« Prenez-vous-en à ce qui provoque la maladie, pas aux travailleurs malades »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Voici, une carte blanche que j ai rédigée et qui a été publiée dans le vif, il y a quelques mois: Se retrouver dans une salle commune, à l hôpital, au service d oncologie et rencontrer des patients à différents stades de la maladie . Une dame âgée, souriante, attend patiemment que sa perfusion se termine, somnolant de temps à autre. Un monsieur apeuré, désorienté, vient pour la première fois suivre une séance de chimiothérapie, se faire transfuser, écoutant attentivement l'infirmière lui expliquer le procédé, ainsi que l'énumération des effets secondaires. Il y aussi, cette dame habituée (si je peux dire), restant coquette avec son foulard camouflant la chute de cheveux, cette dame qui me fixe du regard et qui me trouble. Des allées et venues incessantes de patients attendant leur tour. La salle est comble... Finalement, je me dis que je ne dois pas me lamenter, rester forte, face à l'injustice de la vie. Mais j'en veux néanmoins à ceux qui ajoutent à cette situation une injustice sociale qui se marque à travers notre système de santé. Je me dis que les coupes dans les soins de santé imposés par ce gouvernement n'amélioreront certainement pas le quotidien de ceux qui sont touchés par la maladie et qui se battent pour en sortir. Est-ce bien au gouvernement de fixer le prix d'une vie. De quel droit ? Cela se traduit déjà par des traitements qui ne sont plus remboursés ou des examens étrangement espacés dans le temps, avec toutes les conséquences que cela peut engendrer lorsque des contrôles réguliers sont nécessaires. Des examens qui coûtent cher probablement. Mais est-ce bien au gouvernement de fixer le prix d'une vie. De quel droit ? Et que dire de cette nouvelle mesure du gouvernement qui s'attaque encore une fois aux plus faibles en voulant remettre les personnes en incapacité au travail après deux mois ; si le travailleur ne coopère pas, il se verra sanctionner financièrement. Nous sommes déjà face à un système de soins de santé à 2 vitesses. Nous savons tous qu'être malade coûte cher aux patients. Sauf apparemment ces quelques ministres qui gèrent de façon comptable ce qui devrait être cette solidarité sociale à laquelle nous avons tous droit. J'invite ce gouvernement, avec Maggie De Block en tête, à venir s'asseoir sur mon fauteuil, à regarder ce triste tableau et se rendre compte de la dure réalité ; celle que vivent ces patients essayant de garder le moral malgré tout. Dès lors, que l'on ne se trompe pas de cible. Ce n'est pas sanctionner les malades qu'il faut faire, ni faire des économies sur les soins de santé, mais au contraire les renforcer. Replacer l'humain au centre du système, plutôt que continuer à déshumaniser... A l'heure où le mot démocratie ne veut plus dire grand-chose, nos gouvernements feraient bien de revenir aux fondamentaux, en garantissant à tout le moins que chacun ait droit à un niveau de vie suffisant pour assurer son bien-être, sa santé, ainsi que le droit à la sécurité en cas d'invalidité ou de maladie !
On est déjà loin. L'idée circule et c'est déjà trop car pendant ce temps les textes sanctionnent. Des personnes renoncent à se faire soigner faute de moyens (dans un pays riche ou tout le monde cotise, chômeurs y compris). Quand on a de gros problèmes de santé et que l'on ne peut espérer se faire soigner, la maladie s'exprime d'une autre manière, la déprime, le découragement, le recours à se laisser aller. Bien d'autres choses encore. L'analyse de Dirk Van Duppen montre avec précision comment progressivement le volet "maladie" et respect de la personne est en train de passer subrepticement aux mains des entreprises. Pourrons-nous survivre à cela ? J'en doute. De la fin du XIXe siècle et jusqu'à l'acquisition du droit à la médecine pour tous, c'étaient les plus résistants qui survivaient et plus encore dans les classes pauvres. C'est-à-dire que dans un couple, sur 10 voire plus de naissances, deux ou trois enfants survivaient quand ce n'était pas la mère qui y laissait sa vie. Nous n'en sommes plus là et pourtant la politique du gouvernement va bel et bien dans le sens de renouer avec ces époques que nous croyions révolues grâce à un système de santé solidaire et pour tous. Il est honteux et morbide d'avancer pareilles idées : contraindre un malade à retourner au travail ! Les prestations de psychiatres progressistes gratuites pour assurer un suivi pertinent de la santé mentale de nos ministres serait une mesure pertinente qui devrait être reconnue d'utilité publique !

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, adressait une lettre à la Fédération sioniste dans laquelle il accordait le soutien de son gouvernement à la création d’un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est à l’origine de la colonisation de la Palestine, qui se poursuit aujourd’hui.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.

La crise entre les dirigeants espagnols et catalans ne s’apaise pas. Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, refuse tout dialogue et menace de prendre le contrôle direct sur la région. Les dirigeants européens soutiennent tacitement la répression. Le dirigeant catalan Puigdemont, de son côté, a organisé un référendum très discutable. Dans un jeu tactique, il a fait une déclaration d’indépendance, qu’il a de suite suspendue. Faut-il choisir entre l’autoritarisme de l’État espagnol et de l’Europe et l’indépendantisme ?

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo