« Prenez-vous-en à ce qui provoque la maladie, pas aux travailleurs malades »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Voici, une carte blanche que j ai rédigée et qui a été publiée dans le vif, il y a quelques mois: Se retrouver dans une salle commune, à l hôpital, au service d oncologie et rencontrer des patients à différents stades de la maladie . Une dame âgée, souriante, attend patiemment que sa perfusion se termine, somnolant de temps à autre. Un monsieur apeuré, désorienté, vient pour la première fois suivre une séance de chimiothérapie, se faire transfuser, écoutant attentivement l'infirmière lui expliquer le procédé, ainsi que l'énumération des effets secondaires. Il y aussi, cette dame habituée (si je peux dire), restant coquette avec son foulard camouflant la chute de cheveux, cette dame qui me fixe du regard et qui me trouble. Des allées et venues incessantes de patients attendant leur tour. La salle est comble... Finalement, je me dis que je ne dois pas me lamenter, rester forte, face à l'injustice de la vie. Mais j'en veux néanmoins à ceux qui ajoutent à cette situation une injustice sociale qui se marque à travers notre système de santé. Je me dis que les coupes dans les soins de santé imposés par ce gouvernement n'amélioreront certainement pas le quotidien de ceux qui sont touchés par la maladie et qui se battent pour en sortir. Est-ce bien au gouvernement de fixer le prix d'une vie. De quel droit ? Cela se traduit déjà par des traitements qui ne sont plus remboursés ou des examens étrangement espacés dans le temps, avec toutes les conséquences que cela peut engendrer lorsque des contrôles réguliers sont nécessaires. Des examens qui coûtent cher probablement. Mais est-ce bien au gouvernement de fixer le prix d'une vie. De quel droit ? Et que dire de cette nouvelle mesure du gouvernement qui s'attaque encore une fois aux plus faibles en voulant remettre les personnes en incapacité au travail après deux mois ; si le travailleur ne coopère pas, il se verra sanctionner financièrement. Nous sommes déjà face à un système de soins de santé à 2 vitesses. Nous savons tous qu'être malade coûte cher aux patients. Sauf apparemment ces quelques ministres qui gèrent de façon comptable ce qui devrait être cette solidarité sociale à laquelle nous avons tous droit. J'invite ce gouvernement, avec Maggie De Block en tête, à venir s'asseoir sur mon fauteuil, à regarder ce triste tableau et se rendre compte de la dure réalité ; celle que vivent ces patients essayant de garder le moral malgré tout. Dès lors, que l'on ne se trompe pas de cible. Ce n'est pas sanctionner les malades qu'il faut faire, ni faire des économies sur les soins de santé, mais au contraire les renforcer. Replacer l'humain au centre du système, plutôt que continuer à déshumaniser... A l'heure où le mot démocratie ne veut plus dire grand-chose, nos gouvernements feraient bien de revenir aux fondamentaux, en garantissant à tout le moins que chacun ait droit à un niveau de vie suffisant pour assurer son bien-être, sa santé, ainsi que le droit à la sécurité en cas d'invalidité ou de maladie !
On est déjà loin. L'idée circule et c'est déjà trop car pendant ce temps les textes sanctionnent. Des personnes renoncent à se faire soigner faute de moyens (dans un pays riche ou tout le monde cotise, chômeurs y compris). Quand on a de gros problèmes de santé et que l'on ne peut espérer se faire soigner, la maladie s'exprime d'une autre manière, la déprime, le découragement, le recours à se laisser aller. Bien d'autres choses encore. L'analyse de Dirk Van Duppen montre avec précision comment progressivement le volet "maladie" et respect de la personne est en train de passer subrepticement aux mains des entreprises. Pourrons-nous survivre à cela ? J'en doute. De la fin du XIXe siècle et jusqu'à l'acquisition du droit à la médecine pour tous, c'étaient les plus résistants qui survivaient et plus encore dans les classes pauvres. C'est-à-dire que dans un couple, sur 10 voire plus de naissances, deux ou trois enfants survivaient quand ce n'était pas la mère qui y laissait sa vie. Nous n'en sommes plus là et pourtant la politique du gouvernement va bel et bien dans le sens de renouer avec ces époques que nous croyions révolues grâce à un système de santé solidaire et pour tous. Il est honteux et morbide d'avancer pareilles idées : contraindre un malade à retourner au travail ! Les prestations de psychiatres progressistes gratuites pour assurer un suivi pertinent de la santé mentale de nos ministres serait une mesure pertinente qui devrait être reconnue d'utilité publique !

À la fin de cette année, la SNCB appliquera une nouvelle grille horaire. Les navetteurs et riverains de la gare de Gentbrugge, dans la périphérie de Gand, l’attendent de pied ferme. En effet, en 2014, la SNCB avait supprimé la plupart des trains dans leur petite gare. Mais, après plus de deux années d’actions constantes, ils ont réussi à obtenir que les trains s’arrêtent à nouveau chez eux.

Captain SKA cartonne actuellement dans les hit-parades britanniques avec sa chanson contre la Première ministre Theresa May. Le succès de Liar Liar GE2017 leur a valu d’être invités dans nombre de festivals d’été, mais le groupe préfère jouer dans les festivals dont ils se sentent proches. Et ManiFiesta en fait assurément partie.

C’était le 31 mai 2017, à l’entrée de la VRT à Bruxelles. Plutôt qu’une caisse de vin ou un pot d’adieu, un piquet était le cadeau de remerciement de l’équipe de la CGSP à son président, Luk Vandenhoeck. Retour sur 45 ans d’engagement syndical et politique.

Le 7 juillet 2017, 122 pays ont signé un traité interdisant les armes nucléaires. Il ne s’agit pas d’un simple morceau de papier symbolique, mais d’un traité contraignant, que l’on peut vraiment qualifier d’historique. La Belgique n’est absolument pas au rendez-vous, bien au contraire.

Des études scientifiques prouvent que, si l’humanité continue à rejeter du dioxyde de carbone à ce rythme, la température sur terre va continuer à grimper. De ce fait, le niveau de la mer va lui aussi monter, nous aurons de plus en plus de tempêtes et de périodes de sécheresse qui se traduiront par des pénuries alimentaires catastrophiques, etc. Malgré cette unanimité scientifique, Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris. Pour quels dangers ?

« Travailler moins, aimer plus » : c’est sous ce titre que le Conseil des femmes a organisé une journée d’étude ce 2 juin à Bruxelles. Un des invités était Patrick Helgerson, conseiller communal du parti de gauche Vänsterpartiet à Göteborg, en Suède. Son parti a été, avec d’autres, à la base de l’expérience de la semaine de 30 heures dans une maison de repos et de soins de cette ville.

En 1917, il y a cent ans, deux révolutions se succèdent en Russie : une en février, l’autre en octobre. La première mène à l’abdication du tsar, monarque absolu, à la séparation de l’Église et de l’État et au suffrage universel. La deuxième, portée par le peuple au son du slogan « du pain, la paix et la terre », conduit à la prise de pouvoir par les communistes (qu’on appelle les bolcheviks). Elle est portée par la volonté de renverser l’ordre établi, capitaliste – et en Russie encore largement féodal, incapable de sortir la population de la misère et de la guerre –, et par le but de construire une autre société. C’est le début d’une première tentative dans le monde de construire le socialisme, faite de réalisations mais aussi de sérieuses erreurs, qui va marquer l’histoire du 20e siècle. Dans quel contexte a pris place cette révolution ? Est-elle un phénomène russe ou international ? Comment s’est-elle déroulée ? Quelle a été son influence chez nous et dans le reste du monde ? Survol de ce processus qui fit trembler le monde sur ses fondations.

En 1947, trois jeunes artistes belges, Louis Deltour, Edmond Dubrunfaut et Roger Somville, décident d’unir leurs forces pour créer un collectif d’art engagé baptisé Forces murales. ManiFiesta a choisi de leur rendre hommage lors de son édition de 2017 en exposant leurs œuvres qui évoquent la résistance, la révolution et la lutte des classes. Solidaire a rencontré quatre des enfants des artistes, très enthousiastes à l’idée de cette exposition.

« Le féminisme est de retour sans s’être jamais absenté » : c’est la traduction du titre du dernier ouvrage de la féministe et auteure néerlandaise Anja Meulenbelt qui défend un féminisme qui rassemble, qui voit les choses en couleur et joue franc-jeu.

C’est l’histoire de ces 8 personnes qui possèdent ensemble autant de richesse que la moitié de l’humanité, c'est-à-dire 3,5 milliards d’habitants de la planète. Ces 8 personnes ont quelques bons amis, qui se sont retrouvés le week-end dernier à Hambourg. Vingt chefs d’État qui ont discuté pendant deux jours de la meilleure façon de garantir à leurs huit amis, et aussi à eux-mêmes, de devenir encore plus riches. Bienvenue au G20.