de garantir à leurs huit amis, et aussi à eux-mêmes, de devenir encore plus riches. Bienvenue au G20.