Publipart, Publifin, Telenet : comment mettre fin à la cupidité dans le monde politique

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Stéphane Moreau: «Ce que j’ai vécu est d’une violence inouïe» Le pauvre, il a « tout sacrifié ». Parallèlement, il laisse toutefois entendre que son pas de côté précipité par les récents événements pourrait bien se révéler « salutaire », même si l’avouer est « encore un peu difficile » « Je gagne 593.000 euros brut par an de rémunérations fixes comme indépendant et j’ai également un bonus éventuel en fonction de la réalisation ou non des objectifs de la société. (…) Cela correspond à une charge de salarié de 440.000 euros annuels brut. C’est une rémunération qui est similaire à ce qui se pratique dans d’autres entreprises publiques plus petites que la nôtre », précise-t-il au passage. S’il était discret médiatiquement, notamment dans son costume non-politique, c’est que « cette sphère professionnelle, je considérais qu’elle n’exigeait pas de me mettre en avant dans ce rôle-là », justifie-t-il. « J’ai sans doute eu tort de me dérober à ce point. » Quelle tristesse monsieur Moreau, vous gagniez un peu plus d'UN MILLION d'euros par an, ce n'est sans doute pas assez pour vous. Pensez-vous que les travailleurs, travailleuses glandouillent toute la journée !!!! pour ne gagner que 1600 à 1800 €. Savez-vous que des pensionnés ont parfois moins de 1.000 € par mois. Avez-vous la tête sur les épaules ? Votre salaire annuel correspond à 1.000 mois d'un retraité !!!! SOIT PLUS DE 83 ANS. PENSEZ-VOUS QUE VOTRE SALAIRE N'EST PAS D'UNE VIOLENCE INOUÏE ????? RIEN NE PEUX JUSTIFIER UN TEL SALAIRE, RIEN, ABSOLUMENT RIEN. C'est un scandale de plus, mais avec le P.S. on s'étonne plus de rien.
c'est leurs principes pour se remplir les poches, les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, ils continuent à tondre un mouton tondu , vivement les urnes de 2019.
Voici les différentes élections à venir. Dès 2018 vous pourrez déjà vous exprimez via les urnes. Élections provinciales et Élections communales. Ces élections seront un indicateur des tendances pour celles de 2019 SI les votes des citoyens vont dans le même sens et ce n'est pas gagné d'avance. Avec toutes les affaires scandaleuses qui secouent le pays, si la tendance se confirme, les partis dis "traditionnelles" pourraient prendre une raclée mais les gens oublient vite...... Élections européennes Tous les 5 ans, nous votons pour élire des députés européens qui seront les représentants belges du Parlement européen. Les prochaines élections européennes auront lieu en 2019. Élections législatives (ou fédérales) Tous les 5 ans (tous les 4 ans avant 2014), nous votons pour le niveau fédéral. Nous élisons tous les députés qui composent la Chambre des représentants et une partie des sénateurs qui composent le Sénat. Les prochaines élections législatives auront lieu en 2019. Élections régionales et communautaires Tous les 5 ans, nous votons pour élire les représentants des parlements régionaux et communautaires. Les prochaines élections auront lieu en 2019. Élections provinciales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des 10 conseils provinciaux du pays. Les prochaines élections provinciales se dérouleront en 2018. Élections communales Tous les 6 ans, nous votons pour élire les membres des différents conseils communaux de Belgique. Les prochaines élections communales se dérouleront en 2018.
Publipart, Publifin, Telenet , ils se remplissent bien les poches et aprés cela on fait la chasse aux malades. Mais eux sont pas malades , bien grassement payé à faire craquer leurs sieges , c'est normal parfois ils s'endorment. à la chambre mais cela porte bien le nom , une chambre c'est fait pour dormir , allé peuple esclave , vous etes la pour travailler, nous pour diriger et se remplir les poches,,,COURAGE.. tout va bien..,,,pour nous,
Ne pourrait-on pas Instaurer une structure d’information et de contrôle pilotée par un organisme expert indépendant comme celle mise en place dans l’enseignement supérieur, de permettre aux citoyens de donner son avis en temps réel sur les décisions politiques à venir et de trouver sur internet, un historique des décisions prises et des conséquences analysées. Merci pour votre attention
Dans l'affaire Publifin, une conséquence des rémunérations exorbitantes à laquelle je n'avais pas pensé, c'est le financement des partis eux-mêmes. Par exemple Claude Emonts dit qu'il versait 10% à son parti, plus 5% à la fédération liègeoise. Considérant les montants, et le nombre de membres que ces partis placent un peu partout, sans oublier les cumuls de mandats, ça fait quand même un sacré pactole. Avec la composition de la commission, évidemment celle-ci se concentre sur le manque d'éthique à titre personnel, mais j'espère que M. Gillot aura l'occasion d'attirer l'attention sur ce fait.
Belle comédie ! Chers représentants du "peuple" vous croyez que nos concitoyens vont croire à toutes vos simagrées de tribunal sous le couvert d'une dite commission où les petits amis maffieux sont interrogés par leurs " immaculés" comparses ? Personne ne peux croire qu'il en sortira quelque chose de positif après ce pseudo "grand déballage" LES LOUPS NE SE MANGENT PAS ENTRE EUX . Pour conclure : rappelons nous du passé et des "autres " affaires , en attendant les suivantes.....On avait aussi juré les grands dieux que cela n'arriverait plus ,hélas vœux pieux on remet le couvert et c'est reparti ! Ne dit-on pas que "les chiens perdent leurs poils mais jamais leurs habitudes" Alors chers représentants du peuple il y a une solution "dégagés" et le pays et la région ne s'en porteront que mieux. Ne croyez surtout pas que vous soyez irremplaçables .

La crise entre les dirigeants espagnols et catalans ne s’apaise pas. Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, refuse tout dialogue et menace de prendre le contrôle direct sur la région. Les dirigeants européens soutiennent tacitement la répression. Le dirigeant catalan Puigdemont, de son côté, a organisé un référendum très discutable. Dans un jeu tactique, il a fait une déclaration d’indépendance, qu’il a de suite suspendue. Faut-il choisir entre l’autoritarisme de l’État espagnol et de l’Europe et l’indépendantisme ?

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo

Ce qui a débuté par l’annulation de six vols en Italie et en Espagne a abouti à la suppression, fin octobre, de 40 à 50 vols par jour. Des vacances bien méritées s’envolent donc en fumée pour de nombreuses personnes. Mais le personnel lui aussi subit la politique de Ryanair.

Face aux menaces de privatisations, aux coupes budgétaires, au détricotage du statut et des pensions, les travailleurs des services publics se mobilisent. Ils étaient des centaines devant le Parlement wallon et le Parlement flamand. Une première étape dans la résistance sociale avant la grève nationale du 10 octobre.

A quelques jours d’une grève, une victoire en justice de syndicalistes a une résonance particulière. Après l’interdiction des piquets, le syndicat n’a pas baissé les bras et a attaqué Infrabel en justice. 

Les images sont fortes. Au matin du 20 septembre, 14 hauts fonctionnaires de l'administration catalane ont été arrêtés par la Garde civile espagnole. L'objectif du gouvernement espagnol est d'éviter l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, programmé pour le 1 octobre.

Une délégation soudanaise est invitée par le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) pour venir identifier et ramener les réfugiés soudanais arrêtés dans le parc Maximilien et aux alentours de la gare du Nord à Bruxelles. Après les rafles policières des dernières semaines, la politique de #nettoyage de Francken prend une dimension supplémentaire.