Pourquoi les gardiens de prison font grève et bousculent le gouvernement

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Investir dans les prisons n’est pas la solution. Il faut investir dans l’ensemble des appareils de l’Etat. Repenser la Justice est notamment une évidence. Est-il acceptable qu’une personne présumée innocente ,en raison de la lenteur de notre système judiciaire, croupisse plusieurs mois dans une cellule dans l’attente d’un procès? Le mot efficience revient systématiquement dans le plan « pourri » de M Geens. La prison, ce ne sont pas des chaînes de montage, des processus de production, ce sont des hommes et des femmes. Le rôle de la prison est d’exécuter certaines décisions des cours et tribunaux tout en essayant que celui qui sortira demain ne sera pas plus abimé qu’à l’entrée. Déshumaniser la Justice ne participera pas à l’avènement d’une Justice à dimension humaine. Une véritable réforme serait de repenser la Justice dans sa globalité. Nos gouvernants s’sacrifient sur l’autel de « l’austérité » la génération de demain sous couvert d’une sacrosainte « responsabilité » . Messieurs et Mesdames les Ministres, rappelez-vous de quelques mots d’un certain Hugo : « Celui qui ouvre une porte d’école, ferme une prison ». Il nous faut investir dans les sciences, les lettres et les arts car de l’ignorance surgit l’obscurantisme, c’est cela être responsable. C’est le système économique et politique qui fabrique de la pauvreté, elle-même génératrice de criminalité. Les plus grands criminels sont donc ceux qui imposent des restrictions budgétaires aveugles . Ces politiques ne prennent des mesures « fortes » et « nécessaires » que pour nourrir leurs médiocres ambitions. La paupérisation est la conséquence de la déviance politique. Elle est inexcusable et nous emmène sur le chemin de la dictature.
Et en plus il y a actuellement plus de 550 détenus dans une prison hollandaise à ( Tilburg ) ce qui coute bien plus cher que nos prisons nationales. Le personnel est Hollandais et est payé bien mieux que nous avec l'argent du contribuable belge. De plus depuis 2014 trois prisons ont été ouverte sans aucun engagement , au détriment des établissements d'où l'ont a muter les agents. tout ceux-ci est l'économie visible. il y a bien d'autres choses moins visible. Et pour finir par la blague du jour :" le ministre de la justice réclamer son chauffeur a corps et a cris a sa sortie de la réunion avec les délégués nationaux" malgré austérité imposé aux citoyens lui a un chauffeur bien a vous
La prison se doit d'aider à la réinsertions de femmes et d'hommes et pas pour les rendre pire qu'avant. Nous sommes en 2016 et honte à nos dirigeants qui n'ont aucunes consciences ni responsabilités sur ce qui se passe réellement.
Oh pour le moins visible allons y : Afin de pallier à la surpopulation carcérale a été mis en place le système de surveillance électronique. Système qui aurait pu, peut-être, fonctionner si l'on avait pas très vite rencontré une surpopulation grandissante à ce niveau là aussi. Le manque de bracelet faisant, les dossiers se sont accumulés. Si bien que beaucoup de dossiers arrivent presque en date de prescription et n'ont toujours aucune date de placement. (11.000 détenus et réelles en Belgique ? combien d'autres à l'extérieur qui ne devraient pas l'être ?) Le cabinet via ses collaborateurs demandent l'application de circulaire au sujet de la surveillance électronique, des règles sont à appliquer mais, dans certains cas, afin qu'on ne parle plus de surpopulation réelle carcérale, ils demandent d'aller contre leur propre décision ( n'en cherchez pas de trace, inutile de dire que tout ceci est tacite, ce sera tellement plus simple de rejeter la faute sur le petit ) et de remettre parfois pour la cinquième, sixième fois des personnes qui ne respectent pas les conditions liées à la surveillance surchargeant ainsi les maison de justice et le CNSE. Inutile de dire que ces allées et venues, outre celles d'ennuyer le monde carcérale, policier (car la Police est avertie de tout mouvement sortant dans ce sens), va à l'encontre même des prestations de serment de l'état ( "Je jure fidélité au Roi, aux lois du peuple Belge et à la constitution" ) et du droit aux victimes dans un certain sens. Elle remet également en doute le pouvoir judiciaire à tous les niveaux et se ridiculise auprès de l'intérieur (de la Police parce que, plus haut, ce sont des amis). Vous parlez de 500 détenus aux Pays-Bas, rajouté l'envoi des bracelets électroniques à l'étranger pour réparation/nettoyage car "en Belgique, il n'y a pas ça". C'est sûr que c'est plus simple que de créer de l'emploi et payer moins cher. La politique veut des économies, qu'elle commence avec ce genre de chose et surtout avec leur propre siège au lieu de venir "quémander" son peuple. Après tout, que le peuple Belge ne l'oublie pas, ce sont des gens comme tout le monde, fonctionnaire corrompu / pourri, avide de pouvoirs qui vous demande d'avoir des compétences pour la fonction que vous exercez mais qui, pour la plupart, n'ont pas du tout les diplômes requis à leur propre fonction/domaine.
Petit ajout : L'argent du contribuable qui est sensé faire tourner le pays et donc, en infime partie, être reversé sous forme d'enveloppe budgétaire à tous services fédéraux est dans certains cas détourné ou alloué qu'à un seul service pour un même bâtiment (faut combler les trous budgétaires des autres services privant les autres de matériel utile). Jusque là, rien d'anormal mais une question d'éthique me taraude, d'où vient l'argent placé sur les comptes téléphoniques des détenus en période de grève ? Cet argent est il récupéré ensuite (pour ce qu'il en reste) ? Leur remettons nous à leur libération parce qu'on a oublié que ? Sans compter les détenus difficiles qu'on calme à coup de 10-15€ téléphonique......................................................... Caisse sociale (qui a l'air immense) nous dira-t-on................ Il serait temps que la justice (la justice se juge elle même serait du beau et grand surréalisme belge) et les finances s'y mettent ;)
Dès le début, ce gouvernement dirige notre pays sous la tutelle de riches et de patrons. Beaucoup ont accusé les socialistes de "cultiver" la pauvreté. A présent, il est inéluctable de se rendre compte que les libéraux ne prône que par et pour la finance, il ne fait qu’attiser la révolte, la haine, le mépris, le désordre. Il "crache" sur les travailleurs, prennent des décisions asociales.qui pousse notre pays vers la pauvreté. Le chaos n'est plus très loin. Il est grand temps de parvenir à nous sortir de l'emprise de cette Europe destructrice où mensonges, tricheries, fraudes, malversations, hypocrisies... font légions dans sa gérance mais surtout détruit nos droits, détruit notre vie ! Reprendre la gouvernance de notre pays sans cette tutelle des riches ? Ce n'est pas la monnaie de l'euro qui nous l'empêche, certainement pas, mais ceux à qui cette gigantesque union leur permet de devenir, de rester millionnaire et leur donne un pouvoir infini !
Vous appelez ça une grêve qui bousculle le gouvernent??? dans ce pays la grêve est autoriser tant qu'elle ne gêne personne. 15J et rien ne bouge mais quand nos routiers bloques les routes en 3J , là ce pays se réveille et on cherche apprès une solution rapide. C'est connu, pour faire plier un gouvernement c'est de le mettre à genoux et tant que tout citoëns ne bougera pas, rien ne changera
Population carcérale en augmentation et nombre de gardiens en diminution.. Il faudrait lier le nombre de gardiens au nombre de détenus.. Même chose pour la justice, l'école etc... Mais il y a Bruxelles et la trajectoire budgétaire !! (belle excuse, beau paravent pour que le gouvernement puisse se cacher derrière!) Nous sommes dans une spirale à la Grecque.. De nombreux économistes pronent l'augmentation des dépenses d'infrastructure quite à augmenter la dette pour relancer l'économie, l'emploi, l'inflation aussi, peut-être (mais c'est ce que cherche à faire la BCE en diminuant les taux et via les QE non?). En tous les cas nous continuons à aller droit au mur en paupérisant la polulation au profit de quelques-uns. Il faut une fiscalité plus juste mais décidée au niveau de l'Europe, car au niveau d'un pays c'est suicidaire.. Les choses bougent avec le Luxleak, etc.. Mais pas assez vite.. Je paie 40% d'impots sur le revenu alors que de nombreuses entreprises paient 0% grace aux avantages fiscaux est-ce normal? Il y a de l'espoir et l'augmentation des intentions de vote pour le PTB est un signe certain de l'envie de changement des gens. Soyons optimistes..
Arrêter de faire croire que les matons ont trop de travail. Prenez un volontaire qui accepterait d'être incarcéré un mois dans les mêmes conditions que les détenus et vous verrez la réalité... Même si certains matons font leur boulot, 80 % sont surpayés au vu des efforts fournis.

À la fin de cette année, la SNCB appliquera une nouvelle grille horaire. Les navetteurs et riverains de la gare de Gentbrugge, dans la périphérie de Gand, l’attendent de pied ferme. En effet, en 2014, la SNCB avait supprimé la plupart des trains dans leur petite gare. Mais, après plus de deux années d’actions constantes, ils ont réussi à obtenir que les trains s’arrêtent à nouveau chez eux.

Captain SKA cartonne actuellement dans les hit-parades britanniques avec sa chanson contre la Première ministre Theresa May. Le succès de Liar Liar GE2017 leur a valu d’être invités dans nombre de festivals d’été, mais le groupe préfère jouer dans les festivals dont ils se sentent proches. Et ManiFiesta en fait assurément partie.

C’était le 31 mai 2017, à l’entrée de la VRT à Bruxelles. Plutôt qu’une caisse de vin ou un pot d’adieu, un piquet était le cadeau de remerciement de l’équipe de la CGSP à son président, Luk Vandenhoeck. Retour sur 45 ans d’engagement syndical et politique.

Le 7 juillet 2017, 122 pays ont signé un traité interdisant les armes nucléaires. Il ne s’agit pas d’un simple morceau de papier symbolique, mais d’un traité contraignant, que l’on peut vraiment qualifier d’historique. La Belgique n’est absolument pas au rendez-vous, bien au contraire.

Des études scientifiques prouvent que, si l’humanité continue à rejeter du dioxyde de carbone à ce rythme, la température sur terre va continuer à grimper. De ce fait, le niveau de la mer va lui aussi monter, nous aurons de plus en plus de tempêtes et de périodes de sécheresse qui se traduiront par des pénuries alimentaires catastrophiques, etc. Malgré cette unanimité scientifique, Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris. Pour quels dangers ?

« Travailler moins, aimer plus » : c’est sous ce titre que le Conseil des femmes a organisé une journée d’étude ce 2 juin à Bruxelles. Un des invités était Patrick Helgerson, conseiller communal du parti de gauche Vänsterpartiet à Göteborg, en Suède. Son parti a été, avec d’autres, à la base de l’expérience de la semaine de 30 heures dans une maison de repos et de soins de cette ville.

En 1917, il y a cent ans, deux révolutions se succèdent en Russie : une en février, l’autre en octobre. La première mène à l’abdication du tsar, monarque absolu, à la séparation de l’Église et de l’État et au suffrage universel. La deuxième, portée par le peuple au son du slogan « du pain, la paix et la terre », conduit à la prise de pouvoir par les communistes (qu’on appelle les bolcheviks). Elle est portée par la volonté de renverser l’ordre établi, capitaliste – et en Russie encore largement féodal, incapable de sortir la population de la misère et de la guerre –, et par le but de construire une autre société. C’est le début d’une première tentative dans le monde de construire le socialisme, faite de réalisations mais aussi de sérieuses erreurs, qui va marquer l’histoire du 20e siècle. Dans quel contexte a pris place cette révolution ? Est-elle un phénomène russe ou international ? Comment s’est-elle déroulée ? Quelle a été son influence chez nous et dans le reste du monde ? Survol de ce processus qui fit trembler le monde sur ses fondations.

En 1947, trois jeunes artistes belges, Louis Deltour, Edmond Dubrunfaut et Roger Somville, décident d’unir leurs forces pour créer un collectif d’art engagé baptisé Forces murales. ManiFiesta a choisi de leur rendre hommage lors de son édition de 2017 en exposant leurs œuvres qui évoquent la résistance, la révolution et la lutte des classes. Solidaire a rencontré quatre des enfants des artistes, très enthousiastes à l’idée de cette exposition.

« Le féminisme est de retour sans s’être jamais absenté » : c’est la traduction du titre du dernier ouvrage de la féministe et auteure néerlandaise Anja Meulenbelt qui défend un féminisme qui rassemble, qui voit les choses en couleur et joue franc-jeu.

C’est l’histoire de ces 8 personnes qui possèdent ensemble autant de richesse que la moitié de l’humanité, c'est-à-dire 3,5 milliards d’habitants de la planète. Ces 8 personnes ont quelques bons amis, qui se sont retrouvés le week-end dernier à Hambourg. Vingt chefs d’État qui ont discuté pendant deux jours de la meilleure façon de garantir à leurs huit amis, et aussi à eux-mêmes, de devenir encore plus riches. Bienvenue au G20.