Percée de Mélenchon : la crainte des marchés face à l’espoir du peuple

Le 18 mars dernier, à l'initiative de Jean-Luc Mélenchon, avait lieu la Marche pour la 6e République à Paris. (Photo Geoffrey Froment / Flickr)
Le 18 mars dernier, à l'initiative de Jean-Luc Mélenchon, avait lieu la Marche pour la 6e République à Paris. (Photo Geoffrey Froment / Flickr)
Thema's
Elections

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Je suis avec grande attention les débats et les sondages. Je suis curieux de savoir qui va être élu. Les sondages donnent des tendances, mais entre les intentions de votes et la réalité c'est parfois tout autre chose. Je suis très attentif au résultat final qui pourra peut-être influencer les électeurs belges lors des prochaines élections.
MÉLANCHON PRÉSIDENT ! Un rêve qui se profile comme une réalité. Alors, soyons solidaires et rêvons tous ensemble ! Car, ensemble, on est plus fort; c'est bien connu.
L’establishment menace et s'est normal. Lorsque le profit à tout prix est menacé, cela inquiète, cela fait peur à cette classe de nantit. Ils ne veulent pas une part du gâteau, ils veulent tout. Le partage, ils ne connaissent pas alors ils parlent de populisme sans très bien savoir de quoi ils parlent. Dans certaines interviews on entend que la gauche est dangereuse, la société va revenir à l'époque de l' URSS, cela me fait beaucoup rire. L'establishment à peur et a raison car les richesses doivent revenir à ceux qui les produisent, c'est-à-dire, aux travailleurs et non à ceux qui ne cherchent que le profit au détriment de tous. On nous parle aussi souvent de Cuba, le régime de Castro, mais qu'en est-il ? LE PTB FAIT PEUR......EST DANGEREUX ......AH BON !!! Oui,oui, le PTB est associé à la révolution Cubaine et Castro, le communisme, l'ex URSS, le marxisme et que sais-je encore.... Un peu d'histoire ne fera pas de tort et pourra éclairer les politiques qui tiennent des discours sans la moindre connaissances et donc, une fois de plus trompent l’opinion publique. Qui est Marx ? Karl Marx Philosophe, économiste et militant politique allemand 1818 - 1883 Né à Trêves dans une famille d'origine juive convertie au protestantisme, Karl Marx étudie le droit, l'histoire et la philosophie. Il débute par une activité de journaliste dans la "Gazette rhénane". Il se trouve au carrefour de la philosophie allemande (Hegel, Feuerbach), du socialisme utopique français (Saint-Simon, Fourier) et de l'économie politique britannique(Smith, Ricardo) Karl Marx développe une philosophie basée sur la lutte des classes (exploitants et exploités) qui est le moteur de l'histoire. Qui est Engels ? Friedrich Engels Philosophe et théoricien socialiste allemand 1820 - 1895 Fils d'une famille d'industriels allemands ayant fait fortune dans le textile, Friedrich Engels suit des études de philosophie à Berlin et se passionne pour les idées d'Hegel et de Feuerbach. C'est là qu'il fait la connaissance de Karl Marx. En 1842, Engels s'installe à Manchester, en Angleterre, pour travailler dans une société industrielle où son père a des intérêts. C'est là qu'il s'intéresse au sort des ouvriers et bâtit une philosophie matérialiste fondée sur les classes sociales et sur la prédominance de l'économie dans l'Histoire. En 1844, lors d'un voyage à Paris il retrouve Karl Marx et constate avec lui la similitude de leurs visions philosophiques. Les deux philosophes décident alors de collaborer. La révolution cubaine et Castro. Il faut savoir qu’avant la révolution à cuba, le pays était sous la dictature de Batista qui instaure un régime pro-américain. Son gouvernement est accepté internationalement, surtout par les États-Unis, mais sur l’île, il créer des tensions car Fulgencio vend pratiquement tout le pays aux grandes compagnies américaines. Le peuple cubain, de toutes les classes, s’appauvrit rapidement. C’est surtout cette exploitation des Cubains par les Américains qui a poussé Fidel Castro et ses troupes à vouloir renverser le gouvernement. Leurs slogan; cuba aux Cubains, résume bien la motivation qui les animes. C’est pour délivrer le pays de la dépendance envers les États-Unis, pour redonner aux cubains les ressources qui leur appartiennent et pour cesser cette exploitation. C’est donc ce qui à causer le rassemblement de plusieurs hommes, avec à leur tête, principalement, Fidel Castro, Raùl Castro et Ernesto Che Guevara, pour renverser la dictature Batista. Chacun se bat pour sa propre liberté et, du même coup, pour celle du peuple cubain. Ils ont compris une chose bien importante, c’est que le travaille d’équipe crée la victoire. En 1959, finalement, la guérilla gagne son combat lorsque Batista s’enfuit du pays. Fidel Castro, leader du soulèvement, prend le pouvoir et engage le pays dans une alliance avec l'Union soviétique d'où, un boycott commercial par les États-Unis depuis 1961. Est-ce que Marx et Engels étaient des hommes politiques ? Est-ce que Castro a eu tort de redonner Cuba aux Cubaines et aux Cubains ? Est-ce la faute du régime Castriste que les habitants ont été privés ou est-ce la faute du boycott commercial des États-Unis ? La réalité, c'est que le PTB suit une philosophie, le marxisme n'est pas une politique ni un parti. Les politiques doivent arrêter de faire l'amalgame entre des faits et/ou des personnes qui ne reflètent pas la réalité. OUI, le PTB fait peur au libéralisme/capitalisme. OUI le PTB fait peur aux riches. OUI, le PTB fait peur à l’establishment. OUI, le PTB fait peur aux cumulards. OUI, le PTB fait peur à ceux qui vivent sur une autre planète, à ceux qui sont complètement déconnectés de la réalité du quotidien. OUI, le PTB fait peur en grimpant de façon fulgurante dans les sondages. OUI, le PTB est l'unique porte de sortie des inégalités et des injustices. Les urnes porteront la pensée du peuple.
Melenchon ! De loin l'option qui propose non seulement un programme complet, chiffré, et pire, possible et réalisable, mais aussi une vision d'avenir, le seul dont l'espoir est la au bout et se reposant sur tous.... Il suffit de se mettre au travail, fini les oligarchies et autre puissant, la démocratie se réalise par tous... Ce n'est pas des propositions, c'est un ensemble de formules et manière de réussir la transition énergétique, numérique, et régler les problème agroalimentaire en replaçant le bio comme le normal de l'agriculture et le chimique l'artificielle... Melenchon une chance de transition, et elle effraie tous le système qui repose sur le capital, l'économie en oubliant l'humain...
Ayant un esprit fort critique, j'aime à 80% les idées de Mélenchon. Pour les 20% restants, sa position sur la Libye et récemment sur la Syrie ou il estime qu'il faut aider les Syriens à se débarrasser de Bachar el Assad m'interpelle. La Syrie est un pays souverain qui n'a pas besoin de son ingérence. Son appartenance à la Franc Maçonnerie me laisse assez indifférent J'aime bien Jacques Cheminade mais si peu médiatisé que l'issue est connue. Pour le reste, je trouve la banque Macron encore plus dangereuse que Le Pen.
La francophonie, c'est un fonds de commerce, bien exploité, ça peut faire entrer des recettes ! Surtout à l'heure où le système informatique entièrement alimenté par une évolution caractéristique de la langue anglaise a développé à travers le net et mis en place un nouvel et inédit langage universel. Quant au résultat final, bien malin qui peut le prédire. Quand on se retrouve dans l'isoloir on n'a plus besoin de plaire à personne ! Et encore quand on se déplace jusqu'au bureau de vote. Alors, tenir compte des enthousiasmes et des sympathies exclut des statistiques fiables quant aux abstentions. Si l'on voulait modifier le comportement des électeurs à ce propos, il faudrait amener les gens aux urnes un jour de semaine. Mais cela reviendrait encore bien plus cher.
Quand un Melenchon en Belgique ?????
Bonjour, Je suis Mélenchon depuis le début, je l'ai tellement écouté qu'en bon marxien je lui fais confiance. Vous mettez en exergue le problème de la francophonie. C'est un faux problème, pour moi c'est secondaire comme les religions cela disparaîtra comme c'est venu dixit K.Marx. Par contre vous ne parlez pas de l'idée qu'il a de remettre en place le cercle des non alignés en guise de troisième voix en matière de pouvoir mondial. Il m'a fallu très longtemps avant d'adhérer à notre parti. Ne me décevez pas
Magnifique attitude tout à fait digne d'une vrai gauche. Ce relais de l'action de la France Insoumise, je la perçois comme un gage d'ouverture véritable et de cohésion populaire intelligente et intelligible. Bravo. Et merci pour le peuple qui a besoin d'espoir dans la clarté. Dominique Bodart pour le groupe d'appui à la FI : fb >> France insoumise - Semois ardennaise / groupe WI-FI 300
Mélenchon est admis par le système parce même si son programme contient des avancées dans le domaine social, il ne remet pas fondamentalement en cause la création monétaire par les banques qui est LE point cardinal de la soumission des peuples; d'autre part, il reste flou et ambigu sur l'attitude à adopter vis-à-vis de l'Union Européenne. Sa position est que la France est opprimée par l'UE et qu'il faut négocier avec celle-ci pour aboutir à d'autres règles de fonctionnement que celles inclues dans les Traités de Maastricht et de Lisbonne et par là, croit-il, pouvoir imposer le point de vue français aux 26 autres pays de l'UE. Pour le coup, cette ambition manquerait de respect aux 26 partenaires, le même respect que lui réclame pour la France... cherchez l'erreur. De plus, Mélenchon sait très bien - mais ne le dit pas - qu'il est impossible d'obtenir quoi que ce soit de la négociation envisagée car pour modifier les règles de l'UE, qui ne se modifie qu'à l'unanimité, il faudrait obtenir une triple unanimité : celle des 27 délégations qui participeront à une éventuelle renégociation des Traités, l'unanimité des 27 gouvernements de l'UE et celle des peuples, par le biais de leurs parlements national et régionaux. Autrement dit, c'est mission impossible ! Et Mélenchon le sait très bien. Mélenchon ne veut pas effaroucher le système bancaire national et international qui nous gouverne dans la réalité, d'une façon totale, c’est un système de banksters qui n’a pas encore été assez étudié et analysé et dont les citoyens n’ont pas encore pris la mesure de l’empire qu’il exerce sur eux. D'où, l'insuffisance du programme de Mélenchon que les électeurs dans leur grande majorité ont perçue. Enfin, il faut prendre en compte le fait que Mélenchon appartient à la Franc-maçonnerie, organisation qui exerce une influence déterminante dans la vie politique française depuis bien avant la Révolution Française, qui est réellement un Etat dans l'Etat et qui ne poursuit pas exactement des objectifs qui conviennent à l'ensemble de la population française, c’est le moins que l’on puisse dire : mondialisme financier et capitaliste sans limite, suppression totale des frontières et oppression des peuples sous la férule d’une minorité « éclairée » … Mélenchon n'est donc pas un homme libre, cela s’est senti durant la campagne électorale. La confiance que les électeurs ont placée ne pouvait être que minée d’avance.
Contrairement à ce que dit l'article, Mélenchon ne fait pas peur aux banques. Il est admis par le système parce même si son programme contient des avancées intéressantes dans le domaine social, il ne remet pas fondamentalement en cause la création monétaire par les banques qui est LE point cardinal de la soumission des peuples; d'autre part, il reste flou et ambigu sur l'attitude à adopter vis-à-vis de l'Union Européenne. Sa position est que la France est opprimée par l'UE et qu'il faut négocier avec celle-ci pour aboutir à d'autres règles de fonctionnement que celles inclues dans les Traités de Maastricht et de Lisbonne et par là, croit-il, pouvoir imposer le point de vue français aux 26 autres pays de l'UE. Pour le coup, cette ambition manquerait de respect aux 26 partenaires, le même respect que lui réclame pour la France... cherchez l'erreur. De plus, Mélenchon sait très bien - mais ne le dit pas - qu'il est impossible d'obtenir quoi que ce soit de la négociation envisagée car pour modifier les règles de l'UE, qui ne se modifie qu'à l'unanimité, il faudrait obtenir une triple unanimité : celle des 27 délégations qui participeront à une éventuelle renégociation des Traités, l'unanimité des 27 gouvernements de l'UE et celle des peuples, par le biais de leurs parlements national et régionaux. Autrement dit, c'est mission impossible ! Et Mélenchon le sait très bien. Mélenchon ne veut pas effaroucher le système bancaire national et international qui nous gouverne dans la réalité, d'une façon totale, c’est un système de banksters qui n’a pas encore été assez étudié et analysé et dont les citoyens n’ont pas encore pris la mesure de l’empire qu’il exerce sur eux. D'où, l'insuffisance du programme de Mélenchon que les électeurs dans leur grande majorité ont perçue. Mélenchon n'est donc pas un homme libre, cela s’est senti durant la campagne électorale. La confiance que les électeurs ont placée ne pouvait être que minée d’avance, sauf chez les citoyens pas encore assez informés.

À la fin de cette année, la SNCB appliquera une nouvelle grille horaire. Les navetteurs et riverains de la gare de Gentbrugge, dans la périphérie de Gand, l’attendent de pied ferme. En effet, en 2014, la SNCB avait supprimé la plupart des trains dans leur petite gare. Mais, après plus de deux années d’actions constantes, ils ont réussi à obtenir que les trains s’arrêtent à nouveau chez eux.

Captain SKA cartonne actuellement dans les hit-parades britanniques avec sa chanson contre la Première ministre Theresa May. Le succès de Liar Liar GE2017 leur a valu d’être invités dans nombre de festivals d’été, mais le groupe préfère jouer dans les festivals dont ils se sentent proches. Et ManiFiesta en fait assurément partie.

C’était le 31 mai 2017, à l’entrée de la VRT à Bruxelles. Plutôt qu’une caisse de vin ou un pot d’adieu, un piquet était le cadeau de remerciement de l’équipe de la CGSP à son président, Luk Vandenhoeck. Retour sur 45 ans d’engagement syndical et politique.

Le 7 juillet 2017, 122 pays ont signé un traité interdisant les armes nucléaires. Il ne s’agit pas d’un simple morceau de papier symbolique, mais d’un traité contraignant, que l’on peut vraiment qualifier d’historique. La Belgique n’est absolument pas au rendez-vous, bien au contraire.

Des études scientifiques prouvent que, si l’humanité continue à rejeter du dioxyde de carbone à ce rythme, la température sur terre va continuer à grimper. De ce fait, le niveau de la mer va lui aussi monter, nous aurons de plus en plus de tempêtes et de périodes de sécheresse qui se traduiront par des pénuries alimentaires catastrophiques, etc. Malgré cette unanimité scientifique, Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris. Pour quels dangers ?

« Travailler moins, aimer plus » : c’est sous ce titre que le Conseil des femmes a organisé une journée d’étude ce 2 juin à Bruxelles. Un des invités était Patrick Helgerson, conseiller communal du parti de gauche Vänsterpartiet à Göteborg, en Suède. Son parti a été, avec d’autres, à la base de l’expérience de la semaine de 30 heures dans une maison de repos et de soins de cette ville.

En 1917, il y a cent ans, deux révolutions se succèdent en Russie : une en février, l’autre en octobre. La première mène à l’abdication du tsar, monarque absolu, à la séparation de l’Église et de l’État et au suffrage universel. La deuxième, portée par le peuple au son du slogan « du pain, la paix et la terre », conduit à la prise de pouvoir par les communistes (qu’on appelle les bolcheviks). Elle est portée par la volonté de renverser l’ordre établi, capitaliste – et en Russie encore largement féodal, incapable de sortir la population de la misère et de la guerre –, et par le but de construire une autre société. C’est le début d’une première tentative dans le monde de construire le socialisme, faite de réalisations mais aussi de sérieuses erreurs, qui va marquer l’histoire du 20e siècle. Dans quel contexte a pris place cette révolution ? Est-elle un phénomène russe ou international ? Comment s’est-elle déroulée ? Quelle a été son influence chez nous et dans le reste du monde ? Survol de ce processus qui fit trembler le monde sur ses fondations.

En 1947, trois jeunes artistes belges, Louis Deltour, Edmond Dubrunfaut et Roger Somville, décident d’unir leurs forces pour créer un collectif d’art engagé baptisé Forces murales. ManiFiesta a choisi de leur rendre hommage lors de son édition de 2017 en exposant leurs œuvres qui évoquent la résistance, la révolution et la lutte des classes. Solidaire a rencontré quatre des enfants des artistes, très enthousiastes à l’idée de cette exposition.

« Le féminisme est de retour sans s’être jamais absenté » : c’est la traduction du titre du dernier ouvrage de la féministe et auteure néerlandaise Anja Meulenbelt qui défend un féminisme qui rassemble, qui voit les choses en couleur et joue franc-jeu.

C’est l’histoire de ces 8 personnes qui possèdent ensemble autant de richesse que la moitié de l’humanité, c'est-à-dire 3,5 milliards d’habitants de la planète. Ces 8 personnes ont quelques bons amis, qui se sont retrouvés le week-end dernier à Hambourg. Vingt chefs d’État qui ont discuté pendant deux jours de la meilleure façon de garantir à leurs huit amis, et aussi à eux-mêmes, de devenir encore plus riches. Bienvenue au G20.