Un « État fort » pour le big business, un « État défaillant » pour les gens ordinaires

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Cela fait des mois que les citoyens qui ne sont pas dupes, font preuve de patience ! Et plus on avance, plus on se rend compte que ce gouvernement nous traitent comme des « esclaves » du travail et comme des « machines à bingo » pour remplir les caisses de l’Etat. Ces messieurs vident aussi vite les caisses, sans redistribuer l’argent nécessaire pour un mieux-être du travailleur et une vie économique meilleure de notre pays ! Les moutons et les politiques contestent les grèves. Mais il est temps de faire « culbuter » ce gouvernement. OUI LES GREVES, CELA EMBETTENT TOUT LE MONDE, MAIS Assez les mensonges, les fausses promesses. Ce que l’on voit, que l’on vit, est bel et bien réel - Pour eux, l’économie va mieux… et pourtant des commerces, petites PME ferment, des multinationales (riches) restructurent et « jettent » des centaines, des milliers de travailleurs dehors De plus en plus de centre-ville se vident de leurs substances commerciales et deviennent des chancres d’insécurité, voire d’insalubrité - Pour eux, le travail est mieux rémunéré… et pourtant beaucoup ont difficile à faire face aux dépenses mensuelles même en se privant - Pour eux, on fait tout pour améliorer la vie quotidienne… et pourtant on ferme postes, banques, gares et autres sans se soucier des problèmes de mobilité de beaucoup d’entre nous TOUT CA - et j’en passe… Merci au PTB car il a tout compris Merci de penser comme beaucoup d’entre-nous. Nous voulons évoluer dans un monde où l’humain, le travail, la vie, la famille retrouvent toutes leurs valeurs primaires, retrouvent tous leurs droits et tous leurs sens, dans une société menée par des dirigeants qui défendront avec becs et ongles ces mêmes droits, ces mêmes valeurs dans une vraie démocratie. Et non pas comme ceux, qui envoûtez par le néo-libéralisme et prétextant que tous qui se révoltent contre leurs visions d’un monde où la finance est devenue le seul moteur, sont rétrogrades et vont tout droit vers le néant !
Notre combat pour un monde meilleur apparait constitué de tant de fronts que cela donne le vertige, voire la nausée... mais comme le chantait Pagny il reste notre "liberté de penser ", de rêver ce futur...et c'est déjà le construire !! ... Qu'on le veuille ou non, le vaisseau "Terre des Hommes" tel qu'il est "pensé" et dirigé est en péril et tous, nous devons nous préparer à traverser de (très) fortes turbulences, à l'échelle planétaire... L'accident fatal est probable...mais pas encore inéluctable. Vous, moi ne sommes pas LA solution, mais la somme "de ces eveils des consciences" constitue notre unique planche de salut. Il va falloir écrire un nouveau monde, de façon globale, solidaire...et l'universalite, l'intemporalite de ses valeurs futures constitueront ses fondements sains et salutaires. Actuellement, en pleine transition, deux conceptions s'affrontent et s'expriment de plus en plus : l'une vit dans la hantise de "perdre" ici, maintenant, sans mémoire et sans vision d'avenir, sans réflexion (alors que ds ts les cas de figure, cette forme de non conscience est vouée à l'echec ! ). Ses partisans montrent un visage souvent nombrilique, agressif, bête et cruel ; l'autre conception, de plus en plus transparente et décomplexée abandonne ses peurs et œuvre méthodiquement, fermement et collectivement à l'avènement d' un autre monde...c'est INEVITABLE et absolument VITAL...et nous sommes du fait de cette ouverture et cette lucidité d'esprit un maillon essentiel de cette chaine emprunte avant tout d'HUMANITÉ . Gandhy disait en substance : "ils vous ignoreront, puis se moqueront,...ensuite vous combattront de toutes leurs forces, puis seulement vous gagnerez."...et j'ajouterais que c'est lorsqu'ils vous courtiseront et vous acclameront qu'il faudra être les plus "FORTS"... Courage à nous, à tous, il va en falloir...mais l'espoir, la foi et la sérénité ne nous quitteront plus, n'en déplaise aux bonzes du "néolibéralisme" ...
si le gouvernement recherche de l argent pourquoi les propriétaires de maison son exonérè d impôts? au lieu de toujours chercher chez les gens qui travaillent
L’exploitation du centre psychiatrique légal de Gand (CPL) est déjà confiée au consortium privé « Sodexo-Parnassia Groep » depuis 2014. (Cette année-là, au Pays-Bas, l’une des cliniques du groupe « Parnassia-groep » était placée sous surveillance pour des manquements.) C’était la première étape vers la privatisation de l'ensemble de la Justice. Et ce n'est que le début du processus ! Par son entêtement, le gouvernement démontre sa méconnaissance des réalités du monde pénitentiaire : la vie en prison ce n’est pas un séjour en centre de vacances. La Grande-Bretagne est le premier pays d'Europe à avoir privatisée ses prisons ; le taux de suicide y est certainement le plus élevé d’Europe.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

Voici un aperçu du contenu du numéro de novembre. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, adressait une lettre à la Fédération sioniste dans laquelle il accordait le soutien de son gouvernement à la création d’un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est à l’origine de la colonisation de la Palestine, qui se poursuit aujourd’hui.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

Des élections régionales du 15 octobre, c’est le PSUV du président Maduro qui est sorti grand vainqueur. La population a rejeté la violence de l’opposition de droite et lui a préféré l’approche démocratique des problèmes très réels que connaît le pays.

La crise entre les dirigeants espagnols et catalans ne s’apaise pas. Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, refuse tout dialogue et menace de prendre le contrôle direct sur la région. Les dirigeants européens soutiennent tacitement la répression. Le dirigeant catalan Puigdemont, de son côté, a organisé un référendum très discutable. Dans un jeu tactique, il a fait une déclaration d’indépendance, qu’il a de suite suspendue. Faut-il choisir entre l’autoritarisme de l’État espagnol et de l’Europe et l’indépendantisme ?

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo