Publipart, Publifin, Telenet : comment mettre fin à la cupidité dans le monde politique

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Stéphane Moreau: «Ce que j’ai vécu est d’une violence inouïe» Le pauvre, il a « tout sacrifié ». Parallèlement, il laisse toutefois entendre que son pas de côté précipité par les récents événements pourrait bien se révéler « salutaire », même si l’avouer est « encore un peu difficile » « Je gagne 593.000 euros brut par an de rémunérations fixes comme indépendant et j’ai également un bonus éventuel en fonction de la réalisation ou non des objectifs de la société. (…) Cela correspond à une charge de salarié de 440.000 euros annuels brut. C’est une rémunération qui est similaire à ce qui se pratique dans d’autres entreprises publiques plus petites que la nôtre », précise-t-il au passage. S’il était discret médiatiquement, notamment dans son costume non-politique, c’est que « cette sphère professionnelle, je considérais qu’elle n’exigeait pas de me mettre en avant dans ce rôle-là », justifie-t-il. « J’ai sans doute eu tort de me dérober à ce point. » Quelle tristesse monsieur Moreau, vous gagniez un peu plus d'UN MILLION d'euros par an, ce n'est sans doute pas assez pour vous. Pensez-vous que les travailleurs, travailleuses glandouillent toute la journée !!!! pour ne gagner que 1600 à 1800 €. Savez-vous que des pensionnés ont parfois moins de 1.000 € par mois. Avez-vous la tête sur les épaules ? Votre salaire annuel correspond à 1.000 mois d'un retraité !!!! SOIT PLUS DE 83 ANS. PENSEZ-VOUS QUE VOTRE SALAIRE N'EST PAS D'UNE VIOLENCE INOUÏE ????? RIEN NE PEUX JUSTIFIER UN TEL SALAIRE, RIEN, ABSOLUMENT RIEN. C'est un scandale de plus, mais avec le P.S. on s'étonne plus de rien.
c'est leurs principes pour se remplir les poches, les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, ils continuent à tondre un mouton tondu , vivement les urnes de 2019.
Voici les différentes élections à venir. Dès 2018 vous pourrez déjà vous exprimez via les urnes. Élections provinciales et Élections communales. Ces élections seront un indicateur des tendances pour celles de 2019 SI les votes des citoyens vont dans le même sens et ce n'est pas gagné d'avance. Avec toutes les affaires scandaleuses qui secouent le pays, si la tendance se confirme, les partis dis "traditionnelles" pourraient prendre une raclée mais les gens oublient vite...... Élections européennes Tous les 5 ans, nous votons pour élire des députés européens qui seront les représentants belges du Parlement européen. Les prochaines élections européennes auront lieu en 2019. Élections législatives (ou fédérales) Tous les 5 ans (tous les 4 ans avant 2014), nous votons pour le niveau fédéral. Nous élisons tous les députés qui composent la Chambre des représentants et une partie des sénateurs qui composent le Sénat. Les prochaines élections législatives auront lieu en 2019. Élections régionales et communautaires Tous les 5 ans, nous votons pour élire les représentants des parlements régionaux et communautaires. Les prochaines élections auront lieu en 2019. Élections provinciales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des 10 conseils provinciaux du pays. Les prochaines élections provinciales se dérouleront en 2018. Élections communales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des différents conseils communaux de Belgique. Les prochaines élections communales se dérouleront en 2018.
Publipart, Publifin, Telenet , ils se remplissent bien les poches et aprés cela on fait la chasse aux malades. Mais eux sont pas malades , bien grassement payé à faire craquer leurs sieges , c'est normal parfois ils s'endorment. à la chambre mais cela porte bien le nom , une chambre c'est fait pour dormir , allé peuple esclave , vous etes la pour travailler, nous pour diriger et se remplir les poches,,,COURAGE.. tout va bien..,,,pour nous,
Ne pourrait-on pas Instaurer une structure d’information et de contrôle pilotée par un organisme expert indépendant comme celle mise en place dans l’enseignement supérieur, de permettre aux citoyens de donner son avis en temps réel sur les décisions politiques à venir et de trouver sur internet, un historique des décisions prises et des conséquences analysées. Merci pour votre attention
Dans l'affaire Publifin, une conséquence des rémunérations exorbitantes à laquelle je n'avais pas pensé, c'est le financement des partis eux-mêmes. Par exemple Claude Emonts dit qu'il versait 10% à son parti, plus 5% à la fédération liègeoise. Considérant les montants, et le nombre de membres que ces partis placent un peu partout, sans oublier les cumuls de mandats, ça fait quand même un sacré pactole. Avec la composition de la commission, évidemment celle-ci se concentre sur le manque d'éthique à titre personnel, mais j'espère que M. Gillot aura l'occasion d'attirer l'attention sur ce fait.
Belle comédie ! Chers représentants du "peuple" vous croyez que nos concitoyens vont croire à toutes vos simagrées de tribunal sous le couvert d'une dite commission où les petits amis maffieux sont interrogés par leurs " immaculés" comparses ? Personne ne peux croire qu'il en sortira quelque chose de positif après ce pseudo "grand déballage" LES LOUPS NE SE MANGENT PAS ENTRE EUX . Pour conclure : rappelons nous du passé et des "autres " affaires , en attendant les suivantes.....On avait aussi juré les grands dieux que cela n'arriverait plus ,hélas vœux pieux on remet le couvert et c'est reparti ! Ne dit-on pas que "les chiens perdent leurs poils mais jamais leurs habitudes" Alors chers représentants du peuple il y a une solution "dégagés" et le pays et la région ne s'en porteront que mieux. Ne croyez surtout pas que vous soyez irremplaçables .

Après l’approbation par la Commission européenne du compromis à la Belge sur la loi « Major », le parti des libéraux flamands Open Vld lance une nouvelle offensive : faire passer une nouvelle loi organisant le travail portuaire, une loi taillée sur mesure pour Fernand Huts.

Après trois années d’incertitude totale, les travailleurs portuaires belges sont enfin soulagés. La Commission européenne met un terme à la procédure contre leur statut, la Loi Major. C’est une victoire dans la lutte pour la reconnaissance de la profession et pour la protection sociale dans les ports.

Dans les années 1990, l’Anversois Tobias Schiff (1925-1999) a écrit un livre extraordinaire sur la manière dont il a survécu pendant plus d’un demi-siècle à l’univers d’Auschwitz, où il fut déporté avec sa famille. Les éditions EPO rééditent cet ouvrage.

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.