Publipart, Publifin, Telenet : comment mettre fin à la cupidité dans le monde politique

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Stéphane Moreau: «Ce que j’ai vécu est d’une violence inouïe» Le pauvre, il a « tout sacrifié ». Parallèlement, il laisse toutefois entendre que son pas de côté précipité par les récents événements pourrait bien se révéler « salutaire », même si l’avouer est « encore un peu difficile » « Je gagne 593.000 euros brut par an de rémunérations fixes comme indépendant et j’ai également un bonus éventuel en fonction de la réalisation ou non des objectifs de la société. (…) Cela correspond à une charge de salarié de 440.000 euros annuels brut. C’est une rémunération qui est similaire à ce qui se pratique dans d’autres entreprises publiques plus petites que la nôtre », précise-t-il au passage. S’il était discret médiatiquement, notamment dans son costume non-politique, c’est que « cette sphère professionnelle, je considérais qu’elle n’exigeait pas de me mettre en avant dans ce rôle-là », justifie-t-il. « J’ai sans doute eu tort de me dérober à ce point. » Quelle tristesse monsieur Moreau, vous gagniez un peu plus d'UN MILLION d'euros par an, ce n'est sans doute pas assez pour vous. Pensez-vous que les travailleurs, travailleuses glandouillent toute la journée !!!! pour ne gagner que 1600 à 1800 €. Savez-vous que des pensionnés ont parfois moins de 1.000 € par mois. Avez-vous la tête sur les épaules ? Votre salaire annuel correspond à 1.000 mois d'un retraité !!!! SOIT PLUS DE 83 ANS. PENSEZ-VOUS QUE VOTRE SALAIRE N'EST PAS D'UNE VIOLENCE INOUÏE ????? RIEN NE PEUX JUSTIFIER UN TEL SALAIRE, RIEN, ABSOLUMENT RIEN. C'est un scandale de plus, mais avec le P.S. on s'étonne plus de rien.
c'est leurs principes pour se remplir les poches, les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, ils continuent à tondre un mouton tondu , vivement les urnes de 2019.
Voici les différentes élections à venir. Dès 2018 vous pourrez déjà vous exprimez via les urnes. Élections provinciales et Élections communales. Ces élections seront un indicateur des tendances pour celles de 2019 SI les votes des citoyens vont dans le même sens et ce n'est pas gagné d'avance. Avec toutes les affaires scandaleuses qui secouent le pays, si la tendance se confirme, les partis dis "traditionnelles" pourraient prendre une raclée mais les gens oublient vite...... Élections européennes Tous les 5 ans, nous votons pour élire des députés européens qui seront les représentants belges du Parlement européen. Les prochaines élections européennes auront lieu en 2019. Élections législatives (ou fédérales) Tous les 5 ans (tous les 4 ans avant 2014), nous votons pour le niveau fédéral. Nous élisons tous les députés qui composent la Chambre des représentants et une partie des sénateurs qui composent le Sénat. Les prochaines élections législatives auront lieu en 2019. Élections régionales et communautaires Tous les 5 ans, nous votons pour élire les représentants des parlements régionaux et communautaires. Les prochaines élections auront lieu en 2019. Élections provinciales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des 10 conseils provinciaux du pays. Les prochaines élections provinciales se dérouleront en 2018. Élections communales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des différents conseils communaux de Belgique. Les prochaines élections communales se dérouleront en 2018.
Publipart, Publifin, Telenet , ils se remplissent bien les poches et aprés cela on fait la chasse aux malades. Mais eux sont pas malades , bien grassement payé à faire craquer leurs sieges , c'est normal parfois ils s'endorment. à la chambre mais cela porte bien le nom , une chambre c'est fait pour dormir , allé peuple esclave , vous etes la pour travailler, nous pour diriger et se remplir les poches,,,COURAGE.. tout va bien..,,,pour nous,
Ne pourrait-on pas Instaurer une structure d’information et de contrôle pilotée par un organisme expert indépendant comme celle mise en place dans l’enseignement supérieur, de permettre aux citoyens de donner son avis en temps réel sur les décisions politiques à venir et de trouver sur internet, un historique des décisions prises et des conséquences analysées. Merci pour votre attention
Dans l'affaire Publifin, une conséquence des rémunérations exorbitantes à laquelle je n'avais pas pensé, c'est le financement des partis eux-mêmes. Par exemple Claude Emonts dit qu'il versait 10% à son parti, plus 5% à la fédération liègeoise. Considérant les montants, et le nombre de membres que ces partis placent un peu partout, sans oublier les cumuls de mandats, ça fait quand même un sacré pactole. Avec la composition de la commission, évidemment celle-ci se concentre sur le manque d'éthique à titre personnel, mais j'espère que M. Gillot aura l'occasion d'attirer l'attention sur ce fait.

La semaine dernière, la Cour européenne de justice a rendu un arrêt stipulant que les entreprises peuvent interdire le port du foulard (parfois appelé à tort « voile ») sur la tête dans des fonctions où l’on est visible par le public. Dans une carte blanche publiée dans le magazine Knack, un nombre important d’organisations de femmes et d’associations se sont indignées de cet arrêt. L’avis de Maartje De Vries, présidente de Marianne, le mouvement de femmes du PTB.

« Vous ne pouvez pas dépenser tout l'argent dans l'alcool et les femmes et ensuite demander de l'aide » Ces mots du social-démocrate néerlandais Jeroen Dijsselbloem visent la Grèce ou de l'Espagne. Avec ces propos sexistes, xénophobes et qui diffusent une vision fausse sur la dette des pays du Sud de l’Europe, Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe, veut surtout assurer sa place, après sa déroute électorale aux Pays-Bas.

C’était une réussite. Samedi 18 mars dernier, pas moins de 130 000 personnes avaient répondu à l’appel de la gauche française à prendre part à la Marche pour la 6e République et la justice sociale. Des membres du PTB et de son mouvement d’étudiants, Comac, y étaient. Voici quelques photos.

Dans un athénée de Flémalle, près de Liège, cela fait plusieurs années que les pannes de chauffage sont récurrentes. Pour enfin faire bouger les choses, les élèves ont décidé de se mettre en grève. Et ils ont obtenu une première victoire. 

La stratégie des politiciens comme Trump, Wilders, Le Pen, Francken ou Dewinter est de monter les gens les uns contre les autres. À Anvers, l’association Samenlevingsopbouw travaille dans la direction opposée en créant chaque jour du lien social au cœur de la diversité.

Les agriculteurs travaillent dur, et tous les jours de l’année. Ils sont pourtant étranglés financièrement depuis des décennies et ne bénéficient que de peu de reconnaissance. Il faut qu’ils soient vraiment poussés à bout pour qu’ils descendent dans la rue afin d’exiger une politique équitable. C’est le 23 mars 1971, à Bruxelles, qu’a eu lieu la plus mémorable de leurs actions : une gigantesque manifestation contre la Politique agricole commune appliquée à partir de 1968. 

Le choc. Jeudi 2 février, Théo, 22 ans, était interpellé, agressé et violé avec une matraque par quatre policiers dans la cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis, banlieue de Paris). Dans la commune de Théo, le racisme routinier de la police n’étonne plus. Mais cette fois, la violence, l’humiliation et la barbarie ont passé les bornes. Reportage.

Le 27 janvier dernier, dans un communiqué de presse commun, l’Université libre de Bruxelles (ULB) et McKinsey annonçaient la fin de leurs négociations. Les étudiants, les professeurs et les syndicats se sont unis pour refuser la venue de la multinationale de la consultance sur le campus. 

Trente-deux personnes ont perdu la vie lors des attentats du 22 mars à Bruxelles. 340 personnes ont été blessées. Presque un an après, les victimes et leur famille arrivent à peine à se faire entendre par le gouvernement. Et le nouveau statut des victimes exclut celles qui ne sont pas belges… 

« “Est-ce que mes enfants seront belges ?” Je ne me suis jamais posé la question, tant la réponse me paraissait évidente... avant de découvrir la proposition de la N-VA qui veut leur faire passer un examen de citoyenneté à 18 ans », s’indigne Maxime, dont l’épouse est indienne. Qu’est-ce qui se cache derrière le projet de la N-VA ?