Pacte pour un enseignement d’Excellence ou pétard mouillé ?

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Pas un mot sur L'ESAHR( enseignement secondaire artistique à horaire réduit -réduit pour les élèves pas pour les enseignants que du contraire ) et ses enseignants !!! Ceci dit le pacte d'excellence n'en parle presque pas non plus ;ce qui est dommage c'est que c'était l'occasion d'introduire au sein de l'enseignement obligatoire des enseignants vraiment compétents en matière artistique ( beaux-art théâtre et musique) et culturelle et ainsi décharger les instituteurs et enseignants du secondaire d'une partie de leur charge et de donner un emploi aux beaucoup trop nombreuses personnes douées motivées sortant des Conservatoires et écoles supérieures artistiques qui se retrouvent sans aucune perspective d'emploi non précaire. En matière artistique et culturelle ce pacte parle de vague passerelle entre le monde culturel et l'école mais de un ce n'est pas suffisant de deux quel mépris envers les personnes formées et compétentes sans emploi diplômées des écoles supérieures artistiques et de trois si c'est pour engager par exemple les jeunesses musicales qui font certes très bien leur travail , il faut savoir que les rémunérations des artistes/animateurs sont des injures à la notion même de salaire . Êtes vous au courant que pour enseigner en académie de musique (ESARH) il faut désormais obtenir un Master à spécialité didactique( barème 501) mais que le travail est rémunéré au barème 301 mais pour 24 périodes au lieu de 22 et ce en cours du soir et très souvent dans plusieurs écoles parfois souvent éloignées de plus de 100 km . Si je prends mon exemple j'enseigne le chant lyrique le chant d'ensemble le chant variété la flûte traversière à Arlon,Malmedy,Remouchamps,Tilff et j'habite à Grivegnee .... donc impossible d'y aller en transport en commun encore moins d'en revenir mais pendant ce temps un ou une pauvre instituteur /trices de grivegnee passe parfois plus de temps à faire un simulacre d'acte artistique en faisant un karaoke , un pseudo spectacle de théâtre le tout un samedi à une fancy fair entre le stand saucisse et la pêche au canard .... à la place de se consacrer aux matières pour lesquelles il/elle est formée ... après faudra pas s'étonner si la société confond culture et divertissement. On trouve normal qu'un professeur de gymnastique en primaire soit diplômé de l'éducation physique en supérieur pourquoi n'est ce pas la même chose pour la culture .
Vous omettez le principal. C'est l'idéologie même du projet éducatif qui doit être revu même si le consensus néolibéral est très large (de l'UE aux parents). Le rôle de l'enseignement ne doit pas être celui de faire des êtres productifs de capital mais d'en faire des citoyens, c'est à dire capable de s''informer et d'être critique. C'est aux entreprises à former leur personnel pour qu'il puisse accomplir les tâches pour lesquels il est engagé.
Professeur de latin et de sensibilité progressiste, je suis navré de lire le cliché "le latin dans un collège huppé". Vous apprendrez que des professeurs de latin donnent cours également dans des établissements technique et professionnel. De plus, la sélection peut se faire de plein de manières autres que le latin. Maths fortes ou sciences faibles, vous connaissez?
Allez y! Devenez excellents! Parlez le latin européen, Pensez à l'avenir, c'est 85% de la littérature de l'Europe. Vive l'excellence! Schola Nova

Alors que le CEO du constructeur de bus Van Hool envoie des signaux contradictoires dans la presse, le PTB a analysé la situation, qui a de quoi inquiéter. L’emploi pourrait bien diminuer drastiquement dans l’entreprise. C’est pourquoi le parti de gauche informe les travailleurs, avec un plan alternatif.

Les 23 avril et 7 mai prochains, les Français éliront en deux tours leur nouveau Président. Une élection présidentielle marquée par la menace de l’extrême droite. Mais qui donc reflète le mieux les aspirations des travailleurs français, seul moyen de battre le Front national ?

Cela fait plus de dix ans que des groupes citoyens luttent pour une ville respirable et une meilleure mobilité autour d’Anvers. Aujourd’hui, c’est leur vision du ring d’Anvers qui a été acceptée dans un nouveau compromis.

Le couvent des Carmes, à Gand, accueille pour la deuxième fois en un an une exposition privée du magnat du port d’Anvers Fernand Huts, grand apôtre de la cupidité et de l’élitisme. La section culturelle de l’ACOD (CGSP néerlandophone) et le centre artistique Croxhapox ont organisé la riposte.

L’International Women’s Strike (Grève internationale des femmes) s’est traduite par plus de 600 manifestations, suite à l’élection de Donald Trump. L’initiative s’est muée en une vague mondiale de protestation. Ici aussi, une grève des femmes a eu lieu ce 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Explications de Sarah Scheepers, co-organisatrice de la grève.  

Dans le monde entier, le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, les organisations féministes ont appelé à la « Grève internationale des femmes » pour défendre les droits des femmes. En Belgique également, des centaines de femmes ont mené des actions.

Le chanteur, qui fut contraint à l’exil sous la dictature de Pinochet, est mort, le 11 mars dernier, à Paris, à l’âge de 73 ans, des suites d’un cancer.

Alors que l’Union européenne fête ce week-end les 60 ans du Traité de Rome, plus de 1 000 manifestants se sont rassemblés ce 24 mars à l’appel de la FGTB devant le Parlement européen à Bruxelles pour réclamer des mesures efficaces contre le dumping social.

Voici un aperçu du contenu du numéro d'avril. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Ce 21 mars, infirmier.ère.s, aides-soignant.e.s, travailleurs sociaux et d’autres du secteur non-marchand descendaient dans la rue pour de meilleures conditions de travail et contre les économies dans leur secteur. Mais les Belges ne sont pas seuls. Dans d’autres pays européens aussi, les soins de santé sont sous pression, au détriment du personnel et des patients. Et la résistance y est également active.